Bill Gates trouve Apple « incroyable » et Warren Buffett voudrait 100 % du capital

Florian Innocente |

« C'est une société incroyable », le compliment à égard d'Apple est venu de Bill Gates, lors d'une interview hier sur CNBC. Le cofondateur de Microsoft, qui n'exerce plus de fonctions opérationnelle dans le groupe depuis quelques années, ajoutait : « Les ratios ne sont pas gigantesques, ce n'est pas comme des entreprises technologiques spéculatives qui perdent toujours de l'argent, ou autre. Les meilleures entreprises high tech aujourd'hui affichent de très fortes positions sur leurs bénéfices, mais Apple est à la meilleure place de toutes ».

Bill Gates était accompagné de Warren Buffett et de Charlie Munger, tous deux à la tête de Berkshire Hathaway. Bill Gates, ami intime de Buffett, fait partie du conseil d'administration de ce fonds d'investissement.

À la faveur d'un achat de 75 millions d'actions la semaine dernière, Berkshire Hathaway est devenu le troisième plus gros actionnaire d'Apple, avec 240 millions de titres, soit environ 5 % du capital.

Warren Buffett déclarait, en plaisantant à moitié, qu'il « adorerait posséder 100 % du capital ». De son point de vue, c'est une bonne marque de confiance. Une confiance qu'il a solide dans l'équipe qui dirige Apple : « Nous aimons beaucoup l'économie qui résulte de leurs activités, leur gestion et leur mode de réflexion ».

Warren Buffett, Charlie Munger et Bill Gates

Ce que Buffet apprécie notamment c'est la relation qu'Apple a su nouer avec ses clients sur la durée, au travers du petit nombre de produits qu'elle propose : « C'est le comportement du client avec le produit, ce qu'ils font avec, la manière dont il s'insère dans leur vie, c'est ça que j'observe en tout premier lieu. Ils vont lancer un produit et tout le monde va le vouloir. Elle [Apple, ndlr] s'est fait une place dans l'esprit des consommateurs, elle a une valeur pratique, c'est très, très utile et ils sont parvenus, au fil du temps, à dégager des bénéfices d'un incroyable écosystème ».

Charlie Munger, vice-président de Berkshire Hathaway, abonde, il déclare lui aussi qu'il juge insuffisante la part du capital d'Apple en leur possession : « L'action est à un prix raisonnable et l'entreprise est forte, c'est une combinaison très séduisante, et j'aime bien leur direction, c'est un management très intelligent ».

Un management qui s'est lancé depuis quelques années dans un programme d'achat d'actions — 100 milliards de dollars de plus vont y être consacrés — à la grande satisfaction des actionnaires, et parmi eux les plus gros comme Berkshire Hathaway. Dès lors qu'Apple achète ses propres actions, ça en laisse moins sur le marché et cela fait monter mécaniquement le volume détenu par ceux qui en ont.

Warren Buffet encore :

Lorsque j'achète de l'Apple, je sais qu'Apple va acheter beaucoup de ses actions. Nous en possédons environ 5 %. Mais je sais que sans rien faire, dans probablement deux ans, nous en aurons 6 % sans avoir à sortir un seul dollar. J'adore l'idée d'avoir 5 % qui vont se transformer en 6 %.

La déclaration de Gates à la télévision n'a pas manqué de faire réagir Sataya Nadella qui, quelques heures plus tard, ouvrait la conférence développeurs Build 2018. Sur le ton de la plaisanterie, le patron de Microsoft a voulu se servir de cet exemple pour montrer à l'assistance que sa société a évolué dans son rapport avec la concurrence, que les propos de Bill Gates en sont une bonne illustration (lire aussi Cortana et Alexa vont devenir les meilleurs amis virtuels du monde) :

Ce matin je lisais les nouvelles après m'être levé, et j'ai entendu Bill Gates en train de parler d'action, il parlait de l'action d'Apple. Et je me suis dit 'wow', depuis 30 ans au moins que je connais Bill, je ne l'ai jamais vu discuter actions, mais aujourd'hui doit être vraiment un autre jour lorsque vous entendez Bill parler de l'action d'Apple. Voilà comment est le nouveau Microsoft.

Pour l'anecdote, Warren Buffet dit avoir reçu récemment d'un ami un iPhone X, avec une lettre comportant des conseils d'utilisation comme s'il avait 3 ans, mais il n'a pas encore eu le loisir de l'utiliser. Quant à son compère Charlie Munger, celui-ci répond, comme s'il s'agissait d'une évidence, qu'il n'a bien sûr pas d'iPhone. La journaliste n'a pas posé la question à Bill Gates.

avatar pagaupa | 

@Yacc

"Dés que l’usage est dans le cadre professionnel la machine est professionnel."

Un peu simpliste comme définition...

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Il n’y a pas de définition personnelle de ce qu’est une machine professionnel.

Il n’y en a qu’une : une machine utilisée dans le cadre professionnel.

Les mots et les concepts ont un sens, on ne fait pas comme beaucoup ici ce que l’on veut avec eux ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Cela se voit que tu ne construis rien et que tu ne mets rien sur le marché, car tu saurais que les cahiers des charges sont différents car encadré par les lois et les normes et tout ceci sanctionné par les contrats d'assurances. Et c'est bien souvent parce qu'un produit est estampillé professionnel qui coûte plus cher.
Mais reste avec ta définition, du moment que tu ne construis rien pour les professionnels le monde ne s'en portera pas plus mal vas. »

Une perle de généralisation idiote complètement à côté de la plaque.

La encore tu regardes ce que tu connais c’est à dire ton nombril et tu en fait de maladroite généralisation de portée globale,

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Figé mais pas "congelé", y a des limites. Là on n'en est même plus à parler de les faire évoluer ils tombent en panne bien avant pour certaines séries et on ne peut plus les réparer. »

Nope figée et pour la fiabilité c’est un jolie fantasme que de croire qu’elle était supérieure du temps de SJ, ils y eu de remarquable horreurs :-)

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Si tu en es à croire que tu peux tirer des conclusions de portée générale au regard de ton parc de machines ce n’est pas la peine de continuer une discussion.

Bonne nuit.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Faut savoir nuancer, là c'est moi qui crie à la CARICATURE. Et j'ai encore tout ça sous les yeux chez moi depuis mon premier Apple et mon premier Mac.
C'est vraiment là où vous avez un sérieux manque d'analyse et de recul tout en répliquant d'un seul homme à la CARICATURE. »

Nope tu,tombes juste dans le classique travers de faire des généralisations à partir d’u échantillon microscopique ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

Nope pas besoin de chiffres pour affirmer qu’on ne peut tirer strictement aucune conclusions d’u échantillon microscopique.

C’est une vérité établie ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« La caricature est plutôt de dire qu'il n'y a que du positif dans la philosophie d'Apple de ces dernières années parce que l'action AAPL est en pleine forme. Oui effectivement il n'y a que du positif pour les vieux Messieurs de l'article qui n'utilisent même le produit. »

Il y a pour moi deux choses :
- La pertinence de la vision produit et du positionnement d’Apple par rapport au réalités du marché qui se mesure à l’aune des comptes d’exploitations d’Apple.
- La pertinence de l’offre d’Apple et de son positionnement par rapport à mes attentes et à celle d’un microcosme largement représenté ici.

Sur le premier point le succès est indéniable et indiscutable : Apple comprend ses marchés et sait les adresser.

Sur le second il est évident que la frange du marché que nous représentons est délaissée par Apple.

Mais il ne faut pas tirer du second constat de généralisation aux enjeux d’Apple, c’est contre cela que je m’élève.

Aucun pb à dire : ça me fait chier Apple ne fait rien qui corresponde à mes attentes et à mes visions.

Par contre en déduire qu’ils font mal leur travail c’est prendre son nombril pour le centre du monde.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Et là je parle du produit, pas de la gestion des finances où là ils excellent. »

Et encore la même erreur tu confonds gestion des finances et activités de l’entreprise.

Activité qui est basée sur la vente de produits et de services qui se vendent fort bien et génèrent de beaux profits créants de la valeur pour l’actionnaire.

CQFD ils font remarquablement bien leur métiers.

Le fait que tu ne sois pas content ne change strictement rien à cette réalité indiscutable.

Ta compréhension de ce qu’est une entreprise est visiblement très faible, tu mélanges tout et n’importe quoi ?

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Alors je vais prendre le terme d' "activité de l'entreprise" pour te faire plaisir et que tu ne joues plus sur les mots pour esquiver ce que je veux dire. »

Ce n’est en rien un jeu sur les mots, la compréhension des termes structure la pensée.

« Leur activité et leur philosophie ont indéniablement dérivé vers une activité dont le but est d'être un maximum rentable au détriment de l'innovation et de la qualité de leurs produits.
Hai capito ? »

Oui je comprends comme avant, il n’y a rien de nouveau et c’est toujours absolument faux au regard des réalités de l’histoire d’Apple.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« alors oui ils font mal leur travail »

Une autre formulation : quand les volumes de ventes sont parmi les plus haut de toute l’histoire du Mac et qu’on appel ça mal faire son travail c’est qu’on se trompe lourdement.

C’est aussi simple que ça même si on ne s’y retrouve pas à titre personnel et que cela te sembles incompréhensible que tant de personnes achètent de chers machines qui te semblent si peu attractives.

avatar Yacc | 

@ForzaDesmo

« Dans ce cas Windows est le meilleur des Os et depuis tous les temps vu le "volume des ventes", et microsoft a fait du très très bon travail alors.? »

Toujours la même confusion entre l’évaluation du produit et celle de la qualité du travail d’u e entreprise.

La vocation d’une entreprise c’est de créer de la valeur que ce soit avec de « bon » ou de « mauvais » produits cela n’a strictement aucune importance.

Ce qui compte c’est que les produits se vendent avec des profits.

Il faut être idiot pour nier que MS a remarquablement fait son travail d’éditeur de logiciel et que ses trois dirigeants ont fait un remarquable travail.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR