Fermer le menu
 

Deep Dreamer, l'usine à "rêves" de Realmac

Florian Innocente | | 16:31 |  20

Realmac sort Deep Dreamer [191 Mo] un utilitaire basé sur des recherches de Google publiées mi-juin autour de la compréhension du fonctionnement des réseaux neuronaux. En particulier ceux développés pour analyser des images et tenter d'en définir le contenu. L'expérience vise à essayer de voir comment pensent ces systèmes au fil de la myriade de calculs qu'ils utilisent (voir l'article de Science & Vie sur le sujet).

Google a mis en libre accès le code source du moteur utilisé pour son travail et Realmac l'a habillé d'une interface. Son logiciel est encore en bêta mais il est déjà vendu 14,30 € avant de passer à presque 25 € une fois finalisé. En version d'essai on ne peut voir que partiellement le résultat des traitements effectués. L'outil est avant tout ludique au vu des images (ou vidéos) surréalistes qu'il produit, des visuels comme sortis de « rêves profonds ».

Cliquer pour agrandir

Le logiciel oblige toutefois à tâtonner entre des réglages pas très explicites pour voir ce qu'il permet de faire. Mieux vaut aussi partir d'une image de petite taille pour ses premiers essais car les traitements sont gourmands. Jouez aussi avec les choix proposés dans le menu Refinement (Impressionnisme, Animaux…) pour modifier le rendu final. L'export peut se faire sous la forme d'une image, d'un gif animé ou d'une vidéo.

Deep Dreamer Mac App Demo from Realmac Software on Vimeo.

Deep Dreamer Mac App - Image Splitter Demo from Realmac Software on Vimeo.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


20 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar le ratiocineur ... 22/07/2015 - 16:39

Un colley avec des têtes de doberman à la place des mains qui fait de la vespa ?! Étrange en effet !

avatar EBLIS 22/07/2015 - 17:25

Je n'ai absolument rien compris. Je ne dois pas avoir le niveau intellectuel requis.

avatar CaptainBinouz 22/07/2015 - 17:35 via iGeneration pour iOS

Oui, moi non plus j'ai rien capté.



avatar Androshit 22/07/2015 - 17:39 via iGeneration pour iOS

Idem. Je file sur science et vie :)

avatar EBLIS 22/07/2015 - 17:56

Ah non mais si c'est pour lire 2 articles avant de comprendre un mot de celui ci c'est plus du jeu! :-)

avatar Genay 22/07/2015 - 17:46 via iGeneration pour iOS

... *reflechis*
... *fliptable*

avatar bugman 22/07/2015 - 18:43

What the truc ?

avatar belrock 22/07/2015 - 18:54 via iGeneration pour iOS

Pas bien compris non plus. Realmac c'est la société qui a de bonnes idées mais les abandonne au bout de 2 ans, non? Faire du fric et passer à autre chose. J'en ai terminé avec cette maison.

avatar johannk 22/07/2015 - 18:57 (edité)

Je n'ai rien compris non plus...
Ça fait beaucoup là. Y a peut-être un problème au niveau de l'explication...

avatar tempest 22/07/2015 - 19:18

Ouate de phoque ????

avatar Timekeeper 22/07/2015 - 20:00 via iGeneration pour iOS

Bon, en gros, d'après l'article de Science & Vie et mon petit niveau : un logiciel de reconnaissance de photos doit apprendre. Il reconnaît des formes basiques et un humain passe derrière pour dire lesquelles sont réellement semblables (si le programme se trompe ou pas). L'article donne l'exemple de bananes et de tables : des formes géométriques simples. Plus le programme à vu passer d'images, plus il sera doué pour reconnaître les prochaines (plus il voit de bananes ou de tables, plus il saura reconnaître à l'avenir une banane un peu biscornue ou une table avec seulement 3 pieds).

Ça c'est la base.

Mais les informaticiens et les scientifiques ont voulu s'amuser à piéger ces logiciels, par différents moyens.

Moyen 1 : donner une image qui ne représente absolument RIEN au logiciel. Une image de "bruit" numérique : un peu comme la neige sur les écrans de télé quand on captait en analogique, mais ici se sont des pixels numériques qui sont repartis au hasard sur l'image. Meilleur exemple : comme un artiste qui jèterai de la peinture au hasard sur le toile.

Et ils ont donc demandé au logiciel de reconnaître des formes sur cette image.
Comme si je vous demandait ce que vous voyez sur cette œuvre où de la peinture est jetée au hasard. Ou comme quand vous essayez de trouver des formes dans les nuages (ça marche pour Winnie l'ourson, mais moi c'est super rare que je reconnaisse des objets dans les nuages).

Ce sont les premières images en haut de l'article de S&V : le logiciel analyse ces points posés n'importe comment et se force à trouver des images correspondantes dans ce qu'il a déjà en mémoire.
Comme un enfant donne une réponse au pif à une question dont il ne connaît pas la réponse.

Moyen 2 : celui, je pense, employé par le logiciel dont parle MacG.
Là au lieu d'une image qui ne représente rien, on donne une vraie photo.
Mais au lieu de laisser le logiciel trouver ce qui l'inspire le plus, on lui dit quoi chercher : par exemples, des animaux, des objets

avatar C1rc3@0rc 22/07/2015 - 22:52

+1

Pour ceux que ça intéresse, le sujet de l'intelligence des logiciels est une vieille aberration que l'inventeur des ordinateurs avait lui meme tenté d'expliquer mais déjà les journeleux avaient tout compris de travers (un peu comme le soft dont il est question).
L'ordinateur n'est pas et ne sera pas intelligent, il ne pensera jamais comme un humain, c'est une imitation de certains resultat de l'intelligence, par du calcul automatique et statistique.

CF: A. Turing
Pour les allergiques aux gros pavés écrits, il reste le film Imitation Game superbement interprété.

avatar Timekeeper 22/07/2015 - 20:03 via iGeneration pour iOS

A priori j'ai atteins la limite de la taille de commentaire. Je continu.

La photo n'est plus aléatoire. Mais on dit au logiciel ce qu'il doit trouver. Donc, bête et méchant, il se force à trouver des correspondances : son travail de base est de répondre à la question "qu'y a-t-il dans cette image ?" mais là on lui demande "TROUVE DES CHIENS DANS CETTE IMAGE !"

Donc il va montrer, en y incrustant la photo qu'il possède déjà et qui lui semble la plus similaire, chaque endroit où il voit un chien. Où il pense qu'il y a un chien, mais si on lui laissait chercher dans tout son stock de photos, peut-être bien qu'il trouverait un scooter et une petite fille et un sol pavé, et un mur. Mais là on lui ordonne de ne puiser que dans les chiens.

Voilà.

avatar SpleenXXX 22/07/2015 - 21:29

Excellent raisonnement.
C'est trop rare de voir de si bon commentaire :)

avatar Splinter 22/07/2015 - 20:45 via iGeneration pour iOS

OK merci à tous, je n'ai rien compris non plus et je ne suis pas seul, ça me rassure.

avatar ErGo_404 22/07/2015 - 21:12

L'algorithme de Google permet de détecter des objets dans une image. Mais il procède par itération et trouve des objets (ou des formes connues) avec un certain taux d'erreur. La source donnée par Google permet d'afficher en surimpression sur une photo les objets avec lesquels leur algo trouve une ressemblance.

Realmac a ensuite fait une interface très basique (probablement deux jours de travail) autour d'un logiciel tout prêt et à le culot de le vendre, comme si c'était le fruit de leur propre travail.
Je sais que c'est tout à fait légal et autorisé par la licence de Google, mais je trouve ça totalement dégueulasse.

avatar C1rc3@0rc 22/07/2015 - 22:56 (edité)

Polytechnique, ETZ, ETH, MIT, Caltech,... inventent, Google développe et diffuse, Realmac encaisse.
Nouvel algorithme, ou mise a jour d'une version précédente: Xerox Invente, Apple développe, Microsoft encaisse.
Epoque cynique ou les plus fainéants et moins créatifs sont ceux qui rentabilisent le travail et le talent des autres.

avatar ovea 23/07/2015 - 00:48 via iGeneration pour iOS

Un type débarque de nul part dans une pièce bourrée de monde … son objectif : boire un verre d'eau !?

(Complication* Il ne connaît absolument ni le lieu ni l'époque … ou mieux ce qu'est un verre d'eau et le pourquoi du comment)

méthode 1 : ( il remote en enfance | son handicape disparaît miraculeusement | il devient tout à coup très très philosophe | il répare un câble | à marée haute il tape un carton avec quelques moules )
Donc il se déshydrate en attendant qu'on lui tende une perche et au moment ou il se décide enfin à se laisser aller à la saisir on la lui retire pour qu'il saute à l'eau et apprenne à nager …

méthode 2 : il superpose à ses interactions sociales basiques ( le fruit | l'usufruit ) de son expérience que tout contredit.
Donc … il se met au volant d'un cerf sans permis alors qu'il n'a jamais conduit, écrase un chien qui faisait la biche, fini dans un mur "défense d'afficher" qui lui tapait dans l'œil, il s'évanouit alors pour pas trop en faire sur un tapis volant à son secours qui le monte encore et encore sur le toit d'où il tombe traumatisé et le bâtiment s'écroule sur lui à cause des vibrations du je-sais-pas-trop.

Méthode 3 : il se trouve soudain beaucoup d'affinité avec le langage du mouvement et perçoit avec acuité les accélérations tout en distinguant les différents plans de la scène et les interactions entre les acteurs plus ou moins figés … son mode "time bullet" est activé !!!

Ouf …

avatar ovea 23/07/2015 - 00:50 via iGeneration pour iOS

* iWatch et iPhone déshydratés également … hi hi

avatar albert einstein 23/07/2015 - 17:26

Où va Realmac ??? Y a-t-il un pilote dans l'avion ?
RapidWeaver était excellent son développement avançait sérieusement et chaque mise à jour jusqu'à la v4 était l'occasion d'avoir plus de simplicité dans l'esprit mac... Simple, convivial afin de permettre d'obtenir un excellent résultat sans se mettre les doigts dans le cambouis.. Tout un univers (communauté, forum, stack, thème, script..) s'est construit autour de ce logiciel... avant que la société ne se disperse vers des applications fumeuses...
Résultats...
1. Rapidweaver a stagné quatre ans laissant ses utilisateurs et développeurs en rase campagne, mais le prix a augmenté de 30 euros à 80 euros entre trois versions malgré des mises à jour à minima.
2. Dan Counsell expliquait qu'il ne ferait plus de remises sur l'AppStore (qu'il dénigre) et en même temps était champion des Bundles (qu'il dénigrait)
3. LittleSnapper vendu cher a été abandonné (comme ses utilisateurs) pour devenir Ember qui vendu cher... qui été abandonné sur iOS (comme ses utilisateurs)... revendu à cloudapp abandonnant ainsi une nouvelle fois ses utilisateurs...
4. Realmac s’était fait connaître pour avoir proposé une mise à jour payante de son gestionnaire de tâches iOS Clear+ [4,49 €]. Face au tollé parmi les utilisateurs, il a fait machine arrière en mettant à nouveau en ligne la version précédente

Bref, une nouvelle application fumeuse vendue 14,30 € en BETA !!! qui sera bientôt abandonnée ...

A force de courir 10 lièvres à la fois, Realmac va y laisser des plumes