Apple : la dictature du cool

Christophe Laporte |

Entre iOS 9, OS X El Capitan, watchOS 2.0 et même un Apple Music en guise de one more thing, le keynote de la WWDC a été particulièrement long (près de 2h30) et par conséquent riche en annonces. Toutefois, la rumeur avait bien balisé les nouveautés ; de fait, pas de surprises ou de révélations fracassantes, mais Apple avance sereinement ses pions et prépare l’avenir, avec par exemple Swift qui évolue jusqu'à passer en open source.

Si le fond du keynote ne pose pas de problème, il y a par contre beaucoup à redire sur la forme. Les grand-messes médiatiques d’Apple ont énormément évolué ces dernières années.

Toujours plus de spectacle dans les keynotes

Il a fallu faire sans Steve Jobs, qui était un présentateur hors pair. Jobs avait presque tout pour lui : du charisme, la vision, une certaine éloquence, un caractère bien trempé… Bref, tout ce qu’il faut pour tenir le public en haleine, même lorsque les annonces n’avaient rien d’enthousiasmant — car cela arrivait, même si le champ de distorsion de la réalité qui entourait le fondateur d'Apple a toujours produit ses effets euphorisants.

À côté, il faut le reconnaitre, Tim Cook fait pâle figure, même si le patron d’Apple a réalisé de réels progrès ces dernières années. Bien conscient de ses lacunes dans ce domaine, Tim Cook a toutefois fait évoluer cet exercice : il délègue beaucoup plus que Steve Jobs à la grande époque, se transformant dans le meilleur des cas en chef d'orchestre d'une partition bien huilée, ou dans le pire… en simple passe-plats.

Si Tim Cook a été comme toujours le maître de cérémonie de cette WWDC 2015, le taulier, c’est Craig Federighi. Heureusement pour Apple d’ailleurs, c’est avec Phil Schiller (au temps de présence réduit à la portion congrue cette fois-ci) les deux seules personnes dans les hautes sphères d’Apple qui ont un certain talent dans l’exercice.

Ce qui est frappant dans les derniers keynotes d’Apple, c’est la peur terrible des dirigeants d'Apple que le spectateur s’ennuie. Alors, l'équipe de Tim Cook met le paquet sur la forme. On serait ainsi curieux de connaître le coût des différentes vidéos diffusées durant la conférence, et qui malheureusement n’ont pas toujours beaucoup de sens — leur objectif est tout autre : il faut en mettre plein la vue. Et on a l’impression que c’est bien cela le plus important. En matière de surenchère, Google a également fait fort fin mai lors de sa conférence Google I/O qui se déroulait dans la même salle.

L’autre stratagème pour masquer l'impression de vacuité, c’est de jouer la carte de l’humour. On a le droit à des gags récurrents, comme le fil rouge de l'invraisemblable karaoké, ou encore le brainstorming interne d’Apple pour trouver le nom de la prochaine version d’OS X.

Les équipes marketing en plein brainstorming
Les équipes marketing en plein brainstorming.

Le keynote s’est même ouvert sur une séquence humoristique sans queue ni tête convoquant un ancien du Saturday Night Live jouant le rôle d’un réalisateur de conférences à grand spectacle.

Attention, même l'Apple de l’époque Steve Jobs utilisait ces subterfuges - on se souvient du saut de Phil Schiller pour montrer les bienfaits du Wi-Fi - mais c’était avec parcimonie.

Tout cela donne le sentiment qu’Apple cherche absolument à tenir le spectateur en haleine, comme si les annonces ne se suffisaient pas à elles-mêmes.

Un message qui a de plus en plus de mal à passer

Qu’Apple fasse des blagues dans ses keynotes, pourquoi pas après tout. C’est peut-être une manière (inconsciente ?) de la part de Tim Cook de rendre son entreprise plus humaine et de faire oublier qu’il s’agit d’une des sociétés les plus puissantes au monde… et la puissance peut inspirer la peur.

Mais ce qui est vraiment dommage dans cette affaire, c’est que la qualité du message émis est en franche baisse depuis quelque temps. L’exemple le plus éloquent, c’est sans doute la présentation d’Apple Music. On a eu le droit à un déluge de moyens avec de nombreux clips à la clé et d’intervenants sur scène. À l'issue de ce défilé, qui a vraiment compris ce qu’était Apple Music au bout de quinze laborieuses minutes d’explications (le pompon ayant sans doute été atteint avec l'intervention brouillonne de Drake) ? Le concept, n’en déplaise à ses promoteurs, n’a pourtant rien de radical.

Le plus étonnant dans cette histoire d’Apple Music, c’est que le brouillage du message se poursuit après la présentation. Eddy Cue a ainsi fait doctement savoir, dans une interview post-keynote, que le service musical n’entretenait que peu de rapport avec le streaming (lire : Eddy Cue : « Nous ne sommes pas un service de streaming »). Mais alors, qu’est-ce que c’est ? Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, pour reprendre la citation de Nicolas Boileau.

Le phénomène n’est pas nouveau : Apple a également eu toutes les peines du monde à expliquer ce qu’était l’Apple Watch, alors que la montre a eu droit à non pas un, mais deux special events ! Mais le sait-elle vraiment aujourd'hui encore ? On peut tempérer la critique en admettant que l'avenir réservé à ce type d'objet est encore délicat à formaliser, bien plus que pour un téléphone ou une tablette.

On a souvent comparé les présentations de l'iPhone et de l'Apple Watch. Là où Steve Jobs avait une idée très précise de l'objet qu'il était « en train de vendre », Tim Cook a été incapable de l'exprimer précisément. Il est malaisé de faire parler les morts (qui peut dire ce qu’aurait fait Steve Jobs dans telle ou telle situation ?), mais le blogueur Jong-Moon Kim avait imaginé en septembre dernier comment l’ancien PDG d’Apple aurait pu présenter l’Apple Watch, et l’exercice était convaincant (lire : Comment Steve Jobs aurait présenté l'Apple Watch). Au lieu de ça, Tim Cook s’est contenté de lever les bras au ciel, en laissant le transfuge d’Adobe Kevin Lynch ânonner sans charisme les fonctions du produit.

On a franchi le sommet du malaise lors de la seconde présentation de l'Apple Watch, en mars dernier. Tim Cook s’est mué l’espace de quelques minutes en monsieur Loyal interviewant Christy Turlington, ancienne mannequin, dont le hobby dans la vie consiste à faire des marathons aux quatre coins de la planète pour la bonne cause. Je caricature, mais à peine : les billets de son blog sur le site de l'Apple Watch ont provoqué chez nous (et sans doute chez une bonne partie d'entre vous) un joyeux concours de facepalm. La montre connectée n'avait sans doute pas besoin de cette communication ratée supplémentaire.

Tim Cook : le nouveau messie

Il y a quelque chose qui dépasse le cadre des keynotes, mais qui se voit également bien lors de ces événements organisés par Apple, c’est la manière dont Tim Cook personnifie désormais l’entreprise. Et c’est probablement là où on attendait le moins le successeur de Steve Jobs. Tim Cook incarne à sa manière Apple comme Steve Jobs la personnifiait il y a dix ans, si ce n’est plus. C’est d’ailleurs, nous a-t-on dit sous couvert d’anonymat, un sujet de crispation en interne. Du moins, certains employés ont parfois du mal à se reconnaitre dans la nouvelle image du groupe façonnée par le CEO.

Il faut pourtant reconnaître à Tim Cook une chose : en occupant la place laissée vacante par Steve Jobs, il a su faire bouger les lignes grâce à un discours rafraîchissant. Voir le patron d’Apple s’exprimer de manière ouverte sur les problématiques sociales de sa société (et de la société en général) était quelque chose auquel on n’était franchement pas habitué.

Le voir prendre à bras le corps certains sujets comme la question des sous-traitants était indispensable. Et là encore, il a sans aucun doute très bien fait. Même chose pour l'environnement et les questions de protection des données privés, puisque ces thématiques découlent de l'activité quotidienne d'Apple et de l'usage que l'on fait de ses produits. Ce qui est plus gênant par contre, c’est l’importance grandissante prise par ces questions dans son discours.

Lors des sessions de la WWDC, les responsables d'Apple citent du Tim Cook.

Cette volonté d’améliorer le monde est louable, surtout venant d’un des patrons les plus importants au monde. Mais Tim Cook en fait beaucoup sur le sujet, au risque d’en faire trop. Chacune de ses interventions publiques évoque longuement ces sujets ou y est tout simplement consacrée. Il est bon qu’un capitaine d’industrie se saisisse de thématiques sociales et politiques, mais quand cela devient la seule histoire racontée, le risque est de lasser, désintéresser, voire pousser des utilisateurs normalement acquis à la marque à aller voir ailleurs où on leur parlera d’abord d’eux et de leurs besoins.

Entendons-nous bien. Qu’Apple s’engage pour la diversité, contre l’homophobie, c’est très bien et c’est même très courageux. Le souci c’est que ces luttes deviennent omniprésentes. À l’époque de Steve Jobs, Apple défendait déjà nombre de ces valeurs, mais ce n’était pas un instrument politique. Tim Cook donne cette impression d’être constamment en campagne présidentielle ou de représenter la société civile.

Cela transpire même dans la manière dont la société se présente désormais. Apple a revu sa « signature » dans les communiqués de presse :

Apple revolutionized personal technology with the introduction of the Macintosh in 1984. Today, Apple leads the world in innovation with iPhone, iPad, the Mac and Apple Watch. Apple’s three software platforms — iOS, OS X and watchOS — provide seamless experiences across all Apple devices and empower people with breakthrough services including the App Store, Apple Music, Apple Pay and iCloud. Apple’s 100,000 employees are dedicated to making the best products on earth, and to leaving the world better than we found it.

Le changement majeur se situe dans la dernière phrase : « Les 100 000 employés d’Apple s’attachent à réaliser les meilleurs produits sur terre, et laisser le monde dans un meilleur état que nous l’avons trouvé ». La modestie et l’humilité ne font pas partie de l’ADN d’Apple ! Alors que tout ce qu'on lui demande, c'est de concevoir des produits beaux, simples, et si possible pas trop chers — au vu du lancement des derniers Mac, on en est malheureusement loin.

Apple cherche maintenant, à tout prix, à laver plus blanc que blanc. Et cela en devient fatigant, et parfois risible. Depuis quelques mois, les sociétés high-tech sont attaquées (à juste titre) parce que les femmes sont sous-représentées ? Tim Cook se mue en féministe convaincu et fait apparaître deux employées d’Apple sur la scène du keynote.

Cette quête incessante du « paraître cool », bien pensante, et irréprochable, devient exaspérante. Elle provoque ricanements et haussements d'épaules, allant à l'envers des principes défendus (avec raison) par Tim Cook. Plus que jamais sur le devant de la scène, Apple se doit de faire attention et de montrer l’exemple, c'est entendu. Mais à force d’en faire trop, cela pourrait se retourner contre elle. La société perçue comme si différente pourrait finalement apparaitre comme terriblement conformiste.


avatar AbsolutMoi | 

Merci MacG, c'est pour ce genre d'articles que je vous suis encore et que j'espère qu'Apple vous (nous) écoute.

avatar Doctomac | 

J'ai bien rigolé. Tu crois vraiment qu'Apple lit ou pire, prend en considérations les élucubrations couchées dans cet article pondu en fin de dimanche, sûrement pour booster un peu le passage décevant dans le site ce WE.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Doctomac
Bien sûr que non seulement Apple lit mais stocke ce genre d'article, les attachées de presse sont entres autres faites pour cela. Toutes les sociétés portent une extrême attention à ce qu'il se dit à leur sujet et demandent à ce qu'on leur constitue des dossiers de presse recueillant les articles les concernant de près ou de loin.
Croire le contraire est faire preuve d'une extrême naïveté et méconnaissance du monde de l'entreprise.

avatar Doctomac | 

Avant de donner des leçons d'entreprise, prends le temps de lire ce que j'ai écrit. Je n'ai pas dit qu'Apple ne porte pas attention à la presse en général mais à cet article de MacG en particulier. Apple se soucie des écrits de presse qui ont du poids et de l'influence, de presses connues et lues au delà des frontières d'un seul pays. Je suis désolé de te décevoir ou sinon tu fais preuve d'une grande naïveté ou d'une certaine idolâtrie mais MacG ne fait pas parti de cette presse.

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@Doctomac
Comment en es tu si sûr ? Tu travailles dans une des sociétés de relations presse d'Apple ou chez Apple himself ? Mouarf, le ridicule ne tue pas, heureusement

avatar Chanteloux | 

@cedric1997 :
Les jeunes d'aujourd'hui ne critiquent pas: ils chialent et rouspètent contre tout, c'est pas pareil. Tu dis A, ils veulent B, tu dis B, ils disent A. Leurs rouspétances n'ont pas de fondements, c'est simplement une prolongation pathologique de la phase primitive du "non". Ça peut extérieurement respecter à de la critique, mais ça n'en est pas du tout.

avatar Wise | 

On peut lire ici et là que les temps changent, mais en fait il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

Et Apple n'est pas en train de changer mais de s'adapter.

Elle s'adapte à la perte de son créateur et visionnaire, de façon maladroite il faut bien l'admettre.

Elle s'adapte aux courants de pensées qui circulent depuis le net jusque dans les couloirs des partis politiques.

Elle s'adapte aux moeurs autrefois condamnés mais aujourd'hui tolérés.

Elle s'adapte au manque d'innovations avec des keynotes qui essayent de remplir du vide avec du vide.

Elle adapte son discours quand certains dénoncent son manque d'éthique.

Elle s'adapte à ses actionnaires toujours plus voraces en fermant ses machines.

Mais au final c'est toi qui dois t'adapter à Apple car jamais elle ne s'adaptera à toi.

avatar leber726 | 

ça fait longtemps que je pense que ce positionnement cool et politiquement correct tendance gauche sociétale est un positionnement marketing. Personnellement je m'y reconnais, c'est aussi très californien et euro-compatible. Pour beaucoup d'Etats-Uniens de l'Amérique profonde, par contre, c'est un vrai positionnement politique réellement engagé qui ne plaît pas à tout le monde. Mais je suis d'accord avec l'auteur de l'article que c'est tellement appuyé que c'en est indigeste, et très artificiel.

avatar pommecroquee | 

D'accord a 100%
Ça mériterais de lui être envoyer par mail!

avatar pfx | 

Je trouve au contraire que c'est bien qu'une société aussi puissante investisse (au moins) du temps pour passer des messages fort (et agir (?)) sur les problèmes sociaux.
Subissants la crise de plein fouet, c'est dur de voir les autres s'enrichir sur notre dos... Alors quand je vois qu'en fait, ils se soucient un minimum de nous, ça calme ma revolte contre les grandes sociétés...
À part certains choix, je préfère l'Apple de Tim Cook qui est globalement plus ouverte et à l'écoute du consommateur...

avatar ChePaki | 

Merci, c'est pour ces articles que je suis heureux de soutenir MacG

avatar Tnt1701 | 

hé ben la critique est facile...
Steve Jobs n'est plus là, il faut pourtant s'y faire, et personne ne pourra être comme lui.
Tim Cook n'est pas si mal, à sa façon. Les produits sont là et sont toujours bon, même si c'est devenu trop cher. Il mène la barque et la mène bien en plus, l'entreprise est toujours en croissance.

Après, je trouve ça bien qu'il lutte pour l'écologie et pour les inégalités sociales et plus récemment pour une meilleure protection de la vie privée... si l'une des plus grosses entreprises du monde ne le fait pas, qui le fera ? On est en 2015 et tout le monde s'en fout des inégalités et de détruire la planète à petit feu. Les actions prises de par le monde ne valent rien, on va droit dans le mur, on le sait et on ferme les yeux.

Alors si Apple arrive à maintenir certaines valeurs, à remettre les choses à la bonne place au moins "dans leur entreprise", ce sera un bel exemple inspirant pour tout le monde. Et ils ont raisons d'en parler, parce que ce n'est pas les petits journalistes qui vont le faire à leur place.
C'est de la critique facile tout ça...

avatar vspatrick | 

Apple est en plein changement, l'ere Jobs est révolue, Apple se cherche.

Il serait dommage qu'avec le budget incroyable en R&D dont ils disposent, qu'Apple, perde sa capacité à réinventer notre monde numérique, à créer des choses a la fois simples et révolutionnaires que personne n'attendait.

avatar Memo | 

@vspatrick :
Apple, une des sociétés les plus puissantes du monde, avec un tresor de guerre de plus de 150 milliards de dollars, " se cherche " ? Ça fait lgtps qu'ils ont trouvé leur voie tu ne crois pas ?

avatar reborn | 

ils doivent donc faire comme google et s'éparpiller de partout ? c'est pas parce que t'as 150 milliard que tu dois te permettre de les gaspiller.

avatar darklinux | 

Bon Apple recommencera à innové quand il se sentiront en danger ou quand l ' IPhone et l ' iPad ne ce venderons plus , qu ' importe si il perde les pro et devs ... Windows va remonté mécaniquement comme GNU/Linux en parallèle ,l ' open source is back ...

avatar conster | 

@darklinux :
Bravo pour votre humour :-D

avatar reborn | 

Le jour ou cela arrivera c'est que toute l'industrie sera en crise. Aucun constructeur ne souhaite cela à Apple.

linux? mouais rien d'innovant c'est qu'un noyau, windows 10 ? la seule possibilité c'est qu'il est le mm succès que windows 7.

Après Apple s'en fous, ils ne cherchent pas à dominer en volume les secteurs ds lesquel ils sont. Et puis ils n'ont jamais vendu autant de mac qu'actuellement.

Pour beaucoup vous en attendez trop d'Apple, certaines technologie ne sont tous simplement pas prête !

avatar darklinux | 

Linux est aussi un ecosystème de plus 40 ans .... mais bon , le noob est impressionné par METAL , je n ' y peux rien à part la navrance que cela m ' inspire

avatar Frodon | 

Pour ce qui est d'Apple Music, j'ai trouvé la présentation brouillonne, mais au final j'ai compris très clairement ce que c'était.
Ce n'est effectivement, comme le dit Phil Schiller, pas (uniquement) une plateforme de streaming.

C'est un service "tout-en-un":

- Lecteur de musique
- Plateforme de streaming
- Radio internet
- Réseau social autour de la musique

Effectivement Apple aurait gagné de le présenté à la "iPhone", en martelant ces 4 aspects.

avatar phoenixback | 

@Frodon :
Et du coup on se rend compte qu'on a aucune réponse viable a ces points:

Un lecteur mais est t'il bien pensé?
Du streaming mais de quelle qualité? Avec quels idées innovantes?
Une radio mais orientée quoi? Y'aura des emissions? La meteo? Des news??
Du reseau social oui mais quoi du partage de playlist des recommandations d'amis des exclues?

???????

avatar reborn | 

"un lecteur mais est-il bien pensé?" j'espere, spotify niveau UI et experience utilisateur c'est bidon.

"Du streaming mais de quelle qualité?" la même que celle des morceaux vendu sur itunes

"Avec quelles idées innovantes?" t'es trop vague, tu veux réinventer la roue ?

"Une radio mais orientée quoi? Y'aura des emissions? La meteo? Des news??" patience... au pire t'es pas obligé d'ecouter les radios..

"Du reseau social oui mais quoi du partage de playlist des recommandations d'amis des exclues?" Moi j'ai retenue que les artistes pourront communiquer de maniere clair et sympatique concernant leurs acticités, un peu à la myspace mais en plus light. Quelque chose qui va à l'essentiel.

Moi qui suit pas grand fan de musique j'aime quand même quelques artistes et j'aimerai être tenue au courant de ce qu'ils font sans pour autant les suivre sur twitter, instagram, facebook, soundcloud etc...

avatar Ipader | 

@Frodon :
Alors Spotify n'est pas qu'une plateforme de streaming?, tout ce que tu viens de décrire, ils le font déjà.
Plus la nouvelle fonction running qu'apple va s'empresser d'imiter, mais ils y avaient pensé avant bien sur lol !

Spotify en premium :
- backup de ta musique perso.
- Switch pour passer la playlist en hors ligne.
- Radio selon l'artiste, la playlist et autres radios par genres etc...
- Partage de ce qu'on est en train d'écouter de ses playlist etc...
- Running, trouve la playlist selon tes foulées...
- a venir > vidéos

avatar enzo0511 | 

Le trio Schiller Cook Federighi en keynote c'est juste le summum de la ringardise

C'est pour ça que je n'ai plus envie de les regarder
Je me contente de lire les articles sur le net une fois la keynote finie

avatar Doctomac | 

C'est facile d'affirmer mais il faut un peu argumenter. Car là le propos est surréaliste. En quoi, c'est le summum (rien que ça) de la ringardise ?

avatar TomSupraBoy | 

Je ne suis moi même pas d'accord avec cet article sur Apple concernant les questions de société et cie. Et plus particulièrement concernant Tim Cook.

De 1. Comme l'ont dit certains, là-bas ce sont les States, ici c'est la France donc peut-être que le fait qu'une entreprise se mette en avant sur des questions de société nous semble anormal car ce n'est pas forcément le cas en France. Ah mais attendez si...

2. Quand Free vient chambouler le marché des télécoms et redonner du pouvoir d'achat aux français, n'est-ce pas là une initiative envers la société en plus d'être économique? La construction de l'école 42, la construction du plus grand incubateur au monde à Paris? N'est-ce pas là des initiatives pour améliorer la société? Dynamiser le monde des start-up qui amélioreront le quotidien de demain? Xavier Niel l'a dit, ces initiatives ne sont pas à attendre des politiques, ce sont les entreprises du privée qui font bouger les choses.
Alors si personne ne s'en occupe, n'y prend pas partie sur ces questions de société comme les LGBT, le respect de la vie privée, de l'environnement, des conditions de travail chez les sous-traitants et j'en passe, qui le fera?

Bon Dieu, on dirait que voir une grosse entreprise montrant une touche d'humanité vous fait un deuxième trou aux fesses.

avatar larkhon | 

En quoi le fait qu'une entreprise soit aux States nous dispense de critiquer la part que prend l'engagement sociétal dans la communication de l'entreprise? on peut estimer que ce n'est pas son rôle et que c'est justement ce que c'est : de la communication, et que celle-ci pousse les consommateurs vers une idée d'achat responsable, qu'on aille vers les vertueux quitte à ce que ce soit plus cher, plus jetable, etc... on avait déjà le "Samsung c'est des voleurs, nous on innove" et maintenant on change de focus...

Arrêtez donc de croire que Free fait tout ça pour ça pour la beauté du geste, autrement comment justifier que son patron face partie des 10 premières fortunes de France? une entreprise=business. Le reste c'est de la communication. Si on veut améliorer la vie des gens sans avoir de business plan pour la vendre, cette idée se financera pas toute seule.
Même sans parler de pognon, je dirais juste qu'à un moment les intérêts du public et d'une entreprise divergent, même si l'interaction des deux fait avancer la marche du monde.

avatar Chanteloux | 

@TomSupraBoy :
Entreprise montrant une touche d'humanité????? Ahahshah! C'est une pièce de leur stratégie marketing, truffée d'hypocrisie. Ecolo, Apple! Mon œil! Ils nous incitent à changer au plus vite nos iphones, de moins en moins réparables, et les entrepôts croulent sous les tel à jeter. Vous appelez ça de l'écologie? Apple se fout de l'écologie, met en avant ses beaux petits emballages blanc virginité, et attend votre commande pour remplacer votre iPhone de l'an passé qui marche très bien. C'est comme pour le reste: tout, y compris les pseudo-positions sociales, sont là pour se traduire en $$$!$.

avatar TomSupraBoy | 

@Chanteloux :
Pourtant Apple en 1ère position du classement de Greenpeace. Ce serait de la fumisterie? A voir le mal partout on arrive plus à reconnaître quand une entreprise fait quelque chose de bien.

avatar larkhon | 

c'est pas faux, Apple semble avoir fait des progrès en matière de matériaux/composants utilisés, et utilise des énergies renouvelables. Je pense si on critique facilement Apple, c'est surtout pour sa position de leader et les responsabilités qui en découlent (même si du coup on n'est pas forcément aussi critique pour les autres).
Pour prendre un parallèle, imaginons que Toyota vende 10 millions de Prius en Chine l'année prochaine. Si on regarde l'économie de consommation, l'absence d'émissions en mode électrique, c'est sans doute mieux de vendre une Prius. Maintenant on va déjà questionner le recyclage de la batterie, est-ce que le bilan écologique reste globalement intéressant. Ajoutons à ça l'idée que certaines matières premières sont rares et vont se rarifier.
Pour finir mettons en balance encore l'idée que sur ces 10 millions de Prius vendues, 95% vont être la première voiture individuelle de quelqu'un qui n'avait peut-être qu'un vélo avant.

Bref, quand bien même on fait des efforts sur la production (et d'ailleurs, que se passe t-il pour les composants qui ne passent pas le contrôle qualité ?), si on vend des millions de produits on a tout de même un impact important sur l'écologie. Il serait intéressant de croiser le classement greenpeace avec d'autres comme iFixit ; la possibilité ou non de pouvoir réparer un produit va impacter directement sa durée de vie.

avatar Chanteloux | 

@TomSupraBoy :
A vous de voir! Une Cie qui remplace à tour de bras, sous de fortes pressions médiatiques, chaque année sinon plus encore plus vite, des téléphones qui marchent encore très bien mais de moins en moins réparables, et qui se ressemblent tant d'une année sur l'autre, moi je n'appelle pas ça de l'écologie! Vous remarquerez que la Cie Apple ne parle jamais de la fiabilité, de ses appareils, ce serait contreproductif...

Alors que Greenpeace soit séduite, tant mieux. Mais pour moi Apple, comme d'autres, est une championne de la surconsommation (c'est cette surconsommation qui la fait vivre), et pour moi surconsommation ne rimera jamais avec écologie.

À vous de voir!

avatar TomSupraBoy | 

Personnellement ça ne me déplaît pas, quand je vois où va le monde. Pour rebondir sur ce qu'a dit
très justement PierreBurgi plus haut "la technologie n'est pas la vie. Rien n'est mieux que les choses faites sans."
Et oui, levez un peu le nez de votre smartphone (et c'est valable pour moi) la vie, la vraie, se passe ici, où les questions sont toutes autres que de savoir à quoi sert l'Apple Watch ou Apple Music.
Je vous invite au passage à regarder la vidéo de Prince EA - Can We Auto-Correct Humanity? Très beau message.

Ensuite, je me souviens dans les commentaires de MacG sur un article traitant du coming out de Tim Cook. Une personne disant qu'elle était homosexuelle se trouvait touchée de la démarche de ce dernier. Que cela était positif qu'une personne dans sa position traite de ce sujet. Que quand il était jeune il aurait peut-être/sûrement aimé entendre ce même message venant d'une telle personne, que peut-être ça aurait pu l'aider quand lui était plus jeune dans des périodes de réflexion.
Un tel témoignage sur un site de techno m'avait touché, car ça montre justement qu'une entreprise telle qu'Apple (et dans ce cas précis Tim Cook) peut toucher les gens de manière humaine. Et ça c'est important.

Toutes ces choses là sont ce que l'on appelle de la Corporate Social Responsibility. Une entreprise qui, à travers son activité de business, va chercher à avoir un impact sur la société.

Il y aura toujours des mécontents qui veulent que ça changent et des mécontents lorsque justement ça change. Des partisans du "c'était mieux avant", "c'était mieux avec Steve".

avatar TomSupraBoy | 

@TomSupraBoy :
Toutes ces choses là sont ce que l'on appelle*

avatar reborn | 

Corporate Social Responsibility = RSE en français ?

c'est bien cela ? (j'ai pas cherché plus)

avatar enzo0511 | 

@reborn :
Oui

avatar ckermo80Dqy | 

Analyse inutile, biaisée, typique des journalistes qui commencent à se la péter genre Libé : "Moi on me la fait pas, je suis critique !". Les USA balancent en permanence entre le conservatisme le plus extrême et des progressistes avant-gardistes. Il est donc urgent que des gens qui ont autant un pouvoir médiatique s'engagent fermement. Qui êtes-vous pour faire la fine bouche ?

avatar larkhon | 

euh on peut tout de même donner son avis, voire se faire le porte-parole des avis d'une partie des internautes français qui trainent sur ce site...

avatar FollowThisCar | 

Merci Christophe pour encore une fois mettre le doigt là où il faut, avec une très belle analyse que je partage entièrement et qui ferait le plus grand bien aux oreilles de Tim.

Que les "nouveaux" ne s'y trompent pas, quand on est capable de critiquer la Pomme aussi sévèrement, c'est aussi parce qu'on sait reconnaître quand elle est géniale ... ce qu'elle n'a pas été depuis maintenant un certain temps.

Et je répète pour ma part que le problème majeur, c'est l'inadéquation de l'image entre d'une part, le désir de vouloir apparaître cool, et d'autre part des profits sans précédents qui ne sont aucunement redistribués aux clients sous forme de valeur ajoutée ou de prix réduits.

Du coup, toute tentative de séduire ne fait que réveiller le réflexe du consommateur qui se dit : "on me prend pour un con". Il suffirait pourtant pour regagner la crédibilité d'antan de rajouter dans chaque gamme UN seul produit à bon qualité-prix : il ferait fureur et ferait taire les mauvaises langues.

La présentation de l'Apple Music fut en effet pathétique. Alors qu'avant avec Steve on avait droit à des prestations de véritables musiciens au talent immense (Sarah McLachlan, John Mayer), on nous a servi The Weeknd. Enfin, je veux bien qu'on écoute çà en faisant ses courses au supermarché, mais les connaisseurs auront noté la chute vertigineuse question qualité et niveau artistiques ! Drake aussi est bien gentil, mais il n'a fait que démontrer ce dont on se doutait : ce n'est qu'une affaire de business, un business comme un autre, rien à voir avec l'amour de la musique. Tout le reste n'est qu'une communication minable car échafaudée sans fondement de crédibilité.

avatar Doctomac | 

Sauf que l'analyse n'est pas belle et surtout elle n'est pas argumentée. Si on veux critiquer Apple, on le fait de manière objective sur des points objectifs. Dire "euhh oui ils font trop d'humour" n'est pas digne d'une belle analyse.

Surtout, je ne comprends pas l'histoire du "je ne comprends pas un produit". Encore une fois, un produit qui prends du temps à être expliqué est un produit sûrement bancal. Les rédacteurs (actuels) de MacG ne sont pas bons dans l'analyse fine, c'est simplement du déballage de ressentis personnels qui ne sert qu'à faire du passage sur le site mais pas une analyse pertinente de la situation réelle de l'entreprise. Je me souviens que la rédaction n'avait pas aussi compris l'iPhone 6 et là encore ils avaient eu la même critique en disant qu'Apple n'avait pas expliqué pourquoi un écran plus grand. Par contre, la majorité des clients ont clairement compris puisque l'iPhone 6 est le téléphone le plus vendu d'Apple.

Par ailleurs, je ne pas compris pourquoi une société qui se revendique Cool doit, selon vous, faire absolument un produit pas cher ???

avatar FollowThisCar | 

@Doctomac
"l'analyse n'est pas belle et surtout elle n'est pas argumentée"

L'analyse me semble au contraire tout-à fait argumentée et ses conclusions justifiées. Suffit de relire en faisant attention à ce qu'elle dit et non à ce qu'on voudrait qu'elle dise dans le but de la réfuter.

"pas compris pourquoi une société qui se revendique Cool doit, selon vous, faire absolument un produit pas cher "

Je n'ai jamais dit çà. Je dis que dans chaque gamme, il manque comme jadis un produit à forte valeur ajoutée par rapport au prix, bref un bon rapport qualité/prix. C'est envisageable comme notion ? Sinon ben on n'est pas d'accord, inutile de s'éterniser.

avatar Doctomac | 

"L'analyse me semble au contraire tout-à fait argumentée et ses conclusions justifiées. Suffit de relire en faisant attention à ce qu'elle dit et non à ce qu'on voudrait qu'elle dise dans le but de la réfuter."

Bien je ne les vois pas. Tu peux me montrer point par point ?

"Je n'ai jamais dit çà. Je dis que dans chaque gamme, il manque comme jadis un produit à forte valeur ajoutée par rapport au prix, bref un bon rapport qualité/prix. C'est envisageable comme notion ? Sinon ben on n'est pas d'accord, inutile de s'éterniser."

Je ne comprends toujours pas. En quoi l'absence d'un produit que tu qualifies avec un bon rapport qualité/prix n'est pas compatible avec la posture (je te l'accorde très obscure) du cool ?

avatar FollowThisCar | 

@Doctomac

Bon, sur le premier point, franchement, je ne vais pas décortiquer les arguments de l'article, tout le monde est capable de les relever soi-même. Par contre on peut ne pas être d'accord, mais avec tout le respect, çà me gonfle d'en discuter ici.

Sur le 2nd point il n'y a pas forcément incompatibilité, un mot que je n'ai jamais employé. Je dis que l'image est brouillée et polluée par la réalité des prix pratiqués dernièrement. Maintenant, ceux qui sont contents des mémoires soudées et des tarifs en hausse ont parfaitement le droit de continuer à être satisfaits, no problem. Pas de souci d'image distordue dans ce cas, donc RAS.

avatar Doctomac | 

Mon mot "incompatibilité" traduit tes propos. Je te reformule la question : en quoi l'image du "cool" est brouillée et polluée par les prix jugés ou ressentis par certains comme élevés.

C'est quoi le rapport entre la cool attitude et le prix des produits ?

avatar reborn | 

@followthiscar

Le truc c'est que tu t'es trop idéalisé Apple, t'as pris le marketing pour des réalités renseigne toi sur comment les campagnes de pub ipod ont étaient réfléchi est mise en place.

Puis tu sais du temps de l'iPod c'etait le même discours, "l'iPod est trop cher et Apple en sert à rien. windows XP et les PC c'est tout aussi bien"

"c'est l'inadéquation de l'image entre d'une part, le désir de vouloir apparaître cool, et d'autre part des profits sans précédents"

En quoi est-ce incompatible ? Google fait des milliard de bénef est-ce pour autant qu'ils ne sont pas perçu comme "cool" ?

