Un troisième Apple Store à Tôkyô

La redaction |
Le site Japan Properties, spécialisé dans l’actualité des projets immobiliers d’envergure sur Tôkyô, a révélé qu’après plusieurs mois de recherches, Apple Japon aurait trouvé un lieu pour ouvrir un troisième Apple Store.



Il se situerait dans le quartier prestigieux d’Omotesandô, souvent identifié aux Champs-Élysées de la capitale nippone, où l’on trouve des boutiques des principales marques de luxe : Vuitton, Dior, Chanel, Hermès… C’est sans doute la raison qui a décidé Apple Japon à installer son troisième magasin de la capitale, car celui-ci est assez proche de Shibuya où se trouve un Apple Store — le deuxième actuellement ouvert est situé dans le quartier chic de Ginza.



Les constructions viennent de commencer. La boutique aurait un ou deux niveaux sous-terrain et un au-dessus du sol. Sa surface au sol ferait 563 tsubo (« 2 tatamis »), soit environ 1 858 m2. Le bâtiment serait terminé en février 2014, puis l'ouverture devrait avoir lieu en mars ou avril.



Il ne s’agirait que d’un Apple Store « intermédiaire ». En effet, dans une dizaine d’années, la mairie de Tôkyô va reconstruire entièrement ce quartier, et tous les bâtiments seront rasés pour être reconstruits ou rénovés. À ce moment-là, Apple devrait reconstruire un Apple Store plus important.

avatar Anonyme (non vérifié) | 
avatar Anonyme (non vérifié) | 
@tristanlega
avatar negaca | 
"En effet, dans une dizaine d’années, la mairie de Tôkyô va reconstruire entièrement ce quartier, et tous les bâtiments seront rasés pour être reconstruits ou rénovés." Ça me laisse dubitatif. A part si les bâtiments sont vétustes, ça ne sert strictement à rien ...
avatar Splafi | 
Le dernier paragraphe sur la rénovation du quartier dans 10ans est tout raser pour reconstruire
avatar melaure | 
J'en ai visité un en 2010 qui était déjà entouré de boutique de luxe ...
avatar zipock | 
C'est possible dans le sens ou au japon la durée de vie d'un bâtiment excède rarement les 30-40 ans. Certains temples sont même reconstruits à l'identique tous les 20 ans. Cela peut s'appliquer à tout un quartier..
avatar vincentn | 
Omotesando… Plus intéressant que Ginza. Ne pas hésiter à faire les rue perpendiculaires à cette avenue, comme "cat street", etc. Et oui, comme le dit zipock, la durée de vie moyenne d'un bâtiment à Tokyo est de 26 ans. Toujours surprenant à nos yeux. J'adore cette ville !
avatar Mathias10 | 
Bah enfaite le tokyo doit le faire pour apporter les dernières innovations en terme de protection sismique.
avatar Sic transit | 
Es-tec qu'o n'écrirait pas plutôt "Tōkyō" ?
avatar Vocino | 
Sic transit : en théorie, on écrit Tōkyō, comme tu le dis, mais Tokyo est utilisé depuis toujours comme ça. Si on se met à écrire Kyōto, Nintendō, Omotesandō, きりがない... C'est sans fin !
avatar Orus | 
Sauf que le "ō" n'existe pas en français. Donc on ne risque pas de l'écrire.
avatar demenla971 | 
@negaca Les besoins démographiques étant en augmentation, et certains bâtiments n'étant certainement pas aux normes anti sismiques, cela me semble logique. Il n'y a qu'en France que l'on aime pas aller de l'avant. Moi j'approuve ce type de démarche, nos politiques à nous sont trop nazes.
avatar Philactere | 
@demenla971 : 'Il n'y a qu'en France que l'on aime pas aller de l'avant.' C'est fini l'auto-flagellation ? Ce sont des approches culturelles très différentes entre l'Asie et l'Europe (et non pas la France) sur le bâtit. Rien a voir avec l'idée d'aller de l'avant ou non. Le mode de construction traditionnel pour le logement au Japon, matériaux légers en particulier, fait aussi qu'il est plus facile et moins coûteux de rebâtir régulièrement.
avatar CBi | 
La mairie deTokyo peut dresser un plan d'urbanisme, éventuellement y associer les propriétaires fonciers, mais certainement pas raser tout le quartier : il n'y a pas de procédure d'utilité publique au Japon, et même pour élargir une rue, la mairie doit se soumettre au bon vouloir des propriétaires, immeuble par immeuble.
avatar Sic transit | 
@Vocino : d'accord avec toi pour la complexité… Mais pour moi, on a le choix entre la transcription internationale "Tokyo" (compatible avec les claviers et les cerveaux occidentaux) ou la transcription japonaise "Tōkyō" (que l'on trouve partout là-bas). Donc point de "Tôkyô"… Si on choisit d'insister sur la prononciation "à la japonaise" (avec les accents), autant respecter la graphie d'origine (surtout qu'elle est, à mon sens, assez intuitive). @ Orus : jette un œil ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tokyo et dis-moi si tu y vois un "Tôkyô" quelque part. Ensuite, si tu as un Mac avec un système assez récent, fais un appui prolongé sur la lettre "o" pour faire apparaître le menu local des variantes de glyphes, puis tape "9"… Magie ! un joli "ō" !!!… Mon Dieu, mais comme c'était difficile ! … De manière générale, ce n'est pas parce qu'une lettre "n'existe pas en français" qu'elle n'a plus valeur orthographique. Ainsi, "češka" et "českà" ne signifient pas tout à fait la même chose… De la même manière en français : "modele" écrit par un anglo-saxon (les accents n'existent pas en anglais hein!) signifiera-t-il "modelé" ou "modèle" ?
avatar hairquatercut | 
Je vais désormais aller à Lisboa et à London pour apprendre le portugais et l'anglais.

CONNEXION UTILISATEUR