Fermer le menu

A voté ! Le programme numérique des candidats à l’élection présidentielle

Mickaël Bazoge | | 18:47 |  349

Ce n’est un scoop pour personne, le premier tour de l’élection présidentielle aura lieu le dimanche 23 avril. Le second tour, qui déterminera notre président(e) pour les cinq années à venir, se tiendra le 7 mai.

Parmi les thèmes qui ont dominé cette campagne inédite, il y a eu bien sûr la probité, l’économie, la sécurité, la lutte contre le terrorisme. Mais le numérique n’a eu droit qu’à la portion congrue. Il est vrai que le sujet recouvre de nombreux domaines qui n’évoquent pas forcément grand-chose au grand public. Néanmoins, ce sont là des pans essentiels de l’économie, de la sécurité publique et de la confidentialité dont il est question.

Qui décrochera la timballe de l'Élysée ? — Cliquer pour agrandir

Les grandes lignes des programmes numériques des candidats que vous trouverez ci-dessous résumées pourront éventuellement vous aider à faire votre choix ; rappelons néanmoins que ces propositions s’intègrent dans des programmes plus vastes qu’il convient de consulter si vous hésitez toujours sur un nom.

Pour éviter les procès d'intention, les candidats sont listés par ordre alphabétique. Merci aussi de rester courtois dans les commentaires…

Nathalie Arthaud

On trouve peu de propositions en lien avec le numérique dans le programme de la candidate de Lutte ouvrière, dont la présence dans la course à la présidentielle est surtout un moyen pour le parti trotskyste de faire connaitre ses idées auprès du plus grand nombre.

Cliquer pour agrandir

On trouve toutefois une référence au numérique dans le domaine de la culture et singulièrement, pour les bibliothèques de quartier : « l’accès libre aux réseaux d’informations via Internet (…) est primordial ». L’afflux d’utilisateurs désireux de maîtriser l’outil informatique doit pousser l’État à embaucher du personnel dans ces bibliothèques. Les autorités doivent aussi imposer la fixation des tarifs pour les « bouquets numériques fournis par des éditeurs privés » afin de ne pas grever les budgets des médiathèques.

Nathalie Artaud affirme également qu’« une personne sur quatre n’a pas internet », ce qui présente des difficultés pour de nombreuses démarches administratives, même si le chiffre est en fait plus proche d'une personne sur six. La solution est d’investir de nouveau dans les services publics de proximité.

François Asselineau

Le candidat de l’Union populaire républicaine (UPR) entend assurer la neutralité du net, interdire les dispositifs de surveillance des données et le profilage, assurer aux internautes l’anonymat et le définir comme le « propriétaire de ses données ». Toujours dans le domaine du respect de la confidentialité, le programme de l’UPR veut promouvoir les opérateurs et hébergeurs alternatifs.

Cliquer pour agrandir

Certaines propositions de François Asselineau rejoignent les préoccupations d’autres candidats : promotion de l’interopérabilité des systèmes d’information et utilisation de logiciels libres dans l’administration, pousser à la fin des formats propriétaires et protection des lanceurs d’alerte.

Plus original, le candidat de l’UPR veut mettre en place un « réseau chiffré national » pour assurer le transfert des données de santé, interdire le transfert de données vers d’autres États ou sociétés étrangères, ou encore la création d’un Haut Commissariat du numérique à l’ONU pour regrouper les principaux organismes de gestion d’internet.

Jacques Cheminade

Difficile de repérer au premier coup d’œil les propositions sur le numérique du candidat Cheminade, dans un programme qui fait la part belle à la sortie de l’UE et de l’euro pour la France. Toutefois, en cherchant un peu, on tombe sur quelques mesures comme un « accès universel au numérique » sur tout le territoire piloté par un « grand service public du numérique ». Il aura pour mission de fournir, à des tarifs réglementés, un accès universel au réseau.

Cliquer pour agrandir

À l’école, Jacques Cheminade veut introduire le plus tôt possible l’apprentissage du code pour « disposer des bases » afin de « résister à l’emprise des nouveaux monstres du numérique ». Le candidat de Solidarité et Progrès est également un adversaire résolu des jeux vidéo, dont il veut interdire les titres les plus violents.

Nicolas Dupont-Aignan

Le candidat de Debout la France ! place la « souveraineté numérique » du pays au premier plan, en déplorant par exemple le partenariat entre la Bibliothèque Nationale de France et Google pour la numérisation de son fonds. Il veut combattre le « contrôle unilatéral » qu’exercent les États-Unis sur la « révolution numérique ».

