Jobs : « si vous voulez du porno, prenez un Android »

Anthony Nelzin-Santos |
« Les gens qui veulent du porno peuvent acheter [un] téléphone Android », voilà la réponse du patron d'Apple à un long courriel qui lui était adressé au sujet de la politique de validation d'Apple.

« Le rôle d'Apple n'est pas de faire la police des mœurs — le rôle d'Apple est de concevoir et produire des gadgets super cool qui font ce que les clients veulent qu'ils fassent », c'est ce qu'explique Matthew, qui dit s'être « converti » à Apple lors de l'annonce de l'iPhone 3G.

skitched

Son problème portait en particulier sur l'affaire NewsToons, du nom de l'application de dessins satiriques que l'équipe de validation App Store avait refusé en décembre dernier en vertu d'une clause du contrat développeur portant notamment sur la satire, la caricature, et la diffamation. Au détail près que le créateur de cette application, Mark Fiore, est un illustrateur connu et reconnu, et a depuis reçu le prix Pulitzer.

Steve Jobs s'était déjà exprimé au sujet de ce rejet, présentant ses excuses pour ce qu'il considérait comme une « erreur ». L'application a depuis rejoint les rangs de l'App Store, Fiore regrettant qu'il « faille des levées de bouclier médiatique pour qu'Apple approuve des applications à dimension politique ».

Dans ce courriel, Steve Jobs réitère le fait qu'il s'agissait d'une erreur. Mais à la question de l'expéditeur sur la création d'une catégorie « Porno » avec contrôle parental, le patron d'Apple oppose une réponse on ne peut plus claire : « Cependant, nous pensons que nous avons une responsabilité morale consistant à exclure le porno de l'iPhone. Les gens qui veulent du porno peuvent acheter [un] téléphone Android  ».

Une mention d'Android (et une faute de frappe) qui pourrait en étonner certains, mais un très proche de Steve Jobs nous a confirmé que le patron d'Apple était bien l'auteur de quelque-uns des courriels qui ont fait surface ces dernier temps. Il doutait en revanche qu'ils le soient tous. Reste maintenant à savoir comment séparer le bon grain de l'ivraie…

