Apple vs Epic : Apple ne veut pas du modèle Android

Florian Innocente |

Jardin fermé à dessein pour retenir ceux qui y sont entrés ou jardin sécurisé pour en protéger les occupants ? Epic et Apple ont une vision diamétralement opposée de l'App Store d'iOS. Leurs avocats respectifs ont encore eu l'occasion d'en faire état au premier jour du procès qui oppose les deux entreprises en Californie, et ce pour les trois semaines à venir.

« Epic veut que nous devenions Android, mais ce n'est pas ce que nous voulons », a déclaré Karen Dunn, l'une des avocates d'Apple, ajoutant « Et nos clients ne le veulent pas non plus. Ils veulent avoir le choix ». Le choix entre deux modèles. Celui d'Apple qui conditionne le téléchargement d'apps iOS à un passage par l'App Store, et celui de l'écosystème Android où l'on peut passer outre Google Play et aller chercher des apps ailleurs.

C'est tout l'enjeu du procès, Epic espère obtenir de la justice qu'Apple n'impose plus l'App Store (et, partant, son mode de paiement intégré) comme l'alpha et l'oméga du téléchargement et du paiement des apps et des contenus sur iOS.

« Le jardin aurait pu avoir une porte » a fait valoir Katherine B. Forrest, l'une des avocates d'Epic, affirmant que « Le plan d'Apple était d'enfermer les utilisateurs à l'intérieur et de les empêcher de changer et de quitter l'écosystème Apple ». Epic a produit plusieurs échanges internes montrant que les responsables d'Apple étaient parfaitement lucides quant à la capacité de leurs apps et de leurs services, lorsqu'ils sont réunis, à rendre plus compliqué un changement de plateforme pour les utilisateurs.

Sa consœur a renversé le point de vue, en se plaçant du côté des développeurs, et avancé la carte de la sécurité, une thématique sur laquelle Apple s'appuie systématiquement pour défendre son modèle : « Apple n'a pas créé un écosystème intégré et sûr pour empêcher les gens d'entrer », elle l'a fait pour « accueillir les développeurs sans sacrifier aux principes de confidentialité, de fiabilité, de sécurité et de qualité qu'attendent les consommateurs ».

Là encore, Epic a pu étaler, dans sa présentation préliminaire, des exemples où la surveillance du contenu de l'App Store par Apple a été prise en défaut, au grand dam de ses responsables.


avatar Roscotripack | 

Je parles pas nécessairement de sécurité mais tout ce qui tourne autour et bien sûr que c’es les développeurs qui faisons tous le gros du travail mais est fort de constater que l’iOS est plus fiable qu’ Androïdes et il y aura toujours des malins c’est le jeux du chats et de la souris. C’est claire que je gagnerais plus avec un autre store et Androïdes.

avatar byte_order | 

@Roscotripack
> Je parles pas nécessairement de sécurité mais tout ce qui tourne autour et
> bien sûr que c’es les développeurs qui faisons tous le gros du travail mais
> est fort de constater que l’iOS est plus fiable
> qu’Android (je me suis permis de corrigé car c'est indigne de vous si c'était volontaire)

Faudrait savoir, si ce sont les développeurs qui font le gros du travail, alors pourquoi en donner le crédit à iOS ?

Le sécurité comme la qualité des apps iOS est lié au processus de validation des apps. Ce processus à lieu *avant* la distribution, il n'est donc pas lié à la distribution.
Il est parfaitement possible d'envisager une certification "made for iOS" faite par Apple, payante pour les développeurs qui ne souhaitent pas distribuer sur l'AppStore.

La sécurité et la qualité des apps "made for iOS" restera la même qu'actuellement.

La seule nuance, c'est que l'usage de l'AppStore ne sera plus un monopole d'Apple, et donc les conditions qu'elle impose à toute app distribuée par l'AppStore le seront dans un contexte de concurrence, plus dans un contexte de monopole où certaines sont suspectées d'être abusives ou entravant la concurrence aux propres services d'Apple.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

Les deux vont de paire. Une vérification des apps pour retirer les virus qui pourraient infecter iOS.

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Les deux vont de paire.
> Une vérification des apps pour retirer les virus qui pourraient infecter iOS.

La vérification n'est pas faite à *chaque* distribution, elle est fait *avant* la mise à disposition sur le store. Peut importe donc le store.

De la même manière, dans le cas d'une app qui a réussie à passer entre les mailles, même après avoir été donc distribuée à des utilisateurs, la révocation de son certificat permet de la neutraliser. Peu importe là encore le store.

Les sites web ne sont pas hébergés chez un seul hébergeur. Pourtant, la sécurité durant le transport entre votre appareil et le site ainsi que la vérification de l'authentiticité du site (voir de votre appareil, car c'est faisable des 2 cotés, très pratique pour des sites type extranet) est pourtant vérifié grâce à un certificat.

Comment osez-vous encore visiter des sites web alors que leur contenu n'est pas hébergé chez un hébergeur central !?

avatar YAZombie | 

Utilisant les deux, avec iOS comme "base", j'ai du mal à voir en quoi Apple rendrait "plus compliqué un changement de plateforme pour les utilisateurs". Il y a quelques années je veux bien mais aujourd‘hui? Je retrouve sans problème toutes mes données de l'un à l'autre 🤷‍♂️

avatar Appleseed | 

@YAZombie

C'est une chose que certains ne veulent pas comprendre (par hypocrisie/mauvaise foi).
Une appli et ses données, ce n’est pas la même chose.
Que l'on soit obligé de reparamétrer une appli si on change de plateforme me semble normal puisque les réglages en rapport avec le tél sont liés au tél et à ce que permet son modèle.
Si on a par contre un compte lié une appli, les données sont généralement synchronisées avec les serveurs de la boite ayant développée l'appli.
Donc Apple, Android ou système d'exploitation pour ordi, c’est du pareil au même au niveau des données.

avatar byte_order | 

@YAZombie

Tous les abonnements pris via le In-App sont attachés à Apple.
Les apps achetées sur l'AppStore, quand bien même leurs éditeurs disposent d'une version pour Android et souhaiteraient offrir la portabilité de l'achat, ne le sont pas, les développeurs n'ayant pas accès à la liste de leurs acheteurs, juste le volume acheté.

Il n'y a guère donc que pour les apps qui reposent sur une connexion supplémentaire que c'est possible. Et là encore, cela impose qu'elles proposent l'option "Se Connecter avec Apple", qui non seulement dépend là encore du bon vouloir d'Apple mais de continuer de disposer d'un iPhone en état de marche à minima, car c'est une authentification à 2 facteurs, dont le second impose de continuer d'utiliser un appareil de "confiance". Coïncidence, Apple décide à votre place là encore en quel appareil vous pouvez avoir confiance. Hasard, surement, cela ne peut être *que* des appareils d'Apple...

Pouvoir quitter une plateforme alors que vous êtes contraint de conserver la précédente pour pouvoir continuer à vous connecter à vos apps sur la nouvelle plateforme, c'est pas franchement ce que j'appelle pouvoir quitter une plateforme librement.

avatar Krysten2001 | 

@byte_order

« car c'est une authentification à 2 facteurs, dont le second impose de continuer d'utiliser un appareil de "confiance". Coïncidence, Apple décide à votre place là encore en quel appareil vous pouvez avoir confiance. Hasard, surement, cela ne peut être que des appareils d'Apple... »

Expérience utilisateur, facilité, sécurité,… Vous le voyez ça aussi ?

Les gens veulent avoir le choix entre une plateforme cher et verrouillée qu’ils adorent et une autre plus libre.

avatar House M.D. | 

@Krysten2001

Non, il n’en a rien à battre et est prêt à déformer la réalité pour que ça corresponde à ses envies.

avatar byte_order | 

@House M.D.
Relisez le contexte local des commentaires avant de troller.

@YAZombie et @Appleseed disent qu'il n'y a aucun frein à la mobilité des utilisateurs de iOS vers Android.

Je souligne donc que pour quelqu'un qui a utilisé "Se Connecter avec Apple" pour s'identifier (et les données rattachées à cette identité) dans une app sur iOS sera contrainte de continuer à utiliser une plateforme d'Apple même si elle utilise la version Android de cette app, au moins pour doubler authentifier son identité. Ce qui est à l'encontre de l'absence de frein à la mobilité vers Android depuis iOS : devoir garder en double un iPhone pour valider son compte utilisée depuis une app Android.

Merci de me montrer comment on peut "Se Connecter avec Apple" sans n'avoir plus aucun besoin de disposer d'une plateforme d'Apple ?

avatar YAZombie | 

@byte_order: je ne comprends pas très bien l'argument "Connect with Apple". Peut-être que je n'utilise pas des apps qui me contraignent à l'utiliser, mais je n'en ai aucun usage - ni des "connecter avec" d'ailleurs, que ce soit Google, Twitter, Facebook ou autre. 1Password, Spotify, Office 365 en ce qui me concerne, mais j'ai aussi eu Jefit à un moment, ça marche sur les deux plateformes. Mais je reconnais que je ne suis pas joueur, c'est peut-être à ça que tu fais référence? Bref, ceci est une vraie question: pour quoi "Connect with Apple" est-il obligatoire?

avatar byte_order | 

@YAZombie

> pour quoi "Connect with Apple" est-il obligatoire?

L'usage de "Se Connecter avec Apple" n'est pas obligatoire.
Par contre il est systématiquement proposé comme méthode par toute app qui nécessite d'avoir un mécanisme d'identification et qui propose d'autre méthode également, parce qu'une règle de l'AppStore impose au développeur de devoir la proposer, ce qui augmente artificiellement son audience auprès d'une clientèle déjà très fortement captive, volontairement pour beaucoup si j'en crois les témoignages de certains ici.

Mon argument c'est que :
- l'utilisateur voit systématiquement cette méthode d'identification dans les apps qui nécessite une méthode d'identification

- l'utilisateur est probablement plus tenté d'utiliser celle-ci qu'une autre pour s'identifier dans une "nouvelle" app. Pour les anciennes apps qu'il utilise depuis longtemps, comme il a déjà un compte via une autre méthode d'identification, il continue à utiliser cette méthode très probablement. Mais pour une nouvelle app, il aura probablement moins tendance à utiliser son compte Facebook, Google ou Twitter, dont il a entendu des craintes sur la confidentialité, que d'essayer la méthode d'Apple.

- Contrairement aux autres méthodes d'identification, celle d'Apple nécessite d'avoir forcément un appareil d'Apple sous la main, afin de pouvoir réaliser la double authentification.

- Ce qui rend l'utilisateur de cette méthode de facto plus captif d'Apple, car dans le cas où il voudrait quitter l'écosystème d'Apple, les apps avec lequel il utilisait cette méthode d'identification, même si elles existent sur sa nouvelle plateforme, ne l'autoriseront pas à s'identifier sans que régulièrement le mécanisme "Se Connecter avec Apple" ne demande à l'utilisateur de confirmer son identité via un appareil de confiance... qui ne peut être qu'un appareil d'Apple. Pour ne plus subir cela, il devra récréer un autre compte, et perdre tout ce qui était lié au précédent (ses progrès dans un jeu, ses achats de contenu supplémentaire, etc).

Attention, sur le principe de confidentialité, je trouve la méthode d'Apple très intéressante. Mais sur sa dépendance à du matériel d'Apple, la captivité durable dans son univers, là, cela me pose un problème.

Les joueurs de Fortnite qui ont débuté sur iOS et qui ont utilisé cette méthode pour se créer un compte sur Fortnite, une fois Fortnite banni de iOS, s'ils ont décidé de continuer jouer sur une plateforme ont découvert que pour pouvoir utiliser leur compte, ils leurs fallait de temps en temps prendre leur iPhone pour terminer le processus d'identification.

L'usage du service "Se Connecter avec Apple", dont la disponibilité dans les apps est artificiellement augmentée par les règles d'Apple à son bénéfice, une distorsion de la concurrence de ces méthodes donc, est un frein à la mobilité vers d'autres plateformes des utilisateurs qui se servent de cette méthode.
Et tout est fait par Apple pour les inciter à le faire.

Dans vos exemples, combien avez-vous commencer à utiliser *avant* que la méthode d'identification d'Apple apparaisse à côté des autres méthodes de création / identification de compte proposées par l'app ?

Si vous deviez créer un nouveau compte dans l'app d'un nouveau service trop trop génial, app qui propose de le créer en l'associant à l'une des méthodes d'identification suivantes (dont l'une lui est forcément imposé de proposer) :
- Google
- Facebook
- Twitter
- LinkedIn
- Flickr
- Microsoft ID
- Se Connecter avec Apple

... vous sélectionneriez laquelle de préférence ?

Une seule dans cette liste nécessite d'avoir un appareil spécifique pour pouvoir l'utiliser (et de continuer à le pouvoir dans le futur).

avatar byte_order | 

@Krysten2001
> Expérience utilisateur, facilité, sécurité,… Vous le voyez ça aussi ?

Dans le cas d'une personne qui souhaite quitter les plateformes d'Apple, car c'est le sujet de cette partie de la discussion, devoir utiliser encore une plateforme qu'elle souhaite quitter ce n'est pas une facilité ni une expérience utilisateur bénéfique pour elle.

> Les gens veulent avoir le choix entre une plateforme cher et verrouillée
> qu’ils adorent et une autre plus libre.

Quel rapport avec le store, dans ce cas ?
S'ils veulent n'utiliser que le store du constructeur, qu'ils le fassent.
Tout comme l'immense majorité de ceux qui utilisent l'autre plateforme "plus libre", d'ailleurs.

Et quid des gens qui ne savent pas ce qu'ils veulent ou qui n'avaient pas conscience des conséquences de leur choix ?

Ah, oui, je sais, selon vous, ces personnes n'existent tout simplement pas.
Qui n'est pas ce dont témoigne certains ici qui ont pu observer les consommateurs de par leur boulot dans un Apple Store.

Selon d'autres ici même, tant pis pour elles. Trop sympa.

avatar Glop0606 | 

Quand j'achète Apple ou autres, j'achète un produit avec ses caractéristiques, ses services ET ses contraintes, limitations, ou mêmes restrictions. Les restrictions me sont trop contraignantes, les services ne me correspondent plus, je change. Apple étant loin d'avoir le monopole sur le marché des smartphones, le choix étant si vaste, je comprends de moins en moins toute cette histoire. Apple vend l'iphone comme il l'entend et comme la défense d'Apple le précise, Apple ne veut pas faire d'Ios un android. Le seul juge c'est le marché. Si des consommateurs veulent des stores alternatifs, du fortnite, du NFC ouvert, et plein d'autres trucs qu'Apple ne semblent pas vouloir donner: Android est là avec plein de marques, prix, couleurs, design, y'a le choix. En tout cas vu la réussite insolente des ventes d'Iphone, il semblerait que le consommateur conforte les choix d'Apple.

avatar marenostrum | 

[modéré] FI

avatar Krysten2001 | 

@Glop0606

Je suis bien d’accord. On achète en connaissance de cause avec 14 jours de délai pour le rendre si on n’est pas satisfait.

avatar byte_order | 

@Glop0606
> Le seul juge c'est le marché.

Mais bien sûr.
Vous êtes donc pour la libre vente de drogue, de service d'assassins, de vente d'organes, d'enfants, d'esclaves, et tout plein d'autres trucs auxquels je préfère ne pas penser ?
Parce qu'il ne fait aucun doute que cela marcherait du tonnerre !

Non, le seul juge n'est pas le marché.
Le juge c'est celui qui régule le marché.

> En tout cas vu la réussite insolente des ventes d'Iphone,

Faudrait savoir, Apple est loin d'avoir un monopole sur le marché des smartphones ou les iPhones sont une réussite insolente ?

> il semblerait que le consommateur conforte les choix d'Apple.

Ben non, puisqu'une large majorité de consommateur n'achètent justement pas un iPhone.

Mais peut-être ce que vous voulez dire c'est que le consommateur qui a acheté un iPhone conforte les choix d'Apple ? Ma question, dans ce cas, est : comment pourrait-il faire autrement, vu qu'il n'a pas d'autre choix sur son iPhone que ceux fait par Apple ?

Si vous voulez utiliser l'argument du consommateur qui valide un choix d'un constructeur, alors il vous faut une majorité des consommateurs qui achètent ce que propose ce constructeur. Est-ce le cas pour Apple ?

avatar Glop0606 | 

Le seul "juge" c'est le marché à savoir que si les choix stratégiques d'Apple étaient les mauvais alors le marché "sanctionnerait" dans le sens de mauvaises ventes. (pas dans le sens judiciaire... enfin bon c'est pour le plaisir de chipoter sur les mots)
Les deux! On peut avoir une réussite insolente dans les ventes sans être en monopole, je ne vois concrêtement pas ce que vous ne comprenez pas dans ce propos.
Les consommateurs de produits Apple valident les choix du constructeur, tout à fait. Ils ne sont pas masos à acheter du matériel qui ne leur convient pas. La majorité n'est pas à mon sens un argument de validation dans ce propos.

avatar byte_order | 

@Glop0606
> On peut avoir une réussite insolente dans les ventes sans être en monopole,
> je ne vois concrêtement pas ce que vous ne comprenez pas dans ce propos.

Très bien.
Citez moi un truc d'Apple qui est exposé à la concurrence qui affiche une réussite insolente en terme de nombre de consommateur.

Si vous regardez un peu mieux, vous verrez que toutes les activités d'Apple qui affichent un réussite insolente comme vous dites sont lié à la captivité préalable lors de l'achat d'une des plateformes d'Apple.

L'AppStore cartonne... mais sa concurrence n'est pas autorisé par Apple.
L'ApplePay cartonne... mais sa concurrence n'est pas autorisé par Apple.
Apple Arcade marche pas trop mal... mais sa concurrence n'est pas autorisé par Apple (aucune app sur iOS n'a le droit de proposer l'accès à d'autres apps).

Par contre Apple Music ne domine pas. Surprise, là, la concurrence, heureusement préexistante, n'a pas pu être bloquée par Apple.
AppleTV+ ne domine pas non plus. Là aussi, la concurrence, préexistante aussi, n'a pas pu être bloquée par Apple.

> Les consommateurs de produits Apple valident les choix du constructeur, tout à fait.

Tout à fait.
Conséquence logique, les consommateurs qui ne consomment pas les produits Apple ne valident pas les choix du constructeur.

> La majorité n'est pas à mon sens un argument de validation dans ce propos.

Ben voyons.
Le seul juge c'est le marché selon vous, mais quand les chiffres de nombre de consommateurs de ce marché ne vont pas dans votre sens, alors là, comme par hasard, c'est hors propos.
Faudrait savoir, le marché est seul juge ou pas !?

avatar oxof | 

A mon avis le but d'Epic est simplement de créer sa propre boutique de jeux sur iOS — là où c'est le plus rentable, d'y imposer ses propres règles et outils de développement. Et pas de baisser la commission d'Apple sur Fortnite. Si ça marche elle se tapera l'incruste aussi chez Sony, Microsoft et Nintendo.

avatar rolmeyer | 

@oxof

Clairement de plus ils ont déjà rincé littéralement les joueurs de console qui commence à saisir l’arnaque des Vbucks….hop maintenant on veut sa part dans la grosse clientèle dépensière d’Apple…

avatar oboulot | 

@rolmeyer

Si des joueurs sont trop cons pour pas saisir de suite l’arnaque des vbuck ou autre dlc cosmétiques et bah tant pis pour eux !

Ou plutôt tant pis pour la CB de Papa Maman dans la grande majorité des cas

avatar rolmeyer | 

@oboulot

Trop facile…le jeu (enfin certains jeu bien orientés) met ton cerveau dans une position de vulnérabilité et de faiblesse qui fait l’acte d’achat est moins raisonné/raisonnable que sans le jeu.
Je ne défends pas les joueurs, je ne joue pas, mais reste que c’est un truc qui trompe l’esprit, bien au delà de l’aspect ludique et distractif.
Les fabricants de jeu, dont Epic savent parfaitement exploiter cela. Contrairement inventeurs du 1000 bornes ou du Monopoly. Donc tout n’est pas à jeter dans le jeu, mais Epic qui se veut le défenseur de la veuve et de l’orphelin, mouarf c’est l’hôpital qui se fout de la charité.
(Apple aussi hein je ne les dedouane pas, ils profitent bien du système, pareil pour leur discours ecolo en faisant des fortunes avec des airpods à 180 euros, non réparables et naze au bout de 3 ans.. https://www.igamesnews.com/mobile/airpods-generate-more-revenue-than-spotify-or-adobe/)

avatar byte_order | 

@rolmeyer

Comme si y'avait que les éditeurs de jeu qui "trompe l'esprit" et pousse à l'achat sur des bases moins raisonnées et bien plus sur les bases du seul désir.

Ce que vous soulignez est vrai, mais c'est tout autant vrai lors de l'achat d'un smartphone pour une bonne part des acheteurs aussi.

La question est de savoir comment protéger le consommateur, pas de savoir qui des gros acteurs est le plus "méchant". En particulier en préservant son droit à revenir sur son choix librement, s'il le souhaite. Car cette mobilité, quand elle est garantie et facile pour le consommateur, génère une menace qui limite les comportements agressifs des acteurs économiques.

Il suffit d'observer ce qu'il c'est passé depuis que le marché des opérateurs de réseau mobile ont été mis en concurrence et, surtout, que la mobilité du numéro de téléphone a été mise en place.

La France fait parti des pays où le consommateur à accès à des forfaits de réseau mobile les plus compétitifs au monde.

avatar Appleseed | 

@oxof

Il y a surement de ça.
Mais il ne faut pas oublier l'accès aux données perso, qui est aussi en jeux.
Epic a d'ailleurs fait une grosse com comme quoi Apple souhaitait supprimer la possibilité de se connecter avec l'ID Apple (démentie par Apple).
Epic avait incité ses utilisateurs qui utilisaient ce système à s’enregistrer chez eux récupérant ainsi nombre d'infos que Apple ne devait pas leur communiquer.
La récupération et la monétisation des données perso est l'un des grands enjeux des plaintes contre Apple en ce moment.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR