Amazon dans le rouge ne fait plus recette

Mickaël Bazoge |

Plus dure sera la chute ? Amazon a livré les résultats de son troisième trimestre fiscal et ils n’ont rien de particulièrement glorieux. Avec 20,58 milliards de dollars de revenus, le distributeur a déçu les analystes qui s’attendaient à 20,84 milliards. Surtout, l’entreprise accuse une perte de 544 millions de dollars, plus de 20 fois ce qu’elle avait perdu durant le même trimestre de l’an dernier; et le quatrième trimestre devrait rester dans le rouge avec des projections de 570 millions. Pas de quoi réjouir des investisseurs qui ont plombé l’action du groupe de 10% hors cotation.

Amazon a réalisé de lourds investissements ce trimestre, comme l’acquisition de Twitch (1 milliard de dollars) ou un gros travail de développement sur le marché indien (2 milliards). La croissance de l’entreprise s’est toujours réalisée au détriment de ses profits, un modèle économique salué depuis les débuts de la société, mais qui n’est plus en odeur de sainteté auprès d’actionnaires las d’éponger des pertes (lire : Bourse : la fin de la confiance aveugle en Amazon ?). D’ailleurs, l’action a dévissé de 23% depuis le début de l’année.

Le distributeur souffre aussi du flop de son Fire Phone. Les méventes du smartphone doté d’une interface en relief obligent Amazon à provisionner 170 millions de dollars, une somme destinée à couvrir les coûts liés aux contrats passés avec les fournisseurs et la gestion de l’inventaire (AT&T en a l'exclusivité et aucun chiffre de vente n'a été donné). Le Fire Phone est « un bon appareil dans un marché très concurrentiel », a déclaré le directeur financier Tom Szkutak. En attendant de trouver des clients, le terminal est passé de 199$ (avec un abonnement de deux ans chez AT&T) à 0,99$ (lire : Amazon brade son Fire Phone à 0,99 $)… toujours sans convaincre.

avatar Fumée | 

@tantpis

Autant je suis d'accord avec la deuxième partie de ton post concernant les textiles et la bouffe autant je ne suis pas d'accord avec la première partie.

Amazon n'a rien à voir avec H&M, Zara, Findus ou même Apple. Ils ne sont que des vendeurs. Ils n'exploitent pas des usines en ruines à l'autre bout du monde. Si les magasins physiques et les autres sites internet n'arrivent pas à s'aligner face à eux, n'est strictement pas mon problème. Cela s'appel l'a concurrence, et c'est très bien comme ça. Aucune raison que je dépense plus et qui plus est pour avoir un service médiocre (ex: Fnac) pour soit disant "sauver" l'industrie. Ils n'ont qu'à se dermerder, chacun sa merde comme on dit. Et puis il faut arrêter de fantasmer, un monde sans magasin physique où tout se passe par internet n'existera jamais, d'ailleurs même Amazon ouvrira prochainement son premier magasin à New York, paradoxal non ?

Je suis absolument contre la surconsommation comme toi (ex: les ahuris qui achètent l'iPhone 6 alors qu'ils ont acheté le 5S y a quelques mois) mais lorsque je consomme, je compare les acteurs de l'industrie et ma conclusion s'avère que Amazon remporte le match sur tout les points et haut la main: prix, SAV, choix, cout de livraison et j'en passe. Le jour où quelqu'un ferra mieux que Amazon, je quitterais celui-ci pour le concurrent et ainsi de suite.

avatar saji_sama | 

@Fumée :
Le business model est incomparable, Amazon c'est de gigantesques entrepôts, avec 0 vendeurs, 0 caissières, juste des logisticiens mal payés qui doivent cavaler pour respecter la cadence, et font de l'optimisation fiscale, là où une PME payera 33% d'IS, le rapport avec les fournisseurs, tout comme les hypermarchés et les centrales d'achats vont faire pression sur les fournisseurs pour baisser le prix d'achat au miminum...

avatar saji_sama | 

@Fumée :
Tu es débile ou tu le fais exprès? C'est destructeur d'emplois et illogique, tu vas acheter le bouquin de Trierweiler juste parce qu'il est en tête des ventes? C'est pathétique ta vision, le client Roi est en train de tuer tout les commerces, c'est pitoyable

avatar Fumée | 

@saji_sama

Qu'est ce que tu comprends pas par "c'est pas mon problème" ?
"Egoïste" peut être, "débile" non, par contre toi...

