HyperCard : l'un des plus beaux concepts d'Apple

Christophe Laporte |


Dans l'histoire logicielle d'Apple, HyperCard est sans doute l'un des logiciels les plus ambitieux et novateurs. Sorti très exactement le 11 août 1987, cet "organisateur d'information" fêtait ce week-end son 25e anniversaire. Vendu à l'époque 49 $, HyperCard nécessitait à l'époque 1 Mo de mémoire vive et était présenté par ses concepteurs comme "une pièce fondamentale du Macintosh".

Il avait été présenté en même temps que le MultiFinder (qui permettait d'utiliser plusieurs applications en même temps), l'imprimante ImageWriter LQ ainsi que l'Apple Fax Modem. Mais HyperCard avait été présenté comme de loin l'annonce la plus importante. À l'époque, Apple espérait que son logiciel allait générer plusieurs centaines d'applications gratuits, payants ou encore à destination du marché de l'éducation. Un chiffre bien en dessous de la réalité, car dans les premières années du moins, HyperCard connut un franc succès, qu'Apple fut hélas bien incapable d'exploiter.

HyperCard est un "organisateur d'information". Il présente tellement d'aspects différents qu'il est difficile de vraiment le classer dans une catégorie de logiciels : base de données, programmation, multimédia... Mais ce point est loin d'être sa seule spécificité.


image : ratschlag24


Un outil pour les créateurs d'information


HyperCard est né de la rencontre de Bill Atkinson (créateur de MacPaint et d'une bonne partie du Macintosh) et de John Sculley, alors Président d'Apple. En 1985, juste après le lancement du Macintosh, Bill Atkinson travaille sur le projet de Magic Slate, visant à mettre au point un ordinateur portable avec un écran pleine page. Bill Atkinson est un Apple Fellow : ce titre est une reconnaissance pour les personnages les plus importants dans l'histoire d'Apple. Avec ce titre, Bill Atkinson dispose d'un budget conséquent et d'une totale liberté, sans compte à rendre à la direction.

Bill Atkinson a eu l'idée d'HyperCard en faisant le constat suivant : les ordinateurs sont exploités essentiellement par les créateurs d'information et non par les utilisateurs, pourtant beaucoup plus nombreux. Il fallait donc créer un outil simple et universel, offert à tous les possesseurs de Macintosh. Bill Atkinson décide de quitter Apple pour le développer en toute liberté, mais John Sculley l'en dissuade : Apple l'aidera dans son travail, Atkinson demeurant libre d'exploiter commercialement son invention au cas où Apple déciderait finalement de ne pas le joindre gratuitement aux Macs.

À l'origine, Atkinson conçoit HyperCard (appelé alors WildCard, "le Joker") comme un outil de gestion personnelle. Sculley lui suggère d'intégrer un système de programmation simple et la faculté de piloter les lecteurs de supports optiques. Ainsi est né HyperCard, organisateur d'information, mariage de MacPaint et d'HyperTalk. À propos du nom de code des versions de développement d'HyperCard, "WildCard", il est intéressant de remarquer qu'il en reste encore une trace : la signature qui authentifie l'application HyperCard et ses fichiers est "WILD".


Le célèbre MacPaint


La plate-forme rêvée pour le CD-Rom


HyperCard est lancé en août 1987. Dès cette date et pendant plusieurs années, HyperCard sera fourni avec tous les Macintosh vendus par Apple. La première année de commercialisation voit le nombre de copies vendues par Apple atteindre 1 million ! Pour Apple, HyperCard est la plate-forme rêvée pour lancer son lecteur de CD-Rom : l'application tire alors pleinement parti du grand espace de stockage pour afficher images, sons et quantités d'informations.



Et Apple inventa le concept de pile


Quand l'application HyperCard est lancée, elle ouvre la pile de base. Une pile, c'est une sorte d'application, à la différence près qu'elle n'est pas autonome. Chaque utilisateur peut créer des piles, qui contiennent une ou plusieurs cartes. Sur ces cartes, l'utilisateur dispose des images, des boutons et des champs de texte. Chacun de ses éléments peut être associé à un script : c'est tout simplement une suite de commandes, rédigées en HyperTalk, permettant aussi bien de piloter l'ordinateur ou la gestion des fichiers, que la pile elle-même : dessin, création de boutons, navigation entre les cartes, mathématique, effets visuels ou sonores...



Le langage HyperTalk fut conçu par Dan Winkler. Celui-ci essaya de créer un langage aussi proche que possible de la syntaxe de l'anglais. C'est ainsi que toutes les commandes sont des verbes (ask, answer, go, quit) et les événements sont des phrases en anglais, sans les espaces (on MouseUp, on OpenBackground, on MouseDoubleClick...). De plus, le langage HyperTalk offre un très haut degré de réutilisation : il est possible de copier-coller quelques lignes de codes d'une pile à une autre.

HyperCard est le premier logiciel grand public utilisant un concept très innovant : l'hypertexte. Avec l'hypertexte (ou l'hypermédia), les informations sont divisées en plusieurs unités (les cartes d'une pile dans HyperCard, ou encore les pages HTML sur Internet), et l'utilisateur peut passer des unes aux autres grâce à des liaisons (programmées avec HyperTalk sous HyperCard, ou grâce aux liens sur Internet).



En fait, deux sortes d'utilisateurs coexistent avec HyperCard : les premiers sont des consommateurs, ils utilisent des piles conçues par d'autres, ils naviguent, ils récupèrent des informations... Les deuxièmes sont des créateurs : à partir d'une pile vide, ils créent une application, offrant des fonctions nouvelles (navigation, calculs, jeux, utilitaires...). Les premiers utilisent le clavier et la souris, les deuxièmes utilisent en plus HyperTalk pour rendre leur pile réactive aux demandes des utilisateurs.

Un long déclin


La version 2.0 d'HyperCard, présentée en 1990, apporte plus de 80 nouvelles fonctions. La plupart des désirs des utilisateurs ont été comblés : il devient possible d'ouvrir plusieurs fenêtres en même temps, les scripts s'exécutent de 30 à 40 % plus rapidement qu'avec la version précédente, un débogueur a été intégré pour faciliter la correction des scripts, il est enfin possible de créer des piles d'une taille supérieure à 512/342 pixels, une palette de navigation permet de déplacer le contenu des piles plus larges que l'écran... La barre des menus est maintenant personnalisable, les icônes peuvent être modifiées depuis HyperCard lui-même, une XCMD Picture permet d'afficher des images en couleur, les champs sont capables d'accueillir plusieurs types de polices de caractères, plusieurs scripts peuvent être ouverts en même temps.


Une publicité faisant la promotion de piles HyperCard - image : Apple - Collection


À partir de cette version 2.0, HyperCard n'est plus tout à fait fourni avec les Macintosh : seule une version permettant de naviguer dans les piles est fournie. Les utilisateurs souhaitant programmer leurs propres piles sont obligés d'acheter la version complète d'HyperCard, distribuée par Claris.

La version 2.2 apporte quelques nouveautés : la gestion des champs de texte de type Liste, les familles de boutons, la possibilité d'utiliser des scripts rédigés avec AppleScript, pour piloter l'ordinateur, les menus locaux, ou encore la possibilité de créer une application autonome à partir d'une pile.

La version 2.3 apporte enfin la possibilité d'intégrer la couleur dans HyperCard, grâce à une XCMD. On peut colorer les boutons, les champs, on peut intégrer des images en fond ou sur chaque carte. Les possibilités restent néanmoins assez limitées : l'interface reste semblable à celle que présentait le système 6, et ne se pare ni des nouveautés du système 7 ni de l'aspect Platine de Mac OS 8... Autre nouveauté, la fenêtre "Tâches du bouton" permet de désigner facilement les commandes d'un bouton (accès à une carte, effet visuel).

La version 2.4, sortie en 98, permet enfin de se connecter à Internet depuis une pile : il suffit de cliquer sur un bouton ou un texte pour que le navigateur se lance et affiche la page désirée. Il devient également possible de manipuler des films QuickTime avec le langage HyperTalk. Les films QuickTime VR peuvent aussi être commandés depuis le clavier. En revanche, seule la version américaine d'HyperCard 2.4 est disponible : il est en plus impossible de mettre à jour HyperCard 2.3 français vers 2.4 US...

En fait, depuis le début des années 90, Apple semble se désintéresser complètement d'HyperCard. L'application n'est plus mise à jour, sauf pour quelques corrections de bug. Les outils couleurs, attendus pendant plusieurs années, ne sont pas à la hauteur des espérances des utilisateurs. Les différentes mises à jour ne sont plus traduites et Apple ne fait plus aucune annonce à propos de l'application la plus innovante de tous les temps.

