Tim Cook s'insurge contre « les réglementations qui pourraient mettre en péril la confidentialité et la sécurité »

Stéphane Moussie |

La future réglementation européenne sur les grandes plateformes numériques (DMA) reste au travers de la gorge de Tim Cook. Invité à s'exprimer lors d'une conférence organisée par l'International Association of Privacy Professionals, le dirigeant a répété qu'Apple était « profondément préoccupée par les réglementations qui pourraient mettre en péril la confidentialité et la sécurité. »

Après avoir mentionné plusieurs mesures de confidentialité récemment introduites dans iOS et macOS (encadrement du pistage publicitaire, Relais privé, emails masqués…), Tim Cook a déclaré qu'il craignait que certaines d'entre elles disparaissent bientôt.

Comme il l'avait déjà fait lors d'autres prises de paroles publiques, il a affirmé que le sideloading et les boutiques alternatives d'apps, une disposition prévue dans le DMA, représentaient un risque important pour la sécurité et la vie privée des utilisateurs.

« Pour être clair, Apple soutient les régulations en faveur de la confidentialité. Nous soutenons depuis longtemps le RGPD et nous applaudissons les nombreux pays qui ont leurs propres lois de confidentialité. Nous demandons aussi toujours une nouvelle loi forte en faveur de la confidentialité aux États-Unis », a-t-il fait savoir. Mais les réglementations qui veulent desserrer la mainmise qu'Apple a sur l'iPhone ne lui plaisent guère.

« Les partisans de ces réglementations affirment qu'en donnant le choix aux gens aucun mal ne sera fait. Mais retirer une option plus sécurisée laissera aux utilisateurs moins de choix, pas plus », a déclaré Tim Cook. Un propos assez cavalier, puisqu'il n'est pas question dans le DMA de « retirer une option plus sécurisée », l'App Store pourra rester en place.

« Apple croit en la concurrence ! », s'est-il exclamé ensuite pour mieux répéter juste après que si Apple était forcé d'accepter sur iPhone les apps provenant hors de l'App Store, « les conséquences imprévues seraient profondes. » Sans jamais nommer explicitement le DMA, il a appelé la communauté des professionnels de la confidentialité à se joindre aux efforts d'Apple pour « s'assurer que les réglementations soient élaborées et mises en œuvre de telle sorte à protéger les droits fondamentaux de chacun. »


avatar pagaupa | 

Ahhh le Tim Cook! Tellement prévisible ! 😂

avatar Insomnia | 

Le bla bla habituel de la sécurité est trop facile… Si les GAFAM n’ont que ce qu’ils méritent, entre les très peu d’imports qu’ils paient et les blocages qu’ils opèrent sur leurs store, il est temps que cela change et qu’ils comprennent que c’est pas eux qui décident de tout. Le pire c’est que certains d’entre vous trouve normal que ce genre d’entreprise paient des représentants du peuple européen pour leur seul avantage au détriment des utilisateurs. Le DMA prouvera qu’ils ne peuvent faire ce qu’ils veulent, n’en déplaise à certains ici qui vont défendre Apple bec et ongle.

avatar byte_order | 

"s'assurer que les réglementations soient élaborées et mises en œuvre de telle sorte à protéger les droits fondamentaux de chacun."

Par *chacun*, on est bien d'accord que cela ne se limite donc pas uniquement à Apple ou aux utilisateurs, hein ?

avatar anonx | 

Bois un Capri Seum 🤣🤣🤣🤣

avatar Tatooland | 

La mauvaise foi de certains est tout simplement incroyable.

Le système futur sera exactement le même que sur Mac. Il y aura un AppStore officiel (comme le Mac AppStore sur Mac) ET la possibilité d’avoir des magasins d’applications tiers (comme Steam sur Mac par exemple) ET la possibilité d’installer des apps tierces (comme sur Mac).
C’est tout.

Il va falloir arrêter de gober l’argumentaire d’Apple sans y voir la pure com’ d’un groupe qui s’est fait forgé un trésor de guerre comme aucune entreprise grâce en partie à un énorme gatekeeping qui devient très gênant et potentiellement dangereux (les péripéties de Navigo sur iPhone, l’échec des solutions de paiement mobile européennes, l’impossibilité de développer des solutions souveraines comme TousAntiCovid et j’en passe).

Est-ce que ce sera moins sécurisé: bien sûr.
Est-ce que ce sera le p*tain de far west: loin de là, les 90% des gens se contenteront de l’AppStore d’Apple qui est déjà bien implanté.

avatar Sillage | 

« « Les partisans de ces réglementations affirment qu'en donnant le choix aux gens aucun mal ne sera fait. Mais retirer une option plus sécurisée laissera aux utilisateurs moins de choix, pas plus », a déclaré Tim Cook. »

« Un propos assez cavalier, puisqu'il n'est pas question dans le DMA de « retirer une option plus sécurisée », l'App Store pourra rester en place. »

Ce dernier commentaire, je ne suis pas d’accord.

En effet, pour celui qui veut conserver la sécurité de l’App Store, il aura moins de choix. C’est logique. Ne pas comprendre ça me consterne.

Que ce soit les développeurs ou autre, altruisme n’existe pas. Moyen de se faire plus de fric ailleurs, on y va. L’App Store va être déserté.

Il n’y aura plus que des apps gratuites et/ou remplies de pubs sur l’app store alors que les payantes seront ailleurs. Ça va être bordélique. Vérifier la source d’une app avant de l’installer sera légion. S’assurer de la légitimité de son auteur, et comment s’assurer que cette dernière ne sera pas remplie de mouchard en tout genre, etc…

Bref, le bordel.

