La petite histoire du data center de Google qui faillit ouvrir en France

Florian Innocente |

Google a considéré l'ouverture d'un data center à proximité de Lyon, dans l'Ain. C'est une histoire qui a maintenant quelques années, mais dont le magazine Tout Lyon Affiches a obtenu pour la première fois quelques détails. Ils sont publiés dans sa dernière édition papier. En 2008, Google avait mis plusieurs pays et régions en concurrence pour l'installation d'un nouveau data center. La Bretagne et l'Ain s'étaient mis sur les rangs.

L'ancienne usine à papier de Hamina en Finlande transformée en un data center qui aurait pu s'élever en France

Le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (PIPA) est situé à une quarantaine de kilomètres de Lyon, en direction de Genève. Les négociations ont duré six mois entre un mystérieux géant américain et le Syndicat mixte du Parc Industriel. Elles avait été couvertes par un contrat de confidentialité « Google avait subtilement signifié à la France qu’en cas de fuites, le pays pouvait être blacklisté de tous projets futurs » a raconté une personne engagée dans le dossier.

Malgré quatre déplacements confidentiels en terre rhônalpine, le nom du géant américain ne sera connu que tardivement, lorsqu’un des dirigeants, connu uniquement par son prénom, sortit son billet d’avion. « Nous avons tapé son nom dans le moteur de recherche de Google et nous avons vite fait le rapprochement », nous confie un proche du dossier. Mais rien ne transpire. Même lors des entretiens réalisés sur place entre les deux équipes, durant lesquels les membres du syndicat mixte devaient répondre à un questionnaire de 140 critères aidés d’interprètes.

Fin 2008, malgré l'appui de Matignon et de François Fillon, c'est la Finlande, avec le site de Hamina, qui fut retenue. Les températures y sont plus basses et en particulier celles de la mer Baltique, en comparaison des fleuves alentours pour l'Ain. Google a investi 350 millions d'euros sur le site finlandais entre mars 2009 et août 2012, avec plus de 2 500 personnes impliquées à des degrés divers. La carte des data centers de Google n'en montre que deux autres en Europe, en Irlande et en Belgique.

Sur le même sujet, une autre installation aiguise la curiosité de sites américains depuis quelques jours. Une imposante structure flottante sur quatre niveaux est en construction dans la baie de San Francisco. Certains indices et des personnes la rattachent à Google. CNET qui a enquêté le premier sur le sujet y a vu un futur data center flottant. Une idée développée par Google dans un brevet.

La barge dans la baie de San Francisco

Mais un autre média, KPIX parle d'une installation prévue pour la promotion et la vente des futures Google Glass, une sorte de magasin flottant. Une autre construction similaire, rattachée au même propriétaire, a été aperçue dans le Maine, dans l'Est des États-Unis. Le mystère est encore épais et Google n'a fait aucun commentaire.

Une autre vue

avatar MacGyver | 

je propose de faire greve pour qu'ils reviennent

avatar cdp86 | 

Ahah +1000

avatar cdp86 | 

"Nous minimisons l'impact sur l'environnement en refroidissant d'abord l'eau avant de la remettre dans le Golf" Mouais... J'aimerais bien savoir la différence de température avant / après quand même... (cf refroidissement nucléaire)

avatar Mathias10 | 

@Mac*Gyver :
Trop fort^^

avatar Perc3val | 

Chauffer les poissons c'est con,
Chauffer les habitants alentours c'est mieux.

Non mais sérieusement il pas moyen de faire du chauffage à distance avec de pareil installation ?

avatar fousfous | 

@Perc3val

avatar fousfous | 

@Perc3val

Si, c'est possible. Mais ça coûte un peu plus chère.

avatar Florian Innocente | 

Test v3

avatar eseldorm (non vérifié) | 

qu'il est beau le bay bridge !!! aussi bien le nouveau que l'ancien. mais plus l'ancien quand meme.

avatar cecemf | 

Google Store ! LOL

avatar Denauw88 | 

Sur la carte des datacenters, le datacenter en Finlande est bien représenté... A corriger MacG!!

avatar diegue | 

J'aime beaucoup Google par son dynamisme et son "éparpillement" positif.
Néanmoins on parle des prix d'Apple mais la Nexus 10, pour son look, son poids, etc est loin d'être low cost !

avatar zearnal | 

Encore un fois la France montre son incapacité à faire du business avec les grosses boites ( si, vous savez celle qui ont les moyens de verser des salaires autre que misérables). A mon avis, la question du climat n'est que infime partie de l'equation.

avatar huguesdelamure | 

@innocente :
Ah ouais d'accord :D ça tease, ça tease

avatar macbookeur75 | 

quand les boites étrangères regardent ce qui se passe chez nous, tant niveau taxation que syndical, j'imagine qu'ils vont finalement s'installer n'importe où sauf en France

avatar gator | 

@macbookeur75
Si, au lieu de baver tes a-priori, tu utilisais par exemple les outils que te propose Google en tapant "taux de syndicalisation par pays", tu verrais pour 2010 :
Finlande : 69%
France: 7,8%
(source OCDE, un dangereux repère de gauchistes)

avatar Francis Kuntz | 

Hahaha, bien joue. macbookeur75, le petit haineux de base qui ne sait pas de quoi il parle.

Sans parler que niveau taxe, la scandinavie s'est largement superieur a la France.
Si un salarie n'est pas syndique, il ne touche pas le chomage completement s'il est vire (en suede en tout cas).

avatar gator | 

Même topo sur l'imposition :
http://europa.eu/rapid/press-release_STAT-13-68_fr.htm?locale=fr

Je t'invite donc à aller macbooker en Finlande, tu devras te syndiquer (si je me souviens bien les acquis sociaux négociés par les syndicats ne bénéficient qu'aux syndiqués), payer plus d'impôts et en plus tu te caillera les miches.

avatar Francis Kuntz | 

Bon ben pareil qu'en suede donc ;)

avatar Francis Kuntz | 

On aurait du tout raconter depuis le debut, je ne vois pas ce que ca ferait que Google black list la France. Ils font deja rien et ne paie pas leur taxe. On s'en tape.

avatar didier31 | 

On dit plus "Google" mais NSA , Vous connaissez qwant ?

CONNEXION UTILISATEUR