Fermer le menu
 

iOS, l'enfant préféré d'Apple au détriment des autres

Christophe Laporte | | 20:00 |  108

Chaque année, Apple parvient à sortir des mises à jour majeures de tous ses systèmes d'exploitation en l'espace de quelques jours seulement. Certes, il y a « majeur » et « majeur ». Entre les bonds de géant d'iOS et les sauts de puce de tvOS, il y a un monde… Concernant macOS, son évolution est décriée depuis plusieurs années. Le système de bureau avance toujours, mais il est définitivement dans l’ombre d’iOS.

Cette année, le successeur de Sierra apporte de gros changements sous le capot avec notamment Metal 2 et APFS. Pour l’utilisateur lambda toutefois, cette mise à jour est très loin de lui bouleverser son quotidien, si ce n’est par ses bogues diront les mauvaises langues.

Cela n'empêche pas l'arrivée de nouveautés très pratiques comme l'amélioration du mode plein écran de Mail, le renforcement de Photos ou encore les nombreuses améliorations de Safari. Et puis la synchronisation enfin opérante des raccourcis textuels justifie à elle seule cette mise à jour.

iOS : ce petit frère qui fait la loi

macOS n’évolue que par ricochet. Craig Federighi ne s’en est pas caché avec son fameux « Back to the Mac ». Les technologies et applications sortent d’abord sur iOS avant d’être recyclées sur macOS. Siri, APFS, Metal, le mode plein écran, Plans, Photos et iBooks, pour ne citer qu’eux, sont des pièces rapportées.

Le recyclage des technologies à la sauce Apple

Le focus sur iOS que certains qualifieront d’excessif, on peut toutefois le comprendre. Après tout, l’iPhone est responsable de la majeure partie du chiffre d’affaires d'Apple. Le développement d’une nouvelle version d’iOS a un caractère hautement stratégique pour Apple.

L’idée avec chaque mise à jour d’iOS est d'exploiter pleinement le potentiel matériel de l'iPhone. Apple joue à fond la carte de la symbiose du logiciel, du matériel et des services. Et elle va sans cesse plus loin dans ce domaine. Cette année, elle a équipé ses iPhone d’un système sur puce particulièrement doué pour la réalité augmentée et l’intelligence artificielle.

watchOS, dans une moindre mesure, repose sur le même principe. Les sorties des nouvelles versions sont coordonnées avec celles des nouvelles montres. Si on met l’Apple TV de côté, l’iPad et le Mac répondent à des logiques différentes. Le matériel n’est pas synchronisé avec le logiciel. Et pour les rédacteurs de ce site, ce n’est pas plus mal… Si Apple devait revoir l’ensemble de ses Mac, iPhone, iPad et Apple Watch en l’espace de trois semaines, les nuits seraient courtes…

Vitesse ou précipitation ?

Ce qui est toutefois gênant dans la suprématie d’iOS, c’est que son agenda dicte automatiquement celui des autres. watchOS doit être revu en même temps pour prendre en compte les nouveautés communes. Et macOS est obligé d’évoluer dans la foulée pour garder le fil de tout ce qui concerne iCloud, entre autres. La priorité des priorités pour les équipes de développement d’Apple est iOS. Résultat, ce sont les autres systèmes qui trinquent.

La synchronisation des données avec les appareils de fitness manque à l'appel dans watchOS 4.0, alors que c'était présenté comme l'une des grandes nouveautés de cette version (lire : L'option GymKit pour connecter l'Apple Watch aux équipements sportifs a disparu).

Sur macOS, c'est le grand bazar en ce qui concerne APFS. Les SSD l'ont d'ores et déjà adopté alors que les disques durs et les Fusion Drive devront attendre. D’autre part, on a pu constater une myriade de bogues, dont le fameux du mot de passe des volumes APFS chiffrés qui a nécessité un correctif en toute urgence.

Bref, quelques semaines de plus de développement n'auraient pas fait de mal à High Sierra et watchOS 4. iOS n'échappe pas à ce phénomène non plus, en fait. Sa date de sortie est dictée par celle des nouveaux iPhone, ce qui implique parfois de repousser à plus tard certaines fonctions qui ne sont pas encore prêtes (synchronisation iCloud de Messages, AirPlay 2…).

Apple peut s'abriter derrière la tendance de fond qu'est l'évolution en permanence des systèmes d'exploitation — voyez Windows 10. L'ajout de nouvelles fonctionnalités ne passe plus forcément par une mise à jour « majeure ». On ne serait pas étonnée qu’après un macOS 10.13.1 qui règlera les bogues les plus embêtants (beaucoup sont corrigés avec la bêta 2), on ait un 10.13.2 qui active la synchronisation des messages entre appareils et un 10.13.3 qui achève la transition vers APFS, par exemple. Mais attention, à vouloir trop tirer sur la corde, Apple n’est pas à l’abri d’un gros accident de parcours tôt ou tard.

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


108 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Biking Dutch Man 11/10/2017 - 20:07 via iGeneration pour iOS

iOS = total contrôle de l'écosystème, client complètement captif.

avatar Moumou92 11/10/2017 - 20:17 via iGeneration pour iOS

@Biking Dutch Man

iOS: le meilleur des mondes… pour mois Mac OS est amené à disparaître, au moins chez les particuliers…

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:31

@Moumou92

«pour moi Mac OS est amené à disparaître, au moins chez les particuliers…»

Le souci c'est qu'a part les particuliers MacOS n'est (quasi) plus utilisé par les professionnels. Le switch se fait sur Windows et Linux. Et Apple ne produit plus de machine repondant aux besoins des professionels... Donc, MacOS est un OS grand public.

Si on reprend l'histoire de l'informatique, ce qui a fait le succès d'Apple, c'est l'Apple 2 et surtout le Macintosh. Et ce qui a fait le succès du Macintosh, c'est MacOS, pour 3 qualités:
- ergonomie
- productivité
- stabilité

Si les 2 premieres sont incontestables, la troisieme a connue des hauts et des bas. Lorsque le Mac et Apple ont failli disparaitre, c'etait au moment ou le Mac avait perdu en fiabilité et en puissance, et ou MacOS devenait une usine a gaz, buguée et de moins en moins fonctionnelle.

Beaucoup d'appareils Apple ont eu du succes, mais le PC (Mac) a toujours ete le pilier qui a permis a Apple de resister au massacre de Wintel. Beaucoup d'innovations ont ete conçues, voire programmées sur MacOS.

Maintenant on va poser une autre realité: l'ecosysteme Apple.
Jobs a defini la micro-informatique selon des principes relativement simples et efficaces.
Et de ces principes il a établi un modele - l'ecosysteme - qui consiste a creer un ensemble d'outils informatiques autour de l'utilisateur lui permettant - en fonction des situations - d'avoir acces et de produire de l'information.
De la découle 2 principes:
- le PC (Mac)
- ses devices

les iDevices sont des outils, volontairement tres limités des leur conception, cela afin de permettre une ergonomie et une simplicité impossible avec le PC.
iOS releve de cette dynamique, il n'est donc pas universel ni polyvalent.
Et tout dans la gamme et l'ADN Apple est aujourd'hui construit sur ce modele.

Ce modele est en peril et il le fait qu'il soit en peril met Apple en peril.

Au-dela de complementarité Mac-iDevice, il y a aussi une equation economique. Le PC(Mac) est le centre, le chef d'orchestre, la machine de production. Il doit etre puissant, fonctionnel et durable.

Les iDevice, eux sont amenés a se diversifier et apporter le complément au Mac dans les situations ou sa polyvalence et sa puissance deviennent des handicaps.

L'equation economique etait simple: un Mac puissant et donc cher mais durable, des iDevices, limités et bon marché, mais qui sont renouvelés plus vite que le Mac.

L'autre principe c'est la double porte d'entrée:
- on achete un Mac, on a tres vite besoin du confort des iDevice.
- On achete un iDevice, on se rend compte tres vite des limitations, et du besoin d'un Mac.
C'est l'effet halo!

Depuis 2012 Apple tente d'eliminer le Mac de l'equation, en le remplaçant par la complication et la perte d'ergonomie des iDevice - qui entrent en concurrence les uns avec les autres -, et avec iCloud, qui denature les principes d'Apple en imposant un systeme centraliste ou l'utilisateur n'a pas de controle.

Si on regarde ce qu'il se passe aujourd'hui:
- l'iPhone stagne, voire est en chute sur la croissance de ses ventes
- l'iPad stagne
- le Mac regresse
- le reste est anecdotique

Non seulement il n'y a plus d'effet halo: un client iPhone n'achete pas de Mac, pas d'iPad, mais l'effet halo s'inverse: un utilisateur qui lache le Mac, va aller sur Android assez rapidement.

On constate aussi une chose, et c'est une des reussites de Cook et Ive:
- Apple vend entre 400 et 80 millions d'iPhone par trimestre.
- dans le meme temps Apple ne vend meme pas 5 millions de Mac.

Cook et Ive ont reussi a deconnecter le Mac des iDevice, ils ont detruit la base de l'ecosysteme.

Au final cela annonce quoi: la fin du Mac entrainera la fin des iDevice, parce que sans Mac pas de iDevices, les deux sont mécaniquement interdépendants.
On assiste donc a une extinction environnementale, voulue et programmée.



avatar oflorent 11/10/2017 - 21:14 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Très belle et réelle analyse

avatar Bigdidou 11/10/2017 - 21:36 via iGeneration pour iOS

@oflorent

« Très belle et réelle analyse »
Il se gargarise de trucs fantasmés, dont il ne sait strictement rien (comme personne en dehors de quelques ingénieurs d’Apple) à coup de -issimes.
Très belles analyses, en effet.

avatar MacMarc 12/10/2017 - 00:16 (edité)

+1

avatar françois bayrou 12/10/2017 - 07:17

Au moins il y a une certaine constance. A chaque fois, il y a ce qu'il faut savoir, ce qu'on ne sait pas, ce qu'il faut retenir, et ce qu'on constate si on regarde bien.
Et tout est découpé en 3 points essentiels, le 3eme étant souvent un fourre-tout de ce qu'on n'a pas pu coller dans les 2 premiers.
Ca marche pour le FBI, Intel, internet, Apple, l'économie nord africaine, le gratin de courgettes, ...

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:32

@oflorent
Merci.

avatar marenostrum 11/10/2017 - 21:29

"Si les 2 premieres sont incontestable, la troisieme a connues des hauts et des bas. Lorsque le Mac et Apple on falli disparaitre, c'etait au moment ou les Mac avait perdu en fiabilité et en puissance, et ou MacOS devenait une usine a gaz, bugguée et de moins en moins fonctionnelle."

non, cette époque c'était avant le retour de Jobs et des iMac G3, transparents. Mac OS 9 a commencé le remonté. et c'était pas le système (la plupart des gens n'ont pas besoin de l'informatique. l'informatique c'est pour l'amusement, passer le temps), mais le DESIGN qui a amené des clients. et c'est tout.

avatar Ducletho 11/10/2017 - 21:34 via iGeneration pour iOS

@marenostrum

Et les premiers modèles de portable à avoir du wifi : airport et air express je crois pour se connecter en 56k à l’époque.
J’ai eu et c’était amazing !!! Belle époque

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:35

@marenostrum

Je crois que tu as trop lu le roman photo révisionniste pondu par Ive.
C'est l’ingénierie qui a sauvé Apple, le retour au fondamentaux, l'innovation et la fiabilité. Et puis l'autre pilier ça a ete écosystème avec l'iDevice emblématique: l'iPod...

avatar NAVY7GAS 11/10/2017 - 23:32 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc :

Il fait quoi de sa vie lui, quand il parle il est obligé de balancer des pavés intellectuellement incompréhensibles car partant dans tous les sens ; oui on est bien à une époque où l'on achète un iPhone à plus de 1000€ pour ne l'utiliser que pour faire passer le temps et ne l'utiliser que 20% à peine pour de réelles productivités. Et ça se croit intelligent.. PunchLine dans les côtes je sais.

avatar deltiox 12/10/2017 - 00:08 via iGeneration pour iOS (edité)

@NAVY7GAS

C’était très compréhensible et très bien écrit selon moi
Après on est libre d’être d’accord ou pas avec son analyse

Personnellement je considère aussi le Mac comme la pièce centrale de l’écosystème Apple

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:35

@deltiox
Merci

avatar DarthThauron 12/10/2017 - 00:58 via iGeneration pour iOS

@NAVY7GAS

Tout est compréhensible dans ce qu'il dit et est correctement pensé. Je ne vois pas ce qui pose problème.

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:36

@ DarthThauron
Merci.

avatar supermars 12/10/2017 - 00:02 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

D'accord avec ton analyse.

Pour moi, dans l'écosystème  , c'est le mac le plus important. Si demain (par malheur !) le mac devait disparaître, je n'aurais aucun souci à lâcher l'iPhone.

avatar Jacti 12/10/2017 - 01:15

Pour moi aussi c'est le mac le plus important car je fais de la musique avec des outils professionnels. Je ne comprends même pas qu'on compare iPad et Mac, IOS et MacOS. J'ai aussi un iPad mais je n'ai absolument pas la même utilisation qu'avec mes iMacs. L'iPad me sert à piloter mes instruments virtuels sur les iMacs (en réseau sous Logic Pro pour répartir les instruments). Et pour es iPhones c'est encore une autre utilisation (domotique, pilotage de l'Apple tv, etc.)

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:44

@Jacti
Merci de faire partager et d'expliquer ici ton expérience et développer ta propre opinion, ça fait plaisir et ça eleve le debat.

«Je ne comprends même pas qu'on compare iPad et Mac, IOS et MacOS»
C'est juste du marketing que certains avalent, n'ayant pas recours a l'esprit critique minimum face aux manipulations grossieres du marketing. L'iPad succedant et remplaçant le Mac c'est le credo de Cook depuis qu'il est vraiment chef d'Apple. C'est du pur marketing, y a aucune argumentation qui tiennent derriere.

avatar sinbad21 12/10/2017 - 04:18

@DarthThoron
Il y a des gens pour qui dès que ça dépasse la longueur d'un tweet, c'est "intellectuellement incompréhensible". C'est paraît-il le cas de Donald Trump.

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:39 (edité)

@supermars
Merci. Je n'attends pas que l'on soit d'accord avec moi mais que l'on emette son opinion qui ne soit pas la récitation du prémâché d'un marketing basique ou une litanie vautive.
Il se trouve que mon opinion et mon argumentaire trouve echo a ton opinion et experience personnelle, c'est positif.

avatar gillesb14 12/10/2017 - 07:43 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Je ne peux que sourire à l’évocation des « pros »qui n’utilisent plus Mac OS.
Deux ou trois infos pour éclairer certaines lanternes.
IBM a autorisé le choix Win ou Mac, bilan plus de 50% des employés sont passés sur Mac.
Allez faire un tour dans un lounge Air France ou Lufthansa (deux compagnies qui je pratique quasiment chaque semaine : il y a des costard cravates qui se cachent derrière des écrans avec une pomme un peut partout.
Allez une petite dernière pour la route : Réunion chez le numéro 2 mondial de la grande distribution...14 personnes dans la salle 5 macs et un dell avec un autocollant « pomme » au dos de l’écran !!!

Alors arrêtez de faire croire que le monde des « pros » quand limite a deux ou trois graphistes freelancers super forts en Photoshop et autres softs Adobe....

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:50

@gillesb14

Le pro lachent le Mac, c'est une constation. Ça veut pas dire qu'il n'y a plus un seul professionel qui ne possede pas de Mac, ça veut dire que cette clientele re-acquise entre 1998 et 2010 aujourd'hui ne progresse plus et se tourne vers autre chose.

Et puis il faut faire la distintion entre les pro qui utilsent Microsoft Office, ou des systemes specifiques adaptés aux Mac (il y a longtemps) et les creatifs qui etaient la base d'entrée du Mac dans le secteur Pro. Certains doivent aller voir ailleurs plus vite que les autres... et les autres, ils tournent avec des machines conçues entre 2008 et 2010 ou avant...

avatar smog 12/10/2017 - 08:11

Mon dentiste, celui des mes enfants, mon ophtalmo, mon médecin ont des Mac. Je leur ai demandé pourquoi : logiciels efficaces et stables uniquement sur MacOS. Logiciels professionnels évidemment. Certes, ces contre-exemples ne prouvent rien mais relativisent.

avatar C1rc3@0rc 12/10/2017 - 11:52

@smog
Demandes leurs l'age de leurs machines, la version de l'OS et l'age des sotfs qu'ils utilisent...

Pages