Apple parle jeu, iPhone, .Mac, Store…

Florian Innocente |
Plusieurs sujets ont été abordés pendant la réunion annuelle des actionnaires d'Apple (lire notre Une Apple : Steve Jobs évoque sa succession), en voici le résumé :

Le jeu
Apple a été interrogée sur sa stratégie à l'égard du jeu, un actionnaire demandant par exemple si au vu de son trésor de guerre, 18 milliards de dollars, elle pourrait racheter un éditeur de poids, comme Valve, à la manière dont Microsoft avait racheté Bungie et son titre Halo en soutien de la première Xbox et de DirectX. Jobs a repoussé l'idée d'affronter Microsoft sur ce domaine, préférant pointer l'arrivée de titres sur Mac signés Electronic Arts, le soutien d'Apple pour des éditeurs comme Blizzard qui fut distingué par un prix de développeur ou l'arrivée du SDK pour l'iPhone et le touch qui devrait ouvrir la porte à des développements ludiques.

.Mac
A la question de l'amélioration de .Mac et de la proposition par exemple d'un service de blog, Jobs a indiqué que de nouveaux services pour .Mac arriveraient dans le courant de l'année et si Apple elle-même finissait par ne rien proposer autour de la création de blog alors d'autres s'en chargeraient notamment et toujours au travers du SDK pour l'iPhone.

Les iPhone désimlockés
Revenant sur le problème des iPhone désimlockés, Tim Cook, le directeur général délégué d'Apple a tenu à rappeler que par la seule vente de l'appareil, Apple gagnait tout de même de l'argent. Et que ce problème des iPhone utilisés hors des contrats des opérateurs agréés n'était pas aussi important que les médias avaient l'habitude de le décrire. Ces ventes servaient au moins pour Apple de baromètre pour mesurer le fort intérêt des clients pour ce produit.

Entreprise et grand public
Après que Tim Cook eut rappelé qu'Apple était repassée devant Dell en 2007 sur le marché américain de l'éducation, Jobs a estimé que le marché grand public était plus important que celui de l'entreprise. Dans le premier les gens sont plus réceptifs à la nouveauté et ont une liberté de choix que ne leur donnent pas les responsables informatiques en entreprise. Certains de ces utilisateurs feraient ainsi le choix du Mac à titre personnel et amèneraient ainsi à des changements sur leur lieu de travail.

La gouvernance d'Apple et les Apple Store
Un actionnaire s'est intéressé à la gouvernance d'Apple à la fois dans ses relations avec ses fournisseurs, en Chine notamment, et dans sa politique vis-à-vis de ses employés dans les Apple Store. Tim Cook a répondu qu'Apple avait établi un code de bonne conduite pour ses fournisseurs, certains ne s'y étaient pas pliés et avaient été écartés.

Ron Johnson, le patron des Apple Store a lui expliqué qu'Apple comptait désormais 15000 employés dans ses boutiques, soit 50% de son personnel. Selon Johnson, le turnover dans ce secteur serait de 80% chez les autres contre seulement 20% pour Apple avec des profils qui vont au-delà du simple poste de vendeur, par exemple les Genius (l'espace d'assistance technique) ou les Creatives (les animateurs de formations logicielles).

Un ancien employé d'un Store a toutefois émis la critique que le passage de ces boutiques vers un poste à l'ingénierie était plutôt difficile, l'ayant conduit à quitter Apple pour être finalement embauché par Google.

Johnson assura ensuite qu'Apple développait la présence de ses boutiques aussi hors des grands centres urbains et vers des zones moins peuplées (ndr : la France aussi… ?!) en réponse à une actionnaire vivant loin des grandes villes.

Investissement
A une seconde reprise, Jobs a rejeté l'idée de reverser des dividendes à ses actionnaires, comme elle s'y refuse d'ailleurs tous les ans. Apple préfère garder ses capacités d'investissement pour nouer des partenariats ou racheter des entreprises ou des technologies qu'elle estime prometteuses.

iPhone, touch et MacBook Air
Jobs a expliqué que l'iPhone ne pouvait embarquer autant de mémoire que le nouveau touch (32 Go contre 16 Go) par manque de place à l'intérieur de l'appareil. L'antenne par exemple et d'autres circuits gênant la présence de composants flash supplémentaires. Il ajouté que cet écart de capacité de stockage entre l'iPod touch et l'iPhone, au profit du premier, pourrait perdurer à l'avenir.

