iPad : le berceau affiche presque complet

Florian Innocente |
Plus qu'une semaine avant que l'iPad ne se retrouve entre les mains de ses clients. Une sortie qui pourrait dépasser en importance celle du premier iPhone. Avec cette tablette ce ne sont plus seulement les amateurs de produits Apple ou de gadgets qui surveillent son arrivée comme le lait sur le feu, mais des secteurs entiers comme la presse et l'édition, aux États-Unis, mais en France aussi. Des éditeurs d'applications salivent devant son potentiel et une guerre sourde a déjà lieu avec Amazon qui voit son Kindle pris dans la ligne de mire ou Adobe qui reste à nouveau devant une porte close, son Flash sur les bras. À J-7 de la sortie de l'iPad, seule une poignée de gens l'ont vu, touché et essayé quelques minutes seulement. Mais pendant l'attente, les grandes manoeuvres sont lancées.

Cela fait trois semaines que l'iPad est en précommande aux États-Unis. Apple, par le passé, n'ayant dévoilé des chiffres de vente qu'à l'issue du premier week-end, on ne peut que s'appuyer sur des confidences glanées par le Wall Street Journal. Le quotidien avançait que des centaines de milliers d'unités avaient été déjà réservées, avec comme scénario possible, de faire mieux que le premier iPhone, soit plus d'un 1 million d'exemplaires vendus en trois mois.

ipadpreorder


On pourrait alors revivre la même situation qu'avec l'iPhone où un produit Apple qui n'a été manipulé que par une poignée de journalistes, lesquels n'ont guère eu le temps d'en apprécier toutes les facettes, cartonne dès les premiers jours.

Plus dure sera la chute ?
Les critiques n'ont pas manqué autour de cette tablette. Certains questionnent son utilité même, coincée qu'elle serait entre des smartphones plus mobiles et des netbook ou des portables plus puissants et plus complets. L'absence du support de Flash serait un sérieux dos d'âne pour un appareil qui entend amener le web jusque dans le canapé.

D'autres pointent son équipement où font défaut webcam et port USB. Sans oublier que contrairement à un portable qui se suffit à lui-même, un iPad aura besoin de temps en temps de revenir à son port d'attache, PC ou Mac. iPad, animal nomade oui, autonome, non.

Dans le choeur des sceptiques, on pourrait également compter ceux qui trouvent l'appareil cher ou obligeant à un énième forfait pour utiliser sa version 3G, et ce, dans une période toujours marquée par la crise. Mais les résultats d'Apple le montrent chaque trimestre, elle évolue comme en lointaine orbite de ces contingences…

L'iPod et l'iPhone ont aussi essuyé des vagues de critiques à leur annonce, avec le résultat que l'on sait. Rien ne garantit toutefois que cet effet ricochet initié avec iTunes et l'iPod, poursuivi avec l'iPhone et l'App Store continue avec l'iPad. Personne à ce jour n'est devenu riche ou n'a marqué les esprits avec une tablette. Sur ce point, Apple va défricher un nouveau territoire. Mais elle ne part pas seule et c'est la grande différence avec le lancement de l'iPhone.

L'iPad, ce jeune héritier
Premiers avantages, l'iPhone et l'iPod touch ont éduqué des millions d'utilisateurs sur ce que l'on pouvait faire avec ces appareils. Le tactile, la distribution d'applications par iTunes, l'Internet partout tout le temps… Ensuite l'App Store est plein à craquer. Une partie du travail pédagogique n'est donc plus à faire, et ce n'est pas rien lorsqu'on lance un produit inédit. En regardant la publicité pour l'iPad tout est déjà familier, le terrain connu, si ce n'est que tout paraît plus grand, plus rapide, plus beau, plus confortable. La même chose que l'iPhone… en mieux.

ipadgooglemaps


L'autre sujet d'étonnement avec ces préparatifs d'avant lancement réside dans l'intérêt que ce produit suscite autour de lui alors, encore une fois, qu'il reste auréolé de mystères et de questions. Un espoir basé sur le désespoir grinceront certains : la presse papier va mal et se cherche de nouveaux supports, le livre numérique, lui, est en quête d'un champion à opposer à Amazon… Quels que soient les motifs, le résultat est là : l'iPad a déjà un comité de soutien tout disposé à satisfaire les besoins des clients (ou de leur en créer…) dans tous les domaines possibles. Le succès d'un produit technologique passe par la présence équilibrée de deux pôles, les fournisseurs (de contenus) et les consommateurs. Le premier pôle montre déjà une activité fébrile, pour le second, la bonne fortune d'Apple invite au moins à un (prudent) optimisme.

Ainsi, de grands quotidiens ou groupes de presse américains ont embrayé immédiatement derrière Apple pour adapter leurs contenus ou faire l'article des nouvelles possibilités offertes par la tablette à des annonceurs. Avec parmi eux des marques comme Coca-Cola, Toyota, FedEx prêtes à payer cher pour être les premières vues sur l'iPad.

Les chaînes semblent plus hésitantes à revoir leurs conditions tarifaires pour stimuler la vente de séries TV, mais du contenu télé et ciné, iTunes en a déjà.

Les principales maisons d'édition américaine ont aussi répondu présentes, trop contentes de trouver avec Apple un puissant allié pour renégocier avec Amazon les conditions de vente des livres électroniques. Des éditeurs de BD, eux, s'en remettent à des spécialistes comme Ave!Comics, Mobilire ou Panelfly (ci-dessous) pour transformer, sur la tablette, l'essai de la BD sur smartphone.

publisher


L'éditeur anglais Penguin pose la question du devenir du livre électronique "classique" en présentant des prototypes d'ouvrages aux allures d'applications. Et qui d'ailleurs seront vendus sur l'App Store plutôt que sur l'iBookstore.



Des chaînes de télé travaillent à contourner l'absence de Flash pour leurs vidéos. Des développeurs d'applications iPhone, petits ou grands, tiennent prêtes les versions iPad et se disent littéralement emballés par les perspectives techniques et la marge d'invention offertes par ce support à grand écran dont ils maîtrisent déjà les outils de développement. Un iPad qu'ils voient dépasser le seul cadre du grand public. Il suffit d'ailleurs de lire les réactions à ces deux interviews pour voir les commentaires de professionnels intéressés par cet engin.

En France aussi l'objet est attendu de pied ferme. Arnaud Nourry, le PDG d'Hachette Livres déclare que 8000 références pourraient être proposées sur l'iBookstore lorsqu'il ouvrira dans l'Hexagone.

Alain Weill, propriétaire de La Tribune, BFM TV/Radio, RMC et de 01 Groupe (Micro Hebdo, l'Ordinateur Individuel…), connu pour son appétence à chasser les coûts, voit dans l'iPad un facteur de bouleversement pour le paysage de la presse. Le papier, comme support de l'information, qu'il estime condamné à moyen terme "Le process industriel actuel où l'on produit des millions de copies avec au final 60 % d'invendus qui repartent en camion pour être détruits ou recyclés n'est plus une solution viable". Si l'iPad est encore pour lui un vecteur d'image avant d'être une vache à lait, il annonce deux applications BFM et la Tribune sur iPad d'ici la fin de l’année.

On n'oubliera pas le domaine du jeu, formidable pourvoyeur d'applications sur iTunes. Alexandre de Rochefort, vice-président de Gameloft, expliquait récemment que les jeux pour iPhone OS avaient pesé 14% de son chiffre d'affaires 2009, avec un pic à 22% sur une courte période (6% pour les jeux sur consoles DS et PSP sur la même année). Évidemment là aussi, les applications pour iPad, malgré les incertitudes sur ce que seront ses ventes, sont déjà en préparation.

ipadmagic


À la convergence des fonctions et des usages que promeut l'iPad se joint donc la convergence des contenus et des soutiens venus de tous les horizons. L'iPhone à son lancement n'avait pas eu berceau aussi largement entouré. Tout paraît réuni pour un succès, mais en cas d'échec - à cause de cette ultime incertitude, cette variable aléatoire qu'est le client - le bruit sera assourdissant. La réponse viendra très vite, l'iPad n'a pas franchement été présenté comme un nouveau "hobby". Il n’avait rien de moins qu'une place réservée entre le Mac et l'iPhone. Steve Jobs a promis de la "magie", dans une semaine cette magie sera confrontée à la réalité et ce spectacle est très attendu…
Tags
#ipad
avatar elcid | 
Moi j'achète, c'est clair. J'hésite à acheter des livres parce que je ne sais plus où les mettre, ce serait utile pour les présentations professionnelles, ça me permettrait de traîner des volumes de référence en entier avec moi... Et on ne fait qu'effleurer les usages. J'aurais vraiment aimé avoir eu ça étudiant... J'espère aussi que les éditeurs seront raisonnables sur les prix. En attendant, il y aura tout le domaine public à explorer. Et une nouvelle ère va s'ouvrir pour l'auto-édition (avec ce que ça peut valoir).
avatar toto160 | 
Cet objet, est se que j'appelle, de la merde informatisée. A 500$, c'est cher pour de la merde.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
C'est cher pour un troll !
avatar GillesB | 
"Sur ce point, Apple va défricher un nouveau territoire. Mais elle ne part pas seule et c'est la grande différence avec le lancement de l'iPhone." Il me semble que lorsque l'iphone est sorti il y avait déja des smartphones depuis un bon moment, tout comme l'ipod n'était pas et de loin le premier lecteur MP3.
avatar GillesB | 
Je discutais avec un ami Steward cet après midi et son commentaire était dommage qu'il n'y ai pas de webcam, car quand il est en escale (long courrier) il utilise un portable pour discuter avec ses enfants, et l'Ipad l'aurait bien tenté vu le poids, mais sans webcam.... dommage. Et c'est vrai que sur ce point je le rejoint, mais bon mon MBA a une webcam... GillesB
avatar kostoglotov | 
Oui, mais c'étaient les meilleurs, les mieux promotionnés et les mieux vendus …
avatar RDBILL | 
@toto160 : non ! les génies ne sont jamais compris de leur vivant ! l'iPad est et sera une véritable révolution ! plus que l'iPod pour la musique, il sera la révolution la plus forte pour la lecture...... depuis l'invention de l'imprimerie par ce cher Gutemberg !! Il révolutionnera aussi l'usage du PC, comme la souris et l'interface graphique inventée par Xérox et Apple dans les 70's et 80's... @ Gilles B L'iPad 1 est un ballon d'essai, un test, un n° Zéro, pour tester le marché. dans un an il y aura un iPad avec Webcam, un iPhone aussi avec Webcam !
avatar Anonyme (non vérifié) | 
J’adore cette actu : bien ficelée, petites piques quand il faut, bien écrite : merci Florian
avatar françois bayrou | 
faut pas leur sucer les boules ! après ils se laissent aller
avatar thejampot | 
Personnellement je suis tres emballé et j'attends avec impatience la sortie en France ! Mon iPhone je l'adore mais pour certaines apps, surtout des jeux je le trouve un peu trop petit, liPad va combler ceci et plus encore. Un petit worms quelqu'un ?
avatar miKeL | 
Un très bon article bien écrit et résumant des informations intéressantes à savoir sur l'iPad. Félicitations.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
L'Ipad en 2 mots : Aucun Intérêt.
avatar Le docteur | 
@ grezg Je parie que tu joues et que tu windozes sur ta machine ...
avatar noAr | 
Apple en a sous le pied. On n'a encore rien vu.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
Excellent article!!!
avatar gazobu | 
l' iPad sera t'il livré avec bootcamp ?
avatar albert.dsf | 
@ l' iPad sera t'il livré avec bootcamp ? Allons donc, et puis quoi en prime ? il vaudrait mieux un port USB, une iSight, non!!! Et en plus que certains jeux soient enfin adaptés au monde Mac
avatar VinceVN | 
Je viens de finir de lire "Open" de Andre Agassi, sur Kindle for Mac, sur mon MBP. Je n'arrivais pas a le trouver a la librairie du coin. J'habite dans un pays "exotique". l'achat sur Amazon m'a pris trois mn et j'ai commence a lire immediatement. En deplacement, je continuais ma lecture sur mon iPhone et les deux versions synchronisaient ma derniere page lue. J'avais les photos, le sommaire, tout ce dont j'avais besion. c'etait mon premier e-book et l'experience fut super. J'attends avec impatience un ecran moins fatiguant et la portabilite de l'iPad pour lire comfortablement au fond de mon canape ou dans mon lit. Mais ce fut quand meme une sacree experience. Cote prive, je n'aurai aucun probleme a passer a l'iPad pour les livres, la musique, les photos, les news, les mails simples (ne necessitant pas de reponse ou une reponse breve), les recettes de cuisine ou les resas sncf... Cote professionel, je vois bien faire des presentations direct sur l'iPad ou connecte a un projecteur ou un HDTV. Je vois bien prendre des notes breves en reunion. et utiliser des formulaires lors d'interviews d'embauche, par exemple..... Mais c'est vrai aussi que, maintenant, j'aimerai bien avoir le bouquin d'Agassi dans ma bibliotheque... Felicitations pour cet article,
avatar Macmmouth | 
Je réfléchis depuis longtemps à remplacer l'ordi vieillissant de mes parents par un iPad. Leur usage est très simple : internet, mail, et traitement photo. Je pensais que cet appareil avait les capacités de faire ça, mais le fait que l'iPad ne soit pas un ordi autonome est un problème. En effet, j'ai vu qu'il y avait un adaptateur pour carte photo, mais la capacité de stockage de l'engin est bien trop faible pour stocker une photothèque. Et puis comment scanner ? Comment imprimer ? Flash est omniprésent sur le web. L'interface de connexion de leur banque est en flash par exemple. Je leur dis quoi ? De changer de banque ? D'attendre que le site soit réécrit ? C'est dommage d'avoir limité un peu artificiellement l'iPad, ça réduit considérablement son marché. Avec la possibilité de brancher un disque externe, des périphériques usb, avec une webcam intégré et le support du flash, c'était vendu. Mais là j'ai l'impression qu'une partie des acheteurs va être deçu par ces limitations et la nécessité d'acheter un véritable ordi pour se servir correctement de l'iPad.
avatar VinceVN | 
@Macmmouth J'avais pense aussi a un iPad pour mon pere. Mais il a deja du mal avec un clavier normal. donc on fait souvent du Chat audio ou video. Et c'est vrai pour Flash pour la banque, etc.. Quand son PC rendra l'ame, ce sera donc un iMac. Clavier, Flash, webcam etc...
avatar spleen | 
"petites piques quand il faut" Toujours aussi marrants, les commentaires.... Pour le reste, quand je lis certains qui se posent des questions métaphysiques sur telle ou telle fonctionnalité dont dépendrait le succès ou l'échec de ce "bidule", je crois décidément que vous n'avez rien compris au marketing et à la bêtise insondable des consommateurs (c'est à dire en premier lieu : VOUS). Le succès ou l'échec d'un produit n'a RIEN à voir avec ses qualités ou ses caractéristiques techniques !!!!
avatar Un Vrai Type | 
Pour l'absence de Flash, ça me fait penser à 1998... Mon dieu, un ordi sans... disquette ! @ spleen : Bien sûr que si, il a à voir avec ses qualités (pas ses caractéristiques techniques, ça on est d'accord). Pas de qualité, pas de discours commercial percutant, pas de vente.
avatar vonjos | 
très bon article, bien écrit
avatar shenmue | 
@Spleen:" je crois décidément que vous n'avez rien compris au marketing et à la bêtise insondable des consommateurs (c'est à dire en premier lieu : VOUS)." Toi en revanche, ta connerie congénitale, si tu pouvais te la garder pour toi, merci.
avatar Florian Innocente | 
@gillesb "Il me semble que lorsque l'iphone est sorti il y avait déja des smartphones depuis un bon moment, tout comme l'ipod n'était pas et de loin le premier lecteur MP3." C'est vrai, mais l'iPod et l'iPhone faisait écho à des produits déjà existant et connus. L'iPad, même s'il peut s'appuyer sur l'iPod touch et l'iPhone, ce qui est déjà pas mal, son principe même n'a pas eu d'équivalents ou alors sur des marchés très confidentiel ou alors ce furent des fiasco. L'iPad n'est pas, comme l'iPod et l'iPhone à leur sortie, une évolution moderne d'un produit qu'on connait tous. Personne n'a chez lui une "tablette analogique". Une tablette qui marche avec une K7 ou une tablette qui a une interface pourrie, plein de menus, des tas de boutons et qui a du mal à aller sur internet.

Pages

CONNEXION UTILISATEUR