Fermer le menu
 

Nouveau décret anti-immigration : la prudence d’Apple, de Google et de Facebook

Mickaël Bazoge | | 18:00 |  11

Suite à une levée de boucliers de la société civile, de la justice et des entreprises high-tech, Donald Trump a abandonné l’idée de défendre son premier décret anti-immigration qui visait sept pays à majorité musulmane (lire : Décret anti-immigration : Apple et une centaine d'entreprises high-tech contre Donald Trump). Mais le président américain n’avait pas dit son dernier mot et son administration a concocté un second décret un peu mieux bordé juridiquement… mais pas suffisamment.

Une réaction, Tim ?

Un juge de Hawaï a bloqué l’application du deuxième décret, quelques heures avant qu’il ne soit mis en œuvre, et ce pour l’ensemble du territoire américain. À la grande fureur de Donald Trump d’ailleurs, qui menace de porter l’affaire jusqu’à la Cour suprême. Ce qui nous intéresse plus particulièrement, c’est la liste des entreprises qui ont pris position en faveur du jugement hawaïen.

58 sociétés, parmi lesquelles Airbnb, Kickstarter ou encore Dropbox sont inscrites sur cette liste, c’est moitié moins que pour le précédent décret. Il manque en effet quelques grands noms comme Alphabet, Facebook ou encore Apple. Pourtant, ces trois mastodontes de la Silicon Valley faisaient partie de l’amicus curæ du premier décret. Reuters n’a pas obtenu les raisons pour lesquelles ces groupes ont décidé que cette fois, il n’était pas utile de se positionner sur cette mesure. Il est possible que ces entreprises décident d’attendre la suite de la procédure avant d’agir.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


11 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar noooty 16/03/2017 - 18:32 via iGeneration pour iOS

Peut-être parce que le juge d'Hawaï ne leur a pas demandé.

avatar C1rc3@0rc 16/03/2017 - 21:38

Il semble surtout que l'affaire est quasi certaine d'aboutir a une invalidation totale du decret et que les "mastodontes" veuillent plutot se focaliser sur les autres decrets que Trump preparent a savoir la reforme des VISA (dont le H-1B), ceux sur le protectionisme et la reforme fiscale.

C'est que la methode Trump commence a etre connue: il lance un gros truc bien polemique sur lequel la meute s'acharne et se fait les dents, et , en douce, il passe des décrets bien plus importants et qui n'ont pas de couverture mediatique et peu d'opposition...

Trump est habile, mais ça les industriels commencent a s'en rendre compte.

avatar perretsy 16/03/2017 - 23:46

"les autres decrets que Trump preparent a savoir la reforme des VISA (dont le H-1B)"

Cette petite phrase risque juste de couler la boite que j'ai mis 7 ans à créer et à faire prospérer......



avatar C1rc3@0rc 17/03/2017 - 01:09

Ouaip...

Bizarre d'ailleurs que les "gens" ne se soient pas étonnés que les multinationales prennent parti pour les refugies et immigrés venant de pays a faible niveau de développement et servant de base au terrorisme islamique et étant des territoires de guerres ou pour certain l’armée américaine a battu retraite...

Faut il rappeler que l'Iran est sous embargo americain depuis des decennies et que l'Irak est dans une régression continue depuis l'invasion de l'Irak et le renversement de Hussein et que sa population éduquée a massivement émigré dans les 5 ans qui a suivi cette tragédie.

Il en va de même pour la Lybie, pays aussi sous embargo US et ennemi juré des USA avec Kadhafi...

Quant au Soudan, la Somalie et le Yémen, des pays sous-développés, souffrant de la famine, des guerres ethniques et religieuses, ravagés par l'islamisme le plus obscur, theatres des barbaries les plus insupportables, subsistant grâce a l'aide internationale et dont nombre de dirigeants sont sous le coup de mandats d'arret internationaux, et ou meme les ONG se retirent a cause des dangers que subissent leurs membres...

Et depuis quand le firmes US font elles dans la préoccupations humanitaires et sociales?

Les émigrés qui travaillent dans les grandes firmes sont plus issus d'europe, d'Inde ou d'Asie que des pays concernés par le decret de Trump...

D'ailleurs il faut se poser la question de la raison de ce decret qui ne concerne que ces pays, qui sont depuis longtemps sur les listes noirs des USA et dont les procedure d'immigrations sont hyper controlés, pour ne pas dire quasi-impossible et cela depuis des decennies?
Les detracteurs de Trump parlent d'un decret anti-musulmans, alors pourquoi ces pays et pas l'Arabie Soudite ou le Pakistan ou l'indonesie qui sont eux bien plus significatifs du point de vue islamique.

Il y a une mauvaise foi des deux cotés extraordinairement detestable et un sale jeu politique et de communication qui se cache sous des plans com immondes.

Quand le sage pointe sur la Lune avec son doigt, l'imbecile regarde le doigt...

avatar gavroche68 17/03/2017 - 07:45

Tout ça n'est que de la pure comédie, j'ai été aussi très étonné de voir le grand humanisme des ces multinationales, les même qui exploitent la misère un peu partout.
Étonnant de ne pas les entendre lorsque leur gouvernement bombarde ou finance le terrorisme ! Pas un mot sur ça !

avatar byte_order 17/03/2017 - 09:54

En même temps, fonder l'existence d'une entreprise sur l'existence d'un visa de travail temporaire, c'est prendre un risque, et ce depuis le début...

avatar harisson 17/03/2017 - 10:43

@peeretsy

De toute façon, le décret sur la fiscalité et la dérégulation financière us va couler tout le monde ^_^

avatar C1rc3@0rc 17/03/2017 - 23:40

Mais c'est surtout le krach consequent a cette deregulation qui va couler pas mal de monde. C'est systemique avec les USA, chaque fois qu'ils font sauter les lois de deregulation, ça conduit de plus en plus vite a une catastrophe economique et financiere. L'exemple des subprimes est remarquable a ce niveau.
Le probleme avec le prochain krach c'est qu'il va intervenir dans une situation de surendettement massif et general des etats qui est la consequence du sauvetage du systeme bancaire US de 2008.
Autrement dit, il n'y a plus d'amortisseur et ce choc va etre explosif.

avatar occam 16/03/2017 - 22:42 via iGeneration pour iOS

Ces preux suivent tout simplement l'adage héroïque de Sir John Falstaff :

« The better part of valour is discretion; in the which better part I have saved my life. »

--William Shakespeare, Henry IV, Part 1, act V, scene 4

avatar JadEstuaire 17/03/2017 - 05:01

C'est toujours très délicat pour des industriels d'affirmer leur position en politique.
Si Trump est aujourd'hui président c'est que des millions d'américains ont voté pour lui et son programme, millions d'américains qui sont potentiellement des clients Appl$

avatar iLionel 17/03/2017 - 08:37 via iGeneration pour iOS

La photo et son commentaire sont au top.