Apple remet à plat son projet de voiture autonome

Florian Innocente |

Apple est en train de remettre à plat les objectifs pour son véhicule autonome, écrit le New York Times. Trois sources du quotidien ont évoqué l’arrêt de certains développements au sein de ce projet et des dizaines de licenciements.

L’effectif, constitué depuis presque deux ans, atteindrait les 1 000 salariés. Du personnel recruté en interne comme à l’extérieur, avec parfois des spécialistes débauchés chez des constructeurs automobiles.

On recommence depuis le début

L’explication donnée aux membres de cette équipe est que ces départs font partie d’un « reboot » de ce projet de voiture. Depuis cet été, Apple a confié la direction des développements à Bob Mansfield, sorti de sa retraite, en remplacement de Steve Zadesky parti pour « raisons personnelles » plus tôt dans l’année.

Alors que cet effort prenait rapidement de l’ampleur, il a fait face à un certain nombre de problèmes. En matière de voiture à conduite autonome, les gens qui travaillent sur ce projet chez Apple ont du mal à expliquer ce qu’elle pourrait apporter de plus que les autres entreprises.

Fin juillet, Bloomberg expliquait qu’Apple gardait plusieurs fers au feu. L’idée de concevoir complètement un véhicule n’était pas écartée, mais elle pourrait évoluer vers la mise au point d'une plateforme logicielle pour des voitures sans conducteur, à la manière de ce que fait Google. Ou bien, Apple pourrait s’allier à un constructeur qui s’occuperait du volet matériel.

Il y a eu toutefois quelques avancées, Apple dispose de plusieurs prototypes de véhicules parfaitement capables de rouler sans conducteur dans un environnement géographique restreint, expliquent des sources au fait de ces développements.

Mais comme pour d’autres entreprise qui bûchent sur cette problématique, conclut le New York Times, il faudra encore de nombreuses années avant que cette technologie soit disponible pour le conducteur lambda.


avatar flux_capacitor | 

Ou que BMW ou Rolls Royce de travailler sur des moteurs d'avions !

avatar bhqz | 

Rolls Royce a fabriqué des moteurs d'avions pendant la guerre (Spitfire, Mosquito, Lancaster, ...) et fabrique toujours de réacteurs pour Airbus et Boeing.
BMW a également fabriqué des moteurs d'avions (Focke Wulf 190).

avatar flux_capacitor | 

Je sais bien justement…
*ironie*

Le logo de BMW représente d'ailleurs une hélice d'avion.

avatar poco | 

@flux_capacitor :
Oui en effet :-)
Petite précision : Rolls-Royce voitures n'a plus rien à voir avec le fabricant de moteurs d'avions depuis bien longtemps.

avatar Ginger bread | 

@poco :
1 et oui

avatar DG33 | 

@flux_capacitor :

avatar DG33 | 

En fait Apple vient de virer l'équipe qui était en charge de l'intégration du port jack dans le projet Titan, donc pas d'inquiétude pour le reste du projet.

avatar occam | 

@TmrFromNO :
Neufouad a raison.

Daimler (-Benz, depuis 1924) produit des moteurs pour navires depuis 1902. D'abord à Berlin-Marienfelde, puis à Hambourg depuis 1909. Daimler a été un des fournisseurs de moteurs pour sous-marins de la Kriegsmarine impériale avant et pendant la 1ère guerre. Avec l'acquisition de MBB (Messerschmitt-Bölkow-Blohm), Daimler-Benz avait même avalé le scion d'un pionnier de la construction de sous-marins, Blohm

avatar SMDL | 

@occam :

"Daimler (-Benz, depuis 1924) produit des moteurs pour navires depuis 1902."

Toujours drôle de soulever les pierres du péremptoire, et d'y fouiner la découverte.

avatar béber1 | 

SMDL

Comme disait souvent le sage Béber1
"les idées-toutes-faites sont toujours malmenées par la réalité"

avatar TmrFromNO | 

Sauf que Mercedes Benz est un constructeur automobile, uniquement.
Dire que Mercedes fabrique des moteurs de navires, ça a autant de sens que dire que Rolex conçoit des fusées.

avatar kubernan | 

Apple à AMHA certainement mieux à faire que de se bouffer le nez avec d'autres constructeurs dans un projet somme toute très incertain (les législations à venir qui contraindraient tellement l'option autonomie qu'elle en deviendrait au mieux anecdotique au pire terriblement coûteuse côté assurance).

