La commission antitrust veut employer les grands moyens pour réguler Apple, Amazon, Google et Facebook

Stéphane Moussie |

Tim Cook, Jeff Bezos, Sundar Pichai et Mark Zuckerberg n'ont pas réussi à convaincre le président de la commission antitrust lors de l'audition qui s'est tenue fin juillet. « [Apple, Amazon, Google et Facebook] adoptent tous des pratiques profondément dérangeantes et qui obligent le Congrès à agir », a déclaré hier David Cicilline à Bloomberg.

Tim Cook, Sundar Pichai, Mark Zuckerberg et Jeff Bezos durant l'audition antitrust

Si le contexte entourant chaque entreprise est différent, « il y a un dénominateur commun qui est l'abus de leur pouvoir sur le marché pour maintenir une domination, écraser les concurrents, exclure les gens de leur plateforme et créer des rentes de monopole », tonne le représentant démocrate.

Le président de la commission réfléchit à des mesures drastiques pour réguler les business de ces quatre entreprises. Une piste jugée intéressante serait une séparation de leurs activités dans le but de limiter les conflits d'intérêt. Par exemple, Amazon devrait mettre un mur entre la gestion de sa place de marché et sa vente en direct. Pour Apple, cela reviendrait à disloquer l'administration de l'App Store du reste.

Le rapport de la commission antitrust est attendu pour septembre.

avatar Ducletho | 

Mais la théorie de la maison Apple ?
Objection votre Honneur!
😂

avatar Crunch Crunch | 

N'importe quoi !

avatar CorbeilleNews | 

@Crunch Crunch

Forcément quand on a le nez dedans on perd sa capacité à juger objectivement...

avatar YetOneOtherGit | 

Attention aux emballements:
- C’est le président démocrate du sous comité de la chambre des représentants
- Nous sommes en période électorale pour le renouvellement de la chambre et donc pour son poste.

Même en cas de victoire démocrate à la présidentielle, de conservation de la majorité démocrate à la chambre des représentants et de conquête du sénat (1/3 de renouvèlement) il est loin d’être certain que les volontés de régulation de l’aile gauche du parti démocrate se transforment en initiative législative et pas plus certains que des procédures soient lancées dans le cadre législative actuel par l’état fédéral.

Pour le moment nous sommes avant tout dans de l’agit-prop et de la com politicienne.

Les GAFAM sont un des fers de lance de la puissance économique des USA, il est politiquement pas évident de prendre la décision de les affaiblir même en cas de prise de pouvoir par les démocrates.

avatar Rifilou | 

@YetOneOtherGit

Merci pour ce rappel

avatar YetOneOtherGit | 

@Rifilou

Et quand bien même les démocrates mettraient en place une législation ad-hoc il y a de grandes chances qu’elle soit contestée devant la cour suprême qui est à majorité républicaine et fortement inspirée de la doctrine néo-libérale qui conteste fortement les lois anti-trust.

Bref c’est loin d’être gagné pour mettre au pas l’incroyable puissance des GAFAM & Co 😎

avatar iftwst | 

@YetOneOtherGit

Merci pour ton éclairage intéressant.

avatar Effel006 | 

J’imagine qu’il s’agit des États-Unis. Si cela va sans dire, cela va encore mieux en le disant.

avatar fousfous | 

Et pendant ce temps là toutes les boites qui sont "suffisamment" petites peuvent utiliser toutes les tactiques à leurs dispositions sans être inquiétées...
C'est pas des lois ciblées qu'il faut faire, mais des lois générales.

avatar vince29 | 

T'es pas un peu fou, non?
Que deviendraient le Luxembourg, l'Irlande, Malte et les autres ?

avatar fousfous | 

@vince29

Pas mon problème ça!

avatar vince29 | 

Pardon je croyais que tu étais partisan des mêmes règles pour tous.

avatar fousfous | 

@vince29

Bah oui, tout le monde monde doit avoir les même règles, y a pas de raisons pour que certains pays permettent de faire de l'évasion fiscale.

avatar YetOneOtherGit | 

Et pour rappel les dernières opération significatives sous couvert du Sherman act concernaient des enjeux de marché intérieur pas de rayonnement international:
- Le dementellement d’AT&T en 1982. (6 ans de procédure)
- Le dementellement du cartel d’Apple dans l’édition numérique en 2013.

Les opérations concernant des transnationales et des enjeux de puissance globale ont eu des effets bien plus anecdotiques:
- La procedure contre IBM c’est terminé par un abandon
- La procedure contre MS visant initialement un dementellement c’est terminé par des décisions de portées symboliques qui ont nullement affaibli la position de l’entreprise.

Bref gardons nous de surinterprèter la portée du travail de cette sous commission et les déclaration de son président en situation de campagne électorale.

avatar DamienLT | 

@YetOneOtherGit

Merci de la précision ! Ça permet de mieux mettre en perspective le blabla des différentes déclarations et des articles de presses à la réalité des affaires similaires et antérieures.

avatar occam | 

@YetOneOtherGit

"- Le dementellement d’AT&T en 1982. (6 ans de procédure)"

Et ça a tellement bien fonctionné...
Ça a tellement éliminé les pratiques anti-concurrentielles dans le secteur des communications...

Je ne sais plus qui de Kernighan ou de Ritchie disait que la seule réussite du démantèlement, ce fut de casser les Bell Labs...

Quand je demandais à une collègue comment Ingrid Daubechies (wavelets !) faisait pour fleurir et s’épanouir dans des Bell Labs partant en vrille de tous les côtes dans les années '80, elle me disait : Ingrid, elle est belge, elle a l’habitude d’un pays qui se démembre, ça ne l’impressionne pas plus que ça. Nous, ça nous déboussole un peu.

avatar Malouin | 

Et pendant ce temps, la Chine se frotte les mains.

avatar debione | 

Dans les régulations concernant Apple, on pourrait retrouver des choses comme celle qui ont été imposée à Microsoft avec IE. Ne pas avoir préinstallé safari/icloud/autres services, et les remplacer par des listes d'app a choisir. Ca parait rien, mais c'est une des grosses causes qui ont fait passer IE par exemple de quasi seul butineur à un parmi d'autres dans l'utilisation.

avatar vince29 | 

Imposer que windows ne soit pas activé par défaut (mais potentiellement préinstallé et avec une version limitée dans le temps déblocable avec une carte à gratter (ou un qrcode ou ...)) ça aurait pu changer aussi beaucoup de choses.

avatar andr3 | 

@debione

Aujourd'hui - je ne parle pas d'une app qui devient app par défaut, pour cela il faut attendre iOS 14 - il est possible d'utiliser d'autres apps que celles installées, à l'exceptions de l'App Store.

Pour le reste, Music peut être remplacé par Spotify, Safari par Brave, Mail par Outlook ...

Sur le Mac, personne n'est obligé de passer par l'App Store pour avoir ses apps, il y a encore des éditeurs qui diffusent leurs apps via leur site comme Office via Microsoft, Omniplan via Omnigroup ...

Bref, comme reprendre et résumé quelques commentaires ci-dessus, c'est du vent.

De mon côté, je préfère un certain "silotage" que de revenir à la glorieuse époque c'était un fameux bazar quand il fallait passer d'un GSM (pas un smartphone) Ericsson à un Nokia ...

avatar debione | 

@andr3
Je ne parle pas du fait de pouvoir remplacer une app par une autre. Je parle de à l'activation du smartphone, de ne pas avoir de préinstallation. Genre, pour les navigateurs, un panneau qui demande quel butineur doit être installé, pour les sauvegardes la même chose, pour le streaming musical etc etc pour tous les services en fait. C'est une des seules solution pour permettre un réel choix, et pour éviter les abus. Après reste le démantèlement, mais c'est un autre niveau qu'une régulation.

avatar byte_order | 

@andr3
> Pour le reste, Music peut être remplacé par Spotify, Safari par Brave,

Safari par Brave basé sur le moteur de Safari, nuance.

Hors Apple fait tout pour que le moteur de safari, imposé à tous, par exemple, soit le plus possible à la traine côté PWA parce qu'elle sait que sinon pas mal d'apps actuellement sur son Store disparaitrait, et avec eux sa possibilité de capter entre 30 et 15% des transactions commerciales entre l'utilisateur final et l'éditeur de l'app.

Attention, quand il a été imposé à Microsoft de permettre de choisir le navigateur par défaut, Microsoft n'a pas obtenu le droit d'imposer quand même le moteur web tout en laissant "gentillement" changer la façade applicative au dessus.

Hors c'est exactement ce que fait Apple, préventivement, sûrement pour désamorcer un risque juridique. J'espère que cela m’enfumera personne, même si j'ai un gros doute.

avatar Krysten2001 | 

@debione

Sauf que l’histoire de Microsoft et d’Apple sont totalement différentes.

avatar YetOneOtherGit | 

@Krysten2001

"Sauf que l’histoire de Microsoft et d’Apple sont totalement différentes."

Mais les deux entreprises sont confrontés aux mêmes enjeux d’abus de position dominante même si elles n’y sont pas parvenues dans les mêmes circonstances et part les mêmes moyens.

Toutes les GAFAM sont sur des situations de ce type c’est indéniable et certains des dangers pour la société qu’elles représentent sont même actuellement pas ou mal adressées par la législation 😎

Pages

CONNEXION UTILISATEUR