La pandémie n’arrête pas les audits chez les fournisseurs d’Apple

Anthony Nelzin-Santos |

Responsabilité sociale, droits des travailleurs, santé et sécurité, formation et développement professionnel, protection de l’environnement… Apple publie son rapport annuel sur la responsabilité sociale et environnementale de sa chaine de production. Malgré la pandémie de coronavirus, ni Apple ni ses fournisseurs n’ont baissé la garde.

Image Apple.

« Nous avons dû faire de gros efforts pour nous adapter à la Covid-19 », explique Sabih Khan, vice-président senior d’Apple en charge des opérations, « mais cela ne nous a pas empêchés de progresser dans notre travail de longue haleine ». Apple a réalisé 1 121 évaluations dans 53 pays, à peine moins que l’an dernier, pour assurer que ses fournisseurs respectaient son code de conduite et son engagement en faveur des droits humains.

En cinq ans, la part de fournisseurs adhérant strictement au cahier des charges de la firme de Cupertino a progressé de 36 points, pour atteindre 83 % en 2020. Les mauvais élèves ont été pratiquement éliminés, et les rares violations ne concernent plus les conditions de travail, mais le non-respect des normes environnementales ou la fourniture de faux documents.

Ce qui ne veut pas dire que la servitude n’existe plus ! Apple a coupé les ponts avec 8 % de ses potentiels futurs fournisseurs, argüant de violations patentes de son code de conduite. Et alors qu’elle « limite » le temps hebdomadaire de travail à 60 heures avec un jour de repos tous les sept jours, encore 7 % des fournisseurs abusent des heures supplémentaires.

Apple espère atteindre 90 % de conformité d’ici à 2025, pour mettre l’accent sur la formation continue des employés, mais aussi et surtout sur les enjeux environnementaux. Le rapport sur la responsabilité sociale se confond de plus en plus avec celui sur la responsabilité environnementale, publié au mois de mars, à l’occasion du « Jour de la Terre » (lire : Obligations vertes : pour Apple, l’énergie propre est un bon business).


avatar xDave | 

« Et alors qu’elle « limite » le temps hebdomadaire de travail à 60 heures avec un jour de repos tous les sept jours, »

Ah ouais trop bien 60 heures par semaine !

avatar raoolito | 

@xDave

disons qu'en france, 35heures ca fait bien rire des qu'on quitte les frontières de l'hexagone…
Mais soyons honnetes, les commerçants ou les freelances rigolent (jaune) également de cela.

Notons que la limite legale en europe est de 48h (de souvenir) et qu'au Maroc c'est 44h par semaine...

avatar xDave | 

@raoolito

Oui en tant que free je souris, de là à rire, il y a tout de même une marge.
Je ne pense pas qu’il y ait matière à moquer les 35 heures.
Je serai même favorable à une semaine de 4 jours et non 5 (et j’ai été patron aussi).

Là, on est quasi au double. Je trouve ça plutôt triste.

avatar raoolito | 

@xDave

j'aurias du preciser "rire jaune", je pense, j'edite le message

avatar Paquito06 | 

@xDave

"Je ne pense pas qu’il y ait matière à moquer les 35 heures. "

Il n’y a tout simplement pas matiere a se moquer d’un quelconque volume horaire de travail hebdo car c’est selon l’individu, son age et son statut.

J’ai commencé en tant qu’etudiant (18 ans) a faire des menages en part time (au black, qq heures par semaine), puis a balayer les rues (35h/semaine, payé par la mairie, donc, impossible de travailler plus, tres limitant), puis a travailler dans la securite pour une boite privee, j’etais a 35h mais je demandais plus et je montais jusqu’a 60h/semaine: m’en moquais, j’etais etudiant et je voulais gagner de l’argent. Petit bemol, ca payait pas, c’etait le smic horaire. J’aurais meme pu fait 140h/semaine, mais au final je gagnais pas grand chose. Avec mon master en finance j’ai fini a wall street en sortie d’etudes où c’est du 40h/semaine (officiel, c’est le contrat new yorkais, la base aux US). Je faisais plutot 45h+ par semaine, mais la paye etait infiniment plus elevee. A present, j’suis dans la fintech a SF, où les boites sont bien plus respectueuses du work-life balance, et je me tiens à 40h/semaine (contrat officiel). Hors de question de retourner a travailler davantage, car je gagnerais pas necessairement plus (sur le plan financier ou personnel, pour un employeur privé). En conclusion, toutes les comparaisons sont vaseuses, il s’agit simplement comme je l’ecrivais au debut du stage de vie de chacun (etudiant, jeune diplomé, mid senior, etc.), du statut (smic ou non, public/privé, bonus et autres perks). Dans tous les cas, travailler au smic a 35h ou 60h/semaine c’est pas folichon, si on travaille davantage, autant que ca commence a payer.

avatar xDave | 

@Paquito06

On est bien d’accord sur le ratio temps/rémunération et que c’est évidemment selon les capacités, envies et objectifs de chacun.
Je pointais du doigt cet horaire parce que j’ai comme un gros doute sir le fait que ça soit des postes très bien rémunérés, voire bien loin d’un SMIC en relatif, et non « pénibles ».

avatar Paquito06 | 

@xDave

C’est certain, pour les sous traitants apple, c’est de l’esclavage moderne. Ceux qui tiennent la route te payent au lance pierre comme on dit, minimum legal, ils te font travailler 15h par jour si la loi le permet, tu dois pointer, tes pauses sont monitorees… pour ceux avec qui Apple cesse les partenariats, c’est la jungle, tu cours parfois apres ta paye… 😏

avatar Steekus | 

@Paquito06

« J’ai commencé en tant qu’etudiant (18 ans) a faire des menages en part time »
« A present, j’suis dans la fintech a SF, où les boites sont bien plus respectueuses du work-life balance »

Le rêve américain..
T’as songé à écrire un livre, on aimerait en savoir plus!

avatar Paquito06 | 

@Steekus

Ca rentre bien dans le cadre du reve americain en effet 🤓 Et c’est rien a coté de ce que certains start upeurs sont capable de realiser autour de moi a SF, venant de pays où l’education est bcp moins accessible! Pour le bouquin, on attendra, j’ai encore besoin d’enrichir mon experience (mondiale) 😋

avatar Steekus | 

@Paquito06

Bien répondu!
💪👍

avatar fousfous | 

@raoolito

Oui enfin les 35h c'est surtout un mythe, y a pas grand monde sur ce rythme malheureusement, ce serait pourtant une solution pour baisser le taux de chômage et diminuer les burn-out qui coûtent une fortune à la société.

avatar raoolito | 

@fousfous

"y a pas grand monde sur ce rythme malheureusement"
ha si, pas trop le choix c'est la durée legale du travail. Donc soit les salariés recoivent plus d'argent soit plus de rtt
sinon c'est illegal

avatar fousfous | 

@raoolito

Le forfait jour ne donne pas de limites d'heure, et donc pas d'heures supplémentaires ni de RTT.

avatar Phiphi | 

@raoolito

Dans de nombreux cas les contrats en heures sont encore à 40 ou 39 heures, donc 4 ou 5 heures supplémentaires obligatoires (payées).
Quand aux contrats en jours, même avec les RTT le compte n’y est le plus souvent largement pas puisque le nombre d’heures n’est pas vérifier, et pour avoir de bonne notes, rares sont ceux qui n’en font pas trop, voire beaucoup trop.
Avec le télétravail Covid, c’est encore pire. Pour ne surtout pas être mal vu … le nombre de burn-out a explosé 🤷‍♂️.

avatar raoolito | 

@Phiphi

"Avec le télétravail Covid, c’est encore pire. Pour ne surtout pas être mal vu … le nombre de burn-out a explosé 🤷‍♂️."
sans denier le lien teletravail<>burnout, on doit bien preciser que durant la meme periode on a eu 3x confinement generalisé et pandémie mondiale (et avalanche de nouvelles plus stressantes et perturbantes et angoissantes les unes que les autres. Sans bien sur parler du travail à la maison (teletravail donc) avec les marmots en meme temps.
J'entend par là que le teletravail en lui-même n'est pas forcement annonciateur de burnout, il y a un environnement pro et perso qui compte beaucoup.

avatar Phiphi | 

@raoolito

Le télétravail mal préparé, mal organisé, mal surveillé est quand même une plaie qui a été généralisée par le télétravail. Les confinés sans télétravail ont plutôt fait de simples dépressions, même si parfois graves, que des burn-out caractérisés !

avatar raoolito | 

@Phiphi

oui sans doute
il y a aussi des millions de gens qui sont différents les uns des autres. regardez dans ces fils de discussions, tant de monde pleure pour retourner au café
perso cela ne m'a jamais naturellement plu, je suis un amoureux de ma solitude et du coup le télétravail n'a jamais ete une plaie, la vie financière du freelance parfois plus mais je ne me suis jamais autant épanoui que de rester devant mon ordi a communiquer par chat et produire 20h par jour
sous entendu, le burn-out ne menace pas tous les travailleurs a distance, il menace d'abord ceux qui le frôlaient avant mais que l'environnement pro protegeait un peu.
la psychologie est un art, je n'y connais pas grand chose je l'admet

avatar Phiphi | 

@raoolito
Sans rentrer dans les détails je me base simplement sur les constatations de la médecine du travail et de la sécu pour dire que ça a augmenté en 2020. Sinon dans le détail tu as raison.

avatar raoolito | 

Aller, tous avec moi, POPCORN ORGIIEEEE

🍿🍿🍿🍿
et champagne (parce qu'on va en avoir certainement des tonnesà
🍾

avatar Moonwalker | 

« servitude »

Sortez les violons.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Moonwalker : c’est une blague, j’espère ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Esclavage_contemporain
avatar Moonwalker | 

Mon dieu ! Wikipédia !!! La vérité révélée… ou pas.

J’ai cherché Apple dans la page et rien.

On fabrique des iPhones dans les Laogai ? J’ai un gros doute.

Sinon le ton général de l’article fait penser à un publi-reportage à la gloire d’Apple. Un peu plus de distanciation n’aurait pas fait de mal. M’enfin, il est écrit « servitude » l’honneur de l’esprit critique est sauf.

avatar Anthony Nelzin-Santos | 
@Moonwalker : m’est avis que tu comprends la phrase à l’envers. M’enfin.
avatar Moonwalker | 

Possible.

M’enfin la servitude dans la chaine de production d’Apple, je trouve le mot un peu forcé.

Et puis, ça me dérange ces postures façon chien de Pavlov dès qu’on parle du travail en Chine. C’est pour cela que les entreprises se sont installées là-bas, parce que la main d’œuvre était nombreuses, « flexible » et pas chère. Il est bien temps de s’en plaindre.

avatar IceWizard | 

@Moonwalker

« « servitude »
Sortez les violons. »

Dit-il avec fierté, exprimant sa supériorité morale sur son téléphone chinois, fabriqué dans la zone économique spéciale Nord-coréenne de Rason, gérée par la Banque Centrale de la Corée du Nord. 798 km2 d’installations industrielles pour fabriquer la quincaillerie geek pas chère, que les MoonWalker exhibent avec orgueil, vantant le rapport qualité/prix.

À une époque, il y avait deux autres zones économiques, où des entreprises sud-coréennes faisaient travailler des nord-coréens, fermées il y a quelques années quand les relations entre les deux Corées se sont refroidies.

Les travailleurs nord-coréens étaient considérés comme des veinards dans leurs pays, car ils arrivaient à doubler leurs maigres salaires en revendant sur le marché noir les petites barrettes de chocolats, fournis comme desserts par les entreprises sud-coréennes gérant les repas des « travailleurs ».

avatar occam | 

@IceWizard

Merci de cette piqûre de rappel nécessaire.

avatar Moonwalker | 

@IceWard

blah blah blah.

Le pire c’est que tu crois à toutes les conneries que tu racontes. Comme tes pareils.

@occam

Effectivement, vous êtes pas mal chargés.

avatar IceWizard | 

@Moonwalker

"blah blah blah.
Le pire c’est que tu crois à toutes les conneries que tu racontes. Comme tes pareils."

Kim Jong-un aime ce post !

CONNEXION UTILISATEUR