Ce que j'attends d'Apple si elle investit dans le domaine du déplacement, ce n'est pas une voiture autonome mais la téléportation (et ce sans chargeur à se trimballer avec soi).

avatar debione | 

Ouais, seulement t'a pas intérêt à oublier ton adaptateur, parce que sinon c'est à pied que tu reviendras....

avatar macinoe | 

On dirait que ce qui manque à ce projet c'est un objectif bien défini.

C'est bête, c'est une des rares choses absolument indispensable pour avoir une chance d'aboutir.

avatar kubernan | 

On dirait que ce qui manque à ce projet c'est un objectif bien défini.

Comme dans beaucoup fausses bonnes idées.

avatar reborn | 

@kubernan :
C'est un projet, de la découverte, de la recherche fondamentale.

avatar macinoe | 

Non.

La recherche fondamentale sur un sujet peut aboutir ( ou pas ) à toute sorte d'applications que l'on ne pouvais pas prévoir au départ.

Là c'est l'exact contraire. Apple veut construire des voitures ou participer à la construction de voiture ou fournir un composant utile à la construction de voiture, enfin on ne sait pas trop... Peut-être qu'ils vont finir par licencier leur marque pour des accessoires auto.

avatar reborn | 

@macinoe :
C'est bien de la recherche fondamentale, du moins en partie.

avatar macinoe | 

La construction d'une automobile touche à émormément de domaines scientifiques.
C'est de l'assemblage de technologies sinon éprouvées, en tout cas validées.

Ils feraient de la recherche fondamentale sur quoi exactement ?

Un nouveau substrat pour faire de nouvelles batterie ?
Un nouveau materiau pour graver des puces et remplacer le silicium ?
Un systeme logiciel d'intelligence artificiel à reseau neuronal ?

Apple ne fait pas et n'a jamais fait de recherche fondamentale, ils assemblent avec talent des composants industriels dont la mise au point en recherche remonte à des décennies.

avatar béber1 | 

"Apple ne fait pas et n'a jamais fait de recherche fondamentale, ils assemblent avec talent des composants industriels dont la mise au point en recherche remonte à des décennies."

c'est vrai,
et c'est même leur caractéristique que celle d'essayer de trouver d'une manière synthétique les meilleures formules d'utilisations possibles à partir de technologies existantes.

Néanmoins, je rejoindrais le propos de reborn,
dans le sens qu'on accole trop souvent le sens de la recherche fondamentale à celui de la recherche d'éléments nouveaux, aux découvertes et aux inventions d'éléments, d'objets, de choses qui n'existaient pas ou qui n'avaient pas été observées/appréhendées auparavant, etc.

Il y a aussi un pan de la recherche qui est tout aussi important à mon avis, et qui se situe dans la synthèse. Les œuvres d'art sont dans leur grande majorité issues de ça.
Bref, un pan de recherche réel qu'on ne pas pas assez en considération, je trouve.

Et pourtant combien d'outils, combien d'appareils sont nés de cette recherche de la combinatoire, de l'agencements de plusieurs outils et techniques, comme la locomotive qui découle de la machine à vapeur et des embiellages&engrenages mécaniques, etc.

Même si Apple a in fine des vues commerciales sur ses recherches, elle participe d'une recherche globale, sur ce que pourrait être la "voiture de demain". Et ce n'est pas tant l'affaire de devoir pour elle de "révolutionner" l'automobile en tant que telle, que de trouver parmi toutes les techniques&technologies à disposition et ou en élaboration dans ce domaine, des formules ou solutions plus originales&adaptées, ce qui pourrait apporter des angles ou modes nouveaux dans la manière de concevoir et d'utiliser un véhicule individuel.

Et là, l'imagination, la recherche de formules innovantes doivent être à l'œuvre malgré les innombrables contraintes de toutes sortes

avatar macinoe | 

J'aime bien la notion de "recherche réelle".

Comme si dès qu'il y a le moindre niveau d'abstraction, on serait dans le virtuel.

J'avoue que cette vision des choses qui ne tient compte que du superficiel me degoute au plus au point comme les gens qui ne voient que le vernis des choses et qui méprisent tout les corps de métier qui ont rendu ces choses possibles. Le triomphe des communicants sur les gens qui créent réellement. J'ai l'impression que pour ces gens, les seules choses qui existent sont celles qu'ils ont la capacité de comprendre. Le reste pourtant bien plus pointu, n'existe simplement pas à leur yeux et ils n'ont même pas conscience de leur dépendance totale à ces sciences dont ils n'ont aucune idée.