Moi je ressens surtout de la frustration chez toi, Une entreprise qui fait de l'argent avec de bon produits ne peut pas paraître cool car gagner (beaucoup) de l'argent c'est mal.

La différence entre le rêve et la réalité elle est là:

http://www.latribune.fr/technos-medias/telecoms/20131009trib000789441/le-premier-iphone-devoile-par-steve-jobs-en-2007-etait-bourre-de-bugs.html

Il faut arreter de croire que tout marchais comme sur des roulettes avec Jobs. Tout n’était pas magique

avatar Ipader | 

@FollowThisCar :
I follow you ;)

avatar Wise | 

Apple n'est pas ce qu'elle prétend être, le discours ne correspond pas aux actes.

Ce n'est pas en accumulant 150B$ dans des banques offshore qu'on va laisser le monde dans un meilleur état qu'on l'a trouvé.

Cette boite est dirigée par des mecs à l'image de cette Amérique hyper centrée sur elle-même où tout est soigneusement calculé...

Et on a pas besoin de Cook pour savoir si les gays ont le droit de respirer le même air que les hétéros.

avatar FollowThisCar | 

@reborn
" je ressens surtout de la frustration chez toi, Une entreprise qui fait de l'argent avec de bon produits ne peut pas paraître cool car gagner (beaucoup) de l'argent c'est mal."

Tiens, en voilà un qui se croit qualifié pour diagnostiquer les lecteurs de MacG. Et qui tire lui-même des conclusions qu'il attribue à ceux-là même qu'il prétend analyser.

Qui a jamais dit ici que "gagner de l'argent c'est mal" ? Eh oui, c'est le dénommé "reborn" en personne. Il démolit ce qu'il prétend que vous avez dit en l'inventant de toutes pièces, comme çà il est sûr de se citer sans erreur ... même si çà n'a rien à voir avec le sujet débattu.

Et il pousse le ridicule jusqu'à faire appel à un article de la Tribune, démasquant ainsi sa prétention de vouloir vous guérir d'un mal dont vous souffrez et qu'il a repéré avec précision et expérience : celui de la confusion entre le rêve et la réalité. Rien que çà.

Y'en a qui en ont une sacrée couche.

avatar reborn | 

T'es persuadé que sous Jobs tout était parfait, authentique... t'es bien naïf.

je confirme ce que je dis, t'as réel un problème avec l'argent que gagne Apple. T'as cru que c'est parce qu'ils en vendent beaucoup qu'ils doivent baisser les prix ? Le prix de l'iPhone n'a cesser d'augmenter au fil des années. Y compris sous Jobs

Et selon toi gagner beaucoup d'argent est paraître cool c'est incompatible, pour quelles raisons ?

On doit en conclure que Jobs aurait baissé les prix ? qu' il n'y aurait pas eu d'Apple music ?

L'article de la tribune n'est qu'une petite traduction d'un plus gros du new york times, basé sur des témoignages d’ingénieurs d'Apple. si t'avais pris le temps d'aller jusqu'en bas..

Par contre t'es bien le champion pour inventer des choses de toutes pièces :

"Et il pousse le ridicule jusqu'à faire appel à un article de la Tribune, démasquant ainsi sa prétention de vouloir vous guérir d'un mal dont vous souffrez"

Mais oui bien sur ! Déjà je m'adresse à toi donc n'inclue pas le reste des lecteurs de MacG dans tes propos.

Ensuite il n'y a aucune prétention. Juste des fait. Le seul prétentieux ici c'est quoi qui affirme qu'Apple à un problème, qui n'en est pas un car cela est comme ça depuis des années.

Tu semble vite avoir oublié:
-le refus de Jobs concernant les subventions en provenance des opérateurs.
-Jobs voulant s'accaparer 30% des revenus que les opérateurs généraient avec l'iPhone,
- Les forfaits opérateurs dédié à iPhone..
- l'iPhone 3G, une coque en plastique + prise en charge de la 3G en 2008...

Mais bon apparemment ça c’était pas du foutage de gueule car c’était Jobs. Et Apple sous Jobs n'avait que faire de l'argent et était une société cool...

avatar RoboisDesBins (non vérifié) | 

@FollowThisCar
Reborn à mon avis il aurait mieux fait de s'abstenir de renaître, vu les inepties qu'il apporte ici. Il est pas sec ce mec :-)

avatar harisson | 

C'est ce genre d'article qui me fait rester sur MacG.

Pour ma part, je pense que Tim Cook devrait plutôt se présenter comme gouverneur et/ou sénateur et démissionner d'Apple. Les questions de société, y compris aux Etats Unis, ne devraient pas être traitées aussi explicitement par des chefs d'entreprise.

Je trouve que la communication d'entreprise qu'il instille actuellement est excluante et à l'opposé de ce que prônait S. Jobs.

La keynote m'a laissé une bonne impression générale sur le fond (bon je ne l'ai regardé que par bribes), la forme est perfectible, et surtout que Tim Cook revoit ses plans de com' (Think different ne signifie pas Say/Show different).

Pages

CONNEXION UTILISATEUR