Lala : Apple fredonne un nouvel air

Florian Innocente |
Apple n'est pas ce que l'on pourrait appeler un acheteur compulsif lorsqu'il s'agit de faire son marché parmi d'autres entreprises. Dès lors, tout rachat est un petit événement. En 2008 Apple s'était fait essentiellement remarquer par l'acquisition du concepteur de processeurs PA Semi et il y a deux mois, elle a avalé Placebase, un spécialiste en cartographie. L'acquisition de lala.com, murmurée vendredi soir et confirmée ce samedi, paraît s'inscrire dans la même logique : mettre la main sur des technologies et des compétences, plutôt que sur des parts de marché. En cela, Lala est un nouvel exemple concret. Sur cette opération, Apple n'a offert qu'une déclaration laconique, expliquant qu'il était dans ses habitudes "d'acheter de temps à autre de petites sociétés high-tech" mais par contre, qu'il n'était pas dans ses habitudes de dire ce qu'elle comptait en faire…

[maj] : voir aussi l'article 80 millions de dollars pour Lala


lalahome


Lancé en 2006 comme une plateforme d'échange de CD, Lala a revu son modèle économique au fil du temps. Depuis un an, cette entreprise de Palo Alto en Californie permet aux internautes américains d'accéder à un catalogue de 9 millions de titres de musique. On peut écouter sur son site web n'importe quel morceau ou album dans son intégralité, mais une fois seulement. Pour une écoute illimitée, le prix est de 0,10 $ (ou 0,90 $ pour l'album). Ajoutez 0,79$ et le morceau peut être téléchargé au format MP3 et sans DRM. En revanche on peut écouter gratuitement et de manière illimitée tout morceau pour peu qu'on le possède déjà sur son ordinateur. Avec son application "Music Mover" (Mac OS X 10.4 et Windows), Lala va recenser les morceaux (et listes de lecture) que vous possédez dans iTunes et recréer sur votre compte web une liste similaire en puisant dans son propre catalogue de licences (les quatre majors et des milliers d'indépendants sont partenaires). Peu importe l'origine de vos morceaux (achetés, ripé ou piratés). Et si quelques titres sont absents chez Lala, vous pourrez toujours les télécharger vers votre "coffre-fort" en ligne.

Une startup dans le besoin
Début novembre, Bill Nguyen, le cofondateur de Lala déclarait avoir engrangé 1 million d'utilisateurs inscrits et plus de 15 millions de personnes qui, d'une manière ou d'une autre, accèdent à sa fonction de streaming. Lala a par exemple signé le 29 octobre des accords avec Google et Facebook. Il s'agit avec le premier de figurer en bonne place dans les résultats de recherches faites sur la musique (une nouvelle fonction du moteur aux États-Unis). Pour Facebook, l'idée est que les gens partagent leurs découvertes musicales et s'offrent entre eux des morceaux ou des albums sans quitter ce réseau social. Lala et Facebook se partageraient les bénéfices d'une vente à hauteur de 70% pour le premier et 30% pour le second. On retrouve aussi Lala dans les pages du site Billboard, émanation du magazine musical éponyme.



Selon Nguyen, cet accord avec Facebook s'imposait tant les habitudes gens semblent avoir changées. Il y aurait de plus en plus une volonté d'aller au-delà de la simple écoute de sa bibliothèque et de découvrir plus de musique et d'artistes, et les réseaux sociaux sont un très bon moyen pour cela. Le patron de Lala révélait ainsi que seulement 20% de ses inscrits ont utilisé le service de "coffre-fort" avec ce jumelage du catalogue iTunes. En somme, 80% des gens préfèrent écouter autre chose que ce qu'ils ont déjà.

En modifiant son activité en 2008, Lala y avait déjà ajouté des méthodes de découverte et de recommandations musicales, pour aller naviguer dans les listes des autres et écouter leur musique. De même, on peut gagner sur Lala un statut "d'influenceur" (ou prescripteur) lorsque le nombre de personnes ayant découvert un morceau par votre entremise augmente. On a aussi le classement de ceux qui ont écouté le plus l'album que vous êtes en train de parcourir. L'accord avec Facebook s'inscrivait donc dans une suite logique.

Mais il s'agissait aussi de trouver des sources de revenus. Dans le courant de l'année, Warner, qui compte parmi les investisseurs de Lala, a tiré un trait sur 11 des 20 millions de dollars injectés dans l'entreprise. Selon un familier des négociations avec Apple, c'est Lala qui aurait fait le premier pas, approchant Eddy Cue, le responsable iTunes et activité Internet de la Pomme. Les dirigeants de Lala ayant constaté qu'ils auraient du mal à dégager des bénéfices à court terme, Apple aurait décroché le pompon pour une somme modique et elle entendrait bien garder Bill Nguyen et son équipe au vu du travail qu'ils ont réalisé.

Du streaming pour iTunes ?
Lorsqu'on voit ce que propose Lala, les complémentarités avec Apple sont évidentes. iTunes est tout entier tourné vers le téléchargement. Même le coup d'oeil proposé sur les titres paraît aujourd'hui désuet avec ces 30 secondes maxi. Et il n'a que très récemment (avec la version 9) et timidement commencé à s'entrouvrir aux réseaux sociaux via des liens Facebook et Twitter dans l'iTunes Store. Lala de son côté a rodé son système de streaming et une application iPhone était sur le point d'être soumise à l'App Store. Pour Nguyen cette application mobile de streaming devait s'inscrire dans la même démarche que celle initiée avec Facebook : permettre aux gens de découvrir toujours tant et plus de musique. Un sujet qu'Apple a elle-même déjà abordé au travers de sa fonction Genius.

Une fonction de streaming serait aussi une manière de répondre à plusieurs concurrents qui prennent de plus en plus de visibilité, que ce soit Pandora, Deezer, Last.fm ou le tout dernier, Spotify. Ce dernier par exemple ne fonctionne que dans une poignée de pays (Suède, Norvège, Finlande, Royaume-Uni, Espagne et France), mais il jouit d'une bonne réputation. Il compte 5,5 millions d'utilisateurs, un catalogue de 5 millions de titres, des applications iPhone, Android et Symbian. Enfin, il développe depuis un mois son activité vers le téléchargement payant et des accords avec des opérateurs mobiles.

Mais aucun n'a le poids ni la couverture géographique d'un iTunes qui peut s'appuyer sur l'image d'Apple, qui est présent dans 23 pays et qui comptabilise 100 millions de clients enregistrés avec leur carte de crédit. iTunes est devenu le numéro 1 dans son domaine, damant même le pion aux grandes chaînes américaines. En se donnant à Apple, Lala peut espérer voir son système pérennisé et développé à l'international alors qu'elle en est complètement absente actuellement.

lalaapercuitunes
L'iTunes Store vu du web


On attend avec curiosité de voir ce qu'Apple va garder des services de Lala. Celle-ci avait une approche 100% web alors qu'Apple fait tout passer par iTunes, même si elle a commencé à donner accès, en consultation très limitée, au catalogue de l'iTunes Store depuis un navigateur web (voir l'article En l'absence d'iTunes passez par ses aperçus). Un utilisateur enregistré sur l'iTunes Store pourrait disposer de la même page, mais avec l'écoute des contenus en plus. Le principe d'avoir un miroir en ligne de sa bibliothèque personnelle iTunes ferait sens également. À voir s'il suffira d'être clients de l'iTunes Store pour le faire ou si l'abonnement annuel à MobileMe va inclure une nouvelle prestation… mais cela limiterait le public aux seuls utilisateurs de Mac. Mais en se dotant d'un service de streaming, iTunes pourrait répondre à tous les besoins. Les questions restent toutefois encore nombreuses et les concurrents d'Apple et d'iTunes ne doivent pas être les derniers à s'en poser quelques-unes depuis ce week-end…
avatar nikorada | 
En tout cas, lala.com avait d'urgence besoin de personnes de goût pour revoir sa charte graphique super cheap et moche... C'est chose faite avec Apple...
avatar ligouane | 
Wééé Kings of Convenience ! Plus sérieusement c'est vrai que ce genre d'achat de la part d'Apple laisse présager tout un tas de choses... C'est quand la prochaine annonce officielle d'un truc ?
avatar leonzeur | 
un rapport avec l'énorme ferme de serveurs en prévision ? ça m'étonnerait qu'à moitié...
avatar pseudo714 | 
qu'est ce que apple a fait de PAsemi? pour la ferme de serveur je pense que ça va servir pour la tablet
avatar Florian Innocente | 
@ Wééé Kings of Convenience ! Que l'on peut écouter aussi en intégralité sur Spotify :-) @ un rapport avec l'énorme ferme de serveurs en prévision ? C'est pas forcément lié dans le sens où cet achat a l'air d'avoir été décidé récemment alors que le datacenter est un projet plus ancien. Mais Apple doit effectivement avoir plein de trucs dans le tiroir pour de futurs services Internet. iWork.com par exemple, ce truc n'a pas été remis en avant depuis son lancement, comme s'ils l'avaient sorti histoire de prendre la température de l'eau. @ qu'est ce que apple a fait de PAsemi? On verra avec l'iPhone de l'été 2010 ? :-)
avatar ghostlogos | 
Juste un détail sur MobileMe : ce n'est pas réserver aux Mac, même si ce service est à sa pleine capacité qu'avec un Mac. On peut imaginer une option Lala (ou un nouveau nom), et qui serait intégrer automatiquement aux utilisateurs de MobileMe :)
avatar leonzeur | 
@innocente je pensais à iWork mais ça resterait destiné à un public restreint de gens qui bossent sur un mac.. Par contre, un système adapté pour l'iTablet, l'iPhone/Touch et n'importe quel ordi mac ou pc et qui permettrait d'écouter sa musique à partir d'un serveur (sans remplir son disque dur donc..), me paraît sympa..Apple toucherait encore plein de monde et fidéliserait ses nouveaux clients.. J'ai tendance à croire que c'est lié et qu'ils ne font rien par hasard, ils se donnent les moyens par étape.. @ghostlogos oui voilà ..une sorte de MobileMe généralisé à tout utilisateur, payant bien sûr..comme avant, et offrant plus de services, notamment le streaming de sa musique.
avatar eseldorm (non vérifié) | 
"J'ai tendance à croire que c'est lié et qu'ils ne font rien par hasard" Alors ça, c'est vraiment terrible :D Parce que tu crois que racheter une société c'est du hasard ? Il y a deux grandes possiblités si tu rachètes une société : - Empêcher les autres de l'avoir (bloquant) - Acquérir des brevets, un marché & co. que tu n'as pas (ou pas complètement) ou alors pour consolider un marché que tu as déjà. Bref quelque chose qui te serve. Mais lacher 80M (quand bien même ils ont plein de ca$h) comme ça par hasard…
avatar Psylo | 
Une bonne entourloupe de la part d'Apple pour pouvoir encore moins rémunérer les artistes et les ayants droits que sur iTunes. Joli coup, mon cher Michel Boujenah...
avatar lukasmars | 
Oui moi aussi je vois un truc pas catholique se profiler à l'horizon ... Le streaming illimité juke box "à la spotify" n'est pas rentable pour Apple, si la pomme se met à durcir les conditions d'ecoute ( 1 ecoute gratuite puis basta) y'a fort à craindre que tous les autres collent à ce modéle et ça en sera fini du streaming illimité. De toute maniére, Apple ne peux qu'introduire des limitations; c'est evident .C'est inhérent à cette firme et son bussiness modéle. Putain de pomme pourrie .
avatar Bruno de Malaisie | 
@ Psylo. Que vient faire Michel Boujenah là dedans?
avatar Psylo | 
Une expression populaire tirée d'un chef d'oeuvre du 7ème art. Reservé aux initiés.
avatar Wolf | 
@Psylo: Michel Boujenah et chef d'oeuvre du 7ème art ... qu'est ce qui ne vas pas ensemble ?
avatar béber1 | 
[quote]lukasmars Oui moi aussi je vois un truc pas catholique se profiler à l'horizon ...[/quote] Zut & Crotte, pas de Benoit XVI Compil, [i]snif[/i].... :-//
avatar DrFatalis | 
"une option Lala (ou un nouveau nom)" Au hasard... Tinky Winky ?
avatar jeroemba | 
Article très intéressant, contrairement à mon commentaire ;-)
avatar Hasgarn | 
En général, lorsque les news ne sont pas nombreuses, c'est qu'un gros article est en préparation. Et celui là est excellent.
avatar sield | 
Il faut bien créer de l'actualité ;-) Je plaisante, je lis toujours avec intérêt vos articles. Continuez !

CONNEXION UTILISATEUR