C'est au mieux de l'ignorance au pire de l'ingratitude.

avatar béber1 | 

macinoe

????
sauf qu'il y a aucun manichéisme dans mon propos, ni d'échelle de valeur quelconque dans un sens ou dans un autre, si jamais tu as cru en percevoir une.

Toute recherche, quelle qu'elle soit, scientifique, technologique, médicale, philosophique, politique, artistique, industrielle ou autre, ne concerne que du concrêt.

Et même si on voulait appliquer une vieille dichotomie classique et arbitraire entre ce qui serait de l'ordre de l'esprit (irréel et donc sans incidence ou valeur aucune) et celui la matière (concrêt, et donc qui n'incarnerait que la seule réalité des choses avec toutes les valeurs positives qu'on lui accorde) les concepts, les idées et les utopies exprimées et partagées sont tout ce qu'il y a de plus concret car elles participent d'un travail de fond sur tout ce qui se travaille, s'élabore et/ou peut se concrétiser un jour ou l'autre.
Et que dirait-on de la musique dans cette dichotomie là?

Aussi je re-precise le sens de ma phrase qui peut donc être mal interprétée :
"Bref, un pan de recherche réel qu'on ne tient (ajout/correction) pas assez en considération, je trouve."

C'est un pan de recherche "réel", dans le sens qu'il ne s'applique pas plus à la réalité des choses que les autres, mais simplement qui a autant d'existence "réelle" et d'intérêt que les autres.

avatar macinoe | 

C'est mon point de désaccord.

Tu trouves qu'il n'y a pas assez de considération pour ce que tu appelles le pan de recherche réelle. je trouve qu'il y en a beaucoup trop mais vraiment trop.

La vraie question étant de savoir qui à besoin de qui..

Des types qui assemblent les inventions des autres, il y en aura toujours. Si un ne le fait pas ce sera un autre.

En revanche des prix nobel de physiques, c'est plus rare et autrement plus important.
Et sans eux, les assembleurs n'existent simplement pas.

avatar béber1 | 

Evidemment, mais de mon point de vue c'est une chaine où tous les maillons sont importants.

Je vois très bien le problème "réel" pour le coup de la recherche fondamentale qui est sommée en quelque sorte de produire des résultats ou de faire des découvertes qui auront par la suite des applications pratiques qui pourront être développées par l'industrie, ou qui pourront assoir une suprématie militaire (par exemple) sur un autre pays ou dans le monde.
Je vois et je comprend très bien cette pression vers des résultats directement "tangibles", c'est-à-dire exploitables pour un profit quelconque, économique et commercial en général, ce qui fait que la Recherche Fondamentale (je mets des majuscules exprès, c-àd au sens noble et désintéressé du terme, n'ayant d'autre but que la découverte des mécanismes de l'univers, etc. ) que cette Recherche Fondamentale donc est sommée en quelque sorte de produire ou d'avoir des résultats "tangibles", c'est-à-dire assez concrêts pour être exploitables.

Ce qui a pour conséquence que les financements iront plus à certains type de recherches, comme les recherches appliquées et moins à d'autres considérées comme trop nébuleuses, geeko-scientifiques ou trop "abstraites" et fondamentales justement, comme en ce qui concerne les migrations des coléoptères du Mexique, ou la physique nucléaire.

Sauf quand ça parle directement d'applications possibles dans des ordis "quantiques" qui peuvent casser en quelques secondes les codes ou les cryptages les plus performants.
E. Klein disait que si on avait "vendu" le fait que les particules n'avait pas de masse par celui de contribuer à la diminution de l'obésité sur Terre, la recherche du Boson de Higgs aurait eu l'audience qu'elle méritait.

Donc, j'entends bien ton propos, qui est celui de défendre la recherche dite "fondamentale", parce qu'au sein d'un monde emplein de rationalité et de pressions économiques elle serait dévaluée au profit d'autres recherches plus directement "exploitables".

avatar SMDL | 

@macinoe :

"Tu trouves qu'il n'y a pas assez de considération pour ce que tu appelles le pan de recherche réelle. je trouve qu'il y en a beaucoup trop mais vraiment trop."

Si je te suis bien, il n'y a donc dans tout domaine de la création qu'un nombre infime de géants, les autres n'étant au mieux que d'habiles cuisiniers.
C'est une position hautement élitiste et qui ne prend que très peu en compte la nécessité des interactions, de l'histoire, de l'holistique dans la production humaine.

L'assumes-tu ? C'est une vraie question.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR