Interview : Leopard vu par Objective Decision

Florian Innocente |

Mac OS X Leopard
bientôt là, nous avons interrogé plusieurs développeurs qui utilisent ce système depuis maintenant plusieurs mois. Jusque là tenus au silence, ils expliquent aujourd'hui en quoi le nouvel OS va transformer leurs applications et quels en seront les bénéfices ou les contraintes pour l'utilisateur. Après quelques uns de leurs homologues (*), l'équipe française d'Objective Decision - développeur de Contactizer Pro, emmenée par Michaël Noyon, a fait la synthèse de ce qu'elle retenait de cette nouvelle version de Mac OS X.

(*) Tri-Edre - Rogue Amoeba - app4mac.

contactizerprofullscreen


Au vu du type d'applications que vous réalisez, en quoi Leopard apporte-t-il un changement ?

MN : Objectivement, pour le moment au niveau des technologies (des frameworks par exemple) il y a peu de choses que nous n’utilisions pas déjà dans Tiger. Ce qui est susceptible de nous intéresser est encore trop instable ou incomplet pour être utilisé. En revanche, si nous devions partir, demain, de zéro sur un projet, alors Leopard offre quelques éléments assez palpitants comme Objective-C 2.0 et sa gestion de la mémoire ultra-simplifiée (grâce au ramasse-miettes, pour le recyclage de la mémoire préalablement allouée à une tâche puis inutilisée). En revanche très prochainement, nous passerons sur Leopard certaines de nos stations de développement pour profiter de XCode 3.0 qui est bien mieux pensé et bien plus rapide que son prédécesseur. Ce sont des gains incontestables de productivité en perspective.


Comment ces changements vont-ils se traduire côté utilisateur ?

MN : Nous dirions que Leopard apporte de manière générale de l'homogéniété et de la cohérence en matière d’interface, d'ergonomie et de fonctionnement. Et c'est de cela dont nos logiciels vont tirer profit en premier. Il s'agissait de prendre globalement soin de l'interface. Il faut dire que nous avions entrevu, il y a plusieurs mois, ce que serait l'interface de Léopard. Concernant les technologies d'animation (comme Core Animation) applicable aux interfaces, nous ne sommes pas pour le principe d'animer ce qui n'a pas besoin de l'être. Notre clientèle est professionnelle et elle n'a pas réellement besoin d'effets qui pourraient s'avérer distrayants et qui n'apporteraient pas de réel supplément de compréhension. En résumé, animer pourquoi pas mais pas à tout prix. Et surtout pas pour épater la galerie qui ne cherche pas forcement à l'être. En revanche, une application dont l'interface aura été mal adaptée à Leopard prendra sacré un coup de vieux sous ce nouveau système.


Est-ce que vous avez des regrets vis à vis de ce qui a été fait dans Leopard ?

MN : D’un stricte point de vue développeur, oui. Certains nouveaux frameworks sont immatures et par conséquent inutilisables en l’état. Par exemple calendarstore, il rend potentiellement accessible à toute application le contenu des rendez-vous saisis dans iCal mais à condition de ne pas trop lui en demander… Autre exemple fâcheux, la piètre qualité du nouveau framework addressbook (accès aux contacts du Carnet d'adresses).


Cette version 10.5 est pour vous plus importante que les précédentes ?

MN : Non, chaque version est vraiment nouvelle et apporte son lot de changements. La grande différence ici tient dans tout ce qui a trait à l'interface utilisateur, avec un renouvellement en profondeur, symbolisé par le nouveau Finder et la nouvelle interface plus cohérente. Ceux qui attendaient de gros progrès au niveau interface-homme machine seront séduits.


Certains développeurs ont déjà prévenu que leur prochaines applications ne fonctionneraient que sur Leopard. Qu'en est-il chez vous ?

MN : Le grand défi pour nous va être de faire tourner le même Contactizer sur deux environnements assez différents, Tiger et Leopard. Nous ne pouvons pas délaisser un parc de clients qui ne passera sous Leopard que d'ici quelques mois voire plus. Mais ce sera finalement le même grand écart technique pour nous qu'entre Panther et Tiger. Cette adaptation est d'ailleurs bien avancée et c'est aussi parce que nous avions des le départ basé nos logiciels sur Cocoa et Objective-C. C'est un avantage incontestable d'autant que Carbon est appelé à se déprécier au fil des ans. Toutefois, pour le moment, nous n'avons pas choisi de technologies exclusivement Leopard qui pourrait bloquer nos logiciels sur ce nouveau système uniquement.


Cette fois en tant qu'utilisateur vous-même de Leopard, qu'est-ce qui vous plaît le plus dans ce nouvel OS ?

MN : Dans notre équipe, chacun a ses préférés. Les plus populaires sont Mail 3.0 (ci-dessous), le nouveau Finder ou Spaces. On cite aussi beaucoup la correction d'un vieux bug, serpent de mer, qui faisait que le Finder moulinait lors d’un accès ou d’un non-accès à un volume distant AFP.

mail3developpeurs




avatar ericb2 | 
J'aime bien le ton visiblement spontané de cette interview. Ainsi, j'ai particulièrement apprécié le passage au sujet de Frameworks immatures ... On pourrait aussi parler de Carbon ...
avatar raoolito | 
absolument d'accord pour le big des volumes montes... Maintenant si un volume se demonte, on attend plus deux heures..
avatar L-J | 
C'est chou "ramasse miette" pour "garbage collection"... Moi j'imaginais plutôt un camion poubelles.
avatar bdc | 
Quel bonheur ! Je retrouve dans cette interview l'esprit des sites indépendants : une critique saine et constructive, sans langue de bois, bien loin des baratins élogieu et convenus, véritables copier-coller des annonces officielles. Un discours véritablement... "Objective"... Merci MacG !
avatar bdc | 
oups ! ... rajouter un "x" à élogieu...
avatar Phylo | 
Yes! Merci MacGé de rester un site fait par et pour les utilisateurs, ni scientifique (bien que j'en soie un...) ni commercial, en prise avec ses vrais utilisateurs, au quotidien. Quelques inprécisions pourraient apparaître ça ou là, mais ce n'est pas pire que la présentation hermétique d'un problème de bytes (ortaugrafe coraikte) qui n'intéresse personne.

CONNEXION UTILISATEUR