La rumeur HyperCard 3


En fait, une rumeur persistante traîne depuis 1996 : Apple serait en train de bosser sur une version 3.0 d'HyperCard, qui serait absolument révolutionnaire. Cette nouvelle version serait une fusion d'HyperCard et de QuickTime : les piles seraient en fait des films QuickTime, auxquels on aurait ajouté les capacités d'HyperCard et d'HyperTalk. Ainsi, on pourrait utiliser pleinement tous les outils de couleurs, de connexion à Internet, d'animation, et aussi bien sur Mac que sur PC. Les piles HyperCard pourraient donc également tourner dans un navigateur, grâce au Plug-In QuickTime.

Il n'y aura ensuite plus aucune nouvelle. QuickTime 3, qui était censé contenir ces nouveautés, est arrivé sans HyperCard. De même, QuickTime 4 ne semble pas offrir quoi que ce soit d'équivalent ! Le fameux QuickTime Interactive, qui devait permettre la création des fameux fichiers QuickTime-HyperCard, n'a jamais pointé le bout de son nez... Les rumeurs ne faiblirent pas durant les années d'attente : de nombreux ingénieurs travailleraient chez Apple sur QuickTime Interactive, cette technologie permettrait d'inclure dans des piles des fichiers VR, 3D, MPEG, on pourrait mélanger HyperTalk, AppleScript et Java, les piles tourneraient indifféremment sur Mac et sur PC, et tout ça marcherait avec 8 Mo de mémoire vive...

Apple a définitivement laissé tomber HyperCard en 2004. Des projets similaires au fil du temps ont tenté de relancer le concept. On pense entre autres à SuperCard qui est encore développé. La version 4.7.3 sortie récemment offre même la prise en charge de Mountain Lion. L'un des intérêts de ce logiciel, outre qu'il partage la même philosophie, c'est qu'il est capable d'importer sans trop de difficulté des piles crées avec le logiciel d'Apple.

iBooks Author : le successeur ?


Simple coïncidence, alors que le logiciel souffle cette année sa 25e bougie, Apple a quelque peu revu le concept en début d'année avec iBooks Author (lire : iBooks Author, héritier d'HyperCard). La nouvelle application d'Apple qui permet de concevoir sans avoir de grandes connaissances techniques des livres interactifs (lire : Test d'iBooks Author).



Enfin, si l'on devait citer une création réalisée avec HyperCard, le premier qui viendra à l'esprit de beaucoup est Myst. Ce jeu d'aventures est sorti sur notre plate-forme en 1993. C'est l'un des rares best-seller dans le domaine à être d'abord sorti sur Mac. La version PC arriva un an plus tard. Lors de sa sortie, ce jeu avait impressionné la critique par son univers de fiction très immersif.



Avec six millions d'exemplaires écoulés, Myst fut longtemps le jeu pour ordinateur le plus vendu au monde avant d'être dépassé par les Sims. Et si 19 ans plus tard, il n'est plus possible de faire fonctionner ce jeu sur un Mac récent, il a en quelque sorte ressuscité dans une version iOS.

Article réalisé en collaboration avec notre partenaire L'Aventure-Apple !

illustration de la page d'accueil : Coba


Sur le même sujet :
- Une étincelle d'Hypercard dans les Wiki
Tags
avatar bigb06 | 
Pour moi HyperCard c'était Internet avant l'heure, et d'ailleurs on peut aujourd'hui réaliser la même chose (moins simplement) avec un site. Il faudrait qu'Apple sorte un éditeur web SIMPLE, avec des composants basiques et compatibles, el tout en HTML 5 pour faire revivre Hyper Card aujourd'hui.
avatar Feroce | 
"et ils sont pillé HyperCard pour en faire FileMaker." Mais FileMaker existait avant HyperCard, et a été racheté par Claris, pas créé. Révisionnisme historique ? La marque de fabrique des fanboys !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Et si finalement, l'avenir du numérique serait résumé à une carte iCloud ?
avatar BeePotato | 
HyperCard était effectivement un logiciel fabuleux, bien difficile à décrire à l’époque à ceux qui ne l’avaient jamais utilisé. C’est plus facile de décrire ce qu’il permettait maintenant qu’on connaît le web. Cependant, contrairement à ce qu’on peut lire ici dans certains commentaires, tous les concepts présents dans HyperCard ne se retrouvent pas dans les sites web ou les outils permettant de les créer. Et ce qui est loin, très loin de s’y retrouver (à mon avis en tout cas), c’est le niveau d’intégration de tous ces concepts qu’il y avait dans HyperCard.
avatar ekami | 
Le plus gros souci d'HC c'est qu'il utilisait pour sa partie graphique et ses outils de dessin le code de MacPaint, il a donc toujours été totalement bitmap noir et blanc, au lieu d'être vectoriel. -- Quand Claris à racheté FileMaker II en 1988, ils l'ont fait progresser assez lentement. Par chance, Apple leur a ensuite laissé le soin de continuer la suite du développement d'HyperCard après la version 2, car ils ne savaient pas quoi faire d'HC. Mais hormis l'ajout d'une série de "plug-ins" pour permettre l'utilisation de la couleur dans les piles , ils n'ont rien fait de plus pour HC. Par contre, ils se sont servis du code d'HC et ont sorti (en 1996) la version 3 de FileMaker Pro, largement scriptable, ce qui a permis à ce logiciel de décoller pour faire la belle carrière qu'on lui connaît. Quand Apple à récupéré HC, il était trop tard pour le faire évoluer, même refondu dans QuickTime. Le web et l'arrivée de Steve Jobs ont eu raison de l'hypothétique version 3. A ce jour, ni le code ni le format de fichier d'HyperCard n'ont jamais été rendus publics. -- HyperCard a permis a bcp de personnes d'apprendre un langage totalement orienté objet, même si le nombre de classes était très restreint. Du coup, la courbe d'apprentissage était bcp moins raide que les outils actuels, devenus de véritables monstres de fonctionnalités. A ce jour, Apple ne propose qu'un superbe mais imposant environnement de développement ( XCode + Objective C ) pour qui veut développer, et débuter de zéro avec un tel outil doit prendre quelques années... La puissance des langages OO est si grande et si omniprésente que nous la percevons plus, sauf à programmer soi-même pour s'en rendre compte. Mon fils aurait voulu apprendre à programmer, mais il n'existe aucun ouvrage pour s'initier a LiveCode et à la philosophie cartes/pile/objets/scripts héritée d'HyperCard et reprise dans LiveCode. Et c'est vraiment très dommage, car apprendre un langage OO aide énormément a structurer sa façon de penser.
avatar Oliange | 
@Feroce : Exact, FileMaker a existé avant HyperCard. M'enfin ça changera pas, pour certains Apple a tout inventé. Dans certains cas c'est tout à fait mais dans de nombreux c'est totalement faux.
avatar legallou | 
Je ne pardonnerais jamais l'abandon d'Hypercard par Apple, et la perte de mes applications (proche d'un homme/année de développement) trop longues à convertir en Livecode.
avatar JoKer | 
Ces deux dernier jours je me suis penché à nouveau sur AppleScriptObjC. Je trouve définitivement trop compliqué et summum du tout, ça ne marche pas partout ! Un projet simple (une fenêtre, un bouton, un case d'entrée texte et un label, un clique sur le bouton fait passer le contenu de la case texte dans le label) fonctionne sans problème sur XCode 4.2, mais fait clignoter des warning et refuse la compilation dans XCode 4.4. Merci Apple. Je vais m'intéresser à LiveCode. Ça à vraiment l'air très bien !
avatar elamapi | 
Certain semblent également avoir la mémoire courte. Oublié les revendication des Geek à propos de la lourdeur et de l'impossibilité à maintenir convenablement les projets un peu conséquent avec HyperCard ? Oublié l'impossibilité de débugger de manière potable ? Perso, je pense que c'était un bin outil. Trés bon même, tout comme le fut Visual Basic (la vieille version avec l'IDE). Ca permettait TRES TRES rapidement de concevoir des applications sans grande connaissance. C'est domage que ce genre de soft n'existe plus.
avatar Mac1978 | 
HyperCard c'était LE logiciel pour apprendre la programmation, et même les rudiments de la programmation objet à ceux qui, comme moi, venait du monde séquentiel. En deux heures on pouvait créer de petites applications, voire des prototypes pour de gros projets. Bien sûr, l'IDE était très rudimentaire et le débuggage difficile dès que le projet devenait un peu étendu, mais quelle facilité pour débuter en programmation ! À ma connaissance, même aujourd'hui, que ce soit sur Mac ou PC, il n'y a rien d'équivalent en termes de simplicité.
avatar iCaramba | 
@Mathias10 : ne rejète pas ton stresse sur autrui s'il te plaît , je critique pas je dit juste que je ne sais (toujours) pas ce qu'est HyperCard…!
avatar iCaramba | 
@DrFatalis : merci beaucoup de ton explication , j'avais compris autre chose de très différent ;)
avatar ekami | 
En matière d'abandon de logiciels, Apple à une longue histoire : HyperCard, Apple Média Tool, ClarisWorks, AppleWorks.... Du coup, un vieux fanboy comme moi a vite compris qu'on peut garder iLife pour gérer certains types de fichiers multimédia, mais qu'il faut absolument utiliser des logiciels Mac/PC pour tout ce qui touche à la productivité et autres données "sensibles". -- En termes de simplicité, aujourd'hui on à quoi ? - Les tableurs, qui permettent pas mal de choses, mais très limités en matière d'interactivité. - Les suites bureautiques, malheureusement encore éclatées en modules (à l'exception du prodigieux intégré de bureautique allemand RagTime 6 ) - Un SGBD genre FileMaker, avec lequel on peut faire bcp de choses et très vite, et qui permet depuis peu de gérer certains évènements sur les objets, donnant ainsi une couche d'interactivité à la boucle évènementielle. Ou 4D, le poids lourd qui permet bcp de choses, mais qui est inadapté car assez lent en exécution si on veut faire un simple petit utilitaire capable de gérer du temps réel par exemple. - Un IDE comme LiveCode, qui reprend tous les principes d'HyperCard, mais dont la courbe d'apprentissage est très raide, faute de véritable guide d'initiation pour les novices (enfants en particulier). C'est LE gros point noir de ce genre d'outils : il s'adresse (en anglais uniquement la plupart du temps...) à une frange d'utilisateurs déjà largement débrouillés avec la plupart des concepts informatiques. -- - Et pour créer des webapps facilement, il y a quoi comme outils ?
avatar hammac | 
Tout à fait d'accord avec Mac1978: un fabuleux outil de prototypage... je suis néanmoins vite passé à Supercard pour des besoins professionnels (couleur, gestion des écrans 13", surtout graphiques vectoriels...), ...payant... en attendant HC2, puis HC4: c'était déjà un peu plus complexe à maitriser (taille des librairies) De nombreuses années plus tard, j'ai utilisé Revolution (today LiveCode)... çà semble équivalent (avec des librairies bien plus complètes et donc encore plus difficile à maitriser)... le seul problème: son prix... L'intérêt de HC: intégré au package machine/OS et facile à appréhender CAR BASIQUE...
avatar BeePotato | 
@ ekami : « HyperCard a permis a bcp de personnes d'apprendre un langage totalement orienté objet, même si le nombre de classes était très restreint. Du coup, la courbe d'apprentissage était bcp moins raide que les outils actuels, devenus de véritables monstres de fonctionnalités. » @ Mac1978 : « HyperCard c'était LE logiciel pour apprendre la programmation, et même les rudiments de la programmation objet à ceux qui, comme moi, venait du monde séquentiel. » Tout à fait d’accord avec vous. HyperCard était un logiciel génial pour l’apprentissage de la POO, et même de la programmation tout court. En tout cas, pour ce qui est de l’initiation à la POO via HyperCard, ça a très bien marché pour moi à l’époque. Maintenant, je rêve d’avoir un tel outil à disposition pour enseigner tout ça à des petits jeunes mis d’emblée face à Java…
avatar ekami | 
Et que dire d'un autre joyau logiciel bien trop largement méconnu, AppleScript ? Bien qu'il ait sauvé sa peau dans la transition vers OS X et soit toujours là en 2012, ce langage de programmation qui permet de faire communiquer les applis entre elles (mais pas seulement) est très largement méconnu et donc sous-exploité, alors même qu'il permet de réaliser de petits prodiges au quotidien. Un simple éditeur de scripts, c'est tout ce à quoi on à droit dans OS X, ou alors il faut se coltiner XCode ! Bref, rien de simple pour développer une simple petite application. Et en matière de livres dédiés à AppleScript, on trouve quelques ouvrages, mais là aussi, ils d'adressent d'emblée à un public expert, et les ouvrages dédiés à l'initiation pas à pas pour les utilisateurs qui partent de zéro sont inexistants (en français tout du moins).
avatar JoKer | 
AppleScript Studio était quelque chose de fabuleux. La simplicité d'AppleScript pouvait avoir accès facilement à des interfaces complexes crée avec Interface Builder. Malheureusement Apple n'a pas continuer le support de la chose. Maintenant il faut faire de l'AppleScript Objectiv-C qui est bien plus compliqué. D'ailleurs je n'ai pratiquement pas trouvé de doc là-dessus.
avatar expertpack | 
@ekami peut etre access de microsoft... VB et access donne un outil de prototypage rapide et des applis assez propres , en francais et tres bien documenté. l'integration a office rend ce package performant, même sur le web
avatar pecos | 
Hm... Vous ne trouvez pas de doc sur applescript/obj-C ? C'est pas légèrement abusif ? Ou alors vous habitez tout au fond du trou du cul de la Sibérie ? ^_^ Il y a toutes les ressources que vous voulez sur le web, bien plus que tout ce qu'on peut imaginer en livre papier. Ok, c'est fragmenté, mais c'est considérablement plus puisant que tous les livres du monde. Personnellement, j'ai apris (et c'est mon boulot, pas un hobby) la programmation obj-C/iOS grâce aux myriades de tutoriaux disponibles sur internet, et à des monstres de documentations tels que stackoverflow.net. Je n'ai jamais acheté aucun bouquin. Et tout ce que j'avais comme expérience de la POO était un bon niveau de javascript. De la rigolade, quoi. J'ai toujours en archive web un énorme tutorial applescript que n'importe qui sachant manier google trouverait facilement. Mais comme je suis de bonne humeur, ce matin... Ça s'appelle applescript de A à Z et c'est là : http://www.macfr.com/index.php?view=category&id=46%3Aapplescriptaz&option=com_content&Itemid=63 Et c'est un exemple parmi tant d'autres. Alors... l'absence de doc... Hm...
avatar JoKer | 
Bien sûr qu'on trouve tout ce que l'on veut sur AppleScript. Et avant internet j'avais des livres. Par contre AppleScriptObjC... J'ai trouvé comment prendre le contenu d'un champs texte et l'appliquer à un label en cliquant sur un bouton, mais utiliser un pop-up menu pour récupérer la valeur... j'ai rien trouvé. Je me suis croché deux semaines dessus quand AppleScript Studio à été stoppé, à ce moment il y avait très peu de doc et rien comme explication. Maintenant c'est pas loin d'être pareil.
avatar Micout | 
@JoKer Je ne sais pas si cela peut vous être utile : http://macscripter.net/viewtopic.php?id=30274 http://macscripter.net/viewtopic.php?id=30313 http://macscripter.net/viewtopic.php?id=30338 N'étant pas du tout familier avec AppleScriptObjC je ne peux garantir de l'intérêt de ces tutoriaux (en anglais), j'avais mis ces liens en mémoire en vue de m'y mettre un jour ou l'autre (a
avatar JoKer | 
Oui, merci, jai déjà vu. La partie la plus intéressante et la cinquième, qui explique comment utiliser la documentation Objectiv-C pour la "convertir" en AppleScriptObjC. http://macscripter.net/viewtopic.php?id=30373 Mais ça reste loin d'être simple à appréhender et en dehors de deux trois exemples simples et sans trop de fioritures, il n'y a pas grand chose de plus.
avatar legallou | 

LiveCode est gratuit pour un usage personnel.

avatar Mike Mac | 

Alors donc ce fameux Hypercard était un joyau avant-gardiste dont le gourou - Frédéric Rinaldi - a pu devenir Genius chez Apple à Montpellier. Que de chemin ! Dans le champ des possibles, c'est toujours pile ou face...

avatar ckorber | 

Ça fait plaisir de lire que beaucoup d’entre nous ont une grande nostalgie liée à HyperCard - moi aussi - ça permettait des trucs incroyables comme déclencher des actions sur un mot d’un texte ... j’avais développe une base de données pour les photos ....
Effectivement le plus proche est livecode mais le prix est astronomique ...
Comme vous, j’ai beaucoup recherché des logiciels de développement orientés objet et simples.
J’ai trouvé un logiciel appelé NovoCard qui est un petit HC sur IPad. Il y a aussi Codea plus orienté développement de jeux (Sproket)
Sinon connaissez vous Creo sur Mac qui permet de développer uniquement sur iPhone à partir du Mac ; ça génère du code swift mais l’environnent est intégré et génère une application exécutable très simplement. Ça semble très prometteur mais on n’a toujours pas de prix ....
Claude

Pages

CONNEXION UTILISATEUR