Cliquer pour agrandir

Pour ce faire, Nicolas Dupont-Aignan propose de lancer un moteur de recherche made in France et des réseaux sociaux en partenariat avec des pays européens volontaires. L’État, qui redeviendra majoritaire au sein du capital d’Orange, lancera une « OPA amicale » sur « Nokia-Alcatel » afin de créer un « champion numérique » national. Les pépites françaises comme Deezer et Dailymotion seront protégées des raids étrangers. Et pour compléter le tout, le candidat promeut un système d’exploitation tricolore afin d’assurer la souveraineté numérique des données de l’État.

La numérisation des services publics, l’instauration d’un « open data » national, la formation au numérique à l’école sont également au menu et rappellent ce que d’autres candidats ont formulé. Tout comme l’amélioration de la couverture du territoire en fibre optique et Très Haut Débit.

Sur le plan des propositions culturelles, il s’agit d’abroger la loi Hadopi, mettre en place une licence globale et créer une plateforme publique unique de diffusion des contenus culturels, regroupant les fonds de le BnF, du service public de l’audiovisuel, des musées publics, etc.

François Fillon

Le programme « radical » revendiqué par François Fillon ne s’applique pas réellement au numérique : les propositions du candidat issu de la primaire de droite se positionnent plutôt dans la continuité de ce qui a été engagé depuis des années.

Cliquer pour agrandir

Il propose ainsi d’accélérer le déploiement du Très Haut Débit fixe et mobile d’ici à 2022 en « refinançant » le plan France Très Haut Débit initié en 2013, et qui s’appuie déjà sur une enveloppe de 20 milliards d’euros. François Fillon veut également initier un « plan 5G », une technologie certes testée par les opérateurs, mais dont la définition exacte reste encore à écrire (lire : C’est quoi, la 5G ?).

Le candidat Les Républicains veut appuyer sur le champignon pour la « transformation numérique de l’État », avec un objectif : engager la France dans « l’e-démocratie ». Les procédures administratives devront être complètement dématérialisées d’ici la fin du quinquennat, avec un identifiant numérique unique pour les usagers, le développement des consultations sur internet (télémédecine, e-santé), etc.

Là aussi, le mouvement est déjà engagé avec des formulaires et des « pré-plaintes » à remplir en ligne. C’est également le cas pour l’ouverture à l’open-data des services publics, que le candidat entend généraliser dans l’administration (tout en garantissant la protection des données personnelles), au bénéfice des start-ups françaises.

Dans ce registre, François Fillon joue une petite musique douce à l’oreille des jeunes pousses, avec la mise en place d’états généraux de l’industrie et de l’innovation, qui seront suivis d’un « grand plan de rattrapage et d’accompagnement » visant à faire passer le taux d’accompagnement des PME/PMI du numérique de 10 % à 100 %.

Une des difficultés typiquement françaises, c’est le financement : l’épargne pourra être orientée vers les start-ups pour soutenir leur croissance. Une déduction fiscale de 30 % sur les montants investis dans les start-ups (jusqu’à un million d’euros) est dans les tuyaux, de quoi favoriser l’investissement.

Sur le plan européen, François Fillon fait quelques vœux pieux : le moteur franco-allemand portera « l’ambition de plateformes numériques industrielles et sectorielles » dans le secteur de la voiture autonome par exemple. La défense des libertés publiques et la gestion des données personnelles devra aussi être portée au niveau de l’Europe. Il souhaite « assurer la cybersécurité des citoyens, des entreprises et des institutions » en modifiant le cadre réglementaire et en maîtrisant le logiciel et le matériel.

Dans ce cadre, François Fillon veut faire en sorte que l’Europe reprenne sa « souveraineté numérique » en multipliant les supercalculateurs : il y en a 120 dans l’UE, contre 171 aux États-Unis et en Chine, selon le décompte d’Eric Pilat, un des piliers du programme numérique du candidat. Le TOP500, une liste germano-américaine qui fait figure de référence dans le domaine, place 105 des super-calculateurs les plus puissants en Europe, contre 175 sur le continent américain et 213 en Asie. Le constat n'en est pas moins exact : si la France se place au cinquième rang des nations les plus équipées, derrière le Japon et devant le Royaume-Uni, elle ne place que deux super-calculateurs dans le top 50 mondial et dévisse progressivement.

Enfin, dans l’éducation, François Fillon s’engage à pousser les feux pour généraliser l’enseignement et la formation au numérique, en transformant par exemple le cours de technologie en cours de « culture numérique ». Un effort qui pourrait pousser au recrutement d’enseignants en informatique, ce qui risque de se heurter à la promesse « choc » de supprimer 500 000 postes de fonctionnaires.

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


349 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar apotheker 14/04/2017 - 15:40 via iGeneration pour iOS

Je vote Macron ou Fillon pour faire barrage à melenchon.
Moi que ne vote jamais j'irai défendre la démocratie ce coup ci.
Pour moi les problèmes des français ne sont pas à foutre sur le dos des 10% les plus aisés ou les étrangers.

avatar grigby 14/04/2017 - 15:42 via iGeneration pour iOS

@apotheker

Je vote Mélanchon pour faire barrage à Macron et à Fillion pour les raisons inverses.

J'attends un commentaire tout autant constructif pour appel à voter Macron et on ferme la section des commentaires.

avatar Noam 14/04/2017 - 15:53

Voter Mélenchon c'est mener notre pays à la ruine.
Une programme communiste, des mesures confiscatoires (d'après le Conseil Constitutionnel qui a retoqué le taxe à 75% de Hollande), un salaire maximum depuis quand un homme politique peut me dire combien d'argent je dois gagner?!
Après avoir vanté ce grand orateur on a finalement lu son programme, mesure 62 La France rejoindra l'Alliance Bolivarienne qui peut compter parmi ses membres Le Venezuela, la Bolivie, L'Iran et la Syrie de Assad, de tres grands amis de la France de la démocratie et des droits de l'homme je pense à la récente attaque à l'arme chimique syrienne.
De plus sortir de l'Europe quel catastrophe pour l'économique numérique, nos starts up, s'isoler du monde c'est la plus grande bêtise, et ca ne fera que monter les prix de nos chers produits Apple
Je ne sais pas encore pour qui voter mais je sais pour qui je ne voterai pas, lire les programmes est désormais un devoir pour tous afin de se faire sa propre idée de la France



avatar iDav92 14/04/2017 - 16:09 via iGeneration pour iOS

@Noam

Les chars soviétiques sont prêts à rouler sur les Champs-Elysées !! :-)

avatar C1rc3@0rc 15/04/2017 - 01:13

@iDav92

«Les chars soviétiques sont prêts à rouler sur les Champs-Elysées !! » :-)

Et les cohortes bolchevik pretes a se repandre sur le monde, ou les kamarades prolétaires, le poing levé, égorgeront les esclavagistes et pendront les derniers curés/rabins/imams avec les tripes des derniers patrons!
;)

C'est vrai qu'on assiste a des niveaux de betises dans les declarations des gens qui sont assez stupéfiantes a proximités des élections.

Pour rappel aux précédents commentateurs : en France le vote est a bulletin secret et l'anonymat garanti. Helas, par contre, l'abstention n'est pas sanctionnée et Mitterand a fait assimiler les votes de protestation (blanc / sélection non listée/...) a un vote nul.

@Noam: tu devrais lire justement les programmes des candidats plutot que citer des titres polemistes d'articles de presse.

@ grigby: voter pour faire barrage, c'est faire le jeu des démagogues et contribuer a la confiscation du pouvoir électoral. Mitterrand s'en est servi pour se faire elire, Chirac s'en est servi pour se faire elire, Sarkozy s'en est servi pour se faire elire, Hollande s'en est servi pour se faire elire... On a vu les resultats: toujours plus de la meme chose conduit a toujours plus du meme resultat.

@ apotheker: «Moi que ne vote jamais j'irai défendre la démocratie ce coup ci.»
Tu iras défendre ton intérêt, peut être, ce que tu crois plus certainement, mais fais attention de ne pas te faire entourlouper par un discours purement marketing...

Pour ce qui est du programme numerique des candidats, les declarations d'intentions et le populisme c'est une chose, apres il y a des faits, des traités et des financements.
Il faut lire le contenu des programmes de chacun, certes, mais surtout tenter de comprendre sur quoi cela repose, comment c'est financé et si c'est compatible avec le cadre légal.

Ce que je relève, c'est que beaucoup de déclarations d'intentions ne font que reprendre l'existant: ce serait bien d’éviter de recommencer a bloquer la republique et la Justice avec des abrogations de lois et d'attente de décrets sine-die, comme l'a fait Sarkozy...

Ensuite, c'est bien beau de declarer vouloir la neutralité du net, la protection des données, garantir les liberté, etc... sauf qu'il faut bien considérer que l'Internet est global, planétaire et que des traités supra-nationaux ont ete signé (Chirac, massivement Sarkozy, Hollande a tours de bras ) qui empêchent tout simplement d'appliquer ces intentions.
Pour que ces propositions soient realisables il faudrait au minimum:
- sortir de l'OTAN !
- abroger la législation mise en place pour les interets de l'industrie du divertissement (ACTA, LOPPSI, LCEN, HADOPI,...)

Et il faut voir a quel point Sarkozy a "vendu" la souveraineté "numerique" du peuple français aux interets militaro-industriels anglo-saxons, et a quel niveau Kazeneuve et Valls ont spolié les droits citoyens dans cet objectif. Ne parlons meme pas de Macron, manu-la-finance, qui appelle a s'aliger sur les USA afin de supprimer définitivement le droit de propriété privée de l'information et des données...

De plus la surveillance generalisée, ne date pas de Sarkozy ou Kazeneuve, meme s'ils ont largement empiré la situation, mais d'avant avec la participation et soumission aux programmes d'ecoutes automatisées mis en place par les USA depuis la Guerre Froide. Et ces programmes visent le citoyen mais aussi les secteurs economiques, industriels, la recherche, etc: il suffit de rappeler les affaires des marchés d'Airbus vs Boeing!

Et derniers elements:
- au final toute l’économie nationale est soumise au dollar (Bretton Woods)!
- les USA assimilent les actes informatiques (surveillances, piratages, chiffrement, etc) a des actes physiques. Ca veut dire que les USA se sont dotés d'un cadre legal qui leurs permet d'engager une action militaire physique s'ils estiment que leur securité est menacée par un acte ou un fait informatique. En gros aujourd'hui, pour lancer la guerre en Irak ils n'auraient juste eu besoin que d'affirmer avoir subit une attaque informatique...

Ceci dit, merci a MacG de faire un point sur cette aspect de la campagne présidentielle.

avatar Appl'Z 21/04/2017 - 21:29 (edité)

Une question sérieuse, tu passes combien de temps sur ce cite, au vu de tes nombreux et long message, je dirais longtemps ^^

avatar JLG01 23/04/2017 - 08:47

Beaucoup d'affirmations qui ne sont pas dans les programmes des candidats.
Donc beaucoup de désinformation.

avatar iPop 21/04/2017 - 23:02 via iGeneration pour iOS

@iDav92

C'est la fin 😱

avatar iPop 14/04/2017 - 16:18 via iGeneration pour iOS

@Noam

P'ete qu'on en a besoin parce que le foutage de gueule de ces dix dernières années ...

avatar Knuckles 14/04/2017 - 17:04 (edité)

https://www.youtube.com/watch?v=t4HRpgazlvU
Tiens va t'instruire sur le fond de l'idée au lieu d'écouter aveuglement les journalistes comme un mouton.

Sinon à part le fric, y'a des choses qui te percutent plus pour l'avenir de l'humanité comme l'écologie, la pauvreté, l'évasion fiscale, les animaux, l'agriculture etc etc qui forme dans le programme de Melenchon tout un ensemble cohérent et l'urgence qu'il y a de passer vers un futur plus propre ? Non, tout ce que t'as retenu c'est les bêtises du genre la France va devenir l'URSS, on va avoir le nouveau Staline, et les riches seront un peu moins riches, quel malheur, j'en ai les larmes aux yeux.

avatar Noam 14/04/2017 - 19:54

Pourquoi un manque de respect?

Je trouve les journalistes au contraire très complaisant avec M. Mélenchon
Si tu t'identifies dans l'idéal communiste alors c'est ton choix.
Le fric ça me percute je me lève pas tous les matins pour rien. L'écologie oui bien évidemment, les énergies renouvelables, la voiture électrique mais oui aussi au nucléaire, une énergie peu cher simple maitrisé, ce n'est pas un danger comme il s'acharne à dramatiser, l'industrie du nucléaire c'est des milliers d'emplois en France et ne me dis pas que le renouvelable va les remplacer, ces gens ne sont pas formés à ça. Et je dirai même qu'elle est propre dans une certaine mesure où il faut uniquement gérer les déchets nucléaires on les enverra surement bruler sur le soleil (qui soit dit en passant est fusion nucléaire permanente en bien plus gros mais pourtant on en a pas peur) dans quelques années la fusion (on fait actuellement de la fission) nucléaire permettra d'améliorer le rendement et d'éviter en plus les déchets il me semble.
J'estime qu'il appartient à chacun de se lever et de se sortir de sa pauvreté, l'état ne paiera pas avec mon argent quelqu'un qui ne travaille pas ce n'est pas la justice sociale ça, tout le monde a la possibilité dans ce pays d'aller à l'école et de mener des études gratuitement, pour réussir il n'y a pas d'ascenseur sociale il faut prendre l'escalier...
Enfin oui le programme de M. Mélenchon est confiscatoire je le répète (anticonstitutionnel mais bon il veut la changer me direz vous). Si au bout d'un certain salaire 400k/an il me semble la taxe est à 100% quel intérêt de travailler au delà?
"La finance soit rendre l'argent" se plait il à dire j'aimerai bien savoir comment il va faire pour les obliger? Sauf à instaurer un régime totalitaire pour empêcher les grosse fortunes de quitter le pays mais je ne crois pas que ce soit dans ces plans.

avatar C1rc3@0rc 15/04/2017 - 01:19

«l'industrie du nucléaire c'est des milliers d'emplois en France et ne me dis pas que le renouvelable va les remplacer, ces gens ne sont pas formés à ça. Et je dirai même qu'elle est propre dans une certaine mesure où il faut uniquement gérer les déchets nucléaires on les enverra surement bruler sur le soleil»

T'as quel age?
Ce que tu dis est a un niveau de bêtise d'une profondeur abyssale.

Non, personne n'enverra de déchets nucléaires «brûler sur le Soleil», a commencer parce que quand un lanceur explosera cela dispersera dans l'atmosphere des poussieres hautement radio-actives qui empoisonneront durablement et globalement l’atmosphère et les terres.

Et s'il y a des dechets c'est que ce n'est pas propre.
Et la question des dechets n'attendra 50 avant de se poser: elle se pose depuis 30 ans et il n'y a pas de solution, mais des couts qui explosent !
On stocke, on dissémine, on enterre, on immerge... bref on gere le déchet nucleaire comme de gros cul-terreux qui ont "fait" d'abord et essayent de réfléchir après!

Et en tout premier lieu: le nucléaire est une energie non renouvelable, non rentable et extrêmement coûteuse a tous les niveaux, ce coût explosant dans le temps!

Juste la fermeture de la petite centrale ultra-dangereuse de Fessemheim c'est au minimum 5 milliards d'euros et ce chiffre ne considère pas le démantèlement, ni le traitement des déchets et la réhabilitation de la zone!
Fessenheim a coûté 1 milliard pour sa construction, aujourd'hui ce coût serait 6 fois supérieur (les normes de sécurité étaient gravement sous-evaluées).

Regardes ensuite les couts des catastrophes majeures a commencer pas Tchernobyl et Fukushima. Pour rappel, la limitation de la catastrophe de Tchernobyl a nécessité l'intervention de 500 000 hommes et a provoqué l'effondrement economique de l'URSS.

L'institut Max Planck a evalué les risques d'accident nucleaires... conclusions:
- une catastrophe majeure a une probabilité de se produire tous des 10 a 20 ans
- une catastrophe du niveau Fukushima ou Tchernobyl a un cout de base approchant les 1 500 milliards d’euros!
- un accident moindre, degat d'un reacteur sans atteinte de l'integrité du confinement, c'est plus de 20 milliards d'euros en cout de base.

En France il y a 58 reacteurs en services, 13 en arrêts définitifs.

Le nucléaire c'est une ruine économique et un désastre écologique sur le long et tres long terme.

avatar Knuckles 14/04/2017 - 22:21

Oui le nucléaire c'est génial, et hormis les points que vous avez souligné pour le mettre en valeur, vous avez pensé aux conséquences que provoquent l'achat de ces ressources primaires que sont l'uranium, le pétrole et le gaz sur la planète ?...Ah oui, juste des guerres, continuons à nous entretuer pour le nucléaire c'est génial. Ah et combien ca va coûter pour remettre au norme nos vieilles centrales nucléaires..+ de 100 milliards, c'est pas eux qui le paieront hein, c'est nous. Tout ca pour reculer encore l'âge de ces central et biiien nous mettre en danger un peu plus longtemps. On peut p'tete envisager de mettre ce fric dans des énergies RENOUVELABLES, souvenaires, independante, et qui nous confereré sans doute une grande lumière sur le reste du monde de par le savoir et le niveau de qualification que l'on va posseder. Ce n'est pas de la fiction, puisque des organismes indépendant ont publiés un rapport sur l'énergie renouvelable qui disent que c'est possible de passer à 100% d'ici 2050. Alors oui, il faudra forcement former, requalifier les employés des centrales vers ces nouveaux métiers propre, je ne vois pas où est le problème, j'y vois surtout une économie nouvelle.
Pour ce qui est d’être taxé à 100% après 400 000 € par an, je vois pas où est le problème non plus, QUI a besoin de 400 000 € par an quand à côté y'a des gens qui travaillent mais qui sont tout de même dans la précarité, et qui crachent chaque jour surement plus que le grand patron qui fait son beurre sur le petit salarié, enfin faut être sérieux, l'intérêt commun c'est simplement évident à partir de ce genre de somme déjà carrement démesuré, alors si TOI tu ne veux pas te lever d'avantage le matin pour gagner + de 400 000€ franchement personne ne va te plaindre, à part la bourgeoisie coincée qui pense simplement qu'à se gaver comme des porcs. J'imagine que si j'en arriverai à un tel niveau de salaire indécent pour une seule personne, je serai FIER de donner ce que je gagne au delà de cette somme à l'état, pour l'école, l’hôpital, la sécurité etc etc plutôt qu'à les garder pour moi pour en faire je ne sais quel caprice d'humain complétement débile.
Et ceux qui veulent quitter le pays, ils se donneront malheureusement du mal pour rien, car ce cas de figure est prévu, l'impot que cette riche personne pourrie jusqu'à l'os au point de ne pas servir sa patrie aurait du donner à l'état français s'il y été domicilié devra quand même être payé parce que le fisc français aura ce pouvoir. C'est le cas aux usa. Et les patrons ca se remplace, y'en a bien d'autre qui coûte moins cher pour le même travail qui feront tout aussi bien. C'est fini la fête désolé.

avatar Moumou92 14/04/2017 - 22:45 via iGeneration pour iOS

@Knuckles

Diaboliser le nucléaire c'est bien, mais il faudrait une alternative crédible… aujourd'hui ça n'existe pas…

Quand aux patrons, ceux du cac40 qui gagnent des fortunes sont… 40!

La vraie vie d'un patron moyen de France, c'est un gar qui se bat pour faire vivre son entreprise et des emplois, qui souvent ne se paie pas ou peu, et qui vit avec le spectre de la faillite… la majeur partie des patrons en France, ce sont des patrons de PME ou TPE, bien plus nombreux que les patrons de multinationales… arrêtons avec ce fantasme du patron multi milliardaire… des gens qui gagnent 400 000 euros par an, il n'y en a pas énormément… comment faire du foin pour 50 personnes en France… c'est du meêm niveau que la loi pour le Burkini: des débats à n'en plus finir pour une 30aine de femme en France… nous avons mieux faire que débattre de ces sujets là…

avatar Knuckles 14/04/2017 - 23:15

Oui donc c'est un faux débat de râler pour l'imposition à 90% au delà de 400 000€ par an car effectivement, ca concerne 0.5% de la population française, risible. C'est tout ce que je veux dire. Pour le reste du patronat évoqué dans ton commentaire, ca tombe bien l'objectif c'est, comme il le dit, remplir le carnet de commande par la relance. C'est une vision differente de l'austérité, l'austérité on a vu ce que ca donnait dans beaucoup de pays, j'imagine qu'il n'y a pas qu'un modele unique et universel qui fonctionne non ? Pourquoi on balaye les hypotheses alternative d'un revers de la main alors que les enjeux écologiques sont autrement plus important que la planète sur laquelle nous vivons, nous la partageons riche comme pauvre, et à l'allure ou l'on va, en pensant que "profit", "argent", on risque de mettre un terme à notre espèce assez vite pour qu'on ait encore le temps nous même d'assister, bien vieux peut-être, aux prémices d'un desastre dans lequel nous avons été complice, et pour lequel nous n'avons rien fait. Des alternatives crédibles il en existe, il faut concentrer la r&d sur le sujet, et pourquoi pas en parallele la fusion nucléaire, ca n'est bien sûr pas à écarter, notamment pour l'espace. Mais l'Histoire a démontré que ce qui été impossible hier ne le sera plus demain si on y consacre les moyens, l'intelligence, et l'énergie humaine.

Et j'ajoute que c'est justement en faisant partie des premiers à appliquer cette révolution écologique, que l'on pourrait avoir un impact commercial sur le monde, car il faudra vendre nos connaissances aux autres pays, evidemment. On ne doit pas avoir une vision anthropocentré, tout ne va pas se résoudre entre nos frontières

avatar C1rc3@0rc 15/04/2017 - 01:50

@Knuckles

«Pourquoi on balaye les hypotheses alternative d'un revers de la main alors que les enjeux écologiques sont autrement plus important »

Parce que l'ecologie est encore perçu comme une decroissance, une regression technologique et un appauvrissement financier. Et cette idée reçue est d'autant plus forte que l'on est dans une depression economique majeure qui touche toutes les classes, sauf la minorité ultra-riche qui au contraire augmente sa richesse.

La population s'est rendu compte avec le krack des subprimes que les generations de futurs primo-accedants ne pourront etre que locataire, alors qu'en france un ouvriers pouvait dans les annees 80-90 esperer devenir proprietaire de son logement.

La construction ecologique, la bagnole ecologique, la nourriture ecologique,... sont reputées plus cher que le conventionnel.

L'ouvrier, l'artisan, le salarié de classe moyenne voit pour la premiere fois que ses enfants non seulement seront moins riche que lui, mais qu'en plus ils n'auront pas de travail a moins d'un niveau etudes poussé et cher...

lors des 2 dernieres decennies les metiers qui ont donné le plus d'emplois a "bon" salaires ont ete surtout dans le marketing et la vente. "Faire" une HEC etait une assurance qui ouvrait beaucoup de portes, dont celles des banquiers. C'est fini. La probabilité de chomage du futur diplomé d'un HEC est quasi equivaente a un master de lettres!

