San Bernardino : Bill Gates en opposition à Tim Cook

Florian Innocente |

Bill Gates fait entendre une voix discordante parmi celles qui ont offert un soutien plus ou moins appuyé à Apple dans l’affaire de l’iPhone de San Bernardino. Interrogé par le Financial Times à l’occasion d’une soirée organisée par sa fondation, le co-fondateur de Microsoft se range aux arguments du FBI selon lesquels le problème ne concerne qu’un seul iPhone :

Il s'agit d'un cas particulier où le gouvernement demande un accès à l'information. Ils ne demandent pas quelque chose de général, ils le demandent pour un cas spécifique.

Pour lui, la question n’est pas différente de celle où l’on demande des enregistrements à un opérateur ou des relevés à un organisme bancaire.

Imaginons que la banque ait noué un ruban autour d'un disque dur et dise "ne coupez pas ce ruban parce que sinon vous allez me demander de le faire plusieurs fois".

Les propos de l’ancien patron risquent justement d'être démentis par les faits. Le Wall Street Journal explique ce même jour qu’environ douze autres iPhone font l’objet d’une procédure identique à celle de celui de San Bernardino, dans plusieurs affaires qui n’ont pas encore été rendues publiques.

Cette information est apparue dans une lettre adressée hier à un juge de New York par des procureurs travaillant autour d’un iPhone utilisé dans une affaire de drogue. Aucune de ces différentes affaires ne serait de nature terroriste, indique la source du quotidien, et ce sont des iPhone utilisant d’anciennes versions d’iOS, moins sécurisées que les dernières générations.

Le juge en question, James Orenstein, a posé la question de savoir si la demande du gouvernement de forcer Apple à extraire des données d’un iPhone verrouillé était légale. Signe probable de son scepticisme.

Bill Gates estime qu’il y a des avantages à ce que le gouvernement puisse appliquer la loi en matière d’impôts, de lutte contre le crime et qu’il puisse enquêter sur les menaces terroristes. Mais un périmètre doit être dessiné quant à son droit à l’accès à l’information, afin d’obtenir l’assentiment des citoyens.

J'espère que nous aurons ce débat, de manière à ce que des garde-fous soient posés pour que les gens ne disent pas — et ce sera le cas pays par pays — qu'ils ne veulent aucun accès à l'information de la part du gouvernement.

Le soutien des grands patrons de la Silicon Valley a été globalement en faveur d’Apple mais plus ou moins marqué. Marc Zuckerberg et Jan Koum (WhatsApp, filiale de Facebook) ont appuyé sans réserve les propos de Tim Cook, ceux de Google et de Microsoft ont été plus timides, le remplaçant de Steve Ballmer, Satya Nadella se contentant d’une poignée de tweets assez tièdes. Cette semaine a également vu un ancien patron de la NSA s'aligner sur les thèses d'Apple.


avatar XiliX | 

@Albatros86

"Par exemple, je crois savoir que le Touch ID est lié à un appareil unique (dites moi si je me trompe), ne serait-il donc pas possible de développer un chiffrement unique à chaque appareil, tout en laissant la possibilité à Apple de désactiver l'effacement des données après un nombre limité d'essais. Ceci, me semble t' il, permettrait aux autorités compétentes de tester le déverrouillage d'un mot de passe lorsqu'ils ont en leur possession le dit téléphone..."

Tu as tout à fait raison, la "Secure enclave" possède un ID unique qui est composé de plusieurs éléments. Sauf que Apple ne connait pas cet ID Unique, car cet ID est "gravée lors de la fabrication de la puce. Et pour cause, il s'agit d'une question de sécurité.

Il faut comprendre que si Apple arrive à obtenir cet ID, cela veut dire que n'importe qui peut aussi l'obtenir.

avatar gwen | 

Le souci, c’est que si tu crées quelque chose pour déverrouiller CE iPhone spécifiquement, il devra dans un premier temps être testé sur d'autres iPhone. Donc déjà, on ne parle pas d'un seul iPhone, mais au moins celui de St Bernardino plus celui servant aux tests. Et comme TOUS les Phones de même génération sont identiques, cette clef te permettra de déverrouiller tous les iPhone.

C’est comme demander a tous les habitants de la planète de remplacer sa serrure par une serrure PTT. Toi, tu possèdes une clef qui n'ouvre que ta porte (boîte aux lettres), mais la poste possède une clef universelle ouvrant toutes les boîtes aux lettres, donc, potentiellement toutes les portes. Et cette clef est aujourd'hui facilement trouvable pour qui veut en posséder une. Sa copie étant simple puisque justement elle doit être universelle.

Ici, c’est le même problème, créer intentionnellement un logiciel qui détruit les protections se retrouvera bien vite dans la nature.

Imagine la défense, tu crois qu'elle ne va pas demander à étudier ce logiciel. Sinon, les preuves trouvées dans l'iPhone seront déclarées irrecevables. Et du coup, cela se retrouvera dans la procédure et donc, accessible au public.

Demain, tous les iPhone seront potentiellement à risque dans ce cas.

avatar C1rc3@0rc | 

@Albatros86

C'est le but de la com du FBI: compliquer au maximum les choses pour faire passer l'inacceptable sous la pression du pathos.

Les faits sont simples:
le FBI veut obtenir une jurisprudence qui rend illégal le chiffrage véritable des données informatiques.

Cela s'oppose a la Constitution des USA, et cette jurisprudence signifie simplement une alteration constitutionnelle majeure.
En clair cela signifie que le pouvoir administratif devient tout puissant et que la Justice est dessaisie de ses prérogatives (faire respecter les droits constitutionnaux).

Ce que le FBI et le DoJ evitent a tout prix c'est de placer l'affaire dans le cadre du Patriot Act, parce que dans ce cas il n'y aurait simplement pas d'affaire.

Le Patriot Act définit un champ d'exception, qui s'établit entre l'état d'urgence et la loi martiale. Il permet a l'administration d'agir en dehors du contrôle de la justice et de la constitution. Les éléments recueillis dans ce champs sont juridiquement exploitables même si les méthodes sont anticonstitutionnelles (pas d'irrecevabilité).

Si l'administration invoque le Patriot Act, alors la NSA ou l'armée hacke l'iPhone, les donnees sont transmises aux DoJ qui peut alors les utiliser a charge dans n'importe quel procés.
Toute personne peut etre interrogée sans avoir le droit de garder le silence ou etre assistee par un avocat.
Toutes les perquisitions sont realisables sans supervision d'un juge.
Toute detention est possible sans recours a un avocat, ni ordre d'un juge, juste par decision administrative, donc du fait d'un agent de l'etat.
Toute donnée ou document devient saisissable et doit être accessible, le possesseur étant contraint de donner l'accès même si cela l'incrimine. C'est la porte ouverte aux preuves fabriquées!

Le FBI veut avoir toutes ces prerogatives sans avoir a invoquer le Patriot act. C'est simple et dramatique.

avatar YAZombie | 

"cette jurisprudence signifie simplement une alteration constitutionnelle majeure."
Non. Absolument pas. Le périmètre de ce qui est couvert par le premier amendement est, comme tout le reste, soumis à l'interprétation des juges. Rien de "majeur" à ce que le téléphone puisse fasse l'objet de cette interrogation.

"En clair cela signifie que le pouvoir administratif devient tout puissant et que la Justice est dessaisie de ses prérogatives (faire respecter les droits constitutionnaux)."
Putain, c'est pas possible de raconter des conneries pareilles bordel! La demande du FBI est bien évidemment in fine un mandat, fait par un juge, Sheri Pym en l'occurrence, et ce sera toujours le cas! C'est pas possible de raconter des sottises pareilles!

Et toute la suite est un ramassis de sottises sans queue ni tête, et sans la moindre exactitude!

Le FBI veut avoir toutes ces prerogatives sans avoir a invoquer le Patriot act. C'est simple et dramatique.
Totalement ridicule! Pas le moindre sens. Ignore le mandat de la juge. Totalement à côté de la plaque!

Cesse de te présenter comme une autorité, tu ne racontes que des conneries! Tu es pire que le FBI!!!

avatar Gagolak | 

Un seul iPhone...Puis un autre et un autre et un autre... Créer un précédent permettra aux agences fédérales de demander à nouveau à Apple de déverrouiller un appareil. Le monde selon Bill Gates n'est pas celui que je souhaite aux générations futures.

avatar bonnepoire | 

Si tu crées la possibilité sur un iPhone, tu le fais potentiellement sur tous. C'est là le noeud nu problème.

avatar pierrot99 | 

Clairement l'avis de Bill Gates est très important pour ceux qui se soucient de la vie privée.

avatar Ginger bread | 

Il aurait dû se taire car c est Sattya Maintenant le patron de Microsoft.

avatar Lierpok | 

Dire que vous vous n'en avez rien à faire de la vie privée parce que vous n'avez rien à cacher, c'est comme dire que vous n'en avez rien à faire de la liberté d'expression parce que vous n'avez rien à dire." E Snowden

avatar bonnepoire | 

+1000

avatar warmac33 | 

Plutôt d'accord avec lui.

Si l'on m'avait dit il y a 20 ans que je serai un jour plus en accord avec gates qu'avec apple !

avatar bonnepoire | 

Je ne m'en vanterais pas.

avatar Domsware | 

Encore une preuve de l'absence de compétences et de clairvoyance de cette personne dans le domaine matériel : cordonnier, pas plus haut que la chaussure !

avatar Duodecim | 

En même temps, Gates, c'est pas le mec sous qui Windows XP, le pire OS en termes de sécurité, est sorti ? ;) (Petit troll du mardi matin, mais je me suis tellement pris la tête avec cet OS...)

avatar pariscanal | 

Merci Apple de garder ta ligne ...

vu le nombre d iPhone circulant dans le monde ,
Ils vont avoir une tôute puissance jamais vu dans le monde ..... Quelque coups de kalash et hop le français baisse son froc ,

avatar Neufouad | 

Qu'attendre d'autre du papa de Palladium ???

Certains ont décidément la mémoire courte et/ou sélective. XD

avatar bonnepoire | 

C'est aussi le grand Parrain de Monsanto et la raclure qui veut soumettre l'Afrique à la dictature des OGM qui rendent stériles toutes terres une fois cultivées avec leurs graines. Les premières sont gratuites, ensuite, quand l'éleveur se rend compte que sa terre n'est fertile qu'avec des OGM il n'a plus qu'à payer. Ca me rappelle un peu ce que Microsoft faisait et fait toujours.

La mode chez Microsoft c'est d'offrir Azure dans un premier temps aux grand clients pour ensuite les raquetter. Il faut savoir que le contrat m$ stipule qu'ils peuvent lire et exploiter tout ce qui se trouve sur leurs serveurs. Même Google n'est pas si cynique.

avatar Neufouad | 

Clair que Alphabet se la joue pas « bon samaritain »… Ils ont au moins cette forme de sincérité pour eux.

Après ça reste Alphabet ; le truc le plus proche de ce que la SF a nommé Cyberdyne (le moteur de recherche étant donc Skynet). Avis personnel hein… Le côté « vous êtes le produit » me hérisse le poil (même si clairement annoncé). Un autre cynisme on dira. :o)

avatar Lightman | 

@Neufouad :
Oui justement j'y pensais à Palladium (projet de Microsoft contre les libertés individuelles).

avatar reborn | 

Il y a vraiment des gens pour faire confiance aux autorités US ?

avatar Boboss29 | 

Peu importe l'issue de cette affaire, ça aura au moins le mérite de nous prouver que nos données sont vraiment bien à l'abri sur nos Iphones et icloud.

Bon, j'avoue que si une personne tombe un jour sur mes photos persos à mon insu, elle risque de s'en lasser très vite (ho la petite qui mange un yaourt, et là le petit qui joue au ballon, trop mignon, ha si il y a des photos torse nus au moins 5...), mais ça démontre que Ios est un système très sécurisé.

avatar bonnepoire | 

Tes photos sans doute mais il y a à n'en pas douter des données utiles à certaines personnes. C'est pour ça que j'ai lâché Android. Quand je voyais que pour installer une application je devais accepter de tout "ouvrir".

avatar larkhon | 

haha... ça me fait marrer tout de même, on n'arrête pas de dire "on veut de la liberté, à bas la pensée unique" et dès qu'une voix dissonante se fait entendre elle se fait basher comme pas possible...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@larkhon
Je n'ai lu aucun déni de la liberté d'expression de Bill Gate dans les interventions.
Que son intervention fasse réagir les lecteurs, c'est une bonne chose.
S'il y a une asymétrie entre la liberté d'expression de bill et celle des lecteurs,
elle favorise Bill dont la parole est lue par des dizaines de millions de personnes
alors que nos réactions ne touchent que quelques centaines de lecteurs.
La liberté d'expression n'est pas mise en danger ici.
@larkhon, ton intervention est vide de sens.

avatar larkhon | 

je pense pas à la liberté d'expression de Bill Gates quand je dis ça, cette notion n'est pas pertinente dans notre contexte. D'ailleurs l'asymétrie dont tu parles n'existe pas ; la liberté d'expression ne se mesure pas au nombre de personnes qui ont la possibilité ou non de lire mais au fait que les gens puissent exprimer librement le fond de leur pensée sans distinction.

Quand on regarde l'ensemble des commentaires sur tous les articles depuis le début de l'article, difficile de faire passer des idées si on n'est pas 100% convaincu par le plaidoyer de Tim Cook.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@larkhon
Et oui la majorité pense que mettre cet outil dans les mains des différentes agences d'espionnage du monde entier est un danger pour la démocratie, tandis qu'une minorité dont tu fais partie, pense que cet outil est un mal nécéssaire. Chacun exprime son opinion de manière libre dans ces pages.
D'ailleurs je serai heureux qu'un partisan de cet outil réponde à une question que je pose sans jamais recevoir de réponse :
Vous souhaitez que le FBI ait "accès" à cet outil ?
pensez-vous qu'il partagera cet outil avec les autres agences américaines (NSA FBI, etc) ?
Souhaitez-vous que les services secrets français et européens aient accès à l'outil ?
Si l'on transmet cet outil aux services d'espionnage occidentaux, pourra-t-on le refuser aux chinois ? aux russe ?
Si on le transmet aux russes peut-on légitimement penser qu'il sera transmis à leurs mafias aussi ?
Et qu'en est-il des petits pays plus ou moins... démocratiques, faut-il les insulter ou leur donner les même droits que leurs grands frères.
Nos téléphones vont-ils alors nous faire regretter la "grande passoire" (je veux dire windows XP ;-)

avatar jipeca | 

Non ! La masturbation n'est pas là.

Je suis, presque foncièrement, opposé aux gouvernements successifs des USA (Y compris celui d'Obama qui a joyeusement baisé tout le monde ) et davantage encore opposé aux agences type FBI, NSA CIA etc... qui sont des fouteurs de merde.

Est ce que le gouvernement a la possibilité d'imposer quoi que ce soit à Apple ? Ca ne fait aucun doute.

Quel est l'intérêt COMMUN de Apple et du gouvernement ? Qu'on vende de + en + de iPhone et autres.

Tenant ce raisonnement, le cinéma auquel on assiste pourrait servir efficacement les 2 parties. Le Premier parce qu'il se serait en apparence évertué à l'éviter et passerait ce faisant pour un chevalier à l'armure étincelante. Le second parce qu'il a les moyens (nombreux) d' obtenir "le pas" qui va lui permettre de franchir ledit barrage (?). Lequel tient envers contre les spécialistes gouvernementaux, qui soit dit en passant seraient, à lire tout ceci, de véritables bras cassés, face aux équipes d'Apple.

D'autre part, qui peut affirmer que la back-door n'existe pas déjà ? Apple a déjà, et souvent, enfumé les gens que rien n'est impossible. Ce qui ne serait pas un frein aux gesticulations auxquelles on assiste. Au contraire même.

En gros, des envolées pseudo philosophiques parfaitement vaines.

avatar XiliX | 

@jipeca

"D'autre part, qui peut affirmer que la back-door n'existe pas déjà ? Apple a déjà, et souvent, enfumé les gens que rien n'est impossible. Ce qui ne serait pas un frein aux gesticulations auxquelles on assiste. Au contraire même."

Non Apple joue gros sur sa crédibilité... et je préfère partir sur le principe que personne n'a encore démontré que ce backdoor existe.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@jipeca
Alors pour toi le gros complot, une farce montée par Apple et le FBI complice ,

Et ce sont... tes rhumatismes qui t'on permis de transformer cette hypothèse de travail en certitude ?
Une hypothèse de travail, je n'ai rien contre même lorsqu'elle est incroyablement biscornue :-)
Par contre transformer cette hypothèse en certitude sans s'appuyer sur des faits vérifiables
et une démonstration rigoureuse, alors tu bascules dans la croyance, la religiosité, les certitudes qui s'appuient sur la foi.

PS : j'avais tenu le raisonnement proche en imaginant que la seconde guerre d'Irak n'aurait pas lieu car "trop contraire aux intérêts américains". J'avais raison, la seconde guerre allait bien à l'encontre des intérêts américains. J'avais tord, ce n'était pas l'intérêt de l'Amérique qui gouvernait le pays, mais les producteurs d'armes et compagnies d'armée privée.

avatar jipeca | 

Où avez vous lu que je faisais part de certitudes ? C'est très exactement le contraire, et dans aucun sens. Les agences gouvernementales américaines sont tout sauf crédibles, et Apple ne l'est pas davantage. Mais s'il te plait de croire et que ça fait du bien à TES rhumatismes je comprendrai.

Ceci dit et sans entrer dans le débat, imaginer que la seconde guerre d'Irak ait jamais été contraire aux intérêts américains c'est un concept amusant. Vous avez une idée assez limitée de qui dirige les décisions du pays. Et ça ne se limite pas aux gouvernement, aux fabricants d'armes ou aux milices privées. Mais bon c'est totalement HS et je ne suis pas davantage dans le secret.

avatar larkhon | 

Je pense que j'ai évoqué un peu vite la pensée unique, j'aurais du parler de pensée binaire. Comment se fait-il qu'en étant en désaccord avec ce que dit Tim Cook on doit forcément être d'accord avec le FBI, ou même Bill Gates ? et ce que dit ce dernier c'est simplement qu'on devrait pouvoir dans des cas précis avoir accès à des téléphones mais que ça doit être encadré et en aucun cas un open bar.
Sur le fond, je pense que le débat ne doit pas juste être évité en disant "en aucun cas on ne devrait toucher à mon téléphone", il faut débattre et que ça remette sur le tapis justement les pouvoirs de ces agences de renseignement, parce que si Apple dit non et qu'ils sont les seuls, il y a un problème d'égalité dans la société, non ? il faut un iPhone pour être en totale sécurité ? oh mais informons aussi les gens qu'ils peuvent ne pas tout mettre dans leur téléphone, qu'on n'est pas obligé d'avoir des objets connectés en permanence.

Pour répondre à ta question, ce n'est pas facile, pourquoi un outil unique devrait répondre à autant de cas de figure ? on entend deux choses : Apple qui dit que si son téléphone n'est plus inviolable il devient une passoire, le FBI qui veut pouvoir entrer dans n'importe quel téléphone sans l'accord de son propriétaire voire de la loi. On peut déjà commencer à avoir un regard critique sur ce qu'on nous dit, est-ce qu'il n'y a que ces alternatives.

Au lieu de laisser le FBI et Apple se lancer des propositions à la figure pourquoi ne pas proposer des alternatives ? pourquoi, si Apple créé une version modifiée d'iOS le FBI devrait forcément y avoir accès ? est-ce que ça ne peut pas être une requête, comme toutes les autres, adressée et exécutée par Apple qui livrerait simplement une image du téléphone (et non la sauvegarde iCloud) ? et oui, pourquoi se limiter au FBI ? évidemment vient la question des régimes totalitaires mais est-ce que les gens ont réellement accès à l'iPhone dans ces pays et vont stocker des infos vitales ?

avatar YAZombie | 

"et ce que dit ce dernier c'est simplement qu'on devrait pouvoir dans des cas précis avoir accès à des téléphones mais que ça doit être encadré et en aucun cas un open bar."
C'est justement cet argument qui rend le débat aussi binaire. TOUS les experts en sécurité indépendants le disent et l'affirment à l'envi depuis que ces questions sont dans le débat public (soit environ les révélations Snowden): il est techniquement impossible de faire l'un sans l'autre. Tout système permettant de pénétrer dans un appareil sécurisé mettra en péril réel la sécurité de tous les appareils utilisant les mêmes systèmes. On peut essayer de faire en sorte que ce ne soit pas open bar, mais ça le deviendra nécessairement. C'est donc demander à l'entreprise qui a travaillé pour proposer et vendre un appareil sécurisé de prendre d'un côté ce qu'elle a donné de l'autre. C'est non seulement aberrant en soi, mais c'est surtout dangereux parce que ce sera utilisé par des gens pour qui ce n'était pas prévu, et ça aussi ça a été répété encore et encore par des gens en qui on devrait avoir plus confiance que ceux qui sont payés par le gouvernement, qu'il soit français ou américain…

Quand on a un discours aussi unanime depuis maintenant des années, et qu'on entend malgré tout encore cet argument, il faut avouer, c'est vrai, on est faible, parfois on perd un peu patience…

avatar larkhon | 

je ne demande qu'à comprendre et évidemment invite à la patience. Je ne suis pas un expert en sécurité sur ce genre de terminal mais j'essaie de raccrocher ça à d'autres principes de sécurité que je connais pour tester les hypothèses des uns et des autres, car le FBI comme Apple sont engagés dans une opération de communication, plus qu'un pur bras de fer technique.

Pour l'instant ce que j'ai compris c'est que l'idée d'une backdoor, d'une exception, met à plat toute la sécurité. Mais je ne saisis toujours pas pourquoi il faut nécessairement une backdoor (autrement que parce que c'est Cook qui le dit).
Si j'ai bien compris pour contourner la sécurité qui limite le nombre de tentative d'entrée de code, il faut installer une version modifiée d'iOS. Pour installer une version d'iOS on se repose sur un certificat pour autoriser ou non la mise à jour. Aujourd'hui, ce certificat est tout aussi précieux qu'une éventuelle version modifiée d'iOS.

Si le FBI peut, à partir d'un cable lightning tester des millions de mot de passe, il y a des chances que quelqu'un de mal intentionné mette la main dessus. Si Apple se chargeait de le faire elle-même, où serait le problème ? ils sont de toute façon en possession du fameux certificat qui permet de mettre à jour iOS ? et si on a peur que dès lors que ce programme existe il soit dans la nature, comment se fait-il que le même certificat ne soit pas reproduit ?

Pour finir, une question de débutant mais que fait le jailbreak vis-à-vis d'iOS ?

avatar YAZombie | 

Tu poses des questions très techniques, auxquelles je ne saurais répondre. Comme c'est par exemple le cas lorsqu'il s'agit de mécanique quantique, relativité générale, ou réchauffement climatique, je me repose sur les avis d'experts indépendants pour construire mon opinion sur des sujets que je ne maîtrise pas suffisamment pour en avoir une connaissance directe.
Je pense que tu trouveras de quoi t'éclairer ici: https://www.schneier.com/blog/archives/2016/02/decrypting_an_i.html

avatar bonnepoire | 

@YAZombie, tu as très bien résumé la situation. Rien à ajouter.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@larkhon
merci pour la qualité de ta réponse et je te demande d'excuser ma mauvaise lecture et surtout ma réponse irrespectueuse.
Si je tente une synthèse de nos pensées, la question dépasse la bisbille et le cirque médiatique FBI/Apple et doit être résolu par les législateurs des différents pays de la planète. (car Derrière le FBI, attendent les Russes, la Chine, l'Inde et même la France ;-)
Mais la réponse dépend des législateurs mais aussi des informaticiens sur la possibilité d'offrir à *tous* les pays qui le souhaitent un passage en force dans les données des téléphones *même?* *sauf?* si ça remet en question la sécurité des appareils.

Oui avec toi, je pense que la question centrale est celle de la limite à imposer aux agences d'espionnage et que cela devrait concerner tous les téléphones et objets connectés. (santé, maison, etc.)

avatar larkhon | 

@J'en_crois Pas_mes Yeux

pas de souci, j'ai moi-même ouvert de manière triviale... j'avais juste l'impression que tout le monde saute dans ce débat en fonction de ses convictions et sans séparer l'aspect politique, commercial, social, etc...

Ce qui m'embête au plus haut point c'est qu'on oppose des peurs aux autres peurs. Avec ça on ne parle pas à la raison mais au coeur des gens. Pour moi, ce n'est pas suffisant pour me faire un avis.
Ceci étant, moi je vois bien une carotte, ou un piège politique, qui consisterait à trouver une solution raisonnable à cette histoire contre plus de transparence. Mais c'est toujours risqué de jouer au plus malin...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@larkhon
Sur l'aspect technique : est-il possible de pêcher les informations utiles sans ouvrir la boite de Pandore, je ne suis pas compétent.
Par contre, en regardant l'intérêt des joueurs et leurs comportements passés,
je dirai :
L'intérêt d'Apple de transmettre discrètement toutes les infos possibles qui ne mettent pas en question leur sécurité.
L'intérêt des agences, c'est d'avoir à leur propre disposition l'ouvre boite qui leur permette de pêcher ce qu'elles souhaitent quand elles veulent.
En réfléchissant sur les motivations et objectifs d'Apple et du FBI, il me semble que l'intérêt d'Apple coïncide plus avec ceux des citoyens et s'oppose à ceux des agences d'espionnage.

avatar larkhon | 

Les motivations d'Apple sont surtout d'éviter qu'on réfléchisse à deux fois avant de stocker des informations cruciales sur notre téléphone. Si on commence à faire ça, l'iPhone, le smartphone en général, perdra sa place dans notre quotidien, et une partie de l'économie basée sur le numérique risque de prendre un coup.
Avec les usages IoT, la domotique qui pointe son nez, qui prendrait alors le risque de perdre le contrôle de sa maison ? à bien y penser, je me demande quel bon sens il y a à contrôler ma maison avec un appareil connecté à internet...

