TSMC remporte son combat contre un cadre passé chez Samsung

Mickaël Bazoge |

Un ex-ingénieur de TSMC s’est bel et bien rendu coupable d’avoir partagé avec son nouvel employeur Samsung des secrets technologiques liés à son ancien emploi. C’est la décision de la Cour suprême de Taïwan, au terme d’une longue bataille judiciaire.

Liang Mong-song a travaillé 17 ans chez TSMC, notamment en tant que directeur Recherche et développement de la division Avanced Modules du fondeur. À cette occasion, il a eu accès à des informations sensibles sur les technologies de gravure 28 nm de TSMC. Il a quitté l’entreprise pour « passer du temps avec ses parents » et pour enseigner, mais avant de démissionner, il a accepté de signer un accord selon lequel il devait renoncer à la moitié d’un bonus (des actions TSMC) s’il trouvait un travail chez un concurrent dans les deux années suivant son départ.

Le fondeur a rapidement retrouvé la trace de son ex-ingénieur, devenu effectivement enseignant à l’université Sungkyunkwan, un labo de recherche qui a des liens avec Samsung. Ayant reçu l’assurance que Liang Mong-song ne travaillait pas en sous-main pour le géant de l’électronique, TSMC a continué de verser le bonus dû… Mais voilà, en 2011, après les derniers versements, l’ingénieur est devenu directeur technique de la division LSI de Samsung. Et l’entreprise soupçonne que les secrets technologiques de la gravure en 28 nm ont permis à Samsung de remporter un avantage concurrentiel plus rapidement que si le constructeur n’avait pas obtenu ces informations confidentielles.

TSMC a déposé deux plaintes contre Liang Mong-song, et l’entreprise l’a emporté par deux fois, la dernière au printemps 2014. L’affaire a été portée devant la Cour suprême du pays qui a donc confirmé les deux premiers jugements. TSMC se réserve le droit de déposer de nouvelles plaintes contre son ancien cadre à l’avenir, sans viser directement Samsung.


Source
Tags
avatar _io_ | 

C'est ce qu'on appel "mordre la main qui nous nourrit"
:-)

avatar marcpafr | 

Comment pourraient t'ils viser Samsung ? Il s'agit là d'un simple cas de clause de non concurrence...
Vous quittez une entreprise, vous ne pouvez pas travailler pour une autre dans le même secteur d'activité pour un temps donné mais on vous paie pour çà.. Apres libre à chacun de respecter la clause ou pas, de toute façon c'est le nouvel employeur qui réglera la facture.
Bon, ils auraient pu l'affecter dans un service qui n'avait aucun lien avec son ancien job ..
Rien de nouveau quoi.

avatar Stardustxxx | 

Apple, Google, Microsoft, etc... font tous de la débauche de personnel, rien de nouveau sous le soleil.

avatar oomu | 

il s'agit surtout de contrat de travail entre un particulier et un employeur.

avatar Stardustxxx | 

La notion d'employeur sous-entend contrat de travail de toute facon.

Quand Apple va chercher un ingénieur Tesla, ce n'est pas pour son expertise sur la couleur des voitures... Toutes les compagnies font cela, rien de nouveau sous le soleil.

Ca grince plus quand c'est un mec avec un poste important, mais ca existera toujours.

avatar Leborde | 

Cette boîte est vraiment sale et pourrie jusqu'au bout. SJ avait raison e vouloir lui faire une guerre thermonucléaire et 'en parler comme d'un empire toxique.

CONNEXION UTILISATEUR