Fermer le menu

Intel

Toute l'actualité sur Intel

Les nouveaux Xeon du Mac Pro sortent des usines d'Intel

| 16/07/2014 | 14:41 |  

Intel a commencé à vendre ses nouveaux Xeon E5 auprès de ses clients avec l'objectif de les voir commercialisés dans leurs produits avant la fin du trimestre. Brian Krzanich l'a expliqué hier soir lors de la présentation des résultats financiers de son groupe.

crédit : Mike Lau

Les Xeon E5 sont ceux que l'on trouve dans les Mac Pro 2013 (E5-1620 v2 et E5-1650 v2 "Ivy Bridge"). La nouvelle génération de cette plateforme — nom de code "Grantley" — est basée sur la microarchitecture "Haswell" que l'on trouve dans les iMac, MacBook Pro et MacBook Air aujourd'hui en vente.

Le nouveau Mac Pro a été dévoilé en juin 2013, officiellement lancé en octobre et les premières ventes ont commencé au compte-goutte au mois de décembre. La machine paraît donc éligible à un rafraîchissement dans la foulée de la production d'Intel.

Ces Xeon E5 "Haswell" devraient porter leur nombre de coeurs à un maximum de 14, secondés par 35 Mo de cache N3 (12 coeurs et 30 Mo de N3 au maximum aujourd'hui). La génération suivante est prévue pour le milieu de l'année prochaine et sera basée sur "Broadwell". Ces puces gravées en 14 nm au lieu de 22 nm pourront contenir jusqu'à 18 coeurs logiques et 36 virtuels via l'Hyperthreading. Ces processeurs utiliseront les barrettes de type DDR4, comme devraient le faire avant eux les Xeon E5 2014 (lire Samsung accélère la production de sa RAM DDR4).

Intel annonce de bonnes ventes pour les PC

| 16/07/2014 | 13:00 |  

Intel a annoncé des résultats en hausse pour son deuxième trimestre fiscal 2014. Le fondeur a dégagé sur cette période un chiffre d'affaires de 13,8 milliards de dollars (+8% sur la période équivalente de 2013) et un bénéfice de 2,8 milliards (+40%). La marge brute de 64,5% est en hausse de 1,5% sur le trimestre précédent.

Brian Krzanich, le PDG, a énuméré quelques facteurs expliquant ces chiffres, comme le renouvellement induit par la fin du support technique de Windows XP. Intel mise sur environ 600 millions de PC vieux d'au moins quatre ans, susceptibles d'être mis à jour. Un mouvement très espéré dans les entreprises de petites et moyennes tailles, en revanche la partie sera plus dure, reconnaît volontiers Krzanich, chez le grand public, en particulier sur les marchés émergents.

Brian Krzanich - Février 2014

Autres explications de ces résultats, l'arrivée d'Intel dans les Chromebook sous Chrome OS (il fournit les puces Celeron de ceux d'Acer, Toshiba et HP) et la progression de sa présence dans les tablettes, avec cet objectif d'en équiper 40 millions cette année. De manière générale, le PDG a qualifié le nombre de processeurs vendus ces trois derniers mois de record.

Krzanich a également réitéré la promesse de fournir pour la fin de l'année les tout premiers exemplaires du successeur de la famille Haswell, les puces Broadwell (lire 2015 pour une gamme complète de Mac sur Broadwell). Plusieurs fois, lors de la réunion avec les analystes, le PDG a insisté sur la perspective de voir arriver des PC Broadwell avec de nouveaux design et dépourvus de ventilateurs.

Alors que le marché du PC n'a connu que dégringolades ces derniers trimestres, ces résultats témoignent d'une forme de reprise. Le chiffre d'affaires de la division PC a augmenté de 9% sur le trimestre dernier (+20% en comptant les tablettes) et de 6% sur un an (8,7 milliards de dollars). La nouvelle entité focalisée sur "L'internet des objets" a progressé de 12% en un trimestre et de 24% en un an (539 millions).

La division Mobile et communication en revanche a affiché des résultats en baisse de 67% sur le trimestre et 83% sur un an (51 millions). Elle fabrique des puces GPS, Bluetooth et de radiocommunication, ces dernières souffrent lorsqu'il s'agit de composants 2G/3G face au développement de la 4G.

Intel a également dépensé 2,1 milliards de dollars dans sa politique de rachat d'actions, contre 545 millions le trimestre dernier et 4 milliards prévus au prochain trimestre. Le fondeur va porter ses efforts de rachat d'actions à 20 milliards, dont une large part sera réalisée durant les six prochains mois.

Pour le prochain trimestre, Intel table sur un chiffre d'affaires compris entre 13,9 et 14,4 milliards, c'est à dire supérieur à celui de l'année dernière avec ses 13,5 milliards.

Intel : amende confirmée pour ses pratiques anti-AMD en Europe

| 12/06/2014 | 16:00 |  

Intel devra payer l'amende de 1,06 milliard d'euros infligée par la Commission européenne en 2009. Le fondeur avait fait appel de cette décision, mais ses arguments ont été tous retoqués par un tribunal de la Cour de Justice de l'Union européenne [PDF]. Entre 2007 et 2008, la Commission européenne avait enquêté sur des pratiques commerciales d'Intel visant à écarter du marché son principal concurrent AMD. Fort d'une position dominante avec 70% du marché européen, mais avide d'en obtenir plus encore, Intel avait usé de tactiques anticoncurrentielles auprès de fabricants de PC et d'un revendeur.

Le siège d'Intel à Santa Clara - Wikipedia

Pendant 5 ans, entre 2002 et 2007, Intel a consenti des rabais à Lenovo, Dell, HP et NEC à la condition qu'ils s'approvisionnent exclusivement chez lui, mettant de facto AMD hors jeu. Non seulement AMD devait redoubler d'efforts financiers et technologiques pour se poser en alternative à un concurrent puissant, mais ce dernier profitait de sa stature pour tordre le bras de la concurrence et dénaturer cette compétition.

Mieux encore, Intel avait payé HP, Acer et Lenovo afin qu'ils annulent ou retardent des lancements de PC équipés AMD, ou qu'ils rendent plus difficiles leur distribution. Le fondeur payait aussi la grande chaine de distribution Media-Saturn-Holding pour qu'elle ne vende que des PC sur ses puces.

Un comportement crapoteux fustigé par le tribunal qui a donné raison aux conclusions de Bruxelles :

Selon la Commission, ces rabais et paiements ont assuré la fidélité des quatre fabricants précités et de Media-Saturn et ont ainsi sensiblement réduit la capacité des concurrents d’Intel à se livrer à une concurrence fondée sur les mérites de leurs processeurs x86. Le comportement anticoncurrentiel d’Intel a ainsi contribué à réduire le choix offert aux consommateurs ainsi que les incitations à l’innovation.

Intel, dans sa liste de doléances, se plaignait du montant de l'amende, le jugeant « disproportionné ». Là aussi, tacle du tribunal qui juge que la Commission aurait pu avoir la main bien plus lourde. Ce milliard correspond à 4,15% du CA d'Intel de 2008, et le plafond maximal - mais théorique dans les faits - que s'autorise Bruxelles est de 10%. Ensuite, la proportion des ventes de processeurs utilisée pour le calcul de cette amende a été six fois inférieure au maximum possible. Difficile en l'état pour le fondeur de trouver l'amende trop salée.

Fin 2009, Intel et AMD avaient signé la paix avec le versement par le premier au second de 1,25 milliard de dollars (848 millions à l'époque) pour mettre un terme à toutes les procédures en justice. Des accords de licences croisées étaient également conclus pour 5 ans.

Intel, à ce moment-là, avait été inquiété aux États-Unis pour les mêmes raisons qu'en Europe. Un échange d'email de 2005 produit par le Wall Street Journal montrait que les dirigeants d'Intel, Paul Otellini l'avant-dernier PDG et Craig Barrett le président, discutaient avec leurs homologues chez les fabricants de PC pour tenter d'éviter un exode massif vers AMD.

AMD, comme le faisait remarquer Michael Dell dans ces échanges, proposait des puces bien plus performantes et les clients les préféraient à celles d'Intel. Mais en alternant menaces et soutiens financiers, Intel parvint en 2006 à faire rentrer dans le rang ces constructeurs indisciplinés (lire La FTC attaque Intel pour abus de monopole). En août 2010, Intel est parvenu à un accord avec la Federal Trade Commission américaine pour éviter un procès en échange d'un abandon de ces pratiques. La Commission européenne pour sa part a mené les choses à son terme, avec cette amende — représentant 1,4 milliard de dollars — aujourd'hui confirmée. L'année dernière, Intel a dégagé un chiffre d'affaires annuel de 52,7 milliards de dollars et un bénéfice de 9,6 milliards.

Première liste des Mac aptes à décoder plus facilement du H.265

| 11/06/2014 | 10:45 |  

Les Mac capables à l'avenir de décoder des contenus vidéo HEVC (H.265) grâce à leur puce graphique sont encore peu nombreux. C'est surtout Intel qui a pris de l'avance sur le sujet. Le fondeur a donné à Next INpact la liste de ses processeurs graphiques capables à ce jour de traiter ce type de décodage. Ce faisant, ces machines pourront délester le processeur principal de cette (lourde) tâche (lire Premiers essais avec le H.265).

Sont aptes au service les iMac 21,5" de la fin 2013 et tous les portables équipés d'un processeur "Haswell", c'est à dire les MacBook Pro Retina 13" et 15" et MacBook Air 11" et 13" sortis à partir de la mi-2013. Il faut en effet avoir au minimum une Intel Iris de type Pro Graphics 5200, Graphics 5100 et HD Graphics 5000. Les actuels Mac mini avec leur HD Graphics 4000 ratent l'embarquement.

S'agissant de NVIDIA, le fondeur ne proposera qu'un décodage partiellement déporté vers ses puces graphiques et la seule série compatible pour le moment est la génération Maxwell (la famille GMxxx) qui, sauf erreur, n'a pas trouvé place dans les Mac. ATI de son côté n'a pas encore communiqué sur la question. Les contenus H.265 sont toutefois encore peu répandus, on n'en est qu'aux prémices de l'utilisation de ce successeur du H.264.

Intel prévoit de recharger les ordinateurs portables sans fil en 2016

| 04/06/2014 | 19:40 |  

L'autonomie des MacBook a beau grimper en flèche et les performances du Wi-Fi faire de même, quand il s'agit de recharger le portable ou profiter d'un écran externe, il faut brancher un câble. Intel veut faire bouger les choses et mise sur Skylake, la plateforme qui succèdera à Broadwell qu'on attend toujours, pour y parvenir.

Le fondeur a présenté au Computex diverses solutions sans fil. La technologie WiGig (802.11ad) occupe une place importante dans le dispositif en permettant d'atteindre des débits jusqu'à 7 Gpbs. Intel a fait la démonstration d'une machine qui se connecte automatiquement à un écran et à des périphériques quand elle rentre dans leur champ.

Si l'affichage sans fil n'est pas une technologie si inconnue, on pense à AirPlay qui permet déjà de le faire de manière simple, la recharge sans fil d'un ordinateur est une autre paire de manches. La recharge par induction est une réalité depuis déjà un moment dans les smartphones Android (norme Qi), mais recharger un ordinateur est bien différent.

Une démonstration de Rezence réalisée au début de l'année

A4WP, une alliance de fabricants dont fait partie Intel, a une solution pour cela nommée Rezence. Il s'agit d'un système de recharge par résonance magnétique capable de charger plusieurs appareils à la fois. Contrairement à la norme Qi assez répandue qui nécessite de poser l'appareil sur la base, Rezence fonctionne jusqu'à travers 5 cm de bois. Pour la démo, Intel faisait charger en même temps un ordinateur portable, un téléphone, un casque et une tablette posés sur une table sous laquelle se trouvait le chargeur.

Skylake et ces innovations devraient arriver en 2016. Apple va-t-elle suivre le mouvement et adopter Rezence ou préférer une autre solution (maison) ? Elle n'aura peut-être pas à choisir, Broadcom ayant déjà annoncé une puce (BCM59350) qui prend en charge aussi bien Qi, que Rezence et même PMA, une troisième norme de recharge sans fil.

Intel et Samsung veulent casser les prix de la 4K

| 04/06/2014 | 16:15 |  

La 4K au secours des ventes de PC, c'est la carte jouée par Intel et Samsung qui vont s'attacher à faire chuter le prix de ces écrans très haute définition. Lors du salon Computex de Taïwan, Intel a expliqué qu'il allait travailler avec son partenaire sud-coréen pour amener à 399$ des dalles 4K en 23,6" PLS. Le fondeur espère aussi voir des ordinateurs tout-en-un équipés de tels écrans - et pas des dalles médiocres - démarrer à 999$.

Les clients seraient prêts à faire évoluer leur équipement informatique en échange d'une réelle différence dans l'affichage, estime Intel. L'objectif est d'être présent dans les rayons pour cette fin d'année, avec des dalles fournies par Samsung auprès de constructeurs low cost.

Crédit : The Inquirer

Aucun échange de technologies n'est prévu pour réussir à tenir ce pari, a précisé Intel. Il semble plutôt que le fondeur va jouer de son influence dans le secteur et de sa trésorerie pour pousser les fabricants à remplir les carnets de commandes de Samsung et entraîner des économies d'échelle.

En marge de cette annonce, Intel travaille aussi à améliorer la prise en charge de la 4K par ses dernières puces HD Graphics et Iris/Pro Graphics. Les pilotes mis à jour ne concernent que Windows, mais ils ajoutent le mode overlay pour afficher simultanément un second contenu sur un écran 4K et accélérer de manière matérielle le décodage - et non l'encodage - des vidéos H.265.

Intel confirme que Broadwell ne sortira pas avant la fin de l'année

| 19/05/2014 | 10:43 |  

Le CEO d'Intel a déclaré à Reuters que les processeurs Broadwell, la génération qui succède à Haswell, seront disponibles pour la période des fêtes de Noël, mais pas avant. « Pour la rentrée scolaire, les produits doivent être dans les étalages en juillet-août. Ça va être difficile », a indiqué Brian Krzanich.

Le fondeur confirme donc la feuille de route qui avait fuité en février sur laquelle on pouvait voir que les puces Broadwell ne sortiraient pas au mieux avant la fin de l'année. La sortie était prévue un trimestre plus tôt à l'origine.

Dans le détail, ce document indiquait que les processeurs qui équipent les MacBook Air (15 W série U) arriveront au quatrième trimestre. Les processeurs du MacBook Pro Retina 13" (28 W série U) et ceux des MBPr 15" (série H) ne seraient pas disponibles avant le début de l'année prochaine, quant à eux.

Feuille de route d'Intel qui avait fuité en février. Ici, la gamme de processeurs utilisée par le MacBook Air.

Soulignons que la feuille de route d'Intel a peut-être changé entre-temps — Krzanich n'a pas précisé si toutes les puces allaient arriver à la fin de l'année — et qu'Apple peut aussi choisir un autre type de processeurs pour ses machines — c'est arrivé avec le MBPr 13" fin-2013 qui est passé sur la gamme U. Il ne faut en tout cas certainement pas s'attendre à une mise à jour significative des Mac avant l'arrivée de Broadwell.

Le CEO d'Intel a répété que le retard pris était dû à la mise en œuvre d'une nouvelle technologie de fabrication qui avait posé problème. Broadwell introduit une gravure en 14 nm, contre 22 nm pour l'actuel Haswell. Cette gravure plus fine permettra aux processeurs d'être encore plus économe. Intel annonce une amélioration de 30 % de la consommation d'énergie par rapport à Haswell, qui avait déjà eu un effet sensible sur l'autonomie (lire : Test des MacBook Air 11" et 13" Core i5 1,3 GHz "Haswell" ).

La génération Skylake de processeurs Intel en partie dévoilée

| 07/05/2014 | 12:30 |  

VR-Zone a mis en ligne un extrait de la feuille de route d'Intel qui permet d'en savoir plus sur ses futurs processeurs. Rappelons que le fondeur a récemment lancé les puces Haswell Refresh, que les MacBook Air ont rapidement adoptés, et que la prochaine génération Broadwell a été repoussée à la fin de l'année, au mieux, à cause d'un problème de production.

La génération suivante, Skylake, est prévue pour 2015, selon le document. Compte tenu du retard de Broadwell, les processeurs Skylake ne seront certainement pas disponibles avant la fin de l'année prochaine, voire en 2016.

D'après le document, cette nouvelle génération sera encore déclinée en différentes versions pour les portables. Les processeurs Skylake-H devraient avoir 4 cœurs ainsi qu'une partie graphique GT2 ou GT4e ; les U (puces basse consommation utilisées dans les MBA et MBP 13") 2 cœurs avec un processeur graphique GT2 ou GT3e ; et les Y, très basse consommation, 2 cœurs avec une GT2. Concernant les ordinateurs de bureau, il faudrait s'attendre à trois combinaisons possibles (4 + GT2, 2+ GT2, 4 + GT4e).

Ces appellations « GT » pour les parties graphiques ne sont que des noms de code, mais HardWare.fr remarque que le passage d'un GT3 sur Haswell/Broadwell à un GT3e et GT4e augure du nouveau.

On peut noter aussi l'arrivée du contrôleur Alpine Ridge, synonyme de Thunderbolt 3 (lire : Thunderbolt 3 : plus rapide, plus fin et moins gourmand). Cette feuille de route est bien sûr sujette à changement.

Intel et Google main dans la main sur Chrome OS

| 07/05/2014 | 09:00 |  

Intel et Google ont tenu hier soir une conférence de presse pour faire part de leur étroite collaboration au sujet de Chrome OS. Les deux entreprises sont revenues sur des produits précédemment annoncés mais pas encore sortis, dont le monobloc 21" de LG qui inaugure la catégorie des « Chromebase », aux côtés des Chromebook et Chromebox déjà existants.

Panorama des ordinateurs sous Chrome OS qui tournent avec un processeur Intel

De nouveaux produits inédits ont aussi été présentés. Ils ont la particularité d'utiliser des processeurs Bay Trail, des puces destinées à des machines compactes d'entrée de gamme. Ces processeurs assurent une autonomie supérieure à 10 heures et ne nécessitent pas de ventilateur. C'est clairement une réponse d'Intel aux solutions ARM qui sont intégrées à certains Chromebook, comme celui de HP. Alors que tous les principaux fabricants de PC se sont mis aux machines Chrome OS, le fondeur n'a en effet pas intérêt à se laisser distancer une nouvelle fois par ARM comme ce fut le cas pour les smartphones et les tablettes. Il a aussi insisté sur la présence de la dernière norme du Wi-Fi, le 802.11ac.

Acer, Asus, Lenovo et Toshiba seront de la partie avec chacun au moins un Chromebook qui arrivera dans les prochains mois. Lenovo n'avait pas attendu la conférence de presse pour annoncer le N20 et le N20p. Ce dernier est doté d'un écran tactile qui peut-être plié sur 300°. Asus a dévoilé les Chromebook C200 (11") et C300 (13"), des portables équipés d'un Intel Celeron Bay Trail dual-core, 2 Go de RAM et 16 Go de stockage. Les deux autres fabricants n'ont pas encore communiqué sur les caractéristiques de leurs futures machines sous Chrome OS. De plus, Acer et Dell vont proposer en option un processeur Core i3 sur leur machine 11". Tous ces produits seront disponibles à des prix abordables, sous les 400 $.

Premier trimestre 2014 mitigé pour Intel

| 16/04/2014 | 18:08 |  

Intel a annoncé un chiffre d'affaires en légère progression (12,8 milliards de dollars, + 1,6%) pour le premier trimestre 2014. Ce résultat est meilleur que celui de l'année dernière à la même période où l'entreprise avait vu son CA diminuer, mais tout n'est pas rose non plus.

Les secteurs où l'entreprise se porte bien sont les centres de données (+ 11,2%), l'internet des objets (+ 32%) et les logiciels (+ 6,3%). La division PC, qui compte pour plus de la moitié du CA, continue inexorablement de chuter (7,9 milliards de dollars, - 1,4%), entraînée par le déclin des ventes d'ordinateurs.

L'élément inquiétant est la forte baisse du CA de la branche Mobile et Communications (156 millions de dollars, - 61%), alors que ce marché est normalement porteur. 5 millions de processeurs pour tablettes ont été livrés au cours de ce trimestre, indique le CEO Brian Krzanic. L'objectif étant de livrer 40 millions de ces processeurs cette année, c'est plutôt mal parti. Contrairement aux solutions concurrentes, les systèmes sur puce d'Intel n'intègrent pas de modem, ce qui peut freiner leur adoption par les fabricants. Le fondeur prévoit d'inclure un modem à ses puces fin 2015, au mieux.

Pages