Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar reborn | 

@Dwigt

C’est un autre point de vue en effet

avatar Dwigt | 

@reborn

Non. C’est pour ça que j’ai mis la citation en VO. « It’s the new Microsoft » pourrait effectivement s’appliquer à Apple. « That’s the new Microsoft » désigne l’ensemble des propos précédant immédiatement la phrase, donc l’attitude constructive. Le reste du discours de Nadella était d’ailleurs orienté services pour des OS multiples, avec Windows qui a été à peine mentionné.

avatar reborn | 

C’est le terme "boursicotage "qui m’a induit en erreur, et la version VO exprime un ton en accord avec ce que tu avance.

avatar Dwigt | 

Tu peux aussi remarquer que nous avons réussi à ne pas traiter ça sur dix paragraphes, en "prouvant" que Nadella faisait une critique impitoyable des dérives d'Apple fondée sur les erreurs passées de Microsoft, avec de longs développements sur les parallèles entre Vista et High Sierra (des noms en -a... Coïncidence ????). Et, par les temps qui courent, cela devient rare ;)

avatar reborn | 

Oui, ce qui m’importe ce sont les faits, de rester objectif. Je risque pas d’écrire 50 lignes expliquant qu’Apple à perdu son soit- disant ADN en abandonnant le superdrive externe, qu’elle n’a d’ailleurs pas encore abandonné.. ?

avatar Iphoneur | 

@reborn

« Je risque pas d’écrire 50 lignes expliquant qu’Apple à perdu son soit- disant ADN ».

Tu penses à quelqu’un de particulier en disant cela ? ?

avatar reborn | 

@Iphoneur

L’analyste en chef ??

avatar Florian Innocente | 

Ah mais ce n'est pas l'idée que je voulais donner — qu'Apple serait un nouveau Microsoft — mais effectivement, en relisant, ça laisse cette impression.

Je vais essayer de formuler autrement.

avatar Dwigt | 

"Voilà comment est le nouveau Microsoft" ?
"C'est notre nouveau Microsoft" ?

avatar Florian Innocente | 

@Dwigt

La première propal est pas mal ??

avatar Arcetnathon | 

@ForzaDesmo

Leader technologique. Les produits qu ils sortent sont technologiquement en avance et surtout ils sont massivement acheté par le public.

avatar Sgt. Pepper | 

@ForzaDesmo

Faut comparer par segment ...

avatar reborn | 

@ForzaDesmo

"malgré leur inflexion à innover"

Innover pour innover n’a pas de sens et n’intéresse pas forcement l’utilisateur.

Suffit de voir les propos du boss de la division mobile de Samsung faire son mea culpa et dire que, désormais Samsung ne cherchera plus à être 1er et que l’innovation sortira si il y a une réelle plus value pour l’utilisateur.

Soit le discours de Tim Cook depuis des années..

avatar valcapri | 

Microsoft vend du service (Azure et Office 365 en tête), Windows 10 est une porte d’entrée vers la fusion Desktop-Cloud. Microsoft ne vends plus de Smartphone.

Apple a le hardware et le software directement chez le client. iCloud est plus proche de Hotmail et OneDrive. Il n’y a que CloudKit qui se rapproche un peu d’Azure (Azure Mobile Service).

Pour moi, les 2 n’ont plus intérêt à se faire la guerre car ils ne visent plus le même marché.

avatar frankm | 

@valcapri

Les 2 ont un accords sur les licences. Ils peuvent utiliser les licences des uns et des autres mais les produits ne doivent pas se ressembler.
Donc il y a une sorte de guerre sur un fond de paix.
Samsung a refusé ce type d'accord avec Apple. Du coup en copiant ils ont réussit leurs smartphones et Microsoft en respectant cet accords ont abandonné les téléphones !

avatar iPop | 

@valcapri

Au contraire, l’un vend ses outil avec ses services, l’autre joue le parasite avec des constructeurs pour vendre ses services.
Les enjeux sont les mêmes.

avatar C1rc3@0rc | 

@valcapri

+1
Apple et Microsoft ne sont plus du tout en concurrence depuis un moment deja. Aujourd'hui Microsoft est en concurrence avec Oracle, Amazon, Google,... et IBM.
Apple est en concurrence avec Huawei, Xiaomi, Oppo,...

avatar Yacc | 

@C1rc3@0rc

Ils ne l’ont même jamais directement été ?

avatar umrk | 

Faire asseoir ces deux papys sur des sièges aussi inconfortables, ça frise l'humiliation !

avatar Magnificent_8th | 

L’image est saisissante : trois hommes vieux, une femme blonde en jupe courte : qui fait quoi ? ^^

avatar rua negundo | 

@Magnificent_8th

On peut aussi voir que la journaliste aime bien les équilibres précaires : sa tasse de café est posée sur un bloc-notes lui-même posé sur ses jambes. Elle semble tenir la tasse de sa main mais quand même, il suffit qu'elle fasse un geste machinal de la main en parlant et oups !

avatar Yacc | 

@Magnificent_8th

Ce qui est saisissant c'est le sexisme qui sous-tend ton "femme blonde en jupe courte" c'est pour toi synonyme de quoi ?

C'est une journaliste de CNBC pas une potiche ?

Pages

CONNEXION UTILISATEUR