Fermer le menu
 

publicité

Toute l'actualité sur publicité

OK Go pas OK avec une vidéo du keynote d'Apple

| 11/09/2014 | 14:24 |  

« Picasso disait : "Les bons artistes copient, les grands artistes volent". Nous n’avons jamais eu honte de piquer les bonnes idées. » Steve Jobs n'est plus de ce monde, mais sa célèbre citation est toujours valable. En dehors de la guéguerre qui consiste à savoir qui a le plus copié l'autre entre l'iPhone et les smartphones Android, Apple est accusé par un groupe de pop d'avoir chipé une de ses idées.

Au centre de l'affaire, la vidéo d'ouverture du special event, nommée Perspective. Elle consiste en un plan-séquence de trois minutes dans un bâtiment blanc où des dispositifs jouent avec la perspective pour afficher des messages.

Un concept similaire au dernier clip d'OK Go, un groupe célèbre pour ses vidéos toutes plus originales les unes que les autres — il s'était fait connaître en dansant sur des tapis de course pour la chanson Here It Goes Again. Dans The Writing's On the Wall, les membres d'OK Go se mettent en scène dans un plan-séquence très ludique qui exploite à fond la perspective.

Andy Gherson, le manager d'OK Go, a indiqué à Businessweek que le groupe avait rencontré Apple en avril pour présenter leur idée de vidéo en vue d'une éventuelle collaboration. La firme de Cupertino n'ayant pas donné suite, le quatuor a exploité ce concept peu de temps après pour un de ses clips.

Apple a ensuite loué les services de 1stAveMachine, la boîte de production derrière The Writing's On the Wall, pour réaliser une vidéo destinée au keynote. Le réalisateur des deux vidéos est ainsi le même.

Gershon a déclaré que le groupe était en train de réfléchir à tous les recours légaux possibles, mais c'est certainement peine perdue ; la propriété intellectuelle protège une œuvre, pas une idée. De plus, ces illusions d'optiques ne sont pas une idée originale d'OK Go. Des artistes comme Felice Varini et Augusto Zanela ont réalisé des œuvres dans cet esprit depuis plusieurs dizaines d'années. (merci @Flayks)

Apple n'a pas fait de commentaire sur le sujet.

> Accéder aux commentaires

Firefox : la publicité va s'étendre à tous les utilisateurs

| 22/08/2014 | 17:26 |  

« Nous voulons montrer à tout le monde qu'il est possible de conjuguer publicité et respect de la vie privée. » Celui par qui le scandale est arrivé a repris sa plume. Darren Herman, le vice-président de la récente division Content Services de Mozilla, a donné des nouvelles de Directory Tiles (annuaire de tuiles), le programme de publicité intégré au sein de Firefox.

Le spécialiste de la publicité, recruté l'année dernière pour diversifier des revenus trop dépendants de Google, tente de rassurer sur l'adéquation de la pub avec les valeurs de la fondation. « Nous demandons à l'industrie de la publicité d'adopter trois principes fondamentaux que sont la confiance, la transparence et le contrôle donné à l'utilisateur », prêche-t-il. Des principes que Mozilla promet d'appliquer à son programme de tuiles sponsorisées.

La page de nouvel onglet avec des tuiles non sponsorisées (Firefox Nightly 34.0a1)

Ces tuiles publicitaires sont affichées aux côtés des autres tuiles, basées elles sur l'historique de navigation ou pointant vers des sites de la fondation, de la page de nouvel onglet. Pour l'instant en phase d'expérimentation auprès des nouveaux utilisateurs uniquement, les résultats sont concluants. « Les utilisateurs interagissent 10 fois plus avec les contenus marqués comme sponsorisés qu'avec les tuiles affichant du contenu de Mozilla », se félicite Herman.

Une expérience tellement fructueuse qu'elle va être étendue à tous les utilisateurs, alors que la fondation avait indiqué dans un premier temps que Directory Tiles servirait à accueillir les nouveaux venus dont la page de nouvel onglet est forcément vide.

À l'origine, Directory Tiles était présenté comme un moyen de proposer du contenu déjà prêt aux nouveaux utilisateurs qui se retrouvent face à une page vierge faute d'historique de navigation.

Herman a ainsi expliqué à CNET que Directory Tiles allait entrer dans une deuxième phase d'expérimentation, baptisée Enhanced Tiles (tuiles améliorées), visant même les utilisateurs existants. Les tuiles des sites les plus visités pourront donc être remplacées par des tuil...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Publicité : Microsoft relance la comparaison entre PC et Mac

| 11/08/2014 | 09:59 |  

Vous vous souvenez de la campagne publicitaire d’Apple qui personnalisait les Mac et les PC pour ridiculiser ces derniers (si non, il n’est pas trop tard…) ? Microsoft a repris le flambeau à sa manière, avec trois publicités comparatives entre sa Surface Pro 3 et le MacBook Air.

On retrouve un peu la même idée d’une conversation entre deux utilisateurs, conversation qui cette fois se termine toujours en faveur de la Surface Pro, on s’en doute. Les éléments de comparaison sont assez classiques, mais souvent bien vus : dans celle-ci par exemple, Microsoft veut prouver que sa tablette est aussi puissante — voire même plus — que l’ordinateur portable d’Apple. Quelle ironie de retrouver certains arguments que l’on a entendus pendant des années contre les Mac, comme le nombre de connecteurs…

Dans celle-ci, Microsoft met en avant les capacités de son produit qui peut remplacer un ordinateur portable, une tablette et même un bloc-note. Face à la Surface Pro, le fan d’Apple doit sortir, en plus de son ordinateur, un iPad et un bloc-note… Et la publicité de conclure, sur un air malicieux, que l’utilisateur du MacBook Air est plus puissant qu’il ne le pense.

La dernière est moins originale et propose une comparaison qui se veut objective des deux appareils. On s’en doute, Microsoft met en avant ses avantages, comme l’écran tactile, la gestion des stylets ou encore le clavier détachable.

> Accéder aux commentaires

OS X Yosemite : Safari bloque moins de cookies publicitaires

| 05/07/2014 | 09:30 |  

Sauf si vous avez modifié ses réglages, Safari bloque les cookies « des tierces parties et des annonceurs ». Dans OS X Yosemite et iOS 8, il bloquera par défaut les cookies issus des sites web que vous n’avez pas encore visité. Il n’est malheureusement pas sûr qu’il s’agisse d’un progrès.

Dans OS X Yosemite.
Dans OS X Yosemite.

Le comportement actuel de Safari tend à limiter la prolifération des tracking cookies, qui profitent des faiblesses des navigateurs (et de la législation en vigueur) pour pister les utilisateurs à la trace. Les régies publicitaires (à commencer par celle de Google) en sont particulièrement friandes : elles installent un cookie contenant un identifiant unique depuis un site, puis le mettent à jour depuis chaque site où elles affichent des publicités. De proche en proche, elles peuvent former un historique de navigation et cibler toujours plus efficacement l’utilisateur.

Dans iOS 8. Notez bien la porte ouverte : seront installés les cookies « du site web que vous êtes en train de visiter ou d'un site que vous avez consulté précédemment ». Avec le système actuel, seuls les cookies du site actuel peuvent être installés.
Dans iOS 8. Notez bien la porte ouverte : seront installés les cookies « du site web que vous êtes en train de visiter ou d'un site que vous avez consulté précédemment ». Avec le système actuel, seuls les cookies du site actuel peuvent être installés.

Le nouveau comportement de Safari ouvre la porte aux cookies tiers : si vous avez déjà visité le site de Google, alors la firme de Mountain View pourra installer ses cookies. Un retour en arrière surprenant, alors qu'Apple était en pointe dans ce domaine (mais elle a encore le temps de changer de fusil d'épaule avant la finalisation d'OS X Yosemite et d'iOS 8). Il semble qu’il faille activer l’option « non issus du site web actuel » pour retrouver le comportement actuel, qui bloque tous les cookies tiers.

Ou du moins essaye de les bloquer : certaines régies publicitaires ont mis en place des systèmes leur permettant de se « cacher » derrière l’adresse de leur client, et donc à leurs cookies de ne plus être considérés comme des ressources externes. On ne passe donc pas d’un château-fort à une tente en « deux secondes », mais plutôt d’une armure à une simple cotte de mailles.

> Accéder aux commentaires

L'agence de pub d'Apple doit encore faire ses preuves

| 01/07/2014 | 15:30 |  

L’agence de pub interne dont Apple garnit les équipes avec de nombreux débauchages est encore en période de rodage (lire : Publicité : une agence maison pour Apple). La Pomme emploie les services de plusieurs agences pour sa communication, la principale étant Media Art Labs, une filiale de TBWA/Chiat/Day dont l’unique client est Apple et qui est à l’origine, entre autres, du spot de pub « 1984 » et de la campagne Think Different. Mais depuis quelques temps, le constructeur de Cupertino a décidé de reprendre en main une partie de sa communication publicitaire; plus de mille personnes seraient attachées au service de cette agence interne dont les idées sont mises en concurrence avec celles de TBWA (lire : Apple a commencé à produire ses propres publicités).

Mais les premiers spots réalisés par cette branche maison n’ont pas encore su frapper l’imaginaire. Bloomberg reprend les chiffres d’Ace Metrix, une société spécialisée dans la mesure de l’attrait des publicités auprès des consommateurs, par le biais de sondages effectués chez des centaines de téléspectateurs. Il se trouve que les deux spots les mieux reçus ont été signés TBWA : il s’agit des pubs pour l’iPhone « Pouvoirs » (sur fond de Pixies) et celle de Noël. Si cette dernière, bien fichue, a été reconnue par les téléspectateurs comme étant « sympathique » et « pertinente », en revanche elle ne les a pas convaincus d’acheter un iPhone.

Le spot produit en interne qui a obtenu le meilleur score est aussi l’un des plus récents. « Force », qui met en avant des applications et des objets connectés. Avec un score de 611, il fait aussi bien que le spot de Noël de TBWA. Un bon point qui ne rattrape guère le four de l’an dernier, à savoir la pub pour l’iPhone 5c dans laquelle des utilisateurs du monde entier se disent bonjour; ce spot a obtenu un des plus mauvais scores de 2013 pour une publicité d’Apple.

Plus embêtant encore pour cette agence de pub maison, aucun des spots de la campagne «  Votre rime » destinée à la promotion de l’iPad n’a dépassé la note de 600. Or, deux des vidéos de cette campagne (pour le chef d'orchest...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Demain, de la pub Google sur le frigo connecté

| 22/05/2014 | 09:02 |  

En décembre, la SEC, le gendarme de la Bourse américaine, a demandé aux entreprises technologiques d'apporter à leurs actionnaires des informations plus précises sur les revenus tirés de leurs activités mobiles. Facebook et Twitter sont notamment visés, tout comme Google, qui partage avec les réseaux sociaux un modèle économique basé sur l'affichage de liens sponsorisés et de bandeaux publicitaires. Suite à cette demande, le moteur de recherche a répondu à la Securities and Exchange Commission en tentant de justifier les raisons pour lesquelles il ne devrait pas préciser plus que de raison les mécanismes qui lui permettent de générer des revenus.

Pour monter le chauffage, merci de cliquer sur les liens publicitaires.

Ce courrier, révélé par le Wall Street Journal, se veut très généraliste et n'aborde pas précisément la recette de Google concernant sa gestion de la publicité. L'entreprise écrit que la définition de la « mobilité » est amenée à évoluer au fur et à mesure que les appareils se réclamant d'une certaine « intelligence » se diversifieront. Google donne plusieurs exemples éloquents : les lunettes (Glass) et les montres (Android Wear) ne devraient pas tarder à afficher de la publicité, mais également les tableaux de bord de voitures et, plus surprenant, des… réfrigérateurs !

Évidemment, cette littérature financière n'annonce en rien que Google se lancera demain dans le développement et la production de frigos intelligents. Mais après tout, pourquoi ne pas y penser dès maintenant : avec l'acquisition de Nest en début d'année, Google bénéficie en interne d'une équipe spécialisée dans les produits connectés. D'ailleurs, le même document fait référence à de la pub sur thermostat : le jour où des liens AdSense apparaîtront sur le Nest pourrait bien arriver plus vite qu'on ne le pense.

