Fermer le menu
 

Les nouvelles voitures majoritairement autonomes dans dix ans selon Elon Musk

Nicolas Furno | | 17:30 |  61

Tesla est le constructeur le plus avancé à l’heure actuelle en matière de conduite autonome et électrique, c’est le plus agressif aussi dans le domaine. Ce n’est pas surprenant dès lors que son patron soit particulièrement optimiste dans ce domaine. Elon Musk était invité d’une table-ronde organisée par la National Governors Association. Il s’est exprimé sur de nombreux sujets, essentiellement politiques et économiques, mais il a également évoqué le futur de l’automobile à ses yeux.

Elon Musk. Cliquer pour agrandir

Selon Elon Musk, plus de la moitié des véhicules vendus aux États-Unis seront électriques d’ici dix ans au maximum. Ce segment reste encore minoritaire, mais sa croissance va être exponentielle et les voitures électriques deviendront rapidement la norme.

Ce sera la même chose pour la conduite autonome. Alors que Tesla prépare toujours un trajet totalement autonome entre Los Angeles et New York d’ici la fin de l’année, son CEO a évoqué à nouveau un horizon de dix ans pour que les voitures qui se conduisent seules se démocratisent. Il va même plus loin que pour l’électrique : la majorité des nouveaux véhicules seront autonomes dans dix ans. Et dix ans encore après, les voitures perdront même leur volant d’après Elon Musk.

La nouvelle Audi A8 sera bardée de capteurs dédiés à la conduite autonome. Cliquer pour agrandir

Un calendrier très ambitieux, mais il est indéniable que tous les acteurs du secteur travaillent sur les deux fronts. On parle souvent de Tesla, le seul constructeur à proposer dès aujourd'hui une expérience de conduite autonome aboutie, même si elle nécessite toujours l’attention du conducteur. Tout le monde s’y est mis et commence à présenter ses cartes. La semaine dernière par exemple, Audi présentait sa nouvelle A8 capable de conduire vraiment toute seule jusqu’à 60 km/h.

De leur côté, les constructeurs français travaillent aussi sur le sujet. Renault s’est associé à Sanef pour développer une solution dédiée aux péages. L’approche est totalement différente de celle de Tesla, où le véhicule analyse la situation autour de lui et prends ses décisions seul. Cette fois, l’autoroute est équipée spécialement pour communiquer avec la voiture autonome, qui reçoit ainsi des consignes. Par exemple, la voie à suivre au péage est envoyée en amont, si bien que le véhicule sait ce qu’il doit faire et se contente de surveiller les autres véhicules aux alentours.

Ce type de solution est plus complexe à mettre en place, puisqu’il faut une infrastructure spécifique autour des péages. Néanmoins, c’est probablement la meilleure solution dans ces cas complexes, où il n’y a plus de marquage au sol, et où les voitures n’ont pas toujours un comportement prévisible. Le groupe PSA (Citroën, Peugeot et DS) travaille d’ailleurs sur le même sujet avec d’ailleurs la même approche que Renault, mais cette fois avec le groupe Vinci.

Une première expérimentation a été menée le 12 juillet avec un prototype autonome de chez Citroën et le péage de Saint-Arnoult en banlieue parisienne, le plus grand péage d’Europe. En arrivant, la voiture reçoit une consigne et le péage communique aussi un feu vert quand la barrière se relève. Au-delà des péages, Vinci envisage de déployer un jour des bornes radio sur tout le réseau pour communiquer des informations ponctuelles, que ce soit une zone de travaux ou un accident. En cas de problème, les voitures autonomes pourraient aussi s’arrêter d’elles-mêmes dans les aires d’autoroute.

Ajoutons que le partenariat entre Renault et Sanef s’inscrit dans un cadre européen. Outre les constructeurs automobiles, les pays devront aussi adapter leurs infrastructures pour faciliter la transition vers la conduite autonome.

Source : Electrek

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


61 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar armandgz123 17/07/2017 - 17:38 via iGeneration pour iOS

Tant qu'il y a des moteurs à explosion et qu'on peut conduire manuellement, ça me va

avatar ovea 17/07/2017 - 19:39 via iGeneration pour iOS

@armandgz123

Les turbines ont un meilleur rendement et bénéficient de l'infrastructure pour la recharge.

avatar Benitochoco 17/07/2017 - 21:20 (edité)

Conduit une électrique sportive, et tu changeras d'avis !



avatar Manu 17/07/2017 - 23:35

Moi j'ai toujours pensé que c'est pas à l'homme d'apprendre le code de la route mais à l'automobile.. On sera amené à appliquer au réseau automobile les règles et protocoles équivalents à ceux appliqués au réseau informatique. Il y a des études dans ce sens. De plus cela permet d'avoir une signalisation routière dynamique et même virtuelle. On peut imaginer par exemple qu'à un instant donné, pour fluidifier le traffic, l'on rende un tronçon de route à circulation en sens unique.

avatar fte 17/07/2017 - 21:48 via iGeneration pour iOS

@armandgz123

Ca ne durera pas dans l’espace public. Profite.

avatar JonasL 18/07/2017 - 09:10 via iGeneration pour iOS

@armandgz123

Profitez-en bien :)

avatar ErGo_404 17/07/2017 - 17:42

Adapter l'infrastructure me paraît être quelquechose de très coûteux pour pas grand chose. Je ne pense pas que ça soit exceptionnellement compliqué de faire passer une voiture à un péage si on arrive déjà à la faire conduire par tous temps dans toutes les conditions.
Après il est certain qu'adapter les infrastructures en plus de voitures permettra d'optimiser au mieux les déplacements, mais automatisons déjà le parc et on verra après pour les raffinements :)

avatar ovea 17/07/2017 - 19:43 via iGeneration pour iOS

@ErGo_404

Les infrastructures on pas besoin de changer, d'ailleurs c'est déjà le cas.
Un générateur électrique à turbine suffit !
Un meilleure rendement partout :
Plus de transmission avec un moteur électrique par roue.

Après pour les automates de conduite, ça ne fonctionne qu'en local mais pour faire un tour du monde c'est impossible : trop de façons de conduire différentes !

avatar C1rc3@0rc 17/07/2017 - 19:59 (edité)

@ErGo_404

Un peage c'est juste un obstacle qui ralenti le flux de vehicule et augmente les dangers de collisions. L'approche de Renault se pose dans une vision archaique de hirarchie verticale de l'organisation de la circulation. Le peage est un archaisme, une batardise issue du mariage consanguin entre le liberalisme et l'economie centraliste.

Les problemes a resoudre sont bien autres et se concentrer sur une absurdité n'a pas le moindre sens. Certes les voitures de Renault vont devoir rouler sur le reseau francais, mais a mon avis Renault devrait plutot investir dans le lobbying pour faire "sauter" les peages autoroutiers et venir sur une solution type Suisse, et tout le monde y gagnerait en temps, en securité (mais pas en argent pour l'Etat et les societes d'exploitation autoroutières)

avatar iDanny 17/07/2017 - 18:14 via iGeneration pour iOS

Ouais enfin il se mouille pas trop... sauf s'il veut parler de bagnoles entièrement autonomes (lâcher de volant toussa).
Sinon, bien sûr que dans 10 ans n'importe quelle nouvelle caisse aura son lot minimum d'aides à la conduite, c'est quasiment déjà le cas now.

avatar House M.D. 17/07/2017 - 19:29 via iGeneration pour iOS

@iDanny

C’est justement de voitures totalement autonomes dont il parle...

avatar C1rc3@0rc 17/07/2017 - 20:01

@iDanny

Il faut lire les articles avant de commenter: Musk evoque bien les bagnoles totalement autonomes.

avatar iPop 17/07/2017 - 21:39 via iGeneration pour iOS

@iDanny

Franchement j'ai des doutes. Deja que l'on prévoit des voitures tout électrique dans 20 ans. La conduite tout autonome y est très lié.

avatar iDanny 17/07/2017 - 22:40 via iGeneration pour iOS

Lisez l'article original dans la langue de Shakespeare: ça parle de "autonomous", ce qui reste quand même un peu ambigu, on ne sait pas précisément de quel niveau il veut parler.

avatar YARK 17/07/2017 - 18:19

Question d'ordre plus général :
une fois que tout ce qui peut être automatisé l'est, j'imagine que l'être humain n'aura plus qu'à bénéficier de ces bienfaits.
Oui, mais comment, puisque toutes les tâches qu'il faisait avant auront été automatisées.
Donc ce ne sera pas avec l'argent de son ancien labeur qu'il pourra profiter de ces "bienfaits".
Il y aura bien un moment où il faudra se rendre à l'évidence que la notion de travail fait partie du "vieux monde"...

Bouah, pis j'm'en tape : j'ai un lit et un canapé autonomes.
C'est plus pour l'achalandage en bière et sardines que ça risque de se compliquer à plus ou moins long terme.

avatar C1rc3@0rc 17/07/2017 - 20:23

@YARK

La notion de travail a toujours ete "temporaire" et transitionnelle (la connerie est d'avoir construit des modeles politiques basés sur le travail). La notion d'esclave aussi.
Le travail est deja obsolete dans son role dans le systeme social, et il ne perdure que pour des questions dogmatiques.
Fais quelques calculs:
- l'impot qui est rentable est celui sur la consommation (TVA) pas sur le travail.
- on vit en moyenne 80 ans, sur ces 80 ans on va passer 20 a 25 ans a etre reelement productif, ce qui veut dire que l'on vit moins de 30% de sa vie a produire et 70% a consommer (em fait 100% a consommer, car lorsqu'on produit on arrete pas de consommer)
- le nombre d'emplois augmente dans le secteur quaternaire, celui qui ne produit rien de concret consommable directement. Le tertiaire est en regression, le secondaire se concentre, le primaire s'etiole. En gros, le peu de travail restant produit du concept alors que le paysan et l’ouvrier disparaissent.

aujourd'hui la majorité de la consommation se fait a credit, dans des economies nationales sur-endettées tendant vers la faillite, ce qui veut dire que la majorité de la consommation n'est et ne sera jamais payée au producteur. L'economie est de plus en plus virtuelle, donc ne repose et ne produit aucune valeur.

avatar fte 17/07/2017 - 21:59 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

"L'economie est de plus en plus virtuelle, donc ne repose et ne produit aucune valeur."

Faux.

L’économie n’est plus concrète depuis l’invention de la monnaie et l’abandon (pour ainsi dire forcé) du troc de biens et services. Ça fait un moment déjà.

Le virtuel - je suppose dans le sens immatériel vu ton propos - a de la valeur. Parfois non quantifiable. Souvent quantifié malgré tout. Mais la valeur existe bel et bien.

avatar C1rc3@0rc 19/07/2017 - 08:41 (edité)

@fte

Tu as raison pour le coup, l'economie virtuelle produit bien une valeur... virtuelle. Le probleme c'est qu'il n'y a pas de conversion possible entre la valeur virtuelle et la valeur reelle. Quand tu donnes ce que tu as contre l'a promesse d'avoir plus en retour... mais qu'au final tu n'obtiens rien de concret, c'est ça l'economie virtuelle.

avatar fte 19/07/2017 - 10:28 via iGeneration pour iOS (edité)

@C1rc3@0rc

Tu sais sûrement que nous n’avons à l’heure actuelle aucune preuve que notre univers est réel et non une simulation ?

Qu’est-ce qui est concert, qu’est-ce qui est virtuel ? Tu as quatre heures.

Mais sérieusement, j’ai des souvenirs d’événements forts de ma vie "réelle", tout comme j’ai des souvenirs forts d’événements virtuels en jeu, comme cette charge épique de mon clan Vikings dans un jeu de rôle grandeur nature, ce moment où j’ai exploré le dernier bout des Ghostlands et finalement obtenu le titre the Explorer, près d’une cascade. Je n’aurais aucun mal à retrouver l’endroit exact, j’ai toujours la carte en mémoire.

Dans mon école, on utilise trois livres d’électronique principaux, les Floyd. En papier et en PDF. Le contenu de ces livres c’est quoi pour toi ? Concret ou virtuel ? Ça a une valeur concrète ou virtuelle ? Avec le savoir détaillé dans ces livres, on peut fabriquer de vrais appareils électroniques, par exemple un amplificateur audio. Un ampli audio, c’est concret, mais la musique qu’il amplifie c’est quoi ? Concret ou virtuel ? Le plaisir d’écouter une belle musique, concret ou virtuel ?

Cette conversation que nous avons, est-elle virtuelle ? N’a-t-elle aucune valeur ?

avatar Ron Dex 17/07/2017 - 18:20 via iGeneration pour iOS

Je me demande sérieusement ce que le gouvernement va en inventer comme taxe pour contrebalancer l'abandon du carburant.
Une taxe sur l'électricité pour les voitures j'imagine…

avatar PiRMeZuR 17/07/2017 - 18:33 via iGeneration pour iOS

@RonDex

Une taxe sur les batteries pour compenser le coût de la fabrication et du recyclage ? Ça aurait du sens.

Dans tout les cas, la multitude de services publics que tu utilises au quotidien, souvent même s'en t'en rendre compte, ça a un coût et c'est normal.

avatar whocancatchme 17/07/2017 - 18:24 via iGeneration pour iOS

Il manque un mot avant "YouTube"

avatar Nicolas Furno macG 17/07/2017 - 18:54

@ whocancatchme

C’est surtout qu’il fallait plusieurs autres mots… 😳

Merci, c’est corrigé !

avatar MarcMame 17/07/2017 - 18:31 via iGeneration pour iOS

Bientôt il ne sera même plus nécessaire de monter dans la voiture.

avatar Remords Sincères 17/07/2017 - 18:45

Impressionnant les petits coups de volants sur la vidéo de la Megane et du péage que donne la voiture pour bien se centrer entre les voies au guichet
Et quand ça fait ça j'imagine qu'elle passe en laissant strictement le même écartement à gauche comme à droite, au millimètre près.

C'est quand même assez colossal comme technologie.

Pages