L’utilisateur final aura moins de choix. C’est bien dommage.

avatar byte_order | 

@Sillage
> En effet, pour celui qui veut conserver la sécurité de l’App Store, il aura moins de choix.

Moins de choix d'apps dans ce store, vous voulez dire ?

Mais il se trouve que cela n'a *jamais* été un choix, ça. Ce n'est pas l'utilisateur qui choisi ce que le développeur d'une app veut en faire. C'est son app, pas la votre, ni celle d'Apple.

Si l'AppStore continue d'offrir la meilleure solution de distribution pour le développeur, il continuera de choisir de la distribuer sur l'AppStore. P'tet plus uniquement là, mais cela ne vous retire rien quand un produit est *également* dispo dans un autre supermarché que le votre, non ?

Si l'AppStore ne lui convient plus, c'est qu'il cherche autre chose, et comme c'est *son* app, le résultat de *ses* efforts, il n'appartient ni a vous ni a Apple de lui imposer ce qu'il doit faire de son travail. Vous, le choix qui vous reste c'est de ne pas consommer son app ou de continuer à le faire en acceptant d'aller vous fournir ailleurs que dans votre magasin préféré.

Ce que vous voudriez c'est le modèle Appleistan : tous les produits doivent être dispo dans l'unique magasin d'état.
Désolé, les marchés économiques en UE et aux USA ne fonctionnent pas sur le modèle soviétique. Le producteur y est libre de choisir son distributeur, et même de distribuer en direct si cela lui chante.

Cela n'a jamais été un choix de votre part que toutes les apps iOS ne soient distribuées que par l'AppStore. Apple a choisi de l'imposer pour en tirer profit, mais c'est un abus de contrôle d'accès sur une plateforme qui ne lui appartient pas, et les régulateurs de marché ont enfin décidé de siffler la fin de la fête à l'impunité.

Vous noterez d'ailleurs que le régulateur se bouge parce que les plaintes des développeurs se sont accumulés, toutes portant sur l'atteinte à leur droit de choisir leur canal de distribution, leur prestataire de paiement dématérialisé, etc).

Cela n'a jamais été votre choix d'utilisateur, ça.
Tout comme aucun consommauteur n'a jamais eu le choix que toutes les marques de soda, toutes, soit forcément disponibles, toutes, dans votre supermarché.

avatar Sillage | 

@byte_order

Je vais vous répondre avec quelques métaphores, de manière un peu philosophique.

« Ce n'est pas l'utilisateur qui choisi ce que le développeur d'une app veut en faire. C'est son app, pas la votre, ni celle d'Apple. »

Les lois sont là pour réguler les choses. Beaucoup de choses, quand elles deviennent indispensables, doivent être régulées. Certaines apps sont devenus incontournables, de ce fait, les développeurs doivent respecter des règles. Je pense particulièrement à cette histoire d’interoperabilité des apps de messagerie.

De plus, il y a des activités illicites faites par certaines apps. Donc oui, c’est leur app, mais ils n’ont pas le droit de la distribuer si cela ne respecte pas des règles.

Et pour continuer dans votre raisonnement, les iPhones, iOS, c’est Apple. C’est leur plateforme, pas celle des développeurs, pas la vôtre. Ils ont donc le droit d’en faire ce qu’ils veulent.

Voyez-vous le problème dans votre raisonnement ?

avatar Sillage | 

@byte_order

« Si l'AppStore continue d'offrir la meilleure solution de distribution pour le développeur, il continuera de choisir de la distribuer sur l'AppStore. »

Les développeurs sont loins d’être altruistes. On le voit très bien. La seule chose qui motive est l’appât du gain partout. Le fait qu’il y ait de mouchard, sniffer nos informations, de manière secrète et bien cachée, etc. le prouve bien.

« Si l'AppStore ne lui convient plus, c'est qu'il cherche autre chose, et comme c'est son app, le résultat de ses efforts, il n'appartient ni a vous ni a Apple de lui imposer ce qu'il doit faire de son travail. »

En effet, c’est son app. Mais il doit faire avec les règles de la plateforme sur laquelle il veut la distribuer. Pourquoi l’auteur d’un app, ses efforts primeraient sur Apple et ses efforts ?
Même dilemme qu’avant.

Pourquoi donc une règle et liberté ne s’appliquerait qu’à une seule personne et pas à une autre.

Connaissez-vous cette phrase ?
« La liberté des uns s’arrête là où commence celles des autres ! »

avatar Sillage | 

@byte_order

« Vous, le choix qui vous reste c'est de ne pas consommer son app ou de continuer à le faire en acceptant d'aller vous fournir ailleurs que dans votre magasin préféré. »

Ce n’est pas si simple. Une fois qu’une ressource indispensable n’est débitée que dans un endroit, on n’a pas le choix. D’où l’importance de régulations. Ce que vous dites, ne pas consommer, donc s’isoler. C’est votre solution au problème…

« Ce que vous voudriez c'est le modèle Appleistan : tous les produits doivent être dispo dans l'unique magasin d'état.
Désolé, les marchés économiques en UE et aux USA ne fonctionnent pas sur le modèle soviétique. Le producteur y est libre de choisir son distributeur, et même de distribuer en direct si cela lui chante. »

On voit que vous avez pris parti. Moi, ce que je vois, c’est que au final, c’est les consommateurs tels que nous qui trinquerons.
Le modèle économique que vous décrivez ne s’applique selon vous qu’à certains groupes mais pas à d’autres, en d’autres termes seulement à ceux qui vous touchent de près.

« Cela n'a jamais été un choix de votre part que toutes les apps iOS ne soient distribuées que par l'AppStore. »
J’ai choisi un iPhone en toute connaissance de cause. On ne m’a pas mis un couteau sous la gorge pour en acheter un. Évidemment, les choses ont évolué.