On verra alors ce qu'il en sera de la promesse de Nest de ne pas utiliser les données personnelles de ses clients, exception faite pour améliorer les services et produits du fabricant. Google a cependant pris soin de préciser, dans la foulée de la divulgation de ce courrier, qu'il n'était pas question d'afficher de la publicité sur les produits Nest.

> Accéder aux commentaires

L'iPhone géant de la place des Vosges en sursis

| 05/05/2014 | 22:30 |  

Les parisiens et les touristes en balade du côté de la place des Vosges, dans le IVème arrondissement de Paris, ne peuvent pas la rater. Depuis le mois de décembre 2012, sur la façade de l'hôtel de Laffemas (inscrit aux Monuments historiques), a pris place une immense bâche publicitaire aux couleurs de l'iPhone — actuellement, il s'agit du modèle 5c bleu sur fond rose. Cette bâche de 110 mètres carrés masque les travaux en cours sur le bâtiment, très endommagé après un incendie en mai 2011.

Ce genre de publicité n'est pas nouveau dans le paysage urbain de Paris. Depuis 2007, l'Opéra Garnier, le palais de justice, la Monnaie de Paris et d'autres lieux prestigieux ont été recouverts par des toiles du même type, ce qui permet de financer une partie des travaux. Experion Media, la régie qui s'occupe de ces pubs géantes, explique au Parisien qu'elles apportent aux copropriétaires privés 80% du montant des travaux.

Crédit LP/Julien Duffé

Mais une controverse entoure la bâche d'Apple, sans que la Pomme soit d'ailleurs directement impliquée. Ivan Fouquet, un architecte habitant le quartier, s'est plaint auprès de la ministre de la Culture Aurélie Filipetti qu'aucun travaux n'a eu lieu sur la façade depuis deux ans, tandis qu'il contestait également la légalité de l'autorisation délivrée par la Direction régionale des affaires culturelles (Drac). Experion Media a expliqué que celle-ci avait été renouvelée jusqu'au 30 juin, avec une demande pour la rallonger jusqu'à la fin de l'été. Quant aux travaux, ils ont bel et bien lieu mais… à l'intérieur du bâtiment. La toile sur la façade n'est là que pour masquer l'échafaudage servant au transport des matériaux.

L'affaire prend tout à trac un tour inattendu, puisque la ministre de la Culture a décidé qu'il fallait retirer la bâche publicitaire dans les plus brefs délais, c'est à dire ce mercredi. Jean-Pascal Lanuit, directeur adjoint des affaires culturelles pour l'Île-de-France, a expliqué que « La ministre s’est penchée sur le dossier et nous a dit : "Il faut la retirer, elle n’est absolument pas nécessaire". La bâche est restée suffisamment longtemps pour financer les travaux qui ont pris du retard ». Il n'y aura donc plus d'iPhone géant au-dessus de la place des Vosges…

> Accéder aux commentaires

Apple imprime des publicités pour le Jour de la Terre

| 22/04/2014 | 10:30 |  

Apple a mis les moyens pour accompagner le Jour de la Terre et pour vanter les mérites de ses efforts en matière d’écologie. Le constructeur a déjà créé une section sur son site avec une vidéo et un grand nombre d’explications sur les enjeux et les réalisations effectuées, mais aussi sur ce qu’il restait à faire (lire : Apple réaffirme son engagement environnemental). Depuis ce matin, les Apple Store fêtent la journée à leur manière avec un peu de vert sur le logo et sur les t-shirts des vendeurs (lire : Jour de la Terre : une pomme un peu plus verte).

Preuve que c’est une journée importante, le constructeur a même publié une publicité dans la presse papier (ici dans le gratuit Direct Matin). Apple publie régulièrement des publicités, mais il s’agit en temps normal de mettre en avant un produit. Ici, l’idée est plutôt de vanter les efforts de l’entreprise en matière d’écologie avec un petit texte explicatif et surtout un slogan qui ne manque pas de sel quand on pense à l’actualité judiciaire chargée avec Samsung :

Il y a des idées que l’on aimerait voir copiées par toutes les entreprises.

Photo @laurent_localClic pour agrandir

> Accéder aux commentaires

Apple embauche un vieux routier du marketing

| 13/04/2014 | 11:06 |  

Apple continue de chasser les têtes auprès des agences de pub. Depuis l'an dernier, le constructeur de Cupertino n'a cessé de muscler ses équipes en charge du marketing, à tel point que les effectifs sont rapidement passés de 300 personnes à près de 600 employés - au grand dam des agences de com' : les profils embauchés par Apple proviennent de leurs rangs, et il est bien difficile de concurrencer l'entreprise sur le terrain des salaires (sans oublier l'intérêt de travailler pour une si grande marque).

Et ça n'est pas terminé, AdAge annonçant que le CEO de Wolff Olins, Karl Heiselman, allait quitter cette agence spécialisée dans les marques pour rejoindre Cupertino. Un nouveau poste confirmé par l'intéressé lui-même dans un courriel, dans lequel il se dit enthousiaste à l'idée de revenir chez Apple après 14 ans passés chez Wolff Olins (dont 7 en tant que PDG).

Karl Heiselman n'est pas un inconnu de la maison pommée. Au début des années 90, il a travaillé pour Apple en tant que consultant design, avant que Steve Jobs ne revienne aux manettes pour sauver l'entreprise. À l'époque, expliquait-il en 2009 au Guardian, « c'était une période un peu étrange, ils essayaient de trouver leur voie ». Il poursuit : « La grande leçon que j'ai apprise est qu'ils essayaient d'être quelque chose qu'ils n'étaient pas; quand Jobs est revenu, il a dit très clairement "Nous allons redevenir ce que nous sommes vraiment" ».

Plus intéressant encore, Heiselman a eu ce mot, toujours dans cette même interview, concernant le retour d'Apple au sommet de l'industrie : il sentait alors que le constructeur était « un peu trop cool (…) Je pense que cela peut être un danger de devenir trop cool, peut-être pas trop cool, mais trop lisse ». Une déclaration qui prend tout son sens alors que Samsung n'hésite pas à prendre des risques pour tenter, parfois maladroitement, de se transformer en marque plus cool qu'Apple (objet de la colère de Phil Schiller contre l'agence Media Arts Lab).

Une autre ligne du CV d'Heiselman est susceptible d'intéresser Apple : en tant qu'ancien directeur créatif du groupe The Swatch Group avant de rejoindre Wolff Olins en 2000, il aura certainement quelques idées à partager concernant le marketing de l'iWatch, prévu pour la re...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Des agences de pub à la rescousse d'Apple

| 10/04/2014 | 07:00 |  

Apple a besoin de sang neuf en matière de communication et de marketing. Le constructeur est devenu le client de quatre agences supplémentaires, AKQA, Huge, Area 17 et Kettle. D'après Ad Age, ces créatifs devront plancher aussi bien sur la stratégie numérique d'Apple que sur la mise en avant de l'expérience utilisateur. Cela ne changera pas les relations entre Apple et TBWA/Media Arts Lab, qui ont connu de gros ratés avec Phil Schiller en début d'année dernière (lire : Apple v Samsung : Phil Schiller sort de ses gonds contre l'agence de pub d'Apple).

Le constructeur de l'iPhone fait déjà appel aux services de nombreuses autres agences plus petites, à l'instar de Rosetta, une branche du groupe Publicis, qui a créé en février Level Studios, un service entièrement dédié à Apple. L'entreprise souhaite sans doute accroître encore sa visibilité en ligne et elle n'hésite plus à sortir des sentiers battus, comme on l'a vu début mars avec un Tumblr dédié à l'iPhone 5c développé par Media Arts Lab (lire : Apple promeut l'iPhone 5c sur Tumblr).

Les efforts marketing d'Apple ne s'arrêtent pas là. Le constructeur a à sa disposition entre 500 à 600 créatifs qui travaillent en interne à la com' de la société. Ça n'a d'ailleurs pas manqué de provoquer quelques tensions avec les agences de pub, Apple débauchant les talents au sein de leurs effectifs.

La communication est une arme stratégique dans la guerre commerciale que se mènent Apple et Samsung par spots TV et panneaux publicitaires interposés. En 2013, le seul budget marketing dédié à l'iPhone pour les États-Unis a augmenté de 5% à 351 millions de dollars, tandis que les dépenses globales en publicités se sont établies à 1,1 milliard de dollars pour la période de septembre 2012 à septembre 2013.

> Accéder aux commentaires

Pages