Donc il faut arreter de parler d'ecologie mais du cout economique de l'impact environnementale.
Il faut parler de la faillite de l'agriculture intensive face a la penurie prochaine de phosphate, du chiffrage des couts de decontamination inevitables des biotopes, du cout monstrueux de traitements des dechets, du cout des polymeres de substitutions aux plastiques derivés du petroles lorsqu'on aura fini de bruler stupidement tout le petrole dans nos bagnoles,...
et mettre en face les benefices de la production economique issue de la gestion des eco-systeme, du faible cout a long terme des productions energetiques renouvelable, des economies des techniques industrielles sans dechet, et de tous les emplois que commencent a generer la gestion environnementale...

A ce niveau Mélenchon, est le seul qui ait aujourd'hui un programme economico-ecologique qui tienne la route.

avatar Ios_What a joke 18/04/2017 - 18:14 (edité)

Je suis en général d'accord avec toi mais là non, il n'y a pas d'alternative viable à l'heure d'aujourd'hui au nucléaire. Si on se basait sur les énergies "propres" (tout provoque des déchets en certaine quantité) et renouvelables, je peux te garantir que seuls les plus riches auraient accès à l'électricité et les moyens auraient un sacré trou dans le budget. Quelle électricité utilises-tu? Si tu me sors EDF, tu contribues au nucléaire et l'utilises pleinement. Si l'électricité est si peu chère aujourd'hui, c'est pas grace au solaire, à l'éolien mais grâce au nucléaire (avec tous les effets négatifs aussi).Continuer d'utiliser le nucléaire tant que les autres énergies ne sont pas à la hauteur du nucléaire en terme de puissance produite reste la moins pire solution. Après bien sûr que je préférerai une énergie beaucoup moins polluante et aussi efficace.

avatar C1rc3@0rc 21/04/2017 - 20:57 (edité)

@Ios_What a joke

«il n'y a pas d'alternative viable à l'heure d'aujourd'hui au nucléaire.»

Faux et archi-faux!
Il y a des solutions multiples de production électrique excluant le fossile et le nucleaire et c'est rentable et beaucoup moins cher que le nucleaire.

Je te rappelle que le cout de l'energie electrique en France est subventionné massivement, directement mais aussi indirectement.

Le financement de la construction, du fonctionnement et de démantèlement (ça va faire mal) du nucleaire c'est l'impôt et les taxes qui l'assure!
Ce que tu payes sur ta facture, c'est le cout résiduel qui n'est pas couvert par l'impot!

Le cout du nucleaire comprend:
- la construction de la centrale
- le fonctionnement de la centrale
- le carburant: l'uranium, c'est de plus en plus cher
- le transport et stockage de l'uranium
- la protection civile et militaire de la centrale
- l'entretien de la centrale et le renforcement de la securité(infrastructure, fonctionnement)
- le retraitement des dechets (y a pas que les dechets radioactifs d'ailleurs)
- le stockage des dechets radio-actifs sur le long terme (centaines d'annees)
- la mise a l'arret de centrale (plusieurs annees avant de pouvoir la dementeler)
- le démantèlement de la centrale

Et puis il y a les couts cachés dont le plus important: le sur-dimensionnement du reseau electrique necessaire et la deperdition energetique!

Parce qu'une centrale nucleaire c'est un systeme central, ou la production est eloignée (le plus possible) de la consommation, ce qui implique des kilometres de cables haute tension.
Et plus grandes sont les distances entre la centrale et le consommateur, plus il y a de pertes electriques: le reseau haute tension est un radiateur électrique qui chauffe l'atmosphere!

Donc le cout du nucleaire c'est aussi celui d'un reseau electrique sur-dimensionné perdant de l'electricité, dont une bonne partie part en chaleur dans l'amosphere.
La aussi c'est le contribuable et le consommateur qui payent ce gaspillage!

A ce niveau les energies renouvelables, quasi toutes sont exploitables sur le site de consommation ou a faible distance. Que ce soit l'eolien, l'hydrolique, le geothermique...
On arrive meme a avoir des bâtiments qui produisent plus qu'il ne consomment!

Et rapprocher le site de consommation et de production c'est encore le plus simple et le moins couteux des moyens d'optimisation énergétique.

Parlons aussi des couts de securité.
Une centrale nucleaire ça coute cher a proteger (civil et militaire).

Ca coute encore plus cher quand il y a un accident.

Mais il y a aussi la sécurité d'approvisionnement: un reseau a haute tension c'est vulnerable (intempéries, attentats, vieillissement) et lorsqu'il est endommagé, le consommateur ne reçoit plus d'electricité.

En comparaison le renouvellable coute peu.
Il n'y a souvent pas de cout de carburant et comme les sources sont souvent proches du site de consommation l'efficacité energetique et la securité sont maximales.

Bref, si on reporte la pression fiscale servant a financer le nucleaire sur du renouvelable, non seulement cette pression diminuera, mais en plus le prix de l'electricité diminuera!

avatar Wolf 17/04/2017 - 09:21 via iGeneration pour iOS

@Knuckles Ce n'est pas une question de besoin. C'est juste une question de jalousie de la part de ceux qui se contente d'aller au boulot dans jamais essayé de se surpasser pour faire mieux ou sortir de sa condition.
Perso je ne gagne pas encore plus de 400.000€ mais j'espère bien y arriver dans un futur pas trop lointain

avatar pme 14/04/2017 - 22:39

Au dessus de 400k€, ce n'est pas 100% mais 90% d'imposition, c'est à dire ce qui a été fait par Roosevelt aux États Unis avant la deuxième guerre mondiale. Une grande figure du communisme.
Ce n'est que récemment que les plus riches sont devenus si peu taxés, depuis le tournant ultra-libéral des années 80. C'est étonnant comme cette doxa économique parait naturelle à tant de gens maintenant, alors qu'elle nous emmène droit dans le mur.

avatar une fleur 15/04/2017 - 00:26 via iGeneration pour iOS

@Noam

« J'estime qu'il appartient à chacun de se lever et de se sortir de sa pauvreté [...] tout le monde a la possibilité dans ce pays d'aller à l'école [...] »

La pauvreté ne se résume pas à une propriété individuelle intrinsèque. Comme le souligne Simmel (Les Pauvres), c'est à la fois une construction sociale et un rapport social structurel : les pauvres sont ceux qui nécessitent assistance. Votre propos contredit cette définition.

Autre point, l'école en France n'est pas un système d'ascension sociale ; au contraire, c'est un système de reproduction. Toute les preuves scientifiques sur le sujet sont disponibles et actualisées — cf. Bourdieu etc.

avatar C1rc3@0rc 15/04/2017 - 02:11

@ une fleur
Tu as raison, mais ce discours est trop complexe et demande a des personnes hostiles et engoncées dans des dogmes d'aller chercher les preuves de la fausseté des ces memes dogmes... c'est demander a un adepte, cadre d'une secte, d'en demontrer la dimension sectaire!

La pauvreté en occident se constate sur des points simples:
- augmentation du cout des denrées alimentaires non transformées
- augmentation du prix de la viande et des poissons (en plus de la rarefaction des especes disponible) excluant de plus en plus de monde d'une consommation quotidienne.
- développement des banques alimentaires saisonnières et extension de ces periodes saisonnieres: cf les Resto du Coeur ou les institutions comme le Secours Catholiques qui tirent la sonnette d'alarme
- l'etat de degradation nutritionnelle de la majorité de la population
- l’augmentation de la precarité sanitaire chez les jeunes et les retraités
- augmentation et résurgences des maladies de la pauvreté
- la crise du secteur médical (pénurie de médecins, fermeture de services hospitaliers)

Quand une majorité de la population doit commencer au debut du mois a s'inquieter de ce que ses gamins vont manger a la fin du mois, que l'etudiant ira en cours le ventre vide un jour sur 2, que le retraité sais qu'il ne pourra pas compter sur ses enfants pour l'aider a finir le mois, que le salarié renoncera a des soins dentaires/ophtalmiques/etc,... c'est que la paupérisation est belle et bien concrète et quotidienne.

Quant a l’école l'adage suivant résume tous les discours: avec le Bac t'a rien d'autre que le droit de faire des études, sans Bac t'as juste rien!

avatar JLG01 24/04/2017 - 13:53

"l'etat de degradation nutritionnelle de la majorité de la population"
"Quand une majorité de la population doit commencer au debut du mois a s'inquieter de ce que ses gamins vont manger a la fin du mois"
Fort heureusement, ces affirmations sont fausses, il n'est question que d'une minorité concernée par ces sujets, tout au moins dans les pays dits développés.
Ensuite, le fait d'aider beaucoup de personnes n'induit pas automatiquement une augmentation de la pauvreté, mais une augmentation de la prise en charge par la collectivité de dépenses contraintes.
Sinon nous serions tous des indigents sanitaires du seul fait de la prise en charge généralisée des frais de santé.
L'ultime démarche dans ce domaine étant le revenu inconditionnel, ce qui, selon votre raisonnement, appauvrirait tout le monde.
Mais évidemment, vous êtes bien trop intelligent pour le comprendre.

avatar JLG01 23/04/2017 - 08:52

Les salariés du nucléaire ont des niveaux de formation qui devrait leur permettre de passer à autre chose sans difficulté.
Sinon, c'est à ce demander comment ils ont réussi.

avatar ancampolo 22/04/2017 - 14:01 via iGeneration pour iOS

@Knuckles

Arretez votre propagande melenchon bande d'endoctrinnés si vous voulez vivre comme ça des pays vous attendent cuba, la chine, la corée du nord et j'en passe.

Pages