" tu vas acheter le bouquin de Trierweiler juste parce qu'il est en tête des ventes? "

rapport ?

"le client Roi est en train de tuer tout les commerces"

Et bien le monde évolue, il faut évoluer avec son temps et les tendances, au risque de se casser la gueule. Et je le répète, si tu finis au cimetière des entreprises, ce n'est pas mon problème, d'autres seront là pour te remplacer. Exemple: Netflix. Ils ont compris que l'achat de DVD/Blue-Ray est voué à disparaitre, le mode de consommation de média a changé et ils l'ont bien compris, de même pour le mode de consommation tout court.

avatar saji_sama | 

Oui égoïste, vision court-termiste,
Le rapport avec Trierweiler c'est qu'une bouse restera une bouse, peut importe si elle fait les meilleurs ventes, Amazon va mettre ses top de ventes en avant, je te fais un dessin? Tu es spécialiste dans tout ce que tu achètes sur Amazon donc? Intéressant comme logique, ça va les chevilles? Pourquoi as tu pris des intras qui après coup ne te convienne pas Mr le spécialiste qui sait tout sur tout?
Tu te fous de la gueule des commerçants en les prenant pour de simples "show-rooms" pas étonnant alors que les vendeurs t'envoie bouler avec ce genre d'énergumènes :x
Je maintiens, une attitude à vomir

avatar tantpis | 

@Fumée

Autant je comprends certains de tes arguments et tu as le mérite de tenir bon face à beaucoup d'agressivité voir d'insultes.

Autant ce qui me gène c'est ton point de vu du seul bénéfice immédiat du consommateur qui refuse (parce que cela l'arrange) de voir ou comprendre comment fonctionne réellement une grande entreprise comme Amazon avec ses qualités d'efficacité et ses promesses client mais aussi avec ses nombreux défauts. Certains défauts sont indéfendables (sauf par la bouche d'un actionnaire avide qui se contrefichera d'équité fiscale, de respect des conditions de travail ou de destruction de la concurrence par des moyens totalement biaisés du moment qu'il gagne de l'argent à la fin).

Comprenons nous bien, qu'Amazon contribue à améliorer et relever les standards des concurrents c'est très bien. C'est ce qui se passe pour certains d'entre eux et d'autres n'y survivrons pas. La Fnac que tu sembles tant hair a fait dans ce sens des progrès énormes de ce point de vu ces dernières années et réforme une grande partie de son modèle depuis plus de 5 ans, sans tricher (mais en licenciant beaucoup).

Le problème c'est qu'Amazon ne joue pas sur le même terrain et avec les mêmes règles que beaucoup d'autres entreprises. On peut faire comme si cela n'existait pas (tu te gardes dans tes arguments d'évoquer ce point en idéalisant une sorte de saine concurrence qui laisserait le meilleur gagner) mais c'est pourtant ce qui se passe aujourd'hui.

Je suis fondamentalement pour la concurrence, Amazon vise à la supprimer par des moyens partiellement malhonnêtes et c'est une mauvaise chose.

Pour être encore plus clair, je suis client d'Amazon. Depuis des années. Je paye ma formule Premium et en tant que client mais aussi dans le cadre de mon métier, je teste, j'étudie et j'apprécie l'efficacité de leur supply ou de leur SAV. Je fais parti des ces personnes qui recherchent un bon prix pour un bon service. Pas un prix ridicule pour une qualité de chiotte et un service inexistant. Amazon répond globalement au premier cas de figure même si il m'est arrivé d'avoir des soucis de livraison (erreurs de préparation, produits perdus, mal emballés et cassés). Est-ce que je dois pour autant accepter qu'Amazon ne respecte pas les règles de la concurrence ? Non. Est-ce que je dois pour autant accepter qu'Amazon fasse travailler dans des conditions lamentables ses logisticiens ? Non ! Est-ce que je dois accepter qu'Amazon impose à ses fournisseurs des conditions qui peuvent les mettre mettre en difficulté voir en péril économique ? Je ne pense pas.

Donc dés que je peux j'achète ailleurs et souvent en ligne. Et bonne nouvelle ça se passe très bien !
Je trouve des prix corrects voir meilleurs qu'Amazon régulièrement. La supply de certains acteurs est surprenante d'efficacité, l'ergonomie de leurs sites, les parcours d'achat, la personnalisation, des formulaires d'identification et de paiement simplifiés et intelligents et même un service après-vente pro et efficace.

C'est aussi ça la concurrence et par bien des aspects, Amazon c'est par comparaison le MacDo des magasins en ligne : ça fait le job certes, tu es servi dans les temps et rapidement, on y trouve beaucoup beaucoup de produits très médiocres aussi. C'est un peu vulgaire (les balais à chiotte et les couches côtoient les films d'auteur et la littérature classique) mais ça cache surtout une grosse part de misère humaine et d'exploitation de la précarité pour les petites mains qui s'agitent dans les entrepôts...

Sans avoir la prétention de te convaincre, je finirai par te dire que j'ai failli travaillé 2x pour Amazon. La première cela ne s'est pas fait de leur coté (la ligne directrice des embauches est très scolaire et obéit à un process identique partout dans le monde). Après 6 entretiens et 2 tests (alors que j'étais en poste ailleurs et donc pas en recherche d'emploi) mes interlocuteurs m'ont dit qu'un de mes interviewers avait émis une réserve. Les décisions d'embauche imposant chez Amazon une décision collégiale à l'unanimité les entretiens se sont arrêtés là. Je précise que ces entretiens étaient pour travailler dans un des sièges européen pas dans un entrepôt.

2 ans plus tard, presque jour pour jour, je me suis à nouveau retrouvé en entretien avec Amazon alors que là encore j'étais en poste ailleurs. A nouveau 2 tests, 7 interviews en tout dont le premier avec le Luxembourg et les autres dans le cadre de rendez-vous ou de conférence tél. A l'issue de cet exercice alors que le feedback était positif coté Amazon cette fois et que je devais faire une dernière interview de principe avec un cadre US, c'est moi qui est mis un terme au processus de recrutement pour au moins 2 raisons clés :

1/ parce que je ne me voyais pas bosser sous les "tables de lois de Jeff Bezos" affichées sous forme de posters sur chaque mur de chaque bureau ou chaque salle de pause ou de réunion. Le coté zéro autonomie, tout est dicté et professé de Seattle et personne ne l'ouvre ne m'intéresse pas dans le travail. Bosser comme au MacDo même avec un salaire de cadre sup, reste un boulot peu enthousiasmant à moyen terme.

2/ parce que ces échanges avec des cadres m'avait offert un désagréable spectacle d'arrogance et de certitude qu'Amazon voulait tuer tout et tout le monde sans état d'âme. Le succès aide rarement à être humble mais j'en avais la preuve de plus.

avatar SMDL | 

@tantpis :

Merci pour le témoignage.

avatar saji_sama | 

Amazon c'est comme les hyper avec les agriculteurs, une logique de prédateurs sur fond de baisse des prix et de pseudo pouvoir d'achat, et les idiots utiles tombent en pleins dedans...

avatar alan1bangkok | 

@showbiz787

@alan1bangkok :
On s'en fout de ta science exacte nous on est terre a terre on guillotine si pas content et on part a la guerre si besoin est.

Le monde tremble déjà ..

avatar kac | 

Et personne ne pense jamais aux marches Africains... qui a pourtant la croissance la plus forte de ces dernières années et qui peut être d'un grand souffle pour ces entreprises

Pages

CONNEXION UTILISATEUR