Microsoft présente sa vision du multitouch

Arnaud de la Grandière |
On l'oublie peut-être un peu trop facilement, mais si Apple est la première à avoir démocratisé le multitouch avec l'iPhone et l'iPod touch, elle est loin d'en être à l'origine, pas plus d'ailleurs qu'elle n'est la première à avoir commercialisé un tel système. Outre les démonstrations techniques qu'on a pu voir fleurir sur le net, et les différents périphériques qui le permettaient déjà, Microsoft avait également présenté Surface une poignée de mois après l'annonce de l'iPhone, bien qu'il ne s'agisse pas d'un écran tactile capacitif.

Néanmoins, cette expérience a pu être profitable à la firme de Redmond en matière d'interface. Et elle entend bien la mettre à profit dans Windows 7, qui incluera des fonctions dédiées aux écrans tactiles. Le blog de Microsoft en fait d'ailleurs le détail et, une fois n'est pas coutume, il semble que les ingénieurs aient fait en sorte qu'il ne s'agisse pas d'un simple ajout de surface, sans jeu de mot. Non pas que Windows 7 ait pour autant été construit autour de cette fonctionnalité (c'est là où on en revient aux inconvénients de la multitude de machines hétéroclites susceptibles de faire tourner Windows), mais l'intégration semble tout de même harmonieuse.

L'interface graphique de Windows 7 n'a pas été bâtie autour du multitouch, cependant elle en tient compte : ainsi, si l'utilisateur se trouve face à une machine qui dispose de capacités multitouch, la seule différence visible sera une icône deux fois plus grande dans la barre de tâches pour afficher le bureau.

D'autres éléments ont été conçus pour rendre Windows 7 exploitable avec les doigts, ainsi des vignettes assez grandes dans Aero Peek (l'équivalent du Dock, une des nouveautés de Windows 7). Partant du constat qu'il est impossible d'utiliser le survol comme avec une souris sur un écran multitouch, un tap maintenu activera ce mode. De même, la "Jump List" (le menu local présentant la liste des fenêtres actives pour chaque logiciel dans la barre de tâches) s'affichera avec un interligne plus grand sur une machine exploitant le multitouch afin d'en rendre la sélection plus facile.

Le seuil de détection pour retailler les fenêtres a été augmenté et il est possible de changer la taille d'une fenêtre en la déplaçant vers un des bords de l'écran. Microsoft a également prévu un clavier tactile à l'écran, comme sur l'iPhone, permettant de transformer n'importe quel PC du commerce doté d'un écran idoine en kiosque public. De plus, les logiciels livrés avec Windows 7, comme Internet Explorer 8, ont été adaptés à des interactions digitales aisées. On retrouve naturellement les gestes qui permettent d'effectuer différentes tâches du bout des doigts, comme le "taper-déposer", le défilement des fenêtres, la rotation, le click droit, le zoom, et les mouvements avant-arrière pour naviguer, comme le montre la vidéo ci-dessous.



Ces gestes rappelleront d'ailleurs quelques souvenirs aux utilisateurs des ordinateurs portables d'Apple : ils évoquent furieusement les gestes multi-touch qui sont proposés sur toute la gamme de portables Mac, ce qu'un article du site Fast Company ne manque pas de relever.

Le blog de Microsoft entre dans les nombreux détails de ce qu'il a été nécessaire de faire pour arriver à un tel résultat, insistant sur les nombreux tests et variations de paramètres pour rendre le tout simple et efficace. On se croirait presque chez Apple.

Microsoft présente également une version de Surface Globe, l'équivalent de Google Earth en version multitouch, initialement développé pour Surface et adapté pour Windows Seven. On ignore cependant si le logiciel sera livré avec.



À noter que l'arrivée du nouveau système semble d'ailleurs imminente, puisque la Release Candidate, entamant le dernier cycle du bêta test, a été brièvement disponible sur le site de Microsoft.

Si Microsoft semble avoir fait de son mieux pour proposer une interface multitouch agréable et intuitive, qui soit harmonieusement intégrée à son système d'exploitation, on peut cependant s'interroger sur une telle initiative : hormis les kiosques publics et les tablet PC, qui sont deux applications de niche, il semble peu probable que les utilisateurs fassent grand usage du multitouch sur un PC.

Le bras tendu à l'horizontale, les traces de doigt sur un écran autrement plus difficile à frotter sur le revers de sa veste qu'un iPhone, le tout fera probablement office de gadget dont on se lassera bien vite. En attendant, Microsoft aura vendu Windows Seven sur cet argument, et les constructeurs de PC auront écoulé des PC tactiles...

Sur le même sujet :
Jeff Han, le multi-touch aujourd'hui et demain

avatar noAr | 
"insistant sur les nombreux tests et variations de paramètres pour rendre le tout simple et efficace. On se croirait presque chez Apple." Mais c'est bien le seul truc que puisse craindre Apple : que crosoft se mette à bosser (en plus de racheter Surface…) sans gaspiller son budget R&D.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR