Fermer le menu
 

« Ship first, fix later » : un monde en bêta

Anthony Nelzin-... | | 16:10 |  71

Vous avez l'impression d'être un cobaye permanent au service des éditeurs de logiciels et de fabricants de matériel ? Votre intuition est la bonne : vous avez en effet payé pour l'obligation de tester le produit… et le droit de recevoir quelques mises à jour par la suite pour régler ses principaux bogues.



Beta

Des développements plus agiles à l'heure d'internet



Le modèle de la « bêta permanente » est indissociable de l'émergence d'internet, un réseau qui favorise la collaboration en masse, le retour utilisateur immédiat et direct, et la distribution directe de nouvelles itérations. Des mots qui évoquent les méthodes agiles de développement, ou en tout cas les méthodes « itératives-incrémentales-adaptatives », qui émergent justement au début des années 1990.



Il ne fait aucun doute que les développeurs web ou de logiciels libres qui ont les premiers adoptés cette mentalité l'ont fait sans une structure aussi rigide que les méthodes RAD ou Scrum, sans même parler de l'Extreme Programming. Mais force est de constater leur proximité, au moins dans l'esprit, du grand pragmatisme à la bonne réactivité en passant par l'organisation autour des besoins et remarques de l'utilisateur.



Les méthodes agiles sont d'abord et avant tout dédiées au monde de l'entreprise et la gestion des projets d'envergure : il paraît donc normal que des développeurs indépendants ou de petits groupes ne les aient pas adoptées stricto sensu, même si l'on retrouve certains de leurs aspects dans leur façon de travailler.



La constitution de start-ups devenues multinationales de l'internet au tournant du XXIe siècle a néanmoins provoqué un glissement qui provoque parfois la confusion. Voici que de grands groupes fonctionnent comme de petits développeurs et adoptent des méthodes agiles, c'est-à-dire plus souples que les méthodes traditionnelles, sans pour autant être agiles, au sens des méthodes RAD, Scrum, et des autres. Un entre-deux très peu formel et donc débarrassé de nombreuses contraintes entravant des cycles rapides d'innovations constantes.



Un monde en bêta permanente



Inspirée par les cycles de développement très rapides du web et du logiciel libre, et poussée par leur concurrence directe, Google fait partie des premières sociétés à adopter de manière organique le modèle du ship first, fix later. On ne compte plus le nombre de produits de la firme de Mountain View qui ont gardé pendant des années l'étiquette « bêta », à la fois excuse pour les quelques pannes et facilitateur des évolutions très rapides, par petites touches, de ces services.



De manière générale, le web a été un formidable terrain d'expérimentation, d'itérations et d'adaptations constantes — l'utilisation d'outils statistiques (Google Analytics, Mint, les heatmaps, etc.) permettant de toujours affiner les propositions. Facebook a construit son succès sur des évolutions constantes de son site : certaines consistent à décaler un bouton de quelques pixels pour qu'il soit plus facile à cliquer, d'autres renversent totalement l'interface pour favoriser de nouveaux usages.





Cette pratique s'est peu à peu étendue au logiciel, sous la double impulsion de la rencontre du web et du natif via les services et de l'émergence des app stores, qui facilitent les mises à jour. Apple a mis un pied dans la bêta publique avec iWork.com, et ce sont aujourd'hui la plupart de ses produits qui sont concernés. Il n'y avait plus qu'un pas pour que le matériel soit lui aussi soumis à ces cycles, et c'est aujourd'hui indubitablement le cas.



La méthode d'Apple a néanmoins l'avantage de la clarté : la firme de Cupertino a recyclé la stratégie tick-tock d'Intel. Le tick d'Apple, c'est l'incorporation de nouveautés radicales, soit dans un produit existant, soit par le biais d'un nouveau produit — avec les risques de fiabilité et de stabilité que cela comporte. La pression du calendrier oblige à commercialiser des logiciels voire des OS auxquels il manque des fonctions évidentes, compromettant parfois leur cohérence. Le manque de stabilité des processus industriels naissants provoque des taux de déchets élevés, ou des problèmes de fiabilité sur les premières séries.



Le tock, c'est la stabilisation de ces nouveautés. Le retour utilisateur permet de savoir ce qui manquait et ce qui n'est finalement pas nécessaire. Les statistiques d'utilisation permettent d'améliorer certains processus, de renforcer un point chancelant ou de boucher une faille. Le travail sur les chaînes de production permet d'augmenter la cadence et la fiabilité. Le mythe de la « Rev. A » n'est pas uniquement une théorie du complot : il se base sur des faits bien tangibles.



Une nécessité industrielle : s'adapter ou mourir



Pourquoi accepter un OS X Lion moins stable et moins cohérent qu'un OS X Mountain Lion, un MacBook Air 2010 à la charnière plus fragile que le MacBook Air 2011, un iPhone 4 qui capte moins bien qu'un iPhone 4S, un iPad de troisième génération qui est plus chaud que son successeur ne le sera ? C'est tout simplement une nécessité industrielle : à l'heure où tout le monde adopte le ship first, fix later, il faut s'adapter et adopter les mêmes cadences, ou mourir.



Windows Phone est sans conteste un excellent système d'exploitation mobile, mais s'il ne perce pas, c'est aussi parce que Microsoft a adopté un rythme extrêmement lent d'itérations, laissant iOS et Android faire la course en tête. Les systèmes d'Apple et de Google sont peut-être un peu moins cohérents et un peu moins stables, mais ils sont revus de manière très régulière pour corriger leurs faiblesses et ajouter peu à peu des nouveautés.





Nokia et RIM ont aussi été rayés de la carte, non pas parce qu'ils ont été incapables de répondre à Apple, mais parce qu'ils n'ont pas su répondre à Apple vite. Et ensuite se dépêcher de répondre bien. Si la part de marché de Firefox s'érode, c'est aussi parce que Chrome, avec son cycle de développement extrêmement rapide, a donné l'impression d'être largement plus innovant.



Avec son modèle « innovation / stabilisation », Apple a su répondre à cette fuite en avant, tout en la temporisant de manière régulière. Le problème de certaines méthodes agiles est en effet le manque de contrôle qualité, et ce sont les boulons parfois mal serrés qui provoquent cette impression d'être un bêta-testeur permanent. Force est de constater que si le modèle d'Apple n'est pas le moins fiable de tous, il reste encore largement imparfait.



La capacité d'Apple et de ses concurrents à multiplier les itérations tout en garantissant leur stabilité et leur fiabilité sera sans conteste un défi particulièrement ardu à relever. En attendant, le remède sera parfois pire que le mal : au nom de l'ajout de fonctions pour l'utilisateur, on continuera à souvent lui imposer des solutions bancales.


Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


71 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar daito 31/07/2012 - 16:12

"Les systèmes d'Apple et de Google sont peut-être un peu moins cohérents et un peu moins stables," Mois cohérent et moins stable en comparaison de quoi ? Si c'est en comparaison avec Windows phone, alors LOOOOOOOOOOOOOOOOL. Windows Phone a été lancé avec pas mal de défauts comme l'absence de copier/coller, multitâche etc...qui ont été corrigés avec des mises à jour. Donc Windows Phone ne marche pas non pas pour un "rythme lent d'itération" mais simplement car il est sorti trop tard obligeant Microsoft à proposer des fonctions déjà existantes chez la concurrence dans les mises à jour à défaut d'innovation.

avatar daito 31/07/2012 - 16:16

"Pourquoi accepter un OS X Lion moins stable et moins cohérent qu'un OS X Mountain Lion, un MacBook Air 2010 à la charnière plus fragile que le MacBook Air 2011, un iPhone 4 qui capte moins bien qu'un iPhone 4S, un iPad de troisième génération qui est plus chaud que son successeur ne le sera ? C'est tout simplement une nécessité industrielle " Car ce sont des défauts mineurs largement acceptables surtout par rapport à ce qu'apportaient les premiers produits. Par ailleurs, en dehors de l'aspect Beta que vous essayez de coller partout, il est tout à fait normal de ne pas proposer un premier produit parfait et de l'améliorer dans ses versions suivantes sans que le premier produit soit considéré comme beta. Le terme Beta est donc complètement inapproprié ici (surtout qu'il désigne normalement que l'une des phases de développement d'un LOGICIEL).

avatar Anonyme (non vérifié) 31/07/2012 - 16:16

Je vois que mon commentaire sur Synium fait des émules ;-)


avatar RickDeckard 31/07/2012 - 16:25

@daito Les charnières fragiles du MBA, un "défaut mineur largement acceptable" ?

avatar Ali Baba 31/07/2012 - 16:25

@daito De Windows. Lol.

avatar Armas 31/07/2012 - 16:25

Ah, c'est marrant que vous abordiez le sujet, je suis a l'instant en train de réparer mon ordi après trois ou quatre jours de test. J'ai experimenté un crash majeur avec verrouillage du disque dur, impossibilité de redémarrer et impossibilité de reformater. La cause : Mountain Lion. Enjoy

avatar daito 31/07/2012 - 16:27

"Les charnières fragiles du MBA, un "défaut mineur largement acceptable" ?" Bien elles tiennent chez beaucoup ou cassent chez certains....

avatar Steeve J. 31/07/2012 - 16:32

@armas : C'est quoi ton Mac ? Est ce une Clean Install ? As tu réparé les autorisations du disque avant et après l'installation ?

avatar TequilaPhone 31/07/2012 - 16:33

Payer une beta ? Le tout premier Mac OS X pour le public.

avatar Armas 31/07/2012 - 16:37

Imac 27" 2009 quad core i5 2,66, j'ai les perfs, je suis encore dans les machines supportees. C'etait une installe clean comme toutes mes installations, j'aime faire le menage en demarant sur de nouvelles bases. C'etait d'autant plus avisé que j'arrivais de snow leop. Je suis en train de reparer les autorisations avec l'utilitaire de restauration, affaire a suivre

avatar Jean Claude Dusse 31/07/2012 - 16:37

Et pendant ce temps, à Véra Cruz...

avatar aleios 31/07/2012 - 16:39

Très bon article sur la logique de la beta permanente et le cycle de développement tick-tock d'Intel et de Linux qui semble maintenant adopté par tous les acteurs de cette industrie: Microsoft avec Seven version revue et corrigée de Vista, Apple avec ses Snow et Montain pour OS X et avec ses S pour les iPhones notamment... Bilan pour le consommateur: Ne jamais se jeter sur la nouveauté sans attendre les premiers retours utilisateurs qui font office de beta testeurs

avatar CKJBeOS 31/07/2012 - 16:51

@aleios +1

avatar - B'n - 31/07/2012 - 16:56

[quote=daito]Mois cohérent et moins stable en comparaison de quoi ? Si c'est en comparaison avec Windows phone, alors LOOOOOOOOOOOOOOOOL. [/quote]« Ne parles pas d'un système que tu n'as jamais utilisé. » ©daito ;)

avatar daito 31/07/2012 - 17:01

"Ne parles pas d'un système que tu n'as jamais utilisé. » ©daito" ohh c'est marrant, je pourrais dire la même pour toi en ce qui concerne les systèmes Apple. Non mais, que je l'ai utilisé ou pas, écrire que " Les systèmes d'Apple et de Google sont peut-être un peu moins cohérents et un peu moins stables," que....Windows Phone (si c'est ça), c'est juste irréel, c'est pas possible, c'est la blague de l'année, c'est....

avatar - B'n - 31/07/2012 - 17:05

@ daito : Décidément tu ne comprends vraiment rien. J'ironisais juste sur ton argument préféré à mon égard en te le retournant.

avatar Skittou 31/07/2012 - 17:11

Excellent article! A tous ceux qui pensent que la concurrence est bonne pour le consommateur, méfiez-vous des effets pervers que cela implique... ainsi que le cercle vicieux: concurrence->prix plus bas->salaire plus bas-> le consommateur c'est aussi le travailleur...bref... on n'est pas prêts de s'en sortir... D'ailleurs est-ce un hasard si les mots CONcurrence et CONsommateur commencent par le même préfixe? Je ne crois pas ;-)

avatar Steeve J. 31/07/2012 - 17:11

Pour en revenir à la news et aux bêtas et Rev A moi je constate un truc plutôt bizarre : il y a de nombreuses personnes qui ont eu un ou plusieurs Macs et qui n'ont jamais eu de problèmes et d'autres qui au contraire les accumulent ! Certains ont même carrément la poisse sans bien sûr que leurs utilisations soient différentes des autres. Par exemple j'ai un client qui les accumule : • un PC HP avec Windows Vista qui au 16ème mois d'utilisation décrète tout seul que son Windows n'est plus valide, HP ne répondant pas à ses sollicitations et lui raccrochant au nez à plusieurs reprises à chaque fois qu'il donne la référence... Puis son fils lui installe dessus un Windows XP qui ne fonctionne que 1 mois et demi et un matin : carte mère + alim + graveur DVD grillés. Là un devis fait par un concurent agréé HP de 699 € ( payée 499 €) lui fait entreposer la tour dans un coin et on lui certifie que ses données sont perdues (sans même démonter le disque dur ?) données que je lui ais récupèrés sur le DD sans trop forcer ! • il se décide à acheter un Mac sur le Store et me l'amène pour le paramètrage mais après 3 jours d'utilisation : Disque dur grillé mais comme ça l'énerve pour un Ordi de 2200 € il le revends dès qu'Apple change le DD en SAV • il rachète début 2011 un portable Sony équivalent au MBP mais en février de cette année, avec une utilisation presque mineure de l'ordi et après même pas 13 mois : carte graphique grillée et devis de 899 € par le SAV Sony • entre temps en s'abonnant à un mensuel il "gagne" avec l'abonnement un mini PC mais y'a Android 2.2 dessus et il est inutilisable mais y'a la touche Windows sur le clavier (lol) • un peu énervé il achète dans un Conforama un portable Compaq (premier prix !) mais le bouton d'alimentation fonctionne une fois sur deux et la batterie ne charge plus qu'à 20 % au bout de 4 mois et le SAV de Confo en ayant marre de le reprendre pour la 3ème fois lui fait un avoir et il achète : • une mini tour Acer dont il choisit la référence car elle a un port DVI pour brancher son ancien écran 23 pouces (qui a le port VGA cassé depuis l'achat ?) mais après les 3 semaines d'attente il se rend compte au débalage qu'ils ont changé de référence et qu'il n'y a plus de port DVI mais un HDMI à la place ? Mais là le SAV de Confo ne veux pas le rembourser et il est en attente d'une décision depuis début juillet ! Pour courroner le tout il est en ADSL chez Darty mais après leur achat par Bouygues Télécom ils passent son Mail chez Windows Mail mais la conversion échoue pour lui et il perd tout ses mails.......

avatar LeChatBleu 31/07/2012 - 17:22

C'est un tres bon article, merci de mettre le doigt sur une pratique très discutable, surtout quand ca vient d'Apple. Il faut rappeler que lorqu'on achete une machine Apple on achete de la qualité (normalement), car au prix ou elles sont vendus, on est pas pas de la bas de gamme. Au lieu de sortir un produit tout les ans, et bien qu'il le fasse tous les 18mois, moi ca me conviendrait tres bien... En ce moment je me bagarre pour recupérer les applications que j'ai acheteé sur AppleStore. car j'ai ajouté un disque pour avoir OSX Mountain tout en gardant mon disque actuel avec OSX Lion, sur une meme machine. Je ne parle meme pas des problemes avec mon iPhone. J'utilise le mac depuis plus le tout debut... je trouve qu'Apple exagere, si ca continue je vais passer a Linux.

avatar Steeve J. 31/07/2012 - 17:29

@armas : Ok ! J'attend la suite ......

avatar CKJBeOS 31/07/2012 - 17:43

@Steeve J. alors la le gars faut qu'il stop coté informatique. c'est la guigne !

avatar CKJBeOS 31/07/2012 - 17:45

@- B'n - j'ai utilisé WP 7 pas mango toutefois ! et comment dire, j'ai l'esprit à l'envers après ça ;( Une chose est sure la c'est on aime ou pas mais on est pas entre les deux. Et vu les ventes c'est plutôt on aime pas ;(

avatar Francis Kuntz 31/07/2012 - 18:27

"Windows Phone est sans conteste un excellent système d'exploitation mobile" Oui et la dernière grande avancée pour WP8, c'est de pouvoir prendre des screenshots. Ya pas à dire, ils sont en avance.

avatar iDanny 31/07/2012 - 18:50

Sans oublier la dernière Freebox, bien sûr (j'ai pas lu les commentaires précédents).

avatar Mecky 31/07/2012 - 18:52

Très bon développement, analyse intéressante ! Cela démontre une fois de plus les effets pervers des « Lois du Marché ». Qu'un contrôle politique, qu'un cadre régulateur est nécessaire afin de ne pas permettre n'importe quoi. Nous ne sommes sans doute encore qu'au début de la dérive. Que tout cela s'écroule pour que nous repartions sur des bases plus saines !

Pages