« Apple a choisi de l'imposer pour en tirer profit, mais c'est un abus de contrôle d'accès sur une plateforme qui ne lui appartient pas, et les régulateurs de marché ont enfin décidé de siffler la fin de la fête à l'impunité. »

Une « plateforme qui ne lui appartient pas »? iOS, l’AppStore, n’appartiennent pas à Apple ?

Évidemment, Apple a été avare et maintenant il y a le retour de bâton. Ils n’ont pas su trouver la limite, et ça leur revient en pleine figure. Je ne défend pas Apple. Apple est plein de défauts. Je constate seulement la situation et prends une vision globale du problème.

avatar Sillage | 

@byte_order

« Vous noterez d'ailleurs que le régulateur se bouge parce que les plaintes des développeurs se sont accumulés, toutes portant sur l'atteinte à leur droit de choisir leur canal de distribution, leur prestataire de paiement dématérialisé, etc). »

Il a suffit d’un acteur, tout comme d’autres #MeToo (que je ne dénigre pas) pour lancer une mode. Il y a du fric à se faire. C’est humain, les développeurs vont lancer des plaintes car ils pourraient gagner plus. Il ne le font pas pour le bien des consommateurs. Zéro altruisme. Tout est du business. Je ne serais même pas étonné que certains élus (incultes en technologie, incapable de voir/comprendre les conséquences de leurs décisions) y vont de leur sentiment personnel (et pas en fonction du bien de la communauté) et d’avantages qu’ils pourraient avoir. La corruption existe encore et toujours…

« Cela n'a jamais été votre choix d'utilisateur, ça.
Tout comme aucun consommauteur n'a jamais eu le choix que toutes les marques de soda, toutes, soit forcément disponibles, toutes, dans votre supermarché. »

En tant qu’être humain, je n’ai pas le choix. Je suis né dans une société qui a des lois, et je dois m’y conformer. Je n’ai jamais eu le choix.

Dans les supermarchés, pour les sodas, à nouveau, c’est du business. Ils ne seraient pas proposés si il n’y avait pas du fric, et d’autres ne le sont pas car le marché est trop petit et ne rapporte pas assez. Raison pour laquelle beaucoup de produits ne sont que en France et pas en Suisse, alors que pas produits en France.

avatar Sillage | 

@byte_order

En résumé, on vit dans un monde avare et égoïste. (Sauf rares exceptions).

Même ici in le voit les gens commentent en fonction de leurs préférences, débattent en fonction de ce « qui les arranges ».

Vivre en société ce n’est pas ce qui nous arrange nous, mais ce qui va bénéficier à la majorité.

Il y aura toujours des mécontents. Mais c’est ça vivre en société. C’est aussi accepter le choix majoritaire.

J’essaie de rester pragmatique et de mettre de côté mon intérêt personnel (égoïste).

avatar Sillage | 

@byte_order

Allez lire le commentaire de @Claude72 Quo suis cette conversation.

avatar claude72 | 

https://en.wikipedia.org/wiki/Download_Valley

Désolé, l'article est en anglais… mais il explique bien les activités de tout ce groupe de sociétés sans scrupule qui fabriquent des malwares et les ajoutent dans des packages de logiciels disponibles chez les distributeurs de freewares et de sharewares les plus connus et les plus mis en avant par les moteurs de recherche !

Par exemple, faites une recherche du genre "télécharger acrobat reader" (ou Firefox) : les 2 premières réponses envoient vers Adobe (ou Mozilla), donc la boutique officielle…
… et toutes les réponses suivantes envoient vers des sites de téléchargement gratuits et plus ou moins douteux : commentcamarche.net, 01net.com, clubic.com, softonic.com, cnetfrance.fr, dont certains sont cités dans l'article de Wiki comme étant des sites qui diffusent les malwares/adwares/spywares de la "download valley".

Le pire, c'est que tous ces brigands (concepteurs et diffuseurs) sont des sociétés légales, qui conçoivent des malwares légalement et les distribuent légalement, et sans que personnes ne les inquiète.

En résumé, les structures pour arnaquer les utilisateurs trop crédules et pas assez prudents, car le plus souvent ignorants, sont déjà toutes bien en place, elles sont bien rôdées, et elles ont déjà bien montré leur efficacité puisqu'elles ont déjà infecté de leurs malwares des millions de PC, de Mac et de téléphones Android… Elles sont aussi bien connues dans les milieux de l'informatique, et pourtant, avec leur DMA, et l'obligation du "sideloading", les autorités (in)compétentes vont leur servir sur un plateau toute une clientèle supplémentaire de victimes potentielles sous iOS !!!

avatar Krysten2001 | 

@claude72

Oui mais Byte_Order ne comprend rien à cela 😉

avatar claude72 | 

Pourtant, c'est une réalité qui existe déjà depuis longtemps !
On n'est même plus au stade les supputations et/ou les suppositions du genre ça risque de faire ceci ou celà ! On peut facilement constater que la réalité est déjà là, puisque ces "boutiques" alternatives pour télécharger des logiciels existent déjà depuis quelques années pour PC, Mac et Android, et qu'elles inondent déjà le marché de malwares, dont on sait même qui les conçoit et pourquoi !!!
Et donc il est clair que dès l'ouverture du sideloading pour iOS ces sociétés vont faire sous iOS ce qu'elles font déjà pour les autres OS, c'est à dire inonder le marché iOS de logiciels vérolés.

Logiciels vérolés, et, accessoirement, logiciels pas à jour : ça c'est l'autre problème des boutiques alternatives, qui ne suivent pas exactement au jour le jour l'actualité de tous les logiciels qu'elles distribuent, et donc beaucoup de logiciels ne sont pas tenus à jour : pour reprendre mon exemple précédent, aujourd'hui Mozilla propose le téléchargement de FireFox 99.0.1, alors que Clubic en est resté à la version 99.0 !

avatar Sillage | 

@claude72

Enfin quelqu’un qui voit clair. Merci pour ce partage.

J’imagine encore que après les gens vont râler sur Apple car leur appareil est lent, qu’il y a eu vol d’identité, ou je ne sais quoi d’autre.

Honnêtement, avec du sideloading, mieux vaut supprimer les applications bancaires de son smartphone. Car j’imagine bien une app tourner en tache de fond et enregistrer ce qu’il se passe sur l’écran lors de la saisie d’un mot de passe.

Rien ne pourrait bloquer cela. Enfin, je ne suis pas développeur, mais j’imagine que c’est faisable. La fonction d’enregistrement de l’écran de l’OS pourrait être détournée.

avatar Sillage | 

@Krysten2001

« Oui mais Byte_Order ne comprend rien à cela 😉 »

100% d’accord.

avatar r e m y | 

Plutôt que de s'insurger, il ferait mieux de convaincre de la nécessité de maintenir un contrôle par Apple de toutes les apps iOS quel que soit le canal de distribution (Apple AppStore, store alternatif, site de l'éditeur...)
Techniquement Apple dispose de la solution via la notarization. iOS plutôt que de n'autoriser que les apps signées par l'AppStore, peut facilement n'autoriser que les apps disposant du certificat de notarisation.
Si la sécurité des utilisateurs est bien leur priorité, c'est sur ce point qu'ils devraient essayer de convaincre que ce contrôle de sécurité obligatoire doit leur être autorisé.

avatar Sillage | 

@r e m y

Assez d’accord. Je ne trouve pas très intelligent la façon dont il se bat.

avatar Krysten2001 | 

@Sillage

La notarization n’est qu’une partie de l’équation 😉 Ça ne sera jamais aussi fiable que ce qu’on a actuellement.

avatar r e m y | 

Sur Mac la notarization est une option possible mais non obligatoire.
Sur iOS où tous les développeurs ont connu que l'obligation de faire valider leur app pour être autorisé à la publier, maintenir cette obligation de vérification par Apple me semble parfaitement acceptable.
On aurait le même niveau de sécurité qu'actuellement (toutes les apps vérifiées par Apple) tout en autorisant ceux qui le souhaite à diffuser l'app par d'autres canaux que l'AppStore d'Apple.
Et iOS peut parfaitement bloquer toutes les apps non notariés (ou celles dont le certificat indiquerait qu'elle est différente de la version qui a été vérifiée), tout comme iOS bloque actuellement toutes les apps n'ayant pas une signature AppStore valide.

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Vraiment pas la même sécurité😉

avatar r e m y | 

Bien sûr que si! C'est EXACTEMENT la même chose que ce que fait aujourd'hui Apple sur iOS!

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Non car là notarization n’est qu’une partie de l’équation. On le voit sur Mac. Rien ne pourra mieux faire que le système actuel 😉

avatar xTidus | 

Honnêtement, je ne comprends pas certains qui défendent bec et ongles le système implanté par Apple "sous prétexte" que permettre le side loading changera irrémédiablement le système iOS et sa sécurité et créera une catastrophe.

Le Mac AppStore existe et on peut également installer d'autres logiciels depuis Safari, cela fait-il de MacOS un système instable et infesté de Malwares?
Bien sûr, il est effectivement vrai que la notoriété des apps sur téléphone et ordinateur est différente, les personnes accordent bien plus facilement une confiance vis-à-vis des applications sur l'AppStore mobile mais dans ce cas, Apple peut toujours insister davantage sur la sécurité de SA boutique et faire le marketing de SA boutique, n'est-ce-pas ?
De toute façon, si Apple est contraint d'autoriser le side loading, il est sûr et certain qu'Apple affichera de nombreux pop-ups sur la sécurité qui pourrait être éventuellement compromise. (Coucou le Mac, c'est un ingénieux système n'est-ce-pas?)
Au final, si une boutique alternative s'installe (ce qui n'est évidemment pas acquise au vue de la popularité de l'AppStore), elle aurait tout intérêt à rassurer les clients potentiels sur la sécurité qu'elle propose.
Si ce n'est pas le cas, le client aura des doutes et prendra la RESPONSABILITE ou non d'installer l'application. Il faut arrêter de considérer que le client lambda a besoin de l'assistance permanence d'une multinationale, sinon dites aussi le bonjour à Meta, je pense qu'ils seront heureux de vous y aider.

Et puis, pourquoi justifier par tout son contraire? Peut-être parce qu'elle est là l'argumentation d'Apple? Si elle autorise le side loading, pour quelles raisons tous les clients déserteraient-ils la boutique qu'ils ont utilisé jusque-là ?
La justification serait que certaines applications pourraient préférer s'installer dans une boutique autre que l'AppStore obligeant le client à venir dans celle-là. Mais dans ce cas, pourquoi une autre application concurrente n'émergerait-elle pas depuis l'Appstore afin de concurrencer celle-ci? La base de clients d'Apple reste énorme et je vois très très peu de développeurs pouvant se passer de celle-ci.
Et puis, dans ce cas, cela obligerait-il pas Apple à être peut-être plus généreuse sur les commissions qu'elle prélève? Elle est peut être là la concurrence qui pourrait se mettre en place.
Alors bien sûr, Apple, dans tous les cas reste perdant. (une affaire de sous comme on dit)
Les gagnants peuvent être les consommateurs ou bien les développeurs. On pourrait y voir l'émergence de nouvelles boutiques qui n'ont pu s'implanter dans l'AppStore à cause de ce fameux système. En tout cas, cela pourrait redistribuer les cartes et ce n'est pas plus mal. (cela règlerait peut être les questions de concurrences déloyales avec certaines apps...)
Ensuite, bon, je ne vais pas développer de long, en large et en travers mais le Google PlayStore existe également et je ne crois pas que la majorité des téléphones Android soient infestés de malwares et que c'est une catastrophe depuis 10 ans sur Android... D'autres commentaires développent pertinemment sur le sujet.

Au final, effectivement, Apple devrait faire face à des changements.
Le premier étant le fait qu'elle devra réaffirmer la sécurité de l'AppStore, la rendre vraiment incontournable, investir pour affirmer la sécurité qu'elle propose. (à coup de marketing mais bon, là je ne plains pas Apple, je ne pense pas que l'AppStore n'en deviendrait plus rentable)
Bien sûr, il n'y aura pas autant de milliards récoltés par Apple mais est-ce plus mal ? (sauf pour les actionnaires bien sûr...) Ces milliards récoltés sont-ils légitimes au vu de l'importante commission prélevée sur la durée ?
Peut être qu'elle reportera effectivement le manque à gagner sur le matériel mais hmm, dans ce cas elle aura également moins de clients si les prix montent trop. Et si cela n'est pas le cas, cela signifie qu'elle ne présente pas/plus vraiment de concurrent sérieux, on pourrait se demander si Apple n'est pas devenue un Trust?

Bref, tout ça est compliqué et il y a énormément de facteurs à prendre en compte. Pas juste des suppositions à la va-vite comme certains le font : NON, l'iPhone n'en deviendra alors pas une passoire sur la sécurité pour autant.

avatar webHAL1 | 

@xTidus :

Bravo pour ce commentaire plein de bon sens. 👍

Maintenant, il est évident qu'il n'aura aucun écho auprès des inconditionnels d'Apple, qui n'ont jamais utilisé un appareil Android mais sont persuadés que le système de Google est un enfer sécuritaire et que la seule façon pour eux de se protéger des dangers numériques est de déléguer toute leur souveraineté à Apple.

avatar Sillage | 

@webHAL1

« Maintenant, il est évident qu'il n'aura aucun écho auprès des inconditionnels d'Apple, qui n'ont jamais utilisé un appareil Android »

Je ne suis pas un inconditionnel d’Apple. Je déteste MacOS cela dit. J’ai un iPhone.

Et j’ai aussi un Androïd de côté. Il s’est trouvé mal en point et a nécessité un reset global.

Les gens devraient être un peu plus pragmatique. Il y a d’autres façon d’imposer des choses plutôt que le sideloading. Il y a des lois pour contrer les positions dominantes, qui limites les tarifs, etc…

Le vrais problème des dev, c’est la commission, et des règles trop strictes (et parfois floues) de l’AppStore. Réguler ceci, tout comme c’est fait ailleurs dans d’autres domaines.

C’est une idée. Le problème est très complexe, et l’égoïsme des gens n’aide pas au débat.

avatar webHAL1 | 

@Sillage :
« Les gens devraient être un peu plus pragmatique. Il y a d’autres façon d’imposer des choses plutôt que le sideloading. »

Qui sont ces "gens" dans votre phrase ? Car s'il s'agit des législateurs, ils font au contraire preuve d'un grand pragmatisme : ils s'appliquent à corriger une situation où la concurrence est biaisée.

« Il y a des lois pour contrer les positions dominantes, qui limites les tarifs, etc… »

Exactement. C'est bien le sens du Digital Markets Act (D.M.A.) européen : contrer les situations de position dominante des géants technologique. Les États-Unis planchent sur quelque chose de similaire. Ainsi bien sûr que d'autres pays dans le monde. Cela prend du temps, comme toujours quand il s'agit de législations, mais ça se met en place et, malgré les cris d'orfraie de certains, cela aboutira à une situation plus favorable aux développeurs et, in fine, aux consommateurs.
Quant à "limiter les tarifs", ce n'est en aucun cas l'idée. Les acteurs sont libres de proposer les tarifs qui leur plaisent, et pourquoi devrait-il en être autrement ? Si demain Apple veut prélever une commission de 150% sur les produits tiers vendus sur l'Apple Store en ligne, pour quelles raisons ne le pourrait-elle pas ? Sauf que les clients iront très probablement voir ailleurs.
Elle vend par exemple actuellement le clavier de Logitech Keys-to-Go pour iPad au prix de CHF 69.95. Grand bien lui fasse si elle souhaite le vendre CHF 108.-, bien qu'on puisse le trouver dans d'autres magasins à CHF 54.-. Elle le propose déjà plus cher que d'autres commerçants, si elle parvient à le vendre au double du prix que ces derniers offrent, tant mieux pour elle.

« Le vrais problème des dev, c’est la commission [...] »

Absolument pas, non. CERTAINS développeurs grognent contre la commission prélevée par Apple, mais il y en a beaucoup pour qui elle ne pose aucun problème.
Je souligne au passage que cet argument est régulièrement utilisé par ceux qui sont persuadés que les développeurs ne sont que des rapaces, qui veulent le beurre, l'argent du beurre, la jouissance de la crémerie et les données personnelles de l'ensemble des clients de celle-ci. C'est une façon de voir les choses parfaitement détestable, qui part du postulat que les créateurs d'applications ne sont motivés que par l'appât du gain et n'ont aucune considération pour leurs utilisateurs, et qu'il est indispensable d'avoir un acteur comme Apple pour nous protéger des dangers qu'ils représentent. Car, bien sûr, on veut utiliser leurs applications, dont on peut régulièrement lire qu'elles sont "indispensables".

« [...] et des règles trop strictes (et parfois floues) de l’AppStore. »

Là encore, non. Ce n'est pas le grief principal.
Le VRAI problème des développeurs iOS, c'est qu'il n'y a qu'un seul et unique canal de distribution pour leurs applications. Si demain ce monopole disparaît, et qu'iOS offre un vrai choix en termes de boutiques applicatives (pas comme Android, où Google dispose d'une position fortement dominante, et s'emploie à la renforcer, comme l'ont montré ses agissements envers Samsung et Epic), aucun développeur ne se plaindra que les règles de l'App Store sont trop strictes, trop floues, trop ci ou trop ça. Un(e) développeur/se se tournera vers le magasin le plus intéressant pour lui/elle. Et l'utilisateur final fera de même. Les boutiques seront en concurrence entre elles, et obligées de satisfaire les deux. Contrairement à aujourd'hui, où Apple n'a absolument aucune incitation à satisfaire qui que ce soit d'autre qu'elle-même.

« Réguler ceci, tout comme c’est fait ailleurs dans d’autres domaines. »

Bonne nouvelle, c'est justement ce qui arrive avec le Digital Markets Act (D.M.A.) européen. Ça prendra du temps, ça ne sera de loin pas parfait, mais, si l'objectif est atteint, ça permettra de casser le monopole d'Apple sur la distribution d'applications iOS et la position dominante de Google sur celles Android. :-)

avatar Sillage | 

@xTidus

« Le Mac AppStore existe et on peut également installer d'autres logiciels depuis Safari, cela fait-il de MacOS un système instable et infesté de Malwares?
Bien sûr, il est effectivement vrai que la notoriété des apps sur téléphone et ordinateur est différente »

Il y a des apps indispensables. Un Mac par exemple n’est pa un outil de communication en soit, alors que l’iPhone si. Et le Mac est rempli de malware si l’utilisateur ne fait pas attention de l’endroit où il télécharge son application.

« Apple peut toujours insister davantage sur la sécurité de SA boutique et faire le marketing de SA boutique, n'est-ce-pas ? »
Si l’app indispensable que tout le monde est habitué à utilisé n’y est plus, ils peuvent faire le marketing qu’ils veulent. Je vois bien Facebook comme exemple…. Ils seraient sûrement les premiers à se barrer pour faire à leur sauce afin de pomper bien plus d’infos. Pardon, voler nos informations.

« Au final, si une boutique alternative s'installe (ce qui n'est évidemment pas acquise au vue de la popularité de l'AppStore), elle aurait tout intérêt à rassurer les clients potentiels sur la sécurité qu'elle propose. »
Bien évidemment, c’est un jeu de popularité et de confiance. Mais un éditeur ira distribuer là où il y a le plus de profit à se faire.

« Si ce n'est pas le cas, le client aura des doutes et prendra la RESPONSABILITE ou non d'installer l'application. »
Cela dépend. Demandez à des gens de désinstaller Facebook, whatsapp, etc… Ce n’est pas si simple. Il y a des apps qui sont devenues indispensables.

« Il faut arrêter de considérer que le client lambda a besoin de l'assistance permanence d'une multinationale, sinon dites aussi le bonjour à Meta, je pense qu'ils seront heureux de vous y aider. »
Je me demande pourquoi le monde du malware/spyware est toujours si actif. Pourquoi les entreprises investissent pour former leur employés sur les risques et les bons réflexes à adopter?
Sûrement parce que tout le monde n’y comprend pas grand chose.

« Si elle autorise le side loading, pour quelles raisons tous les clients déserteraient-ils la boutique qu'ils ont utilisé jusque-là ? »

Pour un dev: Question de fric. Tout simplement.
Pour un utilisateur de l’iPhone: parce que l’app indispensable n’y est pas.

« La justification serait que certaines applications pourraient préférer s'installer dans une boutique autre que l'AppStore obligeant le client à venir dans celle-là. Mais dans ce cas, pourquoi une autre application concurrente n'émergerait-elle pas depuis l'Appstore afin de concurrencer celle-ci? »
Il n’est pas si facile à faire. Il faut des moyens. Une idée de ce qui fait tourner WhatsApp ? Ok, il y a telegram, signal, etc… Ce n’est pas si simple. C’est comme compter sur la communauté du logiciel libre pour développer des concurrents face aux énormes capitaux de certaines entreprises.

« La base de clients d'Apple reste énorme et je vois très très peu de développeurs pouvant se passer de celle-ci. »

Une fois que certaines apps populaires seront ailleurs, on imagine Epic, Meta, être les premiers à se barrer, cela rendra populaire une autre plateforme et le mouvement sera lancé.
Donc un dev n’aura rien à perdre.

« Et puis, dans ce cas, cela obligerait-il pas Apple à être peut-être plus généreuse sur les commissions qu'elle prélève? »

Apple, de part le développement des logiciels permettant de programmer et compiler son app, le contrôle effectuer, la solution clé en main des paiements et ce qui va avec, etc, à un coût que d’autres plateformes ne proposeront pas.
Maintenant, Apple a des marges plus que conséquentes. Et oui, c’est vrai, le coût additionnel engendré par les paiements et la compta supplémentaire qu’il y aura via une autre plateforme fera peut-être que le développeur reste sur l’app store. Mais c’est très difficile à définir.

« Alors bien sûr, Apple, dans tous les cas reste perdant. (une affaire de sous comme on dit) »
Dans cette histoire, tout est question de sous. La sécurité est ce qui distingue Apple aussi, donc argument valide, mais il y a la question des sous aussi.

« Les gagnants peuvent être les consommateurs ou bien les développeurs. »
Plutôt de la chair à canon. En général, si il y a des perdants, ce seront les utilisateurs. Moins les dev. Et il ne faut pas se leurrer, rien n’est gratuit. Quand on pense que l’on a gagné, il y a un vice caché que l’on a peut-être pas vu et qui fera surface que bien trop tard.

« Ensuite, bon, je ne vais pas développer de long, en large et en travers mais le Google PlayStore existe également et je ne crois pas que la majorité des téléphones Android soient infestés de malwares et que c'est une catastrophe depuis 10 ans sur Android... »
Je ne suis pas un expert sur Android, mais nombreux sont les éléments que l’on ne remarque pas, et je suis toujours resté sur le play store. Mais je me souviens de pas mal de malwares qui avaient été dans les news. Apple a aussi laissé passer des apps. Mais dans une nettement moi ère proportion et faisant moins de dégâts.

« Au final, effectivement, Apple devrait faire face à des changements. »
On ne peut que être d’accord avec ceci. Ils ont été trop avares. Ce qu’il se passe maintenant est une conséquence pour avoir trop tiré sur la corde.

Le premier étant le fait qu'elle devra réaffirmer la sécurité de l'AppStore, la rendre vraiment incontournable, investir pour affirmer la sécurité qu'elle propose. (à coup de marketing mais bon, là je ne plains pas Apple, je ne pense pas que l'AppStore n'en deviendrait plus rentable)
Bien sûr, il n'y aura pas autant de milliards récoltés par Apple mais est-ce plus mal ? (sauf pour les actionnaires bien sûr...) Ces milliards récoltés sont-ils légitimes au vu de l'importante commission prélevée sur la durée ?

« Peut être qu'elle reportera effectivement le manque à gagner sur le matériel mais hmm, dans ce cas elle aura également moins de clients si les prix montent trop. Et si cela n'est pas le cas, cela signifie qu'elle ne présente pas/plus vraiment de concurrent sérieux, on pourrait se demander si Apple n'est pas devenue un Trust? »

Au final, c’est nous les perdants. Le prix des iPhones a grimpé terriblement. Il y avait déjà eu des articles sur les marges d’Apple, ce qu’un appareil coûte à la prod, ce que le dev coûte, etc… la marge est conséquente. Bien plus élevée que bien d’autres appareils. Mais c’est Apple, on paie un « premium ». Ils pourraient augmenter de $100 leurs iPhones, les gens les achèteraient toujours.

« Bref, tout ça est compliqué et il y a énormément de facteurs à prendre en compte. »

Là est la chose la plus sensée écrite. Tout le monde a son avis, très biaisé par de l’égoïsme (affinité ou croyance personnelle, sans voir le tableau en entier).

« Pas juste des suppositions à la va-vite comme certains le font : NON, l'iPhone n'en deviendra alors pas une passoire sur la sécurité pour autant. »

Pas très clair ceci. Que voulez-vous dire ?
On n’en sait rien pour l’instant. Deviendra ou ne deviendra pas une passoire. C’est un coût de poker que ces chers élus font. Ai-je la solution ? Oh que non… Le problème est très complexe.

Mais il va de soir que l’aspect sécuritaire des iPhones va tomber.

avatar fte | 

“It would also potentially give bad actors a way around the comprehensive security protections we have put in place, putting them in direct contact with our users."

Hum. Bad, maybe, but mostly good actors… et je (nous) ne suis (sommes) pas "our users" d’Apple. J’utilise principalement des applications pas d’Apple. Je suis l’utilisateur de produits de tiers.

Je ne suis pas la propriété d’Apple, et mon téléphone ne l’est pas non plus. Mais il est clair à écouter Cook qu’il pense que nous leur appartenons, ou plus justement que notre clientèle leur appartient à eux seuls.

Quelle prétention ! Quelle déconnection !

Non. Juste non. Absolument non. Vive le DMA, vive l’Open App Markets Act américain !

avatar Mike Mac | 

Les stores multiples, c'est comme un principe de laïcité. Chacun sa came et son fourniseur.

Et l'Apple Store unique, c'est en quelque sorte la chrétienté puritaine imposée à tous !

Peut-être d'ailleurs qu'une seule église imposée pour le pays résolverait une partie de nos problèmes sociétaux ?

Pour un Flo-Mo, toutes ces églises sur le marché doivent être une source d'angoisses existentielles. Il y des risques de camelotes vérolées pour les dévôts car non contrôlées et non forunies exclusivement par le Saint-Siège.

avatar 0MiguelAnge0 | 

Tim, j’ai versé une petite larme: ah les méchants qui veulent s’attaquer à tes revenues protégées par des règles anti-concurentielles….

avatar setsuna | 

Comme toujours ce sont les gens qui ne sont pas dans le métier qui parlent.
Surtout quand on li qu’il est préférable de faire confiance en Epic/Steam/Windows/…. ?
Pire encore facebook et Google ! Vous êtes au courant qu’ils ne respecte pas les lois européennes sur la protection des données ?
Et cela depuis 2018 au moins (date de mise en place de la GDPR).
Donc bon.

Si c’est pour que les gens prennent le risque puis se plaindre d’une fuite des données ce n’est pas la peine. Autant rester protéger au maximum.
Et puis en quoi c’est gênant d’avoir seulement l’Apple store ? A part donner plus d’argent à d’autres boites très riches qui n’hésiteraient pas a trifouiller nos données, les revendre qui ne respecteraient pas les lois européenne comme c’est déjà le cas pour certaines grosses boites.

avatar r e m y | 

S'ils ne respectent pas le RGPD depuis 2018, ce n'est donc pas l'AppStore qui empêche de fonctionner tout en étant hors la loi...

avatar fte | 

@setsuna

"Et puis en quoi c’est gênant d’avoir seulement l’Apple store ?"

Tu es un utilisateur de l’application [nom d’une application géniale], tu as payé pour, Apple décide de retirer l’app du store, tu n’as plus ton app pour laquelle tu as payé.

Ça pourrait être de la fiction, ce serait bien que ce soit de la fiction, malheureusement ça s’est produit, plusieurs fois.

C’est gênant.

avatar setsuna | 

Apple ne veux pas introduire un gestionnaire qui ne respecte pas la sécurité d’autrui.
Autrement dit google et facebook s’ils devait être des gestionnaire tout en continuant leur règle anti-sécuritaire c’est mettre en péril la sécurité des gens qui leur font confiance.

avatar setsuna | 

Être contre c’est miser sur la sécurité de tous. Pas seulement de certains.

avatar setsuna | 

En sachant que les gens vont devoir donner leur numéro de carte bleu pour payer les apps à l’achat ou en in-app sur des gestionnaires refusant de respecter les lois actuelle de GDPR c’est quand même fou.

avatar r e m y | 

Personne n'a jamais été obligé de donner son numéro de carte bancaire à une société en laquelle il n'a pas confiance, c'est quoi ce délire....

Aujourd'hui, me concernant, même Apple n'a jamais eu mon numéro de carte bancaire !

avatar setsuna | 

Vous me fêtes penser à des automobilistes qui râlent à cause d’une hausse des prix des contraventions. C’est du n’importe quoi. Respecter la loi et il n’y aura aucun souci ! Arrêtez de vous plaindre.

C’est la même chose pour Apple. Ils font tout pour la sécurité. Ouvrir plus de porte diminuera la sécurité. Faut arrêter de se plaindre.
A part par cupidité et l’envie de gagner plus aux détriment de la sécurité la loi ne propose rien de bon.

avatar r e m y | 

Dans le même commentaire
"Respectez la loi et il n'y aura aucun souci" et "la loi ne propose rien de bon"
Fallait oser... 🤭

avatar fte | 

@setsuna

"Ils font tout pour la sécurité."

Non. Absolument pas. Il y a au contraire de gros manques et des mauvaises pratiques en place. Absolument pas exemplaire.

avatar setsuna | 

J’ai parlé de numéro de carte bancaire car des gens font ça. Et les sociétés comme steam et epic le font déjà. Et imaginons. Qu’ils devienne un gestionnaire d’App. Ils vont proposer ce service …
C’est tout. Mais en général ce sont les autres donnes qui sont demandé. (Adresse mail, applications téléchargé, application désinstalle, …) avec ça déjà on a une orientation du genre de la personne. Ça peut renforcer le finger print pour l’affichage de pub personnalisé.
Chose qu’Apple à bridé en désactivant l’idfa par défaut pour protéger le peuple.
Alors bon…

avatar r e m y | 

Faudrait quand même se souvenir que l'IDFA est une création d'Apple et qu'Apple pourrait très bien décider de le supprimer! Or aujourd'hui iOS fournit toujours cet identifiant à ceux qui souhaitent continuer à l'utiliser ...
Par contre c'est iOS qui force l'affichage de la fenêtre de consentement de l'utilisateur quand l'IDFA est utilisé par une app. Peu importe que cette app soit distribuée par l'AppStore ou par un autre canal.

avatar r e m y | 

Concernant Steam et Epic, ils sont déjà des "gestionnaires d'app" pour reprendre votre terminologie. J'ai un compte Steam (sur Mac et PC), j'ai aussi un compte GOG, et pourtant aucun de ces magasins ne dispose de mes coordonnées bancaires ...
Les gens sont adultes, ils pratiquent les achats sur Internet depuis des décennies maintenant, ils sont assez grands pour savoir quand et où laisser leur numéro de carte bancaire ou IBAN.

avatar setsuna | 

L’idfa est une chose. Les donnes personnelle en est une autre.
La loi va presque permettre d’avoir accès aux données téléchargé sur le téléphone.
Tu t’en rappel peut être mais ça revient à utiliser l’UDID ! Hors, Apple ne le permet plus !

Donc ça va à l’encontre de ce qu’Apple à voulu faire il y a 10ans quand ils ont bloqué l’udid.
Et oui Apple reconnaît s’est erreur. Et ils ont voulu rectifier leur création l’idfa qui avait aussi été adopté par les autres marques.

L’idfa est un choix. Mais il est plus sur que de transmettre des informations précises à des entreprise.

Dans mes phrases « il faut respecter la loi » et « la loi ne propose rien de bon »
Tu es hors context.
La première phrase a été utilisé dans le contexte d’une lois déjà présente et en vigueur.
La seconde est une proposition de loi qui n’est pas appliqué mais qui ne propose rien de bon. Autrement dit, elle permet l’introduction potentiel de problème de sécurité.

Je dit potentiel mais comme Google et facebook ne respecte déjà pas la loi. On sait par avance que ce sera aussi le cas s’il deviennent des gestionnaire d’app.
Donc argumentez un peu avant de parler.

On veut des discussions concrètes !

avatar r e m y | 

Les données sur le téléphone... c'est iOS qui contrôle l'accès à ces données ! Que l'app soit distribuée par l'AppStore ou par n'importe quel canal, iOS reste le même avec les mêmes protections!

avatar Krysten2001 | 

@r e m y

Si l’app embarque le SDK approprié !!!

Les apps sur Tutuapp ou appvalley ne le font pas…

avatar webHAL1 | 

@Krysten2001 :

Une application "n'embarque" pas un SDK. Je sais que tu as l'habitude de parler de choses que tu ne comprends et ne connais absolument pas, mais au bout d'un moment il faudrait arrêter un peu...

https://fr.wikipedia.org/wiki/Kit_de_d%C3%A9veloppement

Pages

CONNEXION UTILISATEUR