L'anniversaire de Xserve

Christophe Laporte |
Il y a quatre ans et un jour, Steve Jobs dévoilait Xserve, le premier serveur signé Apple depuis bien longtemps. Ce matériel, présenté tout logiquement comme le pendant naturel de Mac OS X Server, signait la volonté d'Apple d'amorcer son retour dans l'entreprise. En misant sur la simplicité, la fiabilité et la sécurité de sa solution, Apple espérait bien se faire une place entre Unix/Linux et Windows. Même petite, une place pouvait être très lucrative pour Apple, les marges, notamment grâce aux contrats de maintenance, étant plus élevée que dans l'informatique grand public.

Il fallut attendre la sortie de Xserve G5 en janvier 2004 pour que la firme de Steve Jobs commence à conquérir d'autres niches que celles qui lui étaient déjà acquises comme les créatifs. Grâce à la puissance du processeur G5 et l'architecture de Mac OS X, Xserve devenait une très bonne alternative pour tous ceux désireux de construire des super ordinateurs "à moindres frais ". On se souvient notamment de Big Mac qui occupa pendant un moment la troisième place du prestigieux classement des 500 superordinateurs les plus puissants du monde. Le cluster de Virgina Tech, était initialement composé de 1100 Power Macintosh G5 avant d'être remplacé par des Xserve. Afin de répondre aux besoins de ce marché, la société californienne lança Xserve Cluster Node, un modèle spécialement conçu pour ce genre d'applications.

Malgré quelques succès, Apple ne parvint toutefois jamais à passer la vitesse supérieure. Les différentes études conféraient à Xserve une dixième place sur le marché des serveurs avec une part de marché de 0,5 %. Mais, c'est le petit frère de Xserve, Xserve RAID, qui donna un véritable élan à l'offre serveur d'Apple. La solution de stockage 3U connaît depuis son lancement un réel succès. Pour preuve, 40 % des Xserve Raid vendus sont reliés à des serveurs PC. La dernière étude en date, fin 2005, conférait à Apple la douzième place sur ce marché en pleine croissance. Entre 2004 et 2005, les ventes de Xserve RAID ont doublé pour atteindre 185 millions de dollars. À en croire les spécialistes, cette accélération devrait perdurer en 2006 et pourrait permettre à Apple de rentrer dans le top 10 cette année.

Mais revenons-en à Xserve. Si Apple n'a pas réussi à davantage le populariser, c'est avant tout la faute à un manque de volonté. Outre une communication réduite au strict minimum, le constructeur a toujours fait le juste minimum en terme de mise à jour. La dernière révision date de janvier 2005. Gageons qu'Apple s'attachera à donner un nouveau souffle prochainement avec des Xserve à la sauce Intel. Si le géant des semi-conducteurs montre la même implication que pour les ordinateurs grand public d'Apple, le résultat pourrait être séduisant. En attendant, joyeux anniversaire à Xserve qui, chaque jour, participe au bon fonctionnement de ce site !

avatar Hero | 
Je suis entièrement d'accord avec le dernier paragraphe : -Un manque de volonté -Une mauvaise communication -Très peu de MàJ etc...
avatar marc | 
Au delà du Xserve, c'est toute la politique vers les pros qui est à blâmer chez Apple. Au niveau des licences, c'est une catastrophe. Aucun accompagnement pour faire évoluer des parcs de MacOS 10.3 vers 10.4, aucune politique de mises à jour de clusters, pour aucun logiciel, etc. Voir encore la licence de WebObjects qui est devenu du grand n'importe quoi. Non vraiment, Apple reste grand public mais n'a absolument pas la carrure pour séduire les professionnels.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Et puis il manque également une offre logiciel pour serveurs... genre une plateforme de groupware fiable et plus facile d'accès que les solutions adaptées de linux et qui s'harmonisent mal avec MacOS Serveur...
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Il on vraiment un problème avec la com et la pub, chez Apple
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Je pense aussi que Apple ont beaucoup de mal à acquérir une culture d'entreprise Unix ou serveurs d'entreprise de manière plus générale. Il y a l'aspect prix également : un Xserve G5 de base coute 2692 € H.T. alors que l'entrée de gamme 1U chez Dell est à 819 €. Nul besoin de se demander pourquoi ces derniers peuplent par milliers les data centers... Meme la fourniture du système d'exploitation ne justifie pas une telle différence de prix !

CONNEXION UTILISATEUR