Est-ce que ce besoin de sécurité n'est pas une conséquence néfaste de cette centralisation d'usages et d'informations ? pour faire une analogie, une société américaine vend un soda. Au bout d'un moment on s'aperçoit que le sucre dans ces quantités n'est pas bon pour l'organisme, l'entreprise développe le même produit avec un sucre de synthèse, sans les effets indésirables. On créée une situation avec un risque potentiel pour les clients, et pour ne pas impacter le business on apporte la solution au problème qu'on a créé. Bien sûr notre comportement nos habitudes sont aussi responsables que les entreprises qui nous permettent de les entretenir... et je suis le premier à sacrifier ma sécurité pour mon confort, synchroniser mes mots de passe, enregistrer des cartes de crédits, etc...

Je m'éloigne un peu du sujet, mais je n'ai pas plus confiance en nos entreprises qu'en nos gouvernements, même quand les bonnes idées sont mises en avant...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

Les motivations d'Apple sont surtout d'éviter qu'on réfléchisse à deux fois avant de stocker des informations
oui :-)
C'est aussi ma considération de citoyen : avoir suffisamment confiance dans un objet pour utiliser ma carte de crédit, ma santé, ma maison, bref mon petit monde à moi :-)

avatar jipeca | 

Il y a vraimenr des gens pour s'imaginer que, tout patron d'Apple qu'il soit, Cook pourrait empêcher le gouvernement de faire ce qu'il veut ?

De plus, cette attitude aura pour simple conséquence qu'on en arrivera à leur imposer, purement et simplement, l'installation de ce que les autorités jugeront indispensables. Et Apple s'entendra dire en substance "vous ferez ce qu'on vous dit de faire, un point c'est tout".
Les moyens de l'obtenir sont nombreux.

Au moins, Gates montre une attitude moins tranchée et ouverte au dialogue alors qu' apple veut jouer au bras de fer alors qu'il n'aura jamais la puissance nécessaire face au gouvernement. Lequel, soit dit en passant se fout royalement de ce que le petit peuple en pense.
Ces postes deviennent de la masturbation émotionelle (surtout pas intellectuelle).

avatar pierrot99 | 

C'est marrant on peut facilement retourner ce raisonnement: Il y a vraiment des gens pour s'imaginer qu'un gouvernement peut faire quelque chose face à ces multinationales super riches (elles payent les campagnes à ces gouvernants) et super puissantes (elles se moquent du fisc, des lois, des gens, ...) ??

Quant à Gates qui fait tourner en bourrique tous les pauvres administrateurs réseaux et installeurs de PC depuis la nuit des temps et qui a construit sa fortune sur la vente de produits à peine fonctionnels (en reportant le coût de les faire marcher sur des idiots comme moi), je dirai une seule chose, sans jeu de mot: next !

Par contre que tout le monde se foute de ce que le petit peuple pense, ça c'est sûr, le gouvernement comme Apple comme Gates. La seule chose qui reste au petit peuple, la masturbation c'est sûr ...

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@jipeca "de la masturbation émotionelle (surtout pas intellectuelle)."
Masturbation émotionnelle ? on ne peut être plus d'accord :-)
Absence de réflexion rationnelle ? on est sur la même longueur d'onde. :-)
Ici le FBI joue sur la corde émotionnelle (les victimes) agite le chiffon rouge du terrorisme pour paralyser la réflexion et rendre les imbéciles encore plus idiots. :-(.

De quoi s'agit-il ? d'éviter des morts inutiles ?
Combien de mort par l'alcool et le tabac que l'on pourrait réduire en interdisant leurs pubs ?
Combien de morts d'obèses causée par la publicité de la malbouffe
Combien de morts par la libre circulation d'armes de guerre
Combien de mort par la pollution sauvage ?

Rationnel, intelligence, refus de l'émotionnel :
objectif clairement défini : réduire le nombre de morts;
Calcul des moyens les plus efficaces pour y parvenir
Cet outil demandé par les agences d'espionnage ne rentre pas dans ce cadre
mais à un tout autre objectif.

avatar jipeca | 

Non ! La masturbation n'est pas là.

Je suis, presque foncièrement, opposé aux gouvernements successifs des USA (Y compris celui d'Obama qui a joyeusement baisé tout le monde ) et davantage encore opposé aux agences type FBI, NSA CIA etc... qui sont des fouteurs de merde.