Il a aussi repoussé l'idée de voir le support de Flash arriver prochainement sur l'iPhone pour des questions de performances insuffisantes sur ce type d'appareils.

Enfin à la question de savoir si le MacBook Air finirait par recevoir un lecteur optique, Jobs a simplement répondu que d'autres MacBook pouvaient répondre à ce besoin, le MacBook Air étant lui tout entier dédié à l'extrème mobilité.

Un Xserve pour la maison
Interrogé sur la faisabilité d'un serveur familial, une sorte de Xserve mini qui amènerait, à une clientèle non spécialisée, des services de blog, de calendrier partagé ou encore de wiki comme en propose Leopard Server, Steve Jobs a paru comme hésiter à répondre ou du moins réfréner une envie de le faire préférant finalement répéter qu'il n'avait pas pour habitude de parler de futurs produits.

avatar ispeed | 
Moi en tant qu'actionnaire, j'ai demandé à Steve de faire des porte-clés Apple en forme de pomme avec une poire dessinée au centre. Ca se vendrait comme des ptits pains
avatar geneosis | 
moi j'attend surtout final cut studio 3 ou au moins final cut pro 7 il me tarde de voir la gueule que ça a, surtout aprés avoir vu iMovie 08' (je préfère monter mes plans dessus que sur final cut)
avatar EricBZH | 
Si j'ai bien compris, ce n'est pas demain que l'iphone sera capable de lire les pages web contenant du flash. C'est vraiment dommage pour un portable qui se dit ne pas avoir du "presque" internet...
avatar Mac1978 | 
[b] Entreprise [b] J'ai du mal à comprendre et beaucoup de regrets. Certes, l'effet halo autour de l'iPod a amené des Switchers et la part de marché de Apple a augmenté, surtout aux USA. Certes on peut imaginer un effet à peu près semblable autour de l'iPhone amenant quelques cadres d'entreprises utilisateurs PC à acheter un Mac pour la maison au vu de la beauté de l'interface. Avec, à mon avis, une barrière de plus à franchir, soit la synchronisation de l'iPhone avec le PC en entreprise. Mais sans une vraie part du marché de l'entreprise, je crains fort qu'Apple reste toujours sur le fil du rasoir dès que ses parts de marchés redescendront. Et les consommateurs préfèrent quand même n'apprendre qu'une fois une interface. Dommage, car j'ai l'impression qu'aujourd'hui, il y a de la place à prendre en entreprise, même avec un léger surcoût. Les entreprises, au moins les PME, sont sensibles à la sécurité, notamment aux virus, et le Mac est maintenant connu pour son avance (perçue ou réelle) dans ce domaine. Mais un DSI a aussi besoin de sécurité en termes de certitude sur la présence de son fournisseur dans 3-5 ans, sur sa "roadmap" technique, etc... et si je comprends bien la dépêche, Jobs affirme que le marché de l'entreprise ne l'intéresse pas.
avatar Nicky Larson | 
[quote]le soutien d'Apple pour des éditeurs comme Blizzard qui fut distingué par un prix de développeur[/quote] Génial le soutiens. Pas de SDK, que dalle, juste une petite statuette pourrie avec marqué "Apple awards". Merci pour votre "soutiens" ...
avatar fif | 
Même si Jobs ne pousse pas sur les entreprises (on se demande à qui se destine les Xserve alors), un peu d'offre logicielle intégrable en entreprise serait la bienvenue. Je vois bien que mes collègues passe au Mac chez eux parce qu'ils en ont comme poste de travail. Si Apple ne s'établit pas dans les entreprises, le PC y restera roi et il continuera à essaimer chez les particuliers...
avatar nona | 
D'après l'article: ~ ~ Revenant sur le problème des iPhone désimlockés, ~ Tim Cook, le directeur général délégué d'Apple a ~ tenu à rappeler que par la seule vente de l'appareil, ~ Apple gagnait tout de même de l'argent. ~ Traduction du cynique: On fait déjà de larges marges sur le produit nu mais on arnaque quand même le consommateur en demandant 30% du prix du forfait! nona
avatar thg | 
Arrêtez de rêver, Apple ne s'imposera pas en entreprise parce qu'elle n'a aucune solution à leur offrir. Fournir de jolis postes de travail design à chaque secrétaire est une chose, mettre en place une structure complète pour l'entreprise en est une autre. Je travaille pour un grand groupe étranger et, quand je vois le temps et le coût pour passer de NT à XP il y a quelques années, je vois mal ma boîte basculer sur Mac. De plus, le temps d'adaptation du personnel représente un coût non négligeable en temps et en argent.
