Fermer le menu
 

Apple va construire trois « grosses, grosses, grosses » usines aux États-Unis, annonce Donald Trump

| 25/07/2017 22:37 | 39

Trois « grosses, grosses, grosses » et « magnifiques » usines vont être implantées par Apple sur le sol américain, s'est réjoui Donald Trump avec ses mots d'enfant. Dans une interview au Wall Street Journal, le président américain a vendu la mèche des projets du constructeur californien. Le milliardaire tient l'information de Tim Cook lui-même, qui lui a (ou aurait, car il s'agit d'être un minimum prudent avec le locataire de la Maison Blanche) promis qu'Apple bâtirait trois usines aux États-Unis.

Cette promesse proviendrait d'une discussion concernant le sujet plus général de la réforme fiscale sur les entreprises et les investissements des sociétés. « Je lui ai dit, Tim, à moins que vous commenciez à construire des usines dans ce pays, je ne pourrais pas considérer mon administration comme un succès économique. Il m'a appelé, et il m'a dit qu'ils allaient avancer [sur ce dossier] ».

Apple n'a pas voulu réagir, mais il est possible qu'on entende rapidement la version de l'histoire par le constructeur. La Pomme et ses partenaires tournent autour de l'idée d'implanter des lignes de production aux États-Unis. Foxconn pourrait se lancer, avec notamment un projet d'usine employant 10 000 personnes dans l'État du Wisconsin. Les discussions avec l'administration Trump sont en tout cas restées au secret jusqu'à maintenant (lire : Le patron de Foxconn est reparti de la Maison Blanche sans aucun souvenir).

De son côté, Apple a mis en place un fonds de soutien à l'emploi manufacturier américain. Un milliard de dollars va être injecté dans l'industrie US, à commencer par Corning, le créateur du verre Gorilla Glass.

Mise à jour — Apple n'a pas voulu commenter les déclarations de Donald Trump.

> Accéder aux commentaires

Chrome 60 prend en charge la Touch Bar

| 25/07/2017 22:20 | 13

La version 60 de Chrome prend enfin en charge la Touch Bar. Ça n'a l'air de rien dit comme ça, mais ce support était attendu de pied ferme par les utilisateurs du navigateur web équipés d'un MacBook Pro avec la barre tactile : celle-ci ne comprenait aucun raccourci spécifique à Chrome jusqu'à présent. Heureusement, les choses changent, même s'il a fallu plusieurs mois de test pour parvenir au résultat d'aujourd'hui.

Cliquer pour agrandir

La Touch Bar contient plusieurs raccourcis bien pratiques : la possibilité de revenir en arrière ou d'avancer, d'actualiser une page, de filer sur la page d'accueil, d'accéder directement à la barre de recherche, de créer un signet et un nouvel onglet. Rien de très compliqué, Google ayant cherché à faire simple et direct. Une option Afficher > Personnaliser la Touch Bar permet de modifier la position des boutons et d'en supprimer.

> Accéder aux commentaires

L'USB 3.2 entre en scène avec des performances en hausse

| 25/07/2017 20:38 | 16

On s'est à peine habitué à l'USB 3.1 qu'il faudra bientôt parler d'USB 3.2 ! L'USB 3.0 Promoter Group, qui compte dans ses rangs Intel, Microsoft, HP ou encore Apple, vient d'annoncer la sortie prochaine des spécifications de l'USB 3.2. La principale nouveauté de ce futur standard, c'est l'amélioration des performances pour le transfert des données : le groupe promet des transferts de plus de 2 GB/s entre un appareil USB 3.2 et un disque USB 3.2, relié entre eux par un câble USB-C 3.1 certifié SuperSpeed 10 Gbps.

Les appareils équipés de l'USB 3.2 supportent des solutions à plusieurs canaux : deux canaux de 5 Gbps ou deux canaux de 10 Gbps. Les performances sont doublées, tout en conservant les câbles existants (une économie en plus). Plus de vitesse et plus de bande passante tout en restant compatible avec les produits actuels et l'USB 3.0 : ce sont les promesses du groupe.

Les spécifications sont entrées dans leur finalisation ; elles seront connues en septembre pendant les journées USB Developer.

> Accéder aux commentaires

macOS High Sierra disponible en bêta publique 3

| 25/07/2017 19:03 | 4

La 3e bêta publique de macOS Sierra est désormais disponible. Elle suit la 4e bêta développeur sortie lundi qui a apporté des icônes légèrements revues et un nouveau geste sur la Touch Bar : un petit glissement à gauche ou à droite sur le réglage de luminosité ou de volume fait varier l sans afficher la réglette complète.

À droite, la nouvelle icône de Contacts.

De nombreux bugs connus, dont certains liés à APFS, sont encore recensés dans les notes de version. Sauvegardez impérativement votre Mac avant d'installer cette bêta, comme toutes les autres. Pour participer au bêta test public, il faut s'inscrire ici.

> Accéder aux commentaires

Adobe annonce la mort prochaine de Flash

| 25/07/2017 18:39 | 69

Cela lui pendait au nez depuis un moment. Flash ne recevra plus de mise à jour et ne sera plus distribué d’ici fin 2020, vient d’annoncer Adobe. L’éditeur dit avoir collaboré avec plusieurs acteurs, dont Apple, Facebook, Google, Microsoft et Mozilla, sur son abandon.

La technologie qui fut pendant longtemps la solution dominante pