Fermer le menu

Shadow : le PC dans le nuage ouvert à tous le 29 novembre à partir de 29,95 €/mois

Stéphane Moussie | | 15:45 |  89

Après plus d’un an de bêta-test, tout un chacun pourra s’abonner au Shadow à partir du 29 novembre. Le Shadow, c’est ce PC dans le nuage conçu par la start-up française Blade.

En vous abonnant, vous disposerez d’un ordinateur Windows 10 hébergé sur les serveurs de Blade et accessible depuis n’importe où grâce à des clients Windows, macOS et Android (des clients Linux et iOS sont prévus).

Autrement dit, Shadow fait disparaître la grosse tour dans le bureau en déportant toute la puissance de calcul et le stockage sur un serveur distant. « Grosse tour », car Blade vise en particulier les joueurs avec une configuration musclée : processeur Intel Xeon 8 cœurs (E5–2620 v4), carte graphique Nvidia Quadro P5000 (équivalent d’une GeForce GTX 1080 avec 16 Go de RAM au lieu de 8 Go) et 12 Go de RAM DDR4.

Seule « anomalie » dans la configuration, le stockage limité à 256 Go, ce qui risque d’être vite juste avec des jeux prenant plusieurs dizaines de Go. Des options pour augmenter le stockage seront dévoilées ultérieurement.

Shadow exploite un centre de données d’Equinix.

L’abonnement coûtera 29,95 €/mois avec un engagement d’un an. Si vous voulez essayer le service pendant un mois seulement, il vous en coûtera 44,95 €. Avec engagement de trois mois, l’abonnement sera à 34,95 €/mois.

Blade a revu son offre depuis la première présentation : le boîtier Shadow n’est plus indispensable, il sera proposé en option à 7,90 €/mois en location ou 119,90 € en achat unique. Mais pourquoi payer un boîtier supplémentaire si le PC est intégralement hébergé à distance ?

Le boîtier Shadow apporte plusieurs avantages, à commencer par l’optimisation des performances en s’occupant du décodage au niveau hardware du flux provenant du serveur. Il permet aussi de démarrer plus rapidement la machine distante et évite quelques réglages matériels (pas besoin de configuration pour décider quels périphériques USB sont vus par l’ordinateur distant et ceux par l’ordinateur local).

Le boîtier Shadow optionnel.

Ce petit boîtier, qui tient sur un bureau, dispose des ports nécessaires pour brancher les périphériques habituels : 2x USB, 2x USB 3.0, prise jack micro, prise jack casque, 2X Display Port et Ethernet 1Gb/s.

Outre le matériel côté serveur, ce qui détermine la fluidité de l’utilisation, c’est la qualité de la connexion internet. Blade annonce qu’une connexion ADSL à 15 Mb/s (une excellente connexion ADSL, donc) est suffisante. 15 millions de foyers sont ainsi éligibles. Évidemment, plus la connexion est rapide et la latence réduite, meilleure sera la qualité du service, le mieux étant une ligne fibre. Pour profiter de la 4K, il faut au moins 30 Mb/s.

La start-up compte optimiser sa technologie réseau jusqu’à permettre un usage correct dès 5 Mb/s. Les clients proposent des options pour régler l’utilisation de la bande passante et le type d’affichage. Par défaut, l’utilisation de la bande passante est ajustée dynamiquement en fonction de la connexion.

Le client sur Windows et Mac.

Next INpact rapporte que plusieurs mesures temporaires ont été mises en place pour limiter des abus constatés durant le bêta test. Pour éviter que les Shadow ne soient transformés en seedbox (des machines dédiées au téléchargement P2P) avec la dégradation des performances que cela peut impliquer pour les autres utilisateurs, Blade a limité la vitesse de téléchargement à 1 Gb/s en download et 100 Mb/s en upload (le datacenter a des lignes à 100 Gb/s). Il y aussi une mise en hibernation automatique au bout de 1 h 30 d’inactivité.

Ces restrictions mises à part, Blade ne bride aucunement les Shadow. Vous êtes libre d’utiliser comme bon vous semble votre machine distante sous Windows 10, y compris pour du téléchargement P2P (Blade précise condamner toute utilisation illégale). Cela va sans dire que l’abonnement au service ne comprend pas les logiciels additionnels : si vous voulez exécuter Office, Photoshop ou jouer, les licences de ces logiciels seront à vos frais.

Le client Android.

Sur le plan de la sécurité, les données sont stockées dans un centre de données en Île-de-France. La start-up assure que chaque utilisateur de Shadow a « son propre environnement, isolé des autres utilisateurs par des composants reconnus, avec des éléments de hardware qui lui sont dédiés. »

Shadow compte d’ores et déjà 5 000 clients, et plus de 12 000 personnes inscrites sur liste d’attente. Après le lancement officiel en France le 29 novembre, Blade va déployer son service au début de l’année prochaine au Royaume-Uni, en Allemagne et aux États-Unis. La start-up, qui a levé 51 millions d’euros en juin dernier, vise 100 000 clients d’ici fin 2018.

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


89 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar imatoumi 22/11/2017 - 15:49 via iGeneration pour iOS

Windows 🤢👎🏻

avatar Indecence 22/11/2017 - 16:59

Je dirais plutôt macOS.

avatar shaba 22/11/2017 - 15:51 via iGeneration pour iOS

Mouais... je préfère quand même tout avoir en local chez moi et être sûr de la sécurité de mes données et de leur accès même en cas de panne réseau.



avatar nemrod 22/11/2017 - 15:51 via iGeneration pour iOS

@shaba

On parle de jeux la ...

avatar shaba 22/11/2017 - 15:52 via iGeneration pour iOS

@nemrod

Ce n'est pas limité aux jeux pour autant.

avatar RyDroid 01/12/2017 - 17:51 (edité)

Quand quelqu'un se connecte et se déconnecte, sa manière d'utiliser les périphériques d'entrée (temps entre l'appui de 2 touches), etc : ce sont des données personnelles et elles peuvent servir à identifier quelqu'un, avec certes une marge d'erreur.

avatar SIMOMAX1512 23/11/2017 - 00:01 via iGeneration pour iOS

@shaba

Tu crois que tes données sont en sécurité parce qu’elles sont sur ton disque dur ? Y a encore des personnes qui croient ça ??

avatar shaba 23/11/2017 - 00:06 via iGeneration pour iOS

@SIMOMAX1512

Oui je préfère les savoir chez moi que sur un serveur quelconque. Je me sers du cloud mais je n'externaliserais pas tout pour autant. Les serveurs, ça plante.

avatar pim 22/11/2017 - 15:55 via iGeneration pour iOS

Chiche de s’abonner pour installer un hackintosh ?!!!

avatar PierrePio 22/11/2017 - 16:07 via iGeneration pour iOS

@pim

T’es de la rédaction ? (Je me demande ça, à cause du logo sur le côté de ton pseudo)

Si oui, vous avez mit le boîtier à l’envers sur la photo ^^
(les leds rouge en bas et les ports usb vers le haut)

avatar Stéphane Moussie macG 22/11/2017 - 16:40

@PierrePio : le logo c'est pour les abonnés au Club MacG.

avatar macam 22/11/2017 - 23:42

...

avatar PierrePio 22/11/2017 - 16:00 via iGeneration pour iOS

Pour être chez shadow depuis le début c’est vrai que c’est prometteur
Surtout qu’ils sont entrain de bosser sur une interface sans windows, à la manière de naviguer comme sur une Apple TV, et l’application IOS à vraiment l’air prometteuse également 😍

Pour ceux qui sont intéressés, voici mon code de parrainage i9x5i

Renseignez vous, c’est vraiment intéressant
Et si vous avez des questions n’hésitez pas

avatar BetterCallTim 22/11/2017 - 16:02 via iGeneration pour iOS

Emmanuel Freund, le Steve Jobs français...

avatar Jef-67 22/11/2017 - 17:13 (edité)

Ordi en ligne et en location, voiture en LLD, musique en Streaming, etc ... A quand l'intelligence en ligne ? A force de tout mettre en ligne on finira vraiment con-so-matteur

avatar LisbethSalander 22/11/2017 - 16:18 via iGeneration pour iOS

C’est vraiment bluffant, dans l’équipe un de nos collègues tester Skyrim en ultra sur son Galaxy S7. C’est assez amusant au final et très intéressant.

avatar kitetrip 22/11/2017 - 16:29

Est-ce que le bilan écologique de cette solution est concluant par rapport à posseder sa propre machine ?

avatar RyDroid 01/12/2017 - 17:55

Probablement pas, puisque ça fait tourner 2 machines au lieu d'une. De plus, il faut aussi compter toutes les machines et câbles nécessaires pour la connexion à Internet. On peut aussi émettre l'hypothèse que les consommateurs de ce genre de solutions vont vouloir les graphismes à fond, alors qu'au moins une partie se serait contentée de ceux que pouvait offrir sa carte graphique.

avatar hirtrey 22/11/2017 - 16:38 via iGeneration pour iOS

J’ai l’impression de retourné 30 ans en arrière, c’est super !!!!!

avatar pocketalex 22/11/2017 - 22:13

@hirtrey

Le serveur centralisé, c'est le passé ... et c'est l'avenir

J'ai bossé pendant les 5 dernières années avec un laptop puissant, au prix d'un certain poids à transporter tous les jours, les datas qu'il faut aussi balader avec soi (et quand il manque des fichiers... youpi tralala), l'autonomie à gérer, et au final une solution informatique qui reste modeste en confort par rapport à une station desktop

Du coup j'ai revu mon "setup" (comme on dit aujourd'hui) et depuis 2 ans, j'ai comme machine principale à mon boulot une station desktop bien puissante (pour l'époque, je la remplace d'ici 1 mois) et je m'y connecte à distance depuis chez moi via un mac mini ou, plus souvent, depuis mon Macbook 12" également chez moi (canapé, lit, etc) mais également de n'importe ou.

Avec une bonne connexion (fibre à la maison, 4G Orange en déplacement) j'ai un framerate moyen entre 30 et 60fps pour un écran 1920x1080. Dans les meilleures conditions, à part la compression du signal, j'ai quasiment la même machine que si j'étais devant.

Et pour bosser c'est le pieds, j'ai ma station de travail, donc toute la puissance possible, le serveur réseau avec tous les projets dessus et les fichiers, et ce depuis n'importe ou, pour peu que j'ai une liaison pas trop préhistorique

Par contre, que ma machine principale soit un truc loué dans un datacenter, c'est pas pour demain.

avatar KidZebr 22/11/2017 - 16:39 via iGeneration pour iOS

Ça peut être vraiment sympa pour les gens qui n’on pas les moyens de débourser une certaine somme pour un ordinateur ! Après il faut encore avoir la connexion qui suit derrière :’)

avatar RyDroid 01/12/2017 - 18:00

Il y a aussi plein de jeux qui ne nécessitent pas un ordinateur cher. Avec un Raspberry Pi, tu peux par exemple jouer à certain nombre de jeux disponibles nativement sous GNU/Linux et à plein de jeux émulés (NES, SNES, GB, GBC, GBA, MegaDrive, PS1, etc), le tout pour très peu cher. Bien entendu, le Raspberry Pi est un cas "extrême" en terme de prix, mais ça montre que même avec peu financièrement, il y a de quoi faire pour jouer à des jeux vidéos.

avatar anti2703 22/11/2017 - 16:49

Je suis le seul a trouver la config étrange pour jouer ?!

Les gamers préfèrent des Core i7 ou i5 pour jouer. Les jeux ne tirent que très rarement parti de plus de 4 cœurs, vaut donc mieux (juste) 4 coeurs mais avec une grosse fréquence qu'un Xeon avec plein de cœurs mais avec une fréquence pourrie.

Puis même la P500 n'est pas une carte gaming... c'est une carte dédiée au monde professionnel, elle se fait poutrée en jeu par des cartes d'entrées de gamme même si en puissance brute elle cartonne. Les calculs sont différents pour du jeux que ceux qu'on effectues en montage vidéo ou retouche photos...

Fin bref, ils ont voulu jouer à qui a la plus grosse et je ne suis pas sur que ça fonctionnera leur truc ^^

avatar EBLIS 22/11/2017 - 19:14

@abti2703
"Quadro P5000 (équivalent d’une GeForce GTX 1080 avec 16 Go de RAM au lieu de 8 Go)".
Je n'ai moi non plus pas compris, la gamme Quadro, comme le stipule l'article, n'a rien à voir avec une GeForce. Je 'e comprends pas non plus le choix du Xeon. Est-ce en rapport avec l'encodage en temps réel utilisé ?

avatar Ghaleon111 22/11/2017 - 20:35

Une quadro c’est une GeForce optimiser Pro

Pages