iPhone, Apple TV, iPad, Mac : la fin d’année chargée d’Apple

Soumis par Mickaël Bazoge le lun, 31/08/2015 - 18:30

L’événement de rentrée d’Apple se déroulera le 9 septembre, et à cette occasion le constructeur dévoilera une partie de sa feuille de route pour la fin de l’année. Comme tous les ans, la Pomme jouera gros, ne serait-ce que par l’impact qu’auront les annonces sur le reste de l’industrie… et sur les utilisateurs, évidemment.

Les rumeurs, comme toujours particulièrement en verve en cette période pré-keynote, ainsi que l’habituelle stratégie d’Apple pour Noël permettent d’imaginer ce à quoi pourraient bien ressembler ces prochains mois. Il ne s’agit que de spéculations évidemment, et il est probable que certaines d’entre elles se montreront finalement incorrectes. Mais le constructeur obéit depuis quelques années à un calendrier relativement similaire.

Septembre

iPhone 6s, iPhone 6s Plus

Le 9 septembre sera donc le jour du lever de rideau pour de nouveaux produits. Sans nul doute aurons-nous droit à deux iPhone, dont le profil commence à se dessiner très sérieusement. Nous devrions avoir droit à deux modèles de 4,7 et 5,5 pouces dotés d’un design sensiblement identique aux modèles 2014 mais avec un châssis plus résistant (adieu les moqueries du #bendgate).

Au rayon des nouveautés, outre un processeur A9, 2 Go de RAM, un modem LTE plus performant, il est de plus en plus probable que ces iPhone 6s/6s Plus puissent interpréter un appui fort sur leur écran avec l’apport de Force Touch — même si Apple pourrait changer le nom de la technologie pour ses smartphones. Un modèle de couleur « or rose », proche de celui de l’Apple Watch Edition mais en aluminium, serait aussi de la partie.

L’accessoiriste Spigen n’a pas attendu les annonces d’Apple pour annoncer des coques adaptées aux modèles roses de l’iPhone 6s — Cliquer pour agrandir

L’un des aspects sur lesquels le constructeur devrait appuyer le plus (si on ose dire), ce n’est pas nécessairement Force Touch mais l’appareil photo. En façade, Apple reprendrait le système inauguré sur Mac avec Photo Booth de « flash » de l’écran afin d’éclairer le visage des amateurs d’égoportraits. L’iPhone 6s devrait surtout intégrer un capteur photo de 12 mégapixels, rejoignant finalement la grande majorité des constructeurs de mobiles Android, et offrir l’enregistrement vidéo en 4K.

Peu répandue jusqu’à présent, la prise en charge de la définition 4K sur un produit aussi populaire que l’iPhone serait à même de pousser le format (et, au passage, donner un coup de fouet aux ventes TV et de moniteurs 4K qui manquent encore de contenus compatibles).

Du côté des mauvaises nouvelles, car il y en aura forcément, Apple ne devrait pas proposer de modèles d’entrée de gamme débutant à 32 Go. Il faudra peut-être, cette année encore, se contenter de 16 Go, ce qui commence à faire très juste, malgré ce que peut en dire Phil Schiller… Surtout si Apple se pique effectivement d’enregistrement 4K. Une rumeur en juillet annonçait de son côté un passage à 32 Go : tous les espoirs ne sont donc pas perdus.

La batterie sera elle aussi particulièrement surveillée. Apple a beau réaliser des prodiges en matière de gestion de l’énergie, il faut bien à un moment donné muscler les capacités de la batterie. Or, c’est exactement l’inverse qu’Apple pourrait proposer ! Une rumeur asiatique parlait en effet d’un composant de 1 715 mAh sur l’iPhone 6s (contre 1 800 sur l’iPhone 6), et de 2 750 mAh pour l’iPhone 6s Plus (au lieu de 2 910 sur l’iPhone 6 Plus).

Apple se montrerait assez conservatrice au niveau de la gamme, qui se composerait des deux iPhone 6s représentant le haut de gamme. Les modèles 2014 resteraient au catalogue en tant que « milieu de gamme », c’est-à-dire 100 $ moins cher. L’iPhone 5s prendrait alors la place de ticket d’entrée, tandis que l’iPhone 5c disparaitrait de l’offre (exception faite, peut-être, dans quelques marchés émergents). On peut estimer la fourchette tarifaire ainsi :

• iPhone 5s : 509 €

• iPhone 6 : 609 €

• iPhone 6 Plus : 709 €

• iPhone 6s : 709 €

• iPhone 6s Plus : 809 €

Rien de très révolutionnaire donc, et cela devrait être aussi le cas du jour de lancement de ces nouveaux iPhone : on peut tenter le pari du vendredi 18 septembre, avec des précommandes qui débuteraient une semaine avant, soit le vendredi 11 septembre.

Apple Music

L’événement se déroulant au Bill Graham Civic Auditorium, une salle de concert capable d’accueillir 7 000 personnes, il ne serait guère étonnant qu’Apple Music n’ait pas droit à une ou deux annonces. Il s’agit de relancer l’intérêt autour du service de streaming musical, à l’heure où la période de trois mois offerte va s’achever pour bon nombre d’early adopters.

Quelles pourraient être ces annonces ? Difficile à dire, mais Apple aura sans doute à cœur de montrer quelques-unes des améliorations apportées à Apple Music dans les apps Musique (iOS 9) et iTunes (OS X). On peut en tout cas s’attendre à un premier bilan avec quelques chiffres, voire des détails techniques concernant l’amélioration de la mise en cache des morceaux, par exemple.

Apple TV

L’Apple TV devrait être un des gros morceaux de cette conférence. Le slogan du carton d’invitation, « Dis Siri, donne-nous un indice », alors que l’assistant virtuel est annoncé par les rumeurs comme au cœur de la nouvelle expérience de l’Apple TV, ne laisse planer aucun doute sur la volonté d’Apple de mettre le paquet sur l’appareil.

Présenté comme un peu plus gros et plus épais que l’Apple TV de troisième génération, l’innovation matérielle du nouveau boîtier se nicherait surtout dans… sa télécommande. Équipée d’une zone tactile et d’un micro, celle-ci ferait office tout à la fois de contrôleur Siri et de manette de jeu.

Le trackpad simplifierait la navigation au sein des menus de l’Apple TV (et des applications), mais on attend aussi beaucoup de la reconnaissance vocale. Google a démontré, avec Android TV, qu’il était possible et même amusant de contrôler ses contenus vidéo avec la voix (lire : Test du Nexus Player : que vaut l’Apple TV de Google ?). Pourquoi pas Apple ?

Quant à l’aspect « manette » de cette télécommande, il serait directement lié à la volonté d’Apple de mettre l’accent sur les jeux vidéo au sein de la nouvelle boutique d’applications. L’Apple TV de 2015 connaitra-t-elle le même destin que la Pippin ? À Cupertino, on espère que la foudre ne frappera pas deux fois au même endroit… Et Apple a mis les moyens pour offrir à son futur boîtier la plateforme qui lui permettra de passer du statut de simple vitrine d’iTunes à celui d’intermédiaire indispensable entre les producteurs de contenus et les téléspectateurs. Il est bien fini le temps du hobby…

Techniquement parlant, on est en revanche plus dans le flou. L’Apple TV 2015 pourrait embarquer de 1 à 2 Go de mémoire vive, 32 Go de stockage et un processeur A8 (lire : Nouvel Apple TV : le renouveau du hub numérique). De quoi accueillir de gros jeux 3D donc, mais peut-être pas pour diffuser de la 4K. Une situation paradoxale, alors que l’iPhone 6s pourra, lui, enregistrer des vidéos en ultra haute définition… Mais les tuyaux de l’iTunes Store pourraient être encore trop petits pour faire circuler des fichiers aussi gros (comptez 20 Go pour un épisode de Breaking Bad en 4K).

Tout cela aura un coût : à Cupertino, on hésiterait actuellement sur le positionnement tarifaire du produit, entre 149 $ et 199 $. Plus cher donc que l’actuel Apple TV (69 $/79 €). Il y a d’ailleurs des chances pour le boîtier de troisième génération reste au catalogue encore un moment : non seulement ce dernier serait susceptible d’accueillir le futur bouquet de programmes TV pour lequel Apple est toujours en négociation avec les networks américains, mais encore peut-il encore servir de concurrent plus direct face au Chromecast ou au Fire TV Stick à moins de 40 $.

Si ce nouvel Apple TV devrait être annoncé durant le keynote du 9 septembre, son lancement pourrait, lui, attendre le mois d’octobre.

Comme d'habitude, nous vous ferons vivre cet événement en direct sur notre site spécial LeKeynote.fr.

Octobre

iPad

La gamme d’iPad, en perte de vitesse depuis de trop nombreux trimestres, devrait selon nos informations avoir droit à son propre événement au mois d’octobre. Apple aurait tourné autour de l’idée d’une annonce durant le keynote du 9 septembre, avec le risque que celle-ci soit noyée dans la masse.

iPad Air 2

En organisant un second événement dédié aux tablettes, Apple ne ferait que respecter un calendrier devenu traditionnel depuis 2012 et l’iPad 4. La vedette de la gamme cette année pourrait être l’iPad Pro. Les rumeurs ont été longtemps contradictoires au sujet de cette grande tablette de 12,9 pouces, mais les dernières s'accordent plutôt à dire qu'elle sortirait cet automne.

Parmi les caractéristiques qui reviennent souvent sur la table, on retrouve un écran Force Touch d’une définition de 2 732 x 2 048 (265 pixels par pouce, soit pratiquement la même chose que l’iPad actuel), avec lequel on pourra interagir avec un stylet optionnel. Le lancement de cet iPad grand format pourrait intervenir mi-novembre, et en petites quantités pour commencer… Histoire de jauger l’intérêt des consommateurs ? Il n’est pas interdit de le penser, car ces caractéristiques semblent plutôt convenir à une clientèle professionnelle. Dans ce cas, gare au tarif (lire également Les indices s'accumulent autour d'un "iPad Plus").

iPad mini 3 et iPad Air 2.

L’iPad mini 4 devrait s’offrir le même genre de ripolinage subi par l’iPad Air 2 l’an dernier. Épaisseur taille de guêpe (on parle de 6,1 mm), processeur plus puissant (A8 ? A8X ?), appareil photo de 8 mégapixels, support du 802.11ac… Bref, il s’agirait ni plus moins que d’un iPad Air 2 miniature, tout en conservant évidemment le lecteur d’empreintes digitales Touch ID introduit en 2014.

Quant à l’iPad Air 3, si Apple se décide à lancer cette année une nouvelle génération de ce modèle (les rumeurs, là aussi, se contredisent), on peut s’attendre à un processeur A9, sans qu’on en sache plus pour le moment.

MacBook Air, iMac

Apple pourrait profiter de l’événement consacré à l’iPad pour lancer la version finale d’OS X El Capitan, en tandem avec de nouveaux Mac. Le constructeur a maintenant toutes les cartes en main pour mettre à jour ses ordinateurs. Non seulement le système d’exploitation est au point, mais encore Intel a fini par lancer la production de la génération de processeurs Skylake — certains modèles peuvent tout à fait trouver une place dans de futurs Mac.

MacBook Air 11 pouces début 2015

C’est le cas du MacBook Air avec la gamme U, au TDP de 15 W qui s’accorde parfaitement avec les ultraportables (lire : Skylake : un MacBook Air avec un CPU de 2,3 GHz de base ?). En plus des avancées propres à Skylake (meilleures performances pour la partie graphique et l’autonomie), la fréquence de base de ces processeurs est plus élevée (de 2,3 à 2,4 GHz, contre les 1,6 GHz auquel Intel et Apple nous ont habitués).

On espère sinon que le portable, dont la dernière mise à jour date de mai 2015, gagnera un nouveau type d’écran : les dalles TN utilisées ont des angles de vision bien faibles par rapport aux écrans haute définition des MacBook et MacBook Pro.

Si on sent bien qu’Apple ne veut pas pousser le MacBook Air vers le Retina pour forcer à l’achat du MacBook, on est en revanche en droit de demander un trackpad Force Touch. Sera-t-on entendu ?

iMac 5K Retina

Du côté de l’iMac aussi, Apple pourrait nous faire la grâce de passer la gamme au tout Skylake, ce d’autant que la famille de tout-en-un — exception faite du 5K Retina — commence à dater : la dernière mise à jour significative date de septembre 2013. Il y a aussi eu une entrée de gamme très… entrée de gamme en juin 2014, un 21 pouces équipé d’un processeur cadencé à 1,4 GHz seulement.

Apple pourrait d’ailleurs en profiter pour lancer un iMac 21 pouces équipé d’un écran 4K (4 096 x 2 304), qui serait le pendant « Retina » du grand frère de 27 pouces. Ming-Chi Kuo, dont la boule de cristal est habituellement féconde, avait annoncé un renouvellement de l’iMac pour le troisième trimestre.

Et après ?

MacBook Pro

Quant au MacBook Pro, la dernière mise à jour est relativement récente (mai 2015) et au contraire du renouvellement a minima des MacBook Air, nous avons eu droit à quelques mignardises comme un trackpad Force Touch, des puces graphiques plus récentes, de la RAM plus rapide ainsi qu’à des SSD plus véloces (lire par exemple notre test du MacBook Pro Retina 13" Core i7 début 2015).

MacBook Pro 13 pouces début 2015

Compte tenu du calendrier d'Intel, il parait peu probable qu'Apple lance de nouveaux modèles cette année. Elle aura en tout cas le choix dans les processeurs, car Intel a annoncé un Xeon E3, déclinaison « mobile » du Xeon E5 qui équipe le Mac Pro. Dans les faits, il s’agit surtout d’un Core i7 « repackagé » assurant le support de la mémoire ECC, dont le principal intérêt est de corriger les erreurs de mémoire pouvant conduire à un plantage (lire : Xeon E3 et Core i7 : la mémoire ECC comme seule différence).

Le renouvellement des MacBook Pro pourrait donc attendre début 2016 avec les processeurs Skylake de la famille U au TDP de 28 W, une gamme généralement utilisée dans les portables pro de la marque. Le jeu est en tout cas plus ouvert pour les MacBook Pro, Apple pouvant choisir un Core i7 ou un Xeon E3, ou pourquoi pas les deux pour créer un effet de gamme (qui serait certes un peu artificiel).

Les nouveaux clavier et souris.

Enfin, et ce n’est sans doute pas le plus anodin, Apple a de nouveaux clavier et souris en préparation. La base de données de la FCC a laissé filer les documents concernant les deux périphériques qui seraient non seulement équipés d’une batterie intégrée (adieu les piles) mais également du Bluetooth 4.2. De quoi redonner un coup de jeune à des produits qui n’ont pas été mis à jour depuis belle lurette (le clavier sans fil date de 2009).

Mac Pro, Mac mini, MacBook, Apple Watch

Passé le mois d’octobre, il commence à être un peu juste de lancer de nouveaux produits, à moins qu’il s’agisse d’appareils bien ciblés comme avait pu l’être l’iMac 5K Retina en son temps. Le Mac Pro, qui n’a pas été mis à jour depuis son lancement initial en décembre 2013, pourrait être concerné… Mais malheureusement, on a beau brûler des cierges tous les jours, rien n’indique qu’Apple s’apprête à lancer un renouvellement de cet ordinateur.

Le Mac Pro fin 2013.

Le Mac mini, dont la dernière version date d’octobre 2014, pourrait intégrer des processeurs Skylake U (de la même gamme que les MacBook Air), mais on sent toujours aussi peu d’appétit de la part d’Apple pour cette famille de produits.

Enfin, reste le cas du MacBook et de l’Apple Watch. Lancés au printemps et difficiles à obtenir durant de longues semaines, ces deux produits ont une place un peu particulière dans la gamme Apple. L’ultra-portable pourrait bénéficier des nouveaux processeurs Core M lancés par Intel très récemment (lire : Skylake : les futurs processeurs Core M du MacBook fuitent). Mais Apple le souhaite-t-elle réellement ? Le constructeur voudra-t-il gommer les quelques défauts les plus criants, comme cet unique port USB C ?

Quant à l’Apple Watch, on reste dans le flou le plus artistique. D’après nos informations, la Pomme veut d’abord porter son effort sur la distribution de la montre connectée, avec pour la France une ouverture, déjà actée, à la Fnac. Demain, on peut s’attendre à ce que les opérateurs et d’autres enseignes (on pense à Darty) épaulent les Apple Store dans la perspective de la fin d’année. Et, peut-être, un ou plusieurs nouveaux matériaux histoire d’attendre la deuxième génération prévue pour 2016 ?