avatar bugman | 
@ Mr Fon : Je ne comprend que ce que l'on me propose et c'est (comme tu le dis) un UNIQUE store avec un UNIQUE SDK pour une pensé UNIQUE. concernant le fait de passer à la concurrence, j'ai déjà donné mon avis.
avatar majipoor | 
Ou on remarque à quel point les produits d'Apple sont exceptionnels et au-dessus de tous les autres, c'est que même ceux qui détestent Apple et/ou Steve Jobs semblent ne pas arriver à simplement faire ce que toute personne censée ferait dans une telle circonstance: aller voir ailleurs. Quant au porno ou autre oeuvres "censurées" sur l'AppStore, je suis sûr que ceux qui y attachent réellement de l'importance on trouvé une solution et que ceux qui râlent ici ne font qu'utiliser ceci comme un prétexte pour accuser Apple et Steve Jobs d'être la pire chose qu'il soit arrivé à la Terre depuis les 7 plaies d'Egypte. Quelle quantité de c... on peut lire sur ces forums de nos jours.
avatar Brewenn | 
[url=http://www.cnis-mag.com/apple-penses-pas-c’est-pour-ton-bien.html]Eucalyptus[/url] [url=http://www.cnis-mag.com/la-fesse-cachee-d’appstore.html]Sale cul[/url] Cela me rappelle ce sénateur "père la vertu" des plus virulent dans le projet de destitution de Clinton. Au final c'est lui qui à démissionné, car le "père la vertu" n'était qu'un obsédé du cul. Les USA comptent beaucoup de ligue de la vertu dont beaucoup d'adhérents sont gros consommateur de pornos. Les "oeuvres" du Marquis de Sade ou les mémoires de Casanova seront elles un jour sur iTunes Store. Bah si il y a quelques $ à gagner, $teve devrait envoyer un mail pour justifier la disponibilité sur iTunes store. Et puis si Android prend beaucoup de PDM, il sera toujours temps de changer son fusil d'épaule et revoir sa position.
avatar daito | 
@Mabeille, Merci pour tes compliments, ça me touche, surtout venant de toi. Sinon je voudrais bien savoir ce qui est indéfendable dans les positions d'Apple, c'est à dire refuser le porno dans son store (C'est la boutique d'Apple, Apple a le droit de refuser le porno et entre nous je ne pense pas que l'on perde grand chose...enfin je parle pour moi car Hal semble être très déçu).
avatar sgm | 
@xx-os "... Apple qui s'est placée ... dans une position d'éditeur..." +1 Voilà tout est dit. [b]C'est Apple qui casque pour tout les procès.[/b] C'est pour cela que pour le Ibookstore, Apple c'est associé à un tiers pour se décharger de la caution. Apple ne veut clairement recevoir aucune compensation monétaire en contrepartie d'une application licencieuse.
avatar majipoor | 
@ Brewenn "Eucalyptus" Connais pas, j'ai suivi le lien, lu... Quelle manque de rigueur journalistique et quelle imbécilité: Stanza dispo sur l'AppStore permets d'accéder aux livres du projet Guttenberg (entre autres) et fait une recherche sur "Kamasutra" dans l'AppStore et tu verras que ça ne manque pas. Quelle mauvaise foi de ta part et de celle de l'auteur ce cet "article". Peut-être une autre raison pour le rejet de cette application, mais c'est plus "fashion" d'accuser Apple de censure, c'est clair.
avatar Liam128 | 
Moi j'aime bien l'argument "pas de porno parce que les enfants vous comprenez ma bonne dame..." Question à deux balles : Pour les enfants, les ondes GSM/UMTS (900Mhz, 2Ghz) ne sont-elles pas infiniment plus dangereuses que le risque de voir un nichon ? La censure du porno sur un téléphone sous le prétexte de la protection de l'enfance, ça revient quand-même un peu à dire "Je préfère que les enfants chopent un cancer du cerveau plutôt qu'ils chopent un zizi tout dur." Je veux bien que le sexe c'est le mal et tout et tout, mais là désolé, j'ai du mal à cautionner.
avatar Brewenn | 
"mais c'est plus "fashion" d'accuser Apple de censure," Apple censure, pas "fashion" mais bien une réalité, mais le dénoncer déplait aux évangélistes qui partent en croisade pour porter la "bonne" parole de Saint $teve.
avatar sgm | 
@Brewenn "Cela me rappelle ce sénateur "père la vertu" des plus virulent dans le projet de destitution de Clinton. Au final c'est lui qui à démissionné, car le "père la vertu" n'était qu'un obsédé du cul." C'est reconnu que les puritains ont une sexualité des plus perverses. Et comme disait Freud: [i][b]On ne devient pas pervers on cesse de l'être[/b][/i]. À voir ici les défenseurs du cybersexe, je pourrais ajouter que les puritains ne sont pas seuls. Vous vous rendez compte, se battre pour voir de la fesse sur un bidule électronique. Ils n'ont pas retrouver l'essence de ce qu'est la sexualité et ça c'est tout aussi pervers.
avatar cloudy | 
Beaucoup ne semble pas se rendre compte que la plupart des gens ne défendent pas ici le porno mais bien un système de valeur complètement différent. A mon avis personne n'a vu ici l'atteinte au libre arbitre qui me refuse le droit même d'avoir mauvais gout. C'est ça qui est scandaleux. Le prono n'est tout simplement pas le sujet ici. On parle bien de liberté de choisir ce que l'on fait de sa machine. Si je souhaite installer un logiciel quand bien même celui-ci serait imparfait ou ruinerait ma batterie, j'estime en avoir le droit. Il est important pour avoir des gens responsables de leur laisser le choix dans les limites permises par la loi. Bref à vous de voir si vous souhaiter rester focaliser sur la thématique du porno ou si cela ne pose pas d'autre questions qui méritent d'être posée.
avatar Brewenn | 
Amen ! Vous me réciterez trois "Notre $teve qui êtes le mieux", et vos mauvaises pensées d'Android vous seront pardonnées.
avatar xx-os | 
@oomu "si on veut comparer les apps de l'iphone aux dvd des boutiques, ce n'est pas la FNAC qui est l'équivalent d'apple cest le CONSORTIUM DVD qui est l'équivalent" Justement pas d'accord... Si effectivement Apple était positionné comme n'importe quel fabricant de tél ou de lecteur MP3, c.a.d ne vendant que l'outil (cf consortium DVD) il n'y aurait pas de soucis. Mais là, ils vendent du contenu et ce de manière exclusif, donc là, il y a problème. Pourquoi, Apple a toujours dû obéir aux normes édictées par les majors ou par ex. ne pas autoriser officiellement l'utilisation de sonnerie de tél, tout simplement parce que les majors auraient pété un câble (et sans l'accord initial et contractuel des majors, pas d'iTune, d'iPod, d'iPhone, d'Ipad - pas d'Apple du tout), et qu'il était impossible pour Apple de faciliter le piratage d'un côté et prôner la vente légale de l'autre. Pour n'importe quel autre téléphone, le problème n'existait pas puisque le fabricant faisant le service minimum (vente du produit), n'est pas responsable de tout ce que vous pouviez faire ou non dessus (cf archos, Creative, Nokia etc...). Apple s'est mise dans une position inédite puisque pionnière (vente de zique, films, apps associée à la vente du support) et donc défriche. Mais ne vous détrompez pas, tout le monde suit et tout un chacun sera confronté un jour ou l'autre au même problème dès lors qu'ils fourniront toute la chaîne. Google avec son Nexus et bientôt Microsoft une fois qu'il sortira leurs propres téléphones. On verra bien si à un moment donné, ils mettront pas des barrières bien que pour l'heure, ce sera oblitéré par la puissance d'Apple qui domine largement dans ce domaine.
avatar majipoor | 
@Brewenn "Apple censure, pas "fashion" mais bien une réalité, mais le dénoncer déplait aux évangélistes qui partent en croisade pour porter la "bonne" parole de Saint $teve." Je serais contre Apple si c'était de la censure, mais ce n'en est pas: c'est un choix commercial d'une entreprise qui décide simplement de quels produits ils veulent proposer à leurs clients. Le même qui fait que l'on ne trouve pas de DVD pornographiques à la FNAC ou de viande dans une épicerie spécialisée en produits végétariens. Les développeurs iPhone sont des partenaires d'Apple qui signent un contrat. La validation des applications fait partie de ce contrat. C'est similaire à un contrat de travail entre une entreprise et ses employés: l'entreprise dicte ses règles et les employés qui postulent doivent les accepter ou aller voir ailleurs, ce qui est toujours possible. Il y aurait censure si Apple bridait Safari pour interdire l'accès à du contenu Web jugé inadéquat. Ce n'est pas le cas. Il y aurait censure si Apple filtrait les vidéos de l'application YouTubes sur la base de critères arbitraires. Ce n'est pas le cas. Il y aurait censure si Apple floutait dans les eBooks achetés sur l'AppStore les mots "inappropriés". Et au passage, je rappelle que c'est ce que faisait le Nexus One de Google au début: la fonction vocale ne prononcait pas les mots jugés inadéquats. Amusant, non? C'est bien tout le problème: entre le soi-disant monopoly, la censure et que sais-je, on accuse Apple à tort et à travers sans se soucier une minute du bien-fondé de ces accusations. Juste parce que c'est fashion en effet.
avatar Brewenn | 
Certains mots (sans lien vers une URL) scannés dans les mails sur la messagerie mobile.me sont carrément censuré et le mail supprimé sans que l'auteur ou le destinataire en soit averti.
avatar majipoor | 
@xx-os "Mais là, ils vendent du contenu et ce de manière exclusif, donc là, il y a problème." Justement, non: ce n'est pas exclusif. On ne parle que des applications qui sont en effet exclusives à l'iPhone. Mais tu peux charger toute ta collection Dorcel sur ton iPhone via iTunes ou aller sur tous les sites pornographiques que tu veux via Safari. Tous les diffuseurs peuvent donc diffuser leur contenu sur l'iPhone quel qu'il soit. Ce n'est juste pas toujours possible sous la forme d'une application native via l'AppStore, mais PDF, images, eBooks, vidéos peuvent être librement vendus pour l'iPhone hors AppStore.
avatar Anonyme (non vérifié) | 
oomu > Je fais une applis nomé "tartalacraime" Deux ans plus tard, apple, sort le "itart" et hop du jour au lendemain je n'ai plus le droit de vendre mon applis "tartalacraime"? Il est passé où le principe d'antériorité? Ha ben oui, c'est Apple donc il ont le droit de fouler du pied les droits des petits producteurs sous prétexte que "c'est notre store alors la ferme les minus". Evidement je ne dis pas qu'utiliser le mot "pad" serait normal pour les nouveaux logiciels mais c'est anormal que ça soit interdit du jour au lendemain pour les logiciels qui s'appellaient comme ça avant qu'apple parle de l'ipad et avant qu'apple dépose la marque ipad. majipoor > Quand t'en as pour trois ans d'abonements avec un appareil avant de pouvoir profiter de réduction sur un appareil concurent et que le prix de base pour aller voir ailleurs est de plusieurs centaines de dollards, tu réfléchis à deux fois avant de changer. En attendant la fin des trois ans, ben tu fais avec toutes les limitations à la con. sgm > Se battre pour avoir le droit de voir des fesses. La nuance est d'importance. C'est la même qu'entre "avoir le droit d'installer le type d'applis qu'on veut" et "avoir le droit de se contenter des sélections du censeur".

Pages

CONNEXION UTILISATEUR