Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Non, non, c'est toi qui fantasme pas les autres. « 

Si c’est le fondement de tous tes propos qui ne sont en rien de l’ordre d’un jugement personnel sur une offre.

Impressionnant de ne pas même être conscient de la portée de ses propos ?

avatar pagaupa | 

@ForzaDesmo

"Pour je ne sais quelle raison"

Il l'a dit lui-même. Probablement un vieux souvenir de ce que lui a expliqué son psy...

"La posture du rebelle n’est bien souvent qu’une posture servant de faux nez à ses lâchetés et à ses dénis."

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Je parlais des iBidules et pas que l'iPhon »

Cela change strictement rien aux évidences sur les réalités des marchés que je rappelle ici.

Tu peux tourner le truc dans tous les sens le Mac n’est en rien victime de la stratégie d’Apple.

Il se vend très bien et est profitable.

Le reste n’est que fantasmes et frustration d’un microcosme.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Alors pourquoi ne pas avoir renouvelé la gamme des MacPro comme les autres Mac ? »

Parce que c’est un marché anémique tout simplement.

L’activité Mac n’a visiblement pas souffert du non renouvellement du Mac Pro, n’est il pas ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Alors pourquoi Cook relance un tout nouveau MacPro à peine l'IMacPro sorti ? »

Déjà dit plus haut :

- Marginalement pour l’image qu’apporte la clientèle FCPX
- Mais surtout en prévision du développement de la RA qui est un des éléments clef de la vision d’Apple dans un futur proche.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Aller encore un petit effort, croire que le MacPro n'est quasiment lié qu'à FCPX faut vraiment pas avoir d'ambition créative »

Non il suffit de ne pas connaître les réalités du marché : l’écrasante majorité des MacPro sont vendus depuis assez longtemps pour la post-production.

Le restant est d’une marginalité absolue ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Faut dire que le marché ne peut pas se développer avec la gamme ancienne .., »

Nope la réalité que je décris sur l’absence d’une grande part de logiciels qui font le marché des stations de travail ne date pas d’hier.

La situation est là depuis des décennies.

Le marché se trouvait d’abord sur les stations Unix type Silicon Graphics, Sun, IBM RS\6000, Mips, Apollo ...

Puis à basculé vers les solutions Wintel portée principalement par Hp, Dell et Lenovo.

Apple n’a jamais été en position de force sur les usages qui font le gros du volume d’acquisition de stations de travail ?

Ils ont toujours occupé une niche dans la niche.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Oui c'est bien ce que je disais aussi cela ne date pas d'hier, d'où l'évolution. »

Absolument pas je te parle des réalités actuelles du marché ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Et j'ajoutais qu'avec le recul il y avait une évolution. »

Nope ?

avatar pagaupa | 

@Yacc

"Absolument pas je te parle des réalités actuelles du marché ."

Celui de la consommation quelqu'en soit l'utilité? Conséquence des trente glorieuses?

avatar webHAL1 | 

@ForzaDesmo
« Faut dire que le marché ne peut pas se développer avec la gamme ancienne existante et le non vision à long terme de la politique Apple sur le sujet. Même si Cook a lancé un appel fort avec le retour d'un nouveau MacPro il en faudra plus pour rassurer sur l'avenir de cette gamme et que ce ne soit pas juste une allumette mouillée. »

Il sera intéressant de voir ce qu'Apple proposera avec son nouveau MacPro (si tant est qu'il se concrétise un jour... ^_^).
Et aussi à quel public la Pomme le destine. Tim Cook a fait part à plusieurs reprises de son intérêt pour la réalité augmentée, mais pour l'instant ce n'est pas vraiment un domaine qui décolle, et ceci malgré les effets d'annonce et le fort investissement d'Apple dans iOS 11.
(d'un autre côté, le patron de la Pomme avait aussi déclaré que tous les possesseurs d'iPhone voudraient une Apple Watch... il est sans doute meilleur gestionnaire que visionnaire ! :-D)

avatar pagaupa | 

@Yacc

"Non il suffit de ne pas connaître les réalités du marché : l’écrasante majorité des MacPro sont vendus depuis assez longtemps pour la post-production."

Sauf qu'il n'y a pas de numérique sans post-production...ce qui fait un paquet de clients concernés...
Tu oublies la pure création.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Un MacPro est aussi un PC "comme les autres" et donc s'ouvre comme n'importe quel autre PC à toutes les possibilités que peux offrir une telle machine. »

L’achat d’un MacPro pour le faire tourner sous Windows ou sous GNU\Linux là nous sommes dans l’infinitésimal.

Tu as d’étranges visions quand même ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« tout les champs d'activité étaient aussi ouvert qu'avec les autres PC »

Vraiment pas, la grande majorité des logiciels nécessitant des stations de travail ne tournent pas sous MacOS.

C’est pour sa que depuis longtemps Apple n’occupe qu’une niche dans la niche qu’est le marché des stations de travail,

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Pour le coup c'est toi qui est resté accroché à une époque antérieur. »

C’est juste encore une fois toi qui tire des conclusions de portée générale des maigres éléments gravitant autour de ton nombril ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR