Fermer le menu

Témoignage : une rentrée scolaire avec 750 iPad

Florian Innocente | | 15:35 |  74

Des centaines d'iPad pour les élèves et les enseignants, des dizaines d'Apple TV installées dans les classes… le Pôle de Formation Briacé (collège et lycée, avec des spécialités agricoles) a dépassé le stade de l'expérimentation des outils numériques dans un cadre pédagogique. Depuis la rentrée 2013, l'ensemble des élèves, des éducateurs et des professeurs est équipé avec 750 iPad Retina et iPad mini. Les enseignants, répartis sur trois sites, ont à leur disposition 50 salles de classe équipées en Apple TV branchées sur des vidéoprojecteurs vers lesquels ils envoient le contenu de leur tablette par AirPlay. L'objectif, raconte Anthony Mortier, le responsable informatique, était de donner corps au terme de « cartable numérique ». Explications…

Grâce à l'iPad, les élèves disposent d'une grande partie de leur manuel scolaire sur leur tablette, ils ont tous une boîte mail, un accès à leur planning en temps réel, à leurs notes et différents supports pédagogiques. Les enseignants, eux, commencent à utiliser la tablette dans de nombreuses disciplines et pour communiquer avec les élèves.

Ce projet est né d'un premier constat dressé après l'équipement de quelques salles en ordinateurs et vidéoprojecteurs interactifs « Nous nous sommes vite aperçu que l'interactivité des vidéoprojecteurs était très peu utilisée, car complexe et limitée, les postes informatiques ne servaient donc qu'à projeter du contenu depuis des supports externes ou Internet. » En recherchant quelque chose de plus simple, l'équipe est tombée sur AirPlay, système de transmission qui a été testé et approuvé avec quelques iPad personnels.

crédit : Briacé

Cette phase de recherche s'est déroulée à une période où Briacé cherchait comment adapter ses pratiques pédagogiques et éducatives à une génération d'élèves amenée à devoir utiliser de tels outils. Une certaine dimension "ludique" du numérique dans un cadre pédagogique avait quelques avantages et pouvait apporter un complément à des techniques plus classiques « l'iPad ne remplace pas le poste de travail classique, celui-ci reste un meilleur outil de production même si la tablette Apple s'en rapproche de jour en jour ».

Deux autres facteurs ont accéléré la mise en oeuvre du projet d'équipement de Briacé. D'abord la plateforme iTunes U d'Apple sur laquelle les établissements proposent des contenus pédagogiques et puis la visite, à la rentrée 2012, d'une école italienne qui avait déployé plus de 1000 iPad.

Un premier groupe de réflexion a été constitué pour débroussailler les contours et les objectifs de ce projet afin d'être prêt pour la rentrée 2013/2014. Il a réuni membres de direction, enseignants, documentalistes et éducateurs autour d'une simulation réduite du projet.

10 salles de classe ont été équipées en Wi-Fi, Apple TV et les membres du groupe de travail ont reçu un iPad. L'intérêt de ce type d'outils dans l'éducation est rapidement apparu comme évident. Le projet a ainsi été lancé en 2013 par une première phase technique (Wi-Fi, accès Internet, équipements réseaux, vidéoprojecteurs, Apple TV) puis nous avons équipé l'ensemble des enseignants, éducateurs et membres de la direction au printemps 2013. Les élèves, eux, en ont été dotés à la rentrée 2013.

Avant de se tourner massivement vers les tablettes, Briacé avait un profil d'équipement assez classique, explique Anthony Mortier « L'outil informatique n'était pas plus ni moins répandu qu'ailleurs, nous avions environ 1 PC pour 5 élèves dans nos salles informatiques, même si Briacé a eu, dès la fin des années 1980, la culture du numérique avec l'utilisation de ses premiers ordinateurs »

Plus tard, les vidéoprojecteurs sont entrés dans les classes, le Wi-Fi a été généralisé sur les trois sites et l'équipe enseignante s'est investie sur l'emploi de ces outils. Le choix de l'iPad s'est décidé sur plusieurs critères : simplicité d'utilisation, absence de virus, robustesse, le choix en applications sur l'App Store et les différents outils éducation d'Apple et l'accompagnement fourni par Apple France.

crédit : Briacé

Anthony Mortier insiste sur le travail de préparation réalisé en amont, avant un déploiement des tablettes auprès des élèves. Les enseignants ont reçu leurs iPad six mois en avance et deux journées de formation à deux mois d'intervalle ont été dispensées. Des enseignants porteurs de la qualification "Apple Professional Development" sont venus en renfort pour aider leurs collègues spécialisés dans les mêmes matières et leur expliquer comment publier du contenu sur iTunes U avec l'utilitaire Course Manager. Même régime, quelques mois plus tard, pour les élèves chez qui le niveau de maîtrise de ces outils était très inégal.

Cette période d’appropriation et de formation est un des facteurs essentiels de réussite d’un tel projet. Les élèves ont également bénéficié d'une première formation d'une heure à la remise de l'iPad puis quelques semaines plus tard d'une deuxième formation plus approfondie. Avec notamment un rappel des règles d'utilisation, l'organisation des fichiers dans la tablette, la prise en main des principales apps (iWork, iBooks, Adobe Reader, Dropbox).

Des règles d'usage des iPad ont été instaurées chez les élèves en fonction de l'âge. Les plus jeunes ne peuvent installer eux-mêmes d'applications sur leurs iPad, cela représente environ 120 élèves sur 660. La présence de jeux sur les tablettes a été également étroitement encadrée et surveillée.

Tous peuvent emmener leur iPad mini après les heures de cours et en dehors de l'établissement, autant pour travailler que se divertir « Dans l'ensemble, les élèves et les étudiants peuvent utiliser la quasi-totalité des fonctions de l'iPad […] l'objectif étant d'atténuer le décalage qui existe entre ces deux environnements. C'est pourquoi nous avons réduit au strict nécessaire les restrictions sur la tablette afin de leur laisser un maximum de liberté d'un côté et en les responsabilisant de l'autre »

Chez certains enseignants, quelques réticences initiales se sont exprimées, cependant la majorité aujourd'hui a adopté ces iPad et aurait du mal à s’en passer, observe le responsable informatique « C’est en tout cas le retour d’une grande partie des enseignants et éducateurs. L’iPad leur facilite la vie dans leurs tâches administratives (gestion des notes, absences, mail, etc.), pour la communication avec leurs collègues et les élèves grâce à la messagerie Office 365 et aux outils de messagerie instantanée installés sur chaque tablette ou encore avec la diffusion de contenus en classe grâce à AirPlay, notamment »

crédit : Briacé

Certains enseignants, qui ont été formés aux outils pour produire du contenu, commencent à le faire vers iTunes U pour diffuser leurs cours à leurs élèves. Des règles ont été établies, par exemple pour maintenir une cohérence de charte graphique et de présentation. Chez les professeurs qui avaient déjà pris le pli de l'informatique, son usage s'est simplifié maintenant que les élèves sont tous équipés. Que ce soit pour échanger par mail, partager des documents via Dropbox ou récupérer des ressources sur iTunes.

Même si depuis 18 mois nous avions anticipé une grande majorité des problématiques, nous avons tout de même réalisé quelques réajustements. Petit à petit, nous adaptons la technique et les règlements afin d’optimiser la solution. Nous ferons le point dans quelques semaines pour préparer le déploiement pour les élèves de l’année prochaine en tenant compte de toutes ces difficultés rencontrées.

Les élèves font un usage quotidien de ces outils, pour des activités de base comme la messagerie ou l'accès Internet, mais aussi la consultation de Scolinfo (gestion des notes et cahier de textes numérique) et de leur agenda. Travail sur des manuels scolaires numériques et sur les ressources disponibles sur iTunes U. Les cours sont aussi l'occasion de mettre à profit des applications pédagogiques, des utilitaires et des applications de production comme Keynote et Pages.

Anthony Mortier énumère pour le moment plusieurs points positifs comme :

  • L'adoption quasi totale de l'iPad dans les salles de classe, au minimum pour projeter du contenu par AirPlay, effectuer l’appel des élèves et gérer les tâches administratives par les enseignants.
  • Le développement de nouvelles pratiques pédagogiques : devoirs sous format numérique avec par exemple des QCM, corrections commentées en vidéo, utilisations adaptées à de nombreuses matières (EPS, Langues, etc.), pédagogie inversée…
  • Facilité de communication au travers notamment de la messagerie électronique sur l'ensemble des iPad et des outils
  • Très peu de difficultés d'utilisation de la part des enseignants ,même pour des personnes qui n'étaient pas forcement à l'aise avec l'utilisation des TICE (technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement, ndr).
  • Diminution de 30% des impressions et photocopies sur les 4 premiers mois de l'année

Côté face, il reste des obstacles à franchir, mais ils sont du ressort des autres acteurs de l'éducation, c'est le cas notamment des éditeurs de manuels :

Nous avons toujours quelques difficultés avec les éditeurs de manuels scolaires qui freinent le développement des manuels numériques, tout simplement pour un problème de DRM. Conséquences de tout cela, chaque éditeur propose sa propre application sur iPad avec des manuels qui ne sont pour la plupart que du PDF enrichi. La gestion des codes d’accès aux apps est un véritable calvaire, il faut passer par 2 ou 3 portails en ligne pour attribuer des licences aux élèves. De plus, certaines applications verrouillent l’accès aux manuels au-delà de 3 téléchargements. Nous avons par exemple des élèves qui effacent par mégarde l’application et lorsqu’ils relancent le téléchargement du manuel dans l’application, se voient refuser l’accès.

Sur le volet financier de ce projet, Pascal Souyris, le directeur du Pôle de Formation Briacé, évalue le coût en équipement par élève à 382€, 3300€ pour une salle de classe et 604€ par enseignant. « Le projet est intégralement financé par l’établissement via l’augmentation de la contribution des familles et des économies générées par la réduction du parc informatique PC ou encore la baisse du volume de photocopies… »

Enfin, si l'iPad a fait une percée très significative dans cet établissement, il est important de souligner que le PC traditionnel y a encore sa place. Un labo de langues contient 31 machines, 4 salles informatiques contiennent 21 postes en moyenne (pour des logiciels généralistes ou spécialisés comme Jardicad ou Mapinfo), les 3 CDI en ont entre 5 et 16, sans oublier les 30 PC portables ou de bureau du personnel enseignant. Les premiers pas des iPad sont jugés positifs, mais l'ampleur des changements amenés implique d'avoir beaucoup plus de recul, pour une évaluation plus fine et exhaustive « Nous pensons que trois années sont nécessaires pour faire un véritable bilan de l’apport du cartable numérique à la réussite de nos élèves. »

Compléments

En plus d'applications connues (iWork, Dropbox, iPhoto, Evernote…), des outils à visée pédagogique plus ou moins prononcée sont sollicités par les enseignants. Liste non exhaustive :

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


74 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar philoo34 09/03/2014 - 00:54 via iGeneration pour iPad

@rikki finefleur

"Bref ne résumes pas tes avis fermes et définitifs à tout le monde. Plein de gens ont des tablettes ce n'est pas pour cela qu'ils aiment lire dessus des bouquins ou des magazines"

Ces fou d'arriver a accuser tout usant de la méthode que l'on vient de critiquer .
Argumente , j'attend que ça mais ne tombe pas dans cette facilité de critiquer bêtement .

avatar rudeboyfred 08/03/2014 - 14:36 via iGeneration pour iPad

@rikki finefleur

La luminosité ça se règle... Ensuite les élèves actuellement travaillent encore sur des stations sous xp pro pas vraiment fluides et avec des écrans dont la résolution donne franchement la migraine quand on est habitué au retina.

Je trouve que la modernité dans l'enseignement et super importante car cela donne une meilleure valorisation pour l élève. De plus l'aspect ludique est très bien car c'est comme çà que la plus part des gens aiment apprendre. Quand on s'amuse, on est souvent plus curieux et surtout plus concentré. Belle expérience, reste à savoir si cela fait de meilleurs étudiants au niveau des résultats...

avatar rudeboyfred 08/03/2014 - 14:40 via iGeneration pour iPad

@rudeboyfred

...est super importante...



avatar yoa 07/03/2014 - 17:22

Mouais... c'est pas un avenir qui me fait rêver.

D'un côté on ne peut que se féliciter de la suppression des lourds manuels scolaires et de la numérisation de l’éducation nationale.

De l'autre côté, on recommence l'erreur qu'on a fait avec Windows. En pire puisque le hardware et liée au soft.

Pourvu que ce cas ne se généralise pas.

avatar boubloux 07/03/2014 - 17:24 via iGeneration pour iOS

De quel erreur tu parle ? Apple propose la meilleur tablette qu'est ce que tu aurais préférer ? Exprime toi!

avatar rikki finefleur 08/03/2014 - 11:36

N'est pas fait pour la lecture tout simplement. Elle est adapté pour du surf, du jeu, mais pas pour une lecture qui demande attention et concentration.

avatar florian1003 07/03/2014 - 19:23 via iGeneration pour iPad

@yoa

?

avatar yoa 07/03/2014 - 17:22 (edité)

"Le projet est intégralement financé par l’établissement via l’augmentation de la contribution des familles, [...]".

Oui donc en fait le projet est intégralement financé par les familles -_-

avatar Anthony Mortier 07/03/2014 - 17:38 via iGeneration pour iOS

2 rectifications :
- les tablettes élèves sont financées par les familles, le reste est entièrement pris en charge par l'établissement
- il s'agit d'un établissement agricole privé et donc qui dépend du ministère de l'agriculture et non de l'éducation nationale.

avatar Teeto 07/03/2014 - 18:22 via iGeneration pour iOS

iPad sans de restrictions au final, possibilité de l'emmener en dehors pour se divertir... Mmmh ce sont les 2 points qui me font tilter... Et penser à de futurs problèmes...

avatar Kinky 07/03/2014 - 21:19 (edité)

Acheter des iPad avec l'argent public ou semi public alors qu'il existe des tablettes Android à 150€ qui font très bien le job. Pire, s'ils ont obligé les élèves à choisir une marque si chère…

Les responsables d'une telle gabegie doivent être sanctionnés.

avatar patrick86 07/03/2014 - 22:31 (edité)

"Acheter des iPad avec l'argent public ou semi public alors qu'il existe des tablettes Android à 150€ qui font très bien le job."

Que d'aigreur, que d'aigreur…

Cet argument des tablettes à 150€ qui fond la même chose, faut l'oublier tout de suite.
Plus d'un établissement ont faits ce choix et l'ont regrettés suite aux problèmes qu'ils ont eux (tablettes qui fonctionnent mal, tombent très vite en pannes, etc. etc.).
Un proche est dans un lycée où ils sont des tablettes Acer sous Android. On leur donne à l'entrée en Seconde et en deviennent propriétaires à la fin de la terminale… sauf que les batteries sont RINCÉES au bout de trois ans.

Puis pour l'avoir essayé cette tablette, sincèrement, elle a beau avoir 2 Go de RAM et un CPU pas trop mauvais, il y a MIEUX.
Ça manque souvent de fluidité, quand ça plante pas…

"Pire, s'ils ont obligé les élèves à choisir une marque si chère…"

C'est pas pire que d'obliger à utiliser Windows ou Android à ceux qui n'aiment pas.

--

Tu me permettras d'accorder peut d'importance à l'avis de quelqu'un dont le métier est de décider de ce que je dois acheter.

avatar sekhmet 07/03/2014 - 22:46 (edité)

Le but c'est pas de remplir des classes de hardware pas cher, mais avec des solutions qui fonctionnent. C'est très bien expliqué dans l'article. Environnement stable, liaison avec Apple TV, Itunes U, suite logicielle pertinente, support d'Apple France, etc....
Justement il faut sanctionné les gens qui pensent encore comme vous en 2014 qui gaspillent l'argent en prenant des décisions non réfléchie, basée juste sur un prix d'achat hardware, sans tenir compte de l'ensemble de la problématique d'un système d'information , qui produit finalement que des déchets inutiles....
Dieu merci, ça évolue...
Le hardware c'est rien dans le cout global de déploiement de solutions pareilles... L'implication des acteurs, la pérennité des outils, la formation, le support technique, la pertinence des outils, la préparations sont les vrais facteurs de réussite...

avatar lenives 08/03/2014 - 07:34 via iGeneration pour iPad

@sekhmet

Je plussois !!

avatar rikki finefleur 08/03/2014 - 12:24 (edité)

Apple TV, Itunes U etc.. ne sont que des conteneurs.
L'important c'est ce que l'on met dedans.
Etre dépendant d'une marque est juste néfaste. D'autant que ces conteneurs sont facilement transposables avec les moyens actuels.
C'est au niveau de l'éducation nationale de se projeter pour proposer ces services et non pas être dépendant d'une firme commerciale.

avatar patrick86 08/03/2014 - 12:30

"Apple TV, Itunes U etc.. ne sont que des conteneurs.
L'important c'est ce que l'on met dedans."

Oui.
Autant utiliser de bons contenues quand on peut;

"C'est au niveau de l'éducation nationale de se projeter pour proposer ces services et non pas être dépendant d'une firme commerciale."

Être d'épandant des bons vouloir de l'Éducation Nationale n'est pas meilleur que d'utiliser une solution proposée par Apple.
L'Éducation Nationale est extrêmement LENTE à faire évoluer, à changer quand il y en a besoin.

Mettre des iPad dans les écoles n'a rien de pire que mettre Windows. Ça change au moins.

J'ai vu ce que ça a donnée dans mon lycée les solutions maison… Du PC sous Windows partout avec une surcouche logicielle immonde, ultra-bridante et très mal foutue.
Le filtrage d'Internet dans les lycées est arbitraire et peut s'avérer extrêmement gênant pour peu qu'on soit dans des domaines techniques qui nécessitent d'accéder à des ressources autres que Wikipédias, Île de mathématiques et les sites d'histoires géo.

--

Le minimum, c'est de permettre à ceux qui le souhaitent de venir travailler avec leurs outils s'ils sont plus efficaces avec. Mais même là c'est pas gagné… Soit on te bloque l'accès au réseau, soit on te dit que 'non, parce que tu vois, c'est pas égalitaire, y'a pas de raison qu'on autorise toi et pas les autres…" et j'en passe.

--

On pert du temps avec des considérations éthiques sur l'origine des solutions techniques.

Je serais tenté de dire que l'Éducation Nationale devrait développer une distribution GNU/Linux adaptée à l'éducation… mais bizarrement, j'ai du mal à croire que ce serait réellement mieux que de balancer Windows partout.

avatar philoo34 08/03/2014 - 13:18 via iGeneration pour iPad

@rikki finefleur

"Apple TV, Itunes U etc.. ne sont que des conteneurs.
L'important c'est ce que l'on met dedans.
Etre dépendant d'une marque est juste néfaste"

Ha ben nous y voilà , je comprends mieux .
Tout ça en fait parce que la solution proposée ici est basée sur Apple et ça te défrise :-)

Mais pourquoi faire une analyse générale alors que ton problème est ciblé ?

avatar rikki finefleur 08/03/2014 - 19:22 (edité)

Ben, oui est ce que l'éducation nationale doit être dépendante ici d'Apple et d'itunesU.
C'est juste absurde.
La france est connue pour avoir des ssii et n'est pas un plat désert dans le monde de l'ingénierie.
Ces serveurs ne sont que des serveurs sur lesquels on accole des services.
Avoir un serveur qui distribue des fichiers n'est pas la fin du monde que je sache.
Etre libre et indépendant me parait être plus que nécessaire que d'etre dépendant des bons vouloir politiques ou administratifs d'apple ou de tout autres éditeurs de services type cloud.
En europe nous ne sommes pas que des demeurés, à priori.

Par contre nous le sommes si aucune politique informatique fait que chacun développe son truc dans son coin, sans aucune synergie entre les lycées et autres partenaires (prof , éditeurs...)
Le hardware c'est que de la bricole et je rejoins l'avis de Patrick.
L'important n'est pas le téléviseur mais ce que l'on y met dedans.

avatar philoo34 07/03/2014 - 23:26 via iGeneration pour iPad

@Kinky

"Acheter des iPad avec l'argent public ou semi public alors qu'il existe des tablettes Android à 150€ qui font très bien le job."

Si tu lisais l'article au moins, au lieu de juste t'arrêter au titre , ça serait intelligent ...

avatar codeX 08/03/2014 - 21:38

Demander à un âne d'être intelligent ?

avatar patrick86 07/03/2014 - 22:33

"C'est pourquoi nous avons réduit au strict nécessaire les restrictions sur la tablette afin de leur laisser un maximum de liberté d'un côté et en les responsabilisant de l'autre"

Voilà une approche fort intelligente.

Dans le lycée où j'étais, la politique était plutôt du genre "on bloque tout ce qu'on peut".

avatar diegue 08/03/2014 - 00:08 (edité)

Bravo et je pense que c'est certainement vers de telles solutions que l'enseignement devra se tourner.
Le seul point que je relève est que l'iPad n'est peut-être pas la tablette la mieux adaptée pour l'écriture. Ayant aussi une Note 10.1 l'utilisation du stylet est, je pense, plus adaptée pour annoter, faire des exposés, des devoirs, etc

avatar iAnn 08/03/2014 - 01:07

Enfin... il me semble qu'on tape plus vite que l'on écrit au stylet,
avec l'avantage que tout le monde puisse relire facilement les annotations.

Surtout cette "génération sms" qui ont des portables tactiles depuis plusieurs années.

avatar philoo34 08/03/2014 - 10:14 via iGeneration pour iPad

@diegue

"Le seul point que je relève est que l'iPad n'est peut-être pas la tablette la mieux adaptée pour l'écriture."

Effectivement , je ne pense pas que l'écriture doive passer par la tablette, même avec un autre modèle , elle doit rester classique .

Pourquoi ?
Car le but c'est de préparer les enfants aux conditions quotidiennes de leur vie future et que le tout numérique c'est pas pour demain .
On passe sans problème plus facilement du papier à l'écran que l'inverse .

avatar diegue 08/03/2014 - 16:14

Ce sont les questions que je me posais en écrivant ce commentaire :
- je suis émerveillé chaque fois que je vois dans le métro certains taper aussi vite avec leurs pouces qu'ils ne mettraient de temps pour parler ! d'accord c'est abrégé mais toutes mes notes manuscrites prises étaient également truffées de de raccourcis persos
- n'auront nous pas assez rapidement des logiciels de reconnaissances vocales qui permettront de remettre en forme avec les bons mots et orthographes ce que l'on a dit en + ou - bon français, avec une traduction instantanée dans un bon anglais ou chinois ?
Quant à ceux qui préfèrent les annotations écrites, voire l'écriture avec OCR, ils peuvent toujours commander un iPen 2, ce que j'ai fait et devrais recevoir en avril !

Pages