avatar imagesurmac | 
[quote]"geneosis [05/03/2008 08:46] moi j'attend surtout final cut studio 3 ou au moins final cut pro 7 il me tarde de voir la gueule que ça a, surtout aprés avoir vu iMovie 08' (je préfère monter mes plans dessus que sur final cut)"[quote] c'est un troll j'espère ? parce que a ce niveau de débilité le mieux c'est encore des petits papiers, des crayons de couleurs et des ciseaux (non pas des ciseaux dans la main d'un débile)
avatar Mac1978 | 
@†hg C'est bien ce qu'on dit et qu'on regrette. Apple ne se donne pas les moyens de développer une vraie offre en termes de serveurs et surtout de solutions pour entreprises. Avec aussi une roadmap sur le matériel et la stratégie pour les 3-5 ans à venir. Pourtant pratiquement tout est là. L'OS stable et fiable, la technologie et même la machine de bureau pas cher (le Mac Mini). Il manque la volonté. Quant au passage de XP à Mac OS X serveur, si le point ci-dessus était réalisé, il serait sans doute moins utopique que tu ne le penses pour les raisons suivantes, en tout cas dans des entreprises de 5 à 2-300 personnes. 1. Comme tu le relèves toi-même pour le passage de NT à XP, un changement d'OS dans le monde Windows, n'est pas simple. Le passage de XP à Vista serveur est, d'après ce que j'en ai lu, au moins aussi délicat que celui de NT à XP. Il n'est donc pas impossible pour un vendeur d'autres solutions crédibles de s'engouffrer dans la brèche. 2. Le coût des licences Microsoft est très élevé et beaucoup de PME ont le sentiment de verser une rente de situation à M$, rente dont elles ne voient pas la valeur ajoutée en contre partie. 3. Dans beaucoup d'entreprises n'ayant pas de services IT interne, les faiblesses (réelles ou perçues) de Windows rend ces dernières ouvertes à des solutions réputées (justement ou non) comme étant plus sûrs, dont OS X Server. 4. Dans le monde entier, des administrations, mais aussi des entreprises, ont basculé sous Linux pour les raisons ci-dessus. Et gérer un parc de serveurs Linux apparaît comme moins facile que ne le serait un parc OS X Server. Il ne s'agit pas d'imaginer qu'Apple va faire 30% du marché de l'entreprise à elle seule, mais de souhaiter qu'elle ait une offre complète crédible incluant la virtualisation de OS X Server sous Windows pour atteindre un seuil en termes de base installée rendant vraiment le développement d'application Mac économiquement rentable et sûr à moyen terme.
avatar hugo.fitzgerald | 
@ShowMeHowToLive Il existe un certain nombre de sites optimisés pour iPhone, j'ai trouvé un site où il y en a un peu plus de 270 de référencés... www.i.voixdargent.com H.
avatar cyberman | 
Eh bien, pour moi, je suis ravi qu'Apple ne cherche pas à rentrer dans l'entreprise à tout prix : Devoir faire des ordinateur capables de fonctionner avec tout et n'importe quoi mène à une impasse : regarder la difficulté qu'éprouvent les sociétés à passer d'un Windobe à l'autre parcequ'elles ont des besoins si spécifiques de compatibilité avec leurs vieux développements et les nouveaux qu'il est impossible à tout faire fonctionner ensemble. Et quand Apple decide d'aller de l'avant (Passage d'OS 9 à X, passage de PowerPC à Intel, etc...) Ils savent qu'ils obligent l'industrie à s'adapter, et là, levés de boucliers des entreprises qui comprennent qu'il faut tout reprendre. Alors je préfère garder un Mac à l'image d'aujourd'hui, qu'un Mac qui tente de contenter tout le monde. J'aime mon Mac tel qu'il est maintenant, pour les décus, il reste les HP, Dell, Acer + Windobe et Linux...
avatar cyberman | 
Bon, je vais acheter un bon correcteur AURTOGHRAFIK moi, désolé pour les Fôtes sur le précédent post...
avatar Disia | 
A propos du jeu sur Mac : Que Apple s'en fiche totalement, on le sait déjà. Qu'ils ne fassent rien, c'est dommage pour la communauté des joueurs sur Mac, mais bon on s'y est fait (ou presque) Mais se pavaner en arguant que Electronic Arts portent ses jeux sur Mac, faut pas avoir peur de se faire rire au nez ! Surtout qu'ils ne sortent que leurs grosses ventes (qui sont accessoirement des bouses) c'est à dire jeux de sport et licenses (miaaaam les jeux à licences qualité assurée... laisse moi rire) On dit qu'il faut privilégier la qualité à la quantité.... bah la on a rien des deux ! Blizzard c'est bien joli mais un jeu tous les 5 ans en moyenne c'est franchement léger, surtout que ça va pas aller en s'améliorant avec leur poule aux oeufs d'or qu'est World of warcraft... Sinon l'idée de racheter Valve : HAHAHAHAHAHAHAHAHA ! Bref grosse blague, comme toujours
avatar lifenight | 
N'empêche qu'un actionnaire a quand même émis l'idée de racheter Valve et c'est encore steve jobs qui s'y oppose avec des arguments bidon mais qui se tiennent malheureusement. La plate-forme Steam aurait pu être un excellent moyen de distribution, ça nous évite d'acheter des jeux aux us parce que non dispo en europe.
avatar Born | 
Racheter Valve alors que, si je ne m'abuse, c'est Apple qui n'a jamais accepté que HL soit porté sur Mac, ce serait un peu spécial....
avatar thg | 
@ Mac1978 L'entreprise ce n'est pas seulement le hardware, les serveurs et les softs, il y a aussi les outils d'administration, les bases de données, etc... et quand tu parles OS X à un consultant Oracle, il ne se marre pas mais te fait juste comprendre que le Mac c'est pour les photographes et les artistes, soit une infime fraction totalement négligeable du marché des solutions genre Oracle ou SAP...
avatar thg | 
Oups, je parlais une infime fraction du marché des gens intéressés par le Mac par rapport au marché Oracle ou SAP, bien sûr.
avatar lifenight | 
Born Apple n'a jamais désapprouvé que valve sorte ses jeux sur osx. Si valve veut sortir un jeu qu'il le fasse tout seul. Puis de toute façon l'industrie du jeu vidéo se lasse du jeu sur pc, autant s'acheter une console.
avatar Wallon_pas_con | 
Steve JOBS a raison. Se concentrer sur le marché domestique, les jeunes, c'est ce qu'il y a de plus malin à faire. Rappelez vous l'ascension fulgurante de microsoft en entreprise. A l'époque, on trouvait des copies d'à peu près chaque soft de microsoft en version pirate (même pas de mot de passe à entrer au début alors qu'il était possible de tout bien verrouiller par les dongle à placer sur le port imprimante). On ramenait la pile de disquettes à la maison; on installait le tout et on l'utilisait. L'intérêt d'un patron était de mettre sur ses machines des programmes que ses employés connaissaient. Gain de temps et d'argent pour la formation du personnel. Microsoft à conquis le grand public et s'est imposé en entreprise. Merci de laisser Steve de réaliser la même chose.
avatar oomu | 
je gère un parc de machines en tout genre en entreprise (du windows majoritairement, du linux et du mac, les 3 en postes clients, et linux aussi en serveurs), et de ce que je vois Steve Jobs a raison. vous ne pouvez pas espérer voir de belles machines apple en entreprise, au pire vous verriez des machines pourries de marques Apple si apple voulait faire de l'entreprise. à terme, obligatoirement, apple serait obligé de faire du pourrie, du plus pourrie que Dell et HP pour vendre du poste d'entreprise la réalité est la suivante : pour des employés (comptables, secrétaires, etc) je considère mieux, moins cher, moins lourd à gérer des terminaux légers en plastiques utilisant un linux minimaliste (minuscule même) relié à un gros serveurs d'applications (qu'il soit windows terminal server ou linux x11 selon les cas) les coûts sont infimes par rapport à un poste complet, on ne veut pas fournir l'Etat de l'Art, mais uniquement le minimum permettant de faire le travail. ce qui coûte le moins cher et est le moins cher à maintenir. avec une telle logique, même des pc de qualité ne sont pas intéressants. ensuite, le marché de l'entreprise ne rapporte pas grand chose. Il faut faire de la vente de masse pour y gagner sa vie. Les marges sont faibles, la capacité d'innover quasi inexistante. Vous réalisez que nous avons fait le saut à XP que des années après XP ? concernant linux je suis réticent aux sauts aux nouvelles distributions malgré tous les forums et documentations et le fait que j'ai étudié principalement sous linux. Parce qu'on ne veut pas expérimenter ou risquer quand on parle d'infrastructure d'entreprise. Alors Apple en entreprise ? on en reviendrait à la stagnation de os x. Pas de Time Machine, Pas de macbook air, pas de Cube, pas de iPhone si apple se vouait à l'entreprise. - Apple vends des stations de travail pro, cela n'a rien à voir avec le poste "entreprise" (l'ordi à tout faire pour administratifs).
avatar oomu | 
le particulier: alors encore une fois Steve Jobs ne dit rien d'extraordinaire. Il vise le particulier parce que c'est lui qui en réalité finira par influencer les entreprises. les premiers windows étaient risibles en entreprise (à mon sens, ils sont une catastrophe actuellement, en coût, mais bon, je pourrais argumenter 10 ans sur cela, rien ne peut changer dans l'immédiat) , y a bien longtemps, windows n'avait pa sa place en entreprise. c'était un produit tout simplement inadapté. une fois posé cela, qu'a fait microsoft ? ils ont visé les petits pc des pme et des particuliers. plus windows devenait répandu chez les gens, plus il y avait la pression d'avoir windows en entreprise. si tout le monde vient avec des documents Offices fait à la maison, faut bien pouvoir lire ces documents Office au travail. par la suite, Windows NT 3.51 est sorti, le premier windows en concurrence à unix. Sql Server est venu progressivement concurrencer Oracle IIS contre Apache etc. Microsoft est arrivé par palier. pas en sortant subitement une "politique entreprise avec plein de produits". A la fin, quand vous avez les employés qui n'arrêtent pas de dire qu'ils veulent brancher leur pda windows, leurs applications windows et qu'un jour ses même employés deviennent décideurs et bien, voilà, à ce moment là, les particuliers ont influencé les choix informatiques des entreprises. Microsoft a pris son temps pour faire de windows une écologie de produits incontournables. la seule chose qui les a stoppés net en entreprise est Linux. -- revenons à Apple. leur politique est la bonne. le mac, je l'avais viré de l'entreprise fin années 90. j'aurais moi même dégommé des mac sous os 9 sans qu'on me le demande. appleshare était un boulet, c'était compatible ni avec unix ni windows, lent, instable, totalement alien. Un mac était un poids mort dans un réseau d'entreprise Os X a considérablement changé la donne. du moins il rendait le mac possible.
avatar oomu | 
une fois, Os X, même si y a aucune raison urgente de donner un mac à un employé (une telle machine luxueuse ? il peut tout autant éditer sa fiche excel sur un pc pourriX en plastic et lent) au moins os X rendait la chose possible compatible unix/linux (naturellement, on retrouve la même chose dedans), largement plus compatible windows que os 9 , toutes mes connaissances étaient directement transposables à os X. (pratique, je suis moins énervé, donc plus enclin à voir du mac) cela dit, ce n'est pas parce que vous avez un bon produit que vous avez le bon environnement. En entreprise vous achetez du matériel et de l'intégration. du produit et du service. Vous avez des sociétés qui existent depuis des années qui vous vendent des solutions à base de machine Sun, ibm, hp ou autre. Elles ont l'habitude. Apple était une marque qu'ils avaient rayé. leur réapprendre le mac ne demande pas des mois mais des années. les marchés publics sont aussi un frein. Les collectivités locales avaient simplement viré Apple. même à l'heure actuelle il est encore difficile de justifier un mac. C'est une machine haut de gamme quand très souvent on a pas besoin de cela et on ne veut pas fournir du haut de gamme et y a l'absolu obligation de mettre en concurrence les constructeurs entre eux. et de plus Apple France ne participe quasiment pas aux appels d'offres. Et les mentalités sont encore très arriérés. Beaucoup de décideurs croient que le mac ne peut rien faire, croient qu'on ne peut pas changer les composants ou faire de la maintenance. Ils ne savent pas que je suis déjà formé au mac (donc moins cher à migrer). Cela change, mais lentement. mais le particulier alors ? ha lui.. y a un changement visible depuis 2000

Pages

CONNEXION UTILISATEUR