iOS 11/macOS High Sierra : comment Apple peut remonter la pente

Christophe Laporte |

À une époque, il était possible de donner une note à macOS dans le Mac App Store. Seulement voilà, les notes et les commentaires étaient parfois sacrément gratinés pour le système d'exploitation des Mac. Afin sans doute de ne pas faire peur aux utilisateurs se préparant à faire la mise à niveau, Apple a décidé l'année dernière avec Sierra de retirer cette possibilité.

Des notes en chute libre pour macOS High Sierra et iOS 11

Afin d'avoir un baromètre (qui ne pourra pas être aussi large que celui d'Apple), nous vous demandons chaque année quelques semaines après chaque mise à jour majeure de macOS et d'iOS de noter cette version. On notera que nos deux sondages ont été mis en ligne bien avant les deux catastrophes de la semaine dernière.

Dans les deux cas, la situation n'est pas brillante. macOS High Sierra obtient une note moyenne de 6,17/10. Mention : assez bien. Ce qui allait très bien à un élève ayant un poil dans la main comme moi est assez insuffisant pour une société pour qui l'excellence est le juste minimum.

Ce qu’il est intéressant de noter, c'est que les notes d'Apple dans ce domaine ne cessent de baisser. El Capitan obtenait un 7,5/10, alors que Sierra ratait de peu la barre des 7. C'est d'autant plus inquiétant pour Apple que High Sierra n'est pas une version de rupture qui initie un nouveau cycle comme a pu l'être Lion, par exemple. En théorie, c'est même tout le contraire.

Dans les réactions, vous êtes nombreux à réclamer un nouveau Snow Leopard pour macOS. Non seulement High Sierra incarne la fin d'un travail débuté avec Yosemite, mais ses principales nouveautés sont situées sous le capot, comme Snow Leopard en son temps : APFS, Metal 2, HEVC… Safari et Photos embarquent la majorité des changements visibles pour l'utilisateur lambda.

Snow Leopard en visite à High Sierra ?

Si macOS dégringole lentement mais surement, iOS affichait jusqu'à présent chez vous une certaine stabilité. Les version 9 et 10 avaient une moyenne quasiment identique : 7,3/10. Cette année, c'est la douche froide pour le système phare d'Apple. Vous lui avez donné une note de seulement 6,55/10. Dans les réactions aux sondages, les problèmes sont ceux que l'on a pu évoquer ces dernières semaines de manière plus ou moins répétée : un OS qui s'acclimate assez mal sur les "anciens" terminaux avec des bogues, des sensations de lenteur et un clavier exaspérant.

Ce qu'Apple doit faire pour retrouver la confiance de ses utilisateurs

Fort de ce constat, Apple va devoir réagir et retravailler son lien avec ses utilisateurs. Une cassure serait problématique et elle a déjà commencé à se concrétiser sur macOS. Cette année, comme nous avons pu le constater, la transition vers High Sierra est particulièrement lente (lire : La fragmentation de macOS continue avec High Sierra).

Si Apple ne prend pas garde, elle va découvrir un jour les affres de la fragmentation que Google et Microsoft connaissent si bien. Cupertino n'a d'ailleurs pas tardé à réagir et s'est montrée plus agressive ces dernières semaines pour pousser les utilisateurs à faire la mise à niveau (lire : Apple pousse à l’installation de macOS High Sierra). Les événements de la semaine dernière risquent toutefois de pousser certains utilisateurs à ne pas se presser.

La meilleure chose à faire à court terme pour rétablir ce déficit de confiance est non seulement de faire amende honorable (Apple a l'excuse facile sous Tim Cook), mais surtout de mettre en adéquation les paroles avec des actes.

Yosemite avait connu des débuts calamiteux, mais les dernières versions étaient honorables. À Apple de relever la barre que ce soit avec iOS 11 ou High Sierra. Avec les différentes mises à jour sorties depuis septembre, il serait d'ailleurs fort injuste de ne pas reconnaitre qu'un grand nombre de bogues a été corrigé. Mais le compte n'y est pas, encore loin de là. Il suffit de prendre un iPhone 6 (Plus) pour s'en rendre compte. Apple gagnerait à optimiser iOS 11 sur les petites configurations.

Est-ce suffisant pour convaincre les utilisateurs de mettre à jour ?

Avec les premières versions d'iOS, les nouveautés étaient telles que les utilisateurs ne se posaient pas ou peu la question de mettre à jour. On le voit maintenant avec iOS et encore plus avec macOS, qui sont tous les deux mûrs, il faut maintenant de solides arguments pour pousser les utilisateurs à mettre à jour. Pour les utilisateurs « lambda », le terme mise à jour n'est d'ailleurs pas ou plus synonyme de progrès. On constate même une certaine méfiance, et ce pour plusieurs raisons :

  • Si vous êtes nombreux à ne vous poser aucune question avant d'appuyer sur le bouton lorsqu'Apple livre une première bêta d'un nouveau système, l'utilisateur « normal » voit tout cela avec beaucoup plus de détachement. Le processus de mise à jour est souvent ressenti comme complexe, incertain et comme une perte inutile de temps.
  • Il y a les nouveautés qu'Apple met en avant et celles moins agréables que l'on découvre ensuite au quotidien. Apple doit faire en sorte qu'on n'ait pas l'impression qu'un téléphone prenne 20 ans d'âge suite à une mise à jour. Que l'iPhone dernier cri soit beaucoup plus rapide que l'ancien modèle ou qu'il ait des fonctionnalités qui lui soient réservées, cela n'a rien de choquant. Que l'ancienne voiture de course se transforme sans raison en pot de yoghourt, ce n'est pas normal.
  • Enfin, et ce n'est pas uniquement une question informatique, le changement fait peur. Bon nombre d'utilisateurs craignent d'appliquer une mise à jour parce qu'ils redoutent de modifier leurs bonnes vieilles habitudes.

Apple doit sans doute prendre tout cela en compte et réfléchir à la problématique même de mise à jour. Tous ses systèmes d'exploitation ne sont pas égaux. Le pire appareil à mettre à jour, c'est l'Apple Watch. Il faut qu'elle soit sur son socle de recharge et qu'elle soit à proximité du téléphone auquel elle est rattachée.

Non seulement, il y a ces contraintes physiques, mais en plus, mettre à jour watchOS prend énormément de temps. Et la moindre sortie de route se paie cash. En cas de tuile lors d'une mise à jour, cela se finit très souvent à l'Apple Store du coin pour la débloquer. Il doit y avoir une fragmentation peu commune avec l'Apple Watch pour un produit Apple.

À l'inverse, il y a un appareil assez incroyable qui est sans doute la marche à suivre pour Apple, c'est l'Apple TV. Il est toujours à jour sans que vous n'ayez rien à faire, ou presque. Lorsqu'il y a des nouveautés remarquables, un écran vous invite à les découvrir. Simple et pratique. Le système se charge d'appliquer la mise à jour quand vous ne l'utilisez pas.

Les mises à jour faciles et sans prise de tête, c'est sur l'Apple TV

Pour l'utilisateur, administrer tvOS est un vrai bonheur et comprend des fonctionnalités que l'on aimerait bien voir ailleurs. C'est la plate-forme d'Apple qui gère de très loin le mieux le multicompte sur l'App Store. Autre qualité : il se synchronise. Vous avez plusieurs Apple TV ? Vous vous retrouvez avec exactement le même écran d'accueil sur tous vos appareils. C'est d'autant plus rageant qu'à part dans le cadre d'une utilisation professionnelle, ce n'est pas l'appareil pour lequel cette fonctionnalité parait la plus indispensable.

Son vrai souci à l'Apple TV de toute façon, c'est la télécommande…

Magique cette Apple TV ? Si on se souvient des bonnes et moins bonnes mises à jour de macOS ou d'iOS, tvOS parait à côté comme un OS sans histoire. C'est aussi lié au fait qu'il est autrement plus simple que ces deux grands frères, qu'on lui en demande beaucoup moins, mais il y a ce côté plug & play qui manque finalement aux deux autres. Personne ne s'est jamais dit : "c'est incroyable ce qu'elle rame ou plante cette nouvelle version de tvOS".

tvOS évolue toutefois dans un monde à part chez Apple, mais c'est peut-être la voie à suivre. Elle se met à jour toute seule, obéit beaucoup moins à une logique de mise à jour annuelle que ses grands frères. Autant Apple insiste lourdement sur son site web sur la chaine de montagnes auquel macOS rend hommage et sur le numéro de version d'iOS, autant il n'est pas ou peu question de tvOS et encore moins de sa version quand il s'agit de faire la promotion de son hobby.

Pourquoi il est si difficile de sortir du rythme annuel

Pour les vieux systèmes que sont iOS et macOS, il y a sans doute des leçons à prendre de cet exemple. Arrêter de vouloir sortir des mises à jour majeures chaque année, sortir de cette logique de numéro de version et/ou des chaines de montagnes, c'est un voeu pieux de nombre d'utilisateurs. Microsoft d'ailleurs est sorti de cette logique avec Windows 10 qui est mis à jour principalement deux fois par an et dont les nouvelles versions sont déployées progressivement (lire : Les grosses mises à jour de Windows 10 tomberont à date fixe).

Le souci, c'est que chez Apple, tout est intégré. La combinaison logiciel / matériel fait que la marque revoit également son système pour qu'il soit en mesure d'exploiter au mieux le tout dernier iPhone. Mais est-ce que cela doit être l'objet d'une mise à jour centrale ? Cette stratégie n'a jamais empêché Apple de sortir des iPad au beau milieu du printemps. Après il est vrai que la tablette joue un rôle nettement moins central que l'iPhone… C'est aussi le cas du Mac cela dit.

L'autre intérêt des mises à jour annuelle, c'est d'envoyer un message clair aux développeurs. En juin, lors de la WWDC, Apple présente les grandes priorités pour les douze mois à venir. Cette année par exemple, les principaux axes étaient ARKit, CoreML, Metal 2 et Swift 4.

De ce point de vue, la stratégie d'Apple est un succès. Elle parvient en permanence à mobiliser son écosystème, à faire en sorte que les développeurs adoptent rapidement ses dernières API et technologies. Par rapport à la concurrence, c'est un vrai plus.

Le cas le plus frappant est sans doute ARKit. Si on peut regretter que la killer-app exploitant cette technologie n'ait pas encore vu le jour, Apple a réussi à faire en sorte que les éditeurs gravitant autour de l'App Store s'y intéressent. Tim Cook se félicitait début novembre que plus de 1000 applications exploitant cette technologie soient disponibles dans l'App Store.

La réalité augmentée, beaucoup d'autres ont essayé avant d'exploiter cette technologie. Personne n'avait réussi à créer un engouement comparable.

On a beau tourner le problème dans tous les sens, il n'y a pas de réponse simple. Ou peut-être faire ce qu'Apple s'est toujours refusé à faire : dire clairement quelles sont ses priorités et les marquer nettement. Faire ce qu'elle fait déjà sur le plan du matériel en renouvelant annuellement ses iPhone et tous les deux ans les produits qui comptent moins, mais sur le plan logiciel. Autrement dit, déconnecter totalement les cycles de développement de macOS et d'iOS.

Mais les dernières révélations relatives à l'iMac Pro laissent penser qu'on s'achemine exactement vers l'inverse. BridgeOS, qui aura un rôle encore plus important avec l'iMac Pro, va au contraire réduire les frontières entre iOS et macOS d'une part et le monde ARM et le monde x86 d'autre part.


avatar McDO | 

"Pour les vieux systèmes que sont iOS et macOS, il y a sans doute des leçons à prendre de cet exemple. Arrêter de vouloir sortir des mises à jour majeures chaque année, sortir de cette logique de numéro de version et/ou des chaines de montagnes, c'est un voeu pieux de nombre d'utilisateurs. Microsoft d'ailleurs est sorti de cette logique avec Windows 10 qui est mis à jour principalement deux fois par an et dont les nouvelles versions sont déployées progressivement"

C'est ce que je dis depuis des années. Microsoft s'est adapté au rythme et tendance de l'informatique moderne tandis que Apple continue de stagner sur des habitudes poussiéreuses des années 90. Ils me font penser à Microsoft qui sortait un nouveau Windows presque chaque année en grande pompe dans les années 90 et début 2000.

avatar Mac Hiavel | 

tvOS : j’ai activé les màj auto et jamais elles ne se font... c’est en lisant MacG ou bien par inadvertance que je m’aperçois qu’il existe une màj !

avatar kubernan | 

Perso, High Sierra ne me pose pas de soucis.

iOS 11 par contre... J’avais émis quelques bugs report dès la béta 5 concernant des saccades dans l’interface d’iOS, saccades tout à fait inhabituelles, surtout sur un iPad Pro.

Le pire c’est que je m’en étais habitué, jusqu’à la sortie d’iOS 11.1.1 qui a fini d’achever mon outil de travail, rendu quasiment inutilisable : une première.
iOS 11.2 a nettement amélioré les choses me concernant (avec encore parfois quelques gels, mais beaucoup moins handicapants).

iOS 11 porte en lui de bonnes idées, mais sa finalisation n’est en effet pas digne d’un développeur tel qu’Apple.

avatar Moonwalker | 

18 mois serait une bon rythme, mais enfin, si vous donnez plus de temps à un développeur il ne fera pas forcément un meilleur logiciel.

Arrêtez d’ériger Snow Leopard comme un référence. C’était un OS de transition, loin d’être la panacée que des souvenirs déformés veulent présenter aujourd’hui. C’était il y a huit ans, mais quand même, il suffit de se replonger dans les archives du forum pour voir les volées de bois-vert qu’il se prenait dans les commentaires.

Surtout, attendez que High Sierra murisse avant de porter un jugement. Vos récriminations déplacées de rendent service à personne.

avatar Crkm | 

Il est temps d’installer Craig Federighi aux commandes, et de virer Cook, Ive et compagnie. Non à l’incompétence.

avatar marenostrum | 

ça va venir, mais pour le moment ils gagnent le max de pognon. financièrement ils sont au sommet.

avatar andr3 | 

C’est juste pour moi ou Preview ne permet plus de modifier un PDF ou d’assembler des PDF pour en faire un nouveau ?

avatar Moonwalker | 

C’est toi.

avatar occam | 

(Avec la voix de Jimmy Stewart dans It’s A Wonderful Life : )
« Just a minute, just a minute. Now, hold on, Mr. Laporte. »

S’agit-il du même Christophe Laporte qui, il y a quelques jours, nous disait en essence « Tout va très bien, madame la marquise » ?

Si oui, c’est la réorientation la plus spectaculaire sur le chemin de Damas depuis Saul/Paul et l’invention du GPS.

Réorientation que je salue sincèrement : cet article, malgré un ton volontairement optimiste — beaucoup trop optimiste au vu des faits et des tendances lourdes —, est lucide, passablement objectif, et met les points sur les i.

C’est le Christophe Laporte que j’apprécie.

Recevez les félicitations d’un « utilisateur aguerri ». ?

avatar Domsware | 

De mon côté aucun soucis notable avec ces 2 OS. Apple n’a donc pas besoin de remonter quelque pente que ce soit.

Sortir des généralités et des vérités sur la base de quelques cas particuliers – dont en plus la véracité porte à caution – c’est juste ridicule.

Déclamer que le problème vient des sorties annuelles là aussi c’est ridicule et sans fondement. Car les changements proposés sont uniquement ceux qui ont été faits durant le laps de temps écoulé. Ni plus ni moins.

C’est simplement la vie de tout logiciel. L’explosion combinatoire implique que tout ne peut pas être testé. Chaque machine a une histoire différente et pour certaines la mise à jour de l’OS est l’occasion de casser quelques points et au contraire pour d’autres de corriger quelques points.

avatar Ghaleon111 | 

Doctomac va nous faire une syncope ^^

avatar labon | 

Inclure aussi dans le raisonnement des frileux d'IOS 11 l'impossibilité de revenir en arrière.
Je testerais bien la dernière mouture sur mon Iphone 6+, mais hors de question d'etre prisionier du dernier système.
Quand à Mac os, je bosse avec mon outil informatique. Ca marche. Donc pourquoi perdre un temps precieux en tests et galères pour des fonctionnalités qui ne me font rien gagner de bien concret.
Je me souviens du temps de l'ajout la sauvegarde automatique des documents ! Fonction magnifique. Ou encore de l'about de Time Machine ! Ou encore l'ajout des synchro webdav et caldav !
Des trucs incontournables aujourd'hui.
Par contre Photo, smileys et autres onglets partouts, ben voilà quoi !
J'ai autre chose à faire que donner mon temps à Apple !

avatar mimot13 | 

Ca ne servira à rien qu'Apple force le passage à High Sierra : ça n'améliorera pas l'OS et au final l'utilisateur sera simplement un peu plus énervé.

Qu'Apple soit moins arrogant, moins bourré de certitudes alors que les produits sont loin au niveau d'excellence et surtout émettre un voeu : Apple reconnaissez les problèmes, mettez vous au boulot et mettez fin à cet amateurisme qui finit par trop se voir..!

Les mauvaises nouvelles vont toujours plus vite que les bonnes, la descente est beaucoup plus rapide que la montée.

avatar Thibs69 | 

J’ai eu des Mac sous Snow Leopard (Mavericks n’était pas mal non plus). Et c’était mieux avant. C’est un fait. Point.
Stabilité, fluidité de l’interface (pas de lags a moins de faire tourner la machine à fond), pas de bugs graphiques (dans le Finder, entre autres !), et j’en passe.
Mon ordinateur actuel est un MacBook Pro 15 pouces en grosse configuration de 2014. À l’origine, une dizaine de secondes pour démarrer. Maintenant, je suis à 20 ! Alors qu’APFS est censé être beaucoup plus rapide qu’HFS+. CHERCHEZ L’ERREUR. Le niveau d’exigence de Steve manque cruellement à Apple.

avatar Issou la chancla | 

L'APFS ne change strictement rien pour une utilisation normale.
Il permet juste une copie de fichiers beaucoup plus rapide, et c'est effectivement le cas.
Une vidéo de 8gb, en 3 secondes tu la copie dans un autre répertoire. Sans APFS, c'est plutôt 3 minutes.

avatar Avenger | 

"Une vidéo de 8gb, en 3 secondes tu la copie dans un autre répertoire. Sans APFS, c'est plutôt 3 minutes."

Bin oui, logique vu que la vidéo n'est pas copiée, techniquement parlant!

avatar Philbee | 

En virant Cook le plus rapidement possible...

avatar Orus | 

C'est pourtant simple, virer les designers illuminés style J.Ive et redonner aux nerds la direction sur iOS et MacOS.
Mais on voit bien qu'Apple ne le fera pas et va transformer nos Mac en iPhones géants...
Bref un iMachin pour les vieux et la ménagère branchée.

avatar Doctomac | 

« Remonté la pente » ?? C’est un peu excessif, non ? Il faut toujours que MacG bascule dans le sensationnalisme, au lieu de poser les discussions de manière raisonnée er raisonnable.

Par ailleurs, je ne comprends pas trop l’argument de l’auteur pour expliquer qu’il est difficile de sortir des mises à jours annuelles, surtout pour macOS. Franchement, je ne vois pas.

avatar DarKOrange | 

High Sierra a mis à genoux mon iMac 2009 le rendant inutilisable alors qu’il tournait comme un charme avec Sierra

avatar Avenger | 

Si l'iMac est encore équipé d'un disque dur mécanique, c'est normal. Et si mes souvenirs sont bons, High Sierra a toujours été annoncé n'étant pas optimisé pour les Mac équipés d'un disque mécanique.

avatar Orus | 

"High Sierra a toujours été annoncé n'étant pas optimisé pour les Mac équipés d'un disque mécanique."
Là, nous sommes donc bien dans de l'obsolescence programmée notoire. Surtout qu'il est impossible pour le commun des mortels de changer son HD pour un SSD dans un iMac collé/soudé.
Aucunes excuses valables.

avatar jazz678 | 

@Orus

Les iMac a DD fonctionnent parfaitement seulement quand on en achète un il ne faut juste pas se plaindre de ne pas avoir les performances du feu de Dieu que l’on peut avoir avec les SSD. On achète en connaissance de cause...et on patiente

avatar fte | 

Il n’y a aucune pente à remonter.

C’est mon hypothèse.

Apple ne s’adresse plus au même public, avec succès. Les grincheux grinchent parce qu’ils ne sont plus le public visé par Apple. Les grincheux sont de mauvais clients pour Apple. Trop exigeants, trop demandeurs, trop attentifs à la valeur technique et financière des objets. Les grincheux devraient se faire une raison et se barrer ailleurs où ils trouveront des objets plus en adéquation avec leurs attentes. Apple ne fera pas le moindre geste pour les retenir. Fin.

Fixer quelques bugs ? Oui, sûrement. Plus ? Pourquoi donc ? Au mieux les derniers grincheux claqueront la porte et bon débarras. Enfin la paix.

macOS est parfaitement adéquat pour les gens pas compliqués aux usages pas compliqués, et les machines pas compliquées également.

Apple n’est pas en train de descendre la pente.

p.s. je suis un de ces grincheux.

avatar Bloodwave | 

" Les grincheux grinchent parce qu’ils ne sont plus le public visé par Apple"

Eh oui. Il es fini le temps où Apple ciblait les "créatifs pro", Apple n'a plus besoin d'eux puisque maintenant ils ont les abonnés de Jojol et Léo Duff comme VRP ;)

Pages

CONNEXION UTILISATEUR