Tim Cook affirme que l'expansion d'Apple est contrôlée

Stéphane Moussie |

Lors de son voyage en France, Tim Cook n’a pas seulement rencontré des développeurs et fait des selfies avec les fans (mais pas de slofies à l’horizon), il a aussi répondu aux questions de journalistes. Il s’est notamment entretenu avec Les Échos de nombreux sujets, avec en toile de fond l’expansion d’Apple à de nouveaux domaines.

Donald Trump

« C’est quelqu’un avec qui on peut discuter, qui répond au téléphone et qui accepte le fait que l’on ne soit pas toujours d’accord », déclare Tim Cook au sujet de Donald Trump. Pour lui, le président américain « soulève de vraies questions » sur la Chine, son accès au marché, la protection de la propriété intellectuelle et les déséquilibres commerciaux.

Alors que Donald Trump souffle le chaud et le froid depuis plusieurs mois sur un accord commercial avec la Chine, le CEO d’Apple espère que chaque pays renoncera à une hausse des droits de douane. Dans la situation actuelle, il est prévu qu’une partie de ses produits soit surtaxée, ce qui ne fait évidemment pas ses affaires.

Impôts

Critiquée, comme d’autres, pour ses pratiques d’optimisation fiscale, « Apple a toujours payé des impôts là où nous créons de la valeur », soutient Tim Cook. « La question qui nous est posée, à nous les multinationales, est de savoir si nous payons nos impôts au bon endroit. Nous pensons que oui. » Apple a réglé cette année deux ardoises fiscales en France : l’une de 576 millions d’euros, l’autre de 11,9 millions.

Le dirigeant en appelle à un régime global au sein de l’OCDE, un sujet sur la table depuis des années dans l’organisation internationale qui pourrait finalement déboucher sur un accord en 2020.

Concurrence

Aux journalistes des Échos qui font remarquer que les GAFA sont perçus comme arrogants et abusant de leur position dominante, Tim Cook répond que « certains ont sans doute été arrogants, c’est vrai. » Par contre, il défend bec et ongles son entreprise contre les accusations d’abus de position dominante : « Regardez nos parts de marché. Il est difficile de dire que nous pourrions éventuellement tendre vers un monopole ! »

Apple va néanmoins faire un petit geste en faveur des applications tierces en leur permettant de devenir la solution par défaut pour envoyer des messages ou passer des appels par le biais de Siri.

Finance

Bien qu’Apple observe les cryptomonnaies, de l’aveu même de la responsable d’Apple Pay, et y voit un « potentiel à long terme », il n’est pas question qu’Apple crée la sienne, répète Tim Cook, qui détaille sa pensée :

La monnaie, comme la Défense, doit rester dans les mains des États, c’est au coeur de leur mission. Nous élisons nos représentants pour assumer des responsabilités de gouvernement. Les entreprises ne sont pas élues, elles n’ont pas à aller sur ce terrain.

Ce n’est pas l’avis de Facebook qui s’est entouré d’une trentaine d’entreprises (Iliad, PayPal, Spotify, Mastercard, Coinbase…) pour créer sa propre cryptomonnaie, la Libra.

Par contre, Apple compte bien développer l’Apple Card dans plusieurs pays. Tim Cook tient encore à rassurer ceux qui trouvent que l’emprise des GAFA devient trop importante en précisant qu’Apple n’a pas l’intention de devenir une banque. Aux États-Unis, l’Apple Card est née d’un partenariat avec Goldman Sachs.

« En France, il faut que nous trouvions une banque de détail qui soit particulièrement agile, déclare le CEO. Le monde n’a pas besoin d’une nouvelle carte de crédit. Il a besoin que l’on repense la carte de crédit. »

Produits matériels

Alors que la Pomme a mis l’emphase sur les services cette année, avec le lancement d’Apple Arcade, Apple News+ et Apple TV+, les produits matériels restent toujours capitaux pour elle, et leurs ventes « se portent bien », indique Tim Cook. « L’iPad est en pleine renaissance », déclare-t-il même. Il est vrai qu’après plusieurs années moroses, les ventes de tablettes sont globalement reparties à la hausse.

Le dirigeant insiste aussi sur l’Apple Watch, qui fait partie d’un marché qui n’en est qu’à ses « tout débuts », et réitère sa conviction sur la plus importante contribution d’Apple : « Je pense qu’un jour pas si lointain, on dira que la plus grande réalisation d’Apple se trouve dans la santé. » 

Quant à l’iPhone, la baisse des ventes ne l’inquiète absolument pas, assure-t-il. Selon lui, le marché des smartphones n’a pas encore atteint son sommet. Bien que les ventes globales reculent actuellement, il s’attend à une nouvelle hausse à l’avenir. Cette hausse pourrait venir de l’Inde, notamment, où les trois quarts de la population ne sont pas encore équipés de smartphones, mais on connait toutes les peines d’Apple pour se faire une place dans le pays.

Services

N’attendant pas un éventuel rebond des ventes d’iPhone, Apple se lance donc à fond dans les services. En fixant le prix d’Apple Arcade à 4,99 €/mois, Tim Cook a l’intention de « toucher beaucoup de gens ». Selon lui, la proposition de Cupertino en matière de jeu vidéo est unique, elle n’entre pas en compétition directe avec les autres acteurs du secteur.

Il en va de même pour Apple TV+, qui sera disponible à partir du 1er novembre au même prix (et sera même offert pendant un an aux acheteurs de nouveaux produits Apple). « Je ne pense pas que l’on assiste à une guerre du streaming [vidéo] », indique Tim Cook aux Échos. Ou en tout cas, il n’est pas dans l’intérêt d’Apple qu’il y ait de « guerre » entre les services.

D’après lui, il y a de la place pour plusieurs acteurs : « Demain, les consommateurs vont avoir le choix entre plusieurs types de services de SVoD et ce qu’Apple veut, c’est compter parmi eux. »

Tim Cook reconnaît qu’Apple n’est qu’un outsider sur ce marché et ne va pas effacer Netflix. D’où la stratégie de se poser comme service complémentaire. À « l’énorme catalogue » de Netflix, Tim Cook oppose « une expérience de curation, [des] contenus originaux, exclusifs et de très haute qualité » sur Apple TV+. Les deux, quantité et qualité, ne sont pourtant pas antinomiques. C’est pour cela que faute de gros catalogue, Apple actionne le levier du prix, même si Tim Cook n’aborde pas ce point.

Est-ce qu’Apple TV+ pourrait accueillir un jour du sport, à l’instar d’Amazon Prime Video, qui va diffuser une petite partie de Roland-Garros ? Alors qu’Eddy Cue avait fermé la porte au début de l’année, Tim Cook la rentrouvre. Il n’y a rien de concret pour le moment, mais le CEO y réfléchit et pense que cela peut avoir un sens pour Apple.

« Dans ce domaine, les contenus deviennent hors de prix. Mais je sais combien les gens aiment regarder du sport », conclut-il. Au vu des milliards de dollars dépensés dans les films et séries d’Apple TV+, l’argent n’est pas un problème.


Tags
avatar Phiphi | 

@oomu

""Chouette demain c'est la Foire à La SurConsommation Débridée pour Remplir l'Abime de Mon Coeur Dévasté""

Excellent 👍

avatar pim | 

Je suis de la même race que ce Tim Cook : quand j'arrive bon dernier au sommet d'une montagne, après avoir sué sang et eau, et que tout le groupe m'attends depuis deux heures, sur les cents derniers mètres je marche d'un bon pas en cachant mon essoufflement, avec un air détaché. Et une fois arrivé, j'explique à qui veut l'entendre que je suis très fier, que j'ai réalisé un exploit exceptionnel qui surpasse tout, pusique je ne me suis ni foulé une cheville, ni arraché le talon d'achille, ni même cassé l'astragale ou démi une épaule, et que vraiment, je suis un champion du contrôle, et que tous les autres sont imprudents et inconscients de ma supériorité !

Là, à quelques jours des présentations des concurrents de l'iPhone, et alors que le Mac fait du sur-place depuis cinq ans et que Tim n'a aucune solution car tous les employés créatifs se sont barrés chez les concurrents, c'est un peu ce qu'il est en train de nous refourguer comme explication.

avatar Park | 

@pim

Du sur place ? La valorisation boursière d’Apple a triplé depuis son arrivé.

avatar oomu | 

Mais c'est fini de raconter ma vie ? oui !

-
il est exact que le mac fait du surplace, sauf ptet en clavier, où il recule.

La puce T2 apporte plus de contrôle à Apple, est-ce qu'elle apporte quelque chose aux utilisateurs hormis une promesse de sécurité ? (mais qui paie le prix fort d'un mac parce que la promesse d'une enclave sécurisé par une puce séparée ?)

etc.

-

La valorisation boursière et la taille du ventre de Jonathan Ive ne sont pas vraiment les critères qui nous intéressent ici :)

C'est pas ce bilan là de Timmy qui NOUS motive. Les joies et peines personnelles du Timmy ne nous intéressent pas.

avatar macosZ | 

Pour l'apple card en France Tim Cook cherche une banque française assez agile pour l'accueillir.

Bon il vient de confirmer que Apple Card ne sera jamais déployée en France :D

avatar Un Type Vrai | 

Ho c'est méchant, j'ai eu comme client BNP, CA et SG...
Ha non, aucun n'est agile.
Bon, il reste BPCE et quoi d'autre ?

avatar SyMich | 

Faut traduire le langage Tim Cookien pour comprendre...
Une banque suffisamment agile, c'est une banque qui versera autant de milliards que Goldman Sachs en échange de l'accès privilégié et exclusif au porte-feuille clients d'Apple du Pays 😔

avatar rulian | 

Comme c'est triste.
Mais réjouissons nous en revanche, ils assument ne pas payer l essentiel de leurs impots dans les pays ou ils font leur business!

avatar Lelong | 

Et le Mac dans tout ce vacarme?
... c'est comme si Philips, un jour, ne fabriquerait plus des rasoirs ou des ampoules (il ne font ou ne feront bientôt plus des téléviseurs d'ailleurs)

avatar Bloodwave | 

Ca fait belle lurette que Philips ne conçoit plus de téléviseurs, ils sont conçus, fabriqués et vendus par d'autres sous contrat de licence. A l'époque où j'étais encore dans le domaine, c'était TPV, c'est un peut être un autre désormais.

avatar SyMich | 

Bon finalement il n'a rien dit.... tout ca pour ne pas trouver le temps de rencontrer Valérie Pécresse et parler ViaNavigo sur iPhone (trop pressé de filer en Italie) 🤦‍♂️

avatar Un Type Vrai | 

"La monnaie, comme la Défense, doit rester dans les mains des États, c’est au coeur de leur mission"
Hé oui, nous ne sommes plus un état.
Nous louons notre monnaie...

avatar Phiphi | 

@Un Type Vrai

"Nous louons notre monnaie..."

C’est un peu ça, nous l’empruntons aux banque privées !

avatar oomu | 

un peu comme Louis XIV ?

bah ! suffira de mettre en taule un ou deux banquiers.

avatar Dimemas | 

ce mec devient mégalomane... ou aveugle au choix

Et en plus il dit que trump l'écoute et est capable d'accepter qu'on ne soit pas d'accord avec lui.
être capable de ne pas être d'accord avec soi est une chose, mais se remettre en question et écouter ce que disent les autres en est une autre.

Au moins ils partagent un point en commun ces 2 là ...

avatar alfatech | 

@Dimemas

Un chef d'entreprise ou autre personne à grandes responsabilités ne dira jamais (n'a tout simplement pas le droit d'ailleurs) le vrai fond de sa pensée.......Ce serait se saborder.

avatar raoolito | 

@alfatech

"Trump est un gros con, qu'il dégage vite"
Quelques jours plus tard : tous les produits apple sont surtaxés  :)

avatar Steve Molle | 

Il doit tenir le meme discours lénifiant pour l'Italie, la GB, l'Allemagne, la Suède, la Hollande, etc etc etc ....

avatar rulian | 

« La question qui nous est posée, à nous les multinationales, est de savoir si nous payons nos impôts au bon endroit. Nous pensons que oui. »

Donc il pense que c est normal de payer des impots a l irlande pour les produits achetés par des francais vivant en france, sur le site d'Apple.
Quel foutage de gueule ! le scandale continue, et ils l assument ouvertement !
Continuez a payer vos impots chers citoyens, mais exigez que les multinationales en fasse autant !

PS : produits achetés en ligne, comme toutes les achats de musique, d applications, services iCloud.

avatar Hideyasu | 

@rulian

Tu dis ça mais on est bien content aussi que les multinationales françaises payent un minimum d’impôts en France plutôt que dans les pays où ils vendent.

Sauf erreur de ma part, sur les 5 dernières années Apple a payé en moyenne 24% de son bénéfice en impôt au niveau mondial. Un niveau similaire pour les entreprises françaises ou américaines.
La question est effectivement pas le montant (c’est pas mal 24%) mais l’endroit, et comme il le dit il faut un accord des pays de l’OCDE pour faire un truc cohérent mondialement. C’est pas la France ou l’UE dans son coin qui va changer quelque chose

avatar raoolito | 

@Hideyasu

L'ue dans son coin, si. La france fait office de laboratoire avec la taxe GAFA, mais si l'ue l'appliquait dans son entièreté ca se sentirait méchamment .

C'est sur pour les 24% ? J'ai un gros doute quand meme

avatar Phiphi | 

« La monnaie, comme la Défense, doit rester dans les mains des États, c’est au coeur de leur mission. »

Il conviendrait plutôt de dire que La monnaie aurait dû rester dans les mains des États parce que cela n’est hélas plus le cas, elle est passée dans les mains des banques privés et ça fout quand même une belle merde, àmha !

avatar corben | 

« En France, il faut que nous trouvions une banque de détail qui soit particulièrement agile »

C’est beau de rêver...

L’AppleCard n’arrivera donc jamais en France

avatar SyMich | 

Vu le peu d'usage des cartes de crédit en France, pas sûr que ça gêne beaucoup de monde...

avatar oomu | 

baah, tant mieux. Ce n'est qu'une carte pour vivre à crédit.

avatar geneosis | 

C'est surtout leur communication qui est contrôlée

Pages

CONNEXION UTILISATEUR