Est ce que le gouvernement a la possibilité d'imposer quoi que ce soit à Apple ? Ca ne fait aucun doute.

Quel est l'intérêt COMMUN de Apple et du gouvernement ? Qu'on vende de + en + de iPhone et autres.

Tenant ce raisonnement, le cinéma auquel on assiste pourrait servir efficacement les 2 parties. Le Premier parce qu'il se serait en apparence évertué à l'éviter et passerait ce faisant pour un chevalier à l'armure étincelante. Le second parce qu'il a les moyens (nombreux) d' obtenir "le pas" qui va lui permettre de franchir ledit barrage (?). Lequel tient envers contre les spécialistes gouvernementaux, qui soit dit en passant seraient, à lire tout ceci, de véritables bras cassés, face aux équipes d'Apple.

D'autre part, qui peut affirmer que la back-door n'existe pas déjà ? Apple a déjà, et souvent, enfumé les gens que rien n'est impossible. Ce qui ne serait pas un frein aux gesticulations auxquelles on assiste. Au contraire même.

En gros, des envolées pseudo philosophiques parfaitement vaines.

avatar macinoe | 

"Il y a vraiment des gens pour s'imaginer que, tout patron d'Apple qu'il soit, Cook pourrait empêcher le gouvernement de faire ce qu'il veut ?"

C'est ça que je trouve le plus choquant dans cette histoire.

Quand on en arrive à faire plus confiance à une multinationale dont la seule vocation est de faire des profits plutôt qu'à des gouvernements démocratiques qui sont sensés défendre nos droits, c'est vraiment révélateur d'une énorme crise de confiance.

Je ne dis pas que les gouvernements en questions sont irréprochables et que les citoyens que nous sommes n'ont pas leur mot à dire, mais de là à confier cette question à des entreprises, je trouve que c'est une dérive encore plus grave.

Ces entreprises outrepassent leurs droits en parlant au nom des citoyens. Elles n'ont pas de mandats ni de légitimité pour le faire.

avatar J'en_crois Pas_mes yeux | 

@macinoe "Quand on en arrive à faire plus confiance à une multinationale ..."
Cela me choque aussi, mais c'est un fait : *dans cette histoire*, je ne fais aucune confiance au gouvernement américain (en la personne du FBI)

*analyse* :
Apple, c'était une multinationale exceptionnelle à l'époque de Steve Job. Exceptionnelle car pilotée par un "grand patron du début du XXème siècle", ayant tout pouvoir sur son entreprise lui permettant d'avoir des considérations morales allant à l'encontre des diktats de Wall Street et des fonds de pension. Tim, le nouveau patron a hérité d'une bien faible portion de cette indépendance, qui lui permet aujourd'hui de s'opposer au FBI, mais qui lui coutera son siège et l'effondrement d'Apple lors de son probable d'échec. Mais dans cet "échec et mat" du FBI, la position d'Apple n'est pas facile : (mourir avec les honneurs ou mourir sans honneur)

Si Apple transmet un décapsuleur aux agences d'espionnage américaines, les agences du monde entier demanderont un traitement équivalent, Si Apple refuse aux chinois, aux russe, aux indiens, aux pakistanais, leur décapsuleur : EXIT Apple.Si Apple accepte, tous le monde aura le décapsuleur, les mafias profiteront de l'aubaine, et l'Iphone ne vaudra pas plus qu'un windows XP.

La position d'Apple est héroïque : peu probable pour elle de gagner ce combat.
Alors qu'elle profite de ce dernier combat pour prendre une position héroïque,
Les actionnaires ne vont pas aimer,
Car ni Apple, ni l'Amérique n'ont a gagner dans cette confrontation, et Donald Trump est un crétin
qui risque de nous faire regretter le petit Bush.

avatar umrk | 

What did you expect ?... from this son of a bitch .....

avatar andr3 | 

Ce n'est 1 mais au minimum 12 iPhones qui seraient visés : "le FBI aurait comme projet de faire déverrouiller une douzaine d’iPhone supplémentaires"

Source : http://belgium-iphone.lesoir.be/2016/02/23/bill-gates-soppose-a-apple-dans-laffaire-de-san-bernardino/

avatar JLG01 | 

Papy fait de la résistance?
Il n'a plus son mot à dire le retraité.

avatar bonnepoire | 

Il défend juste les saloperies installées dans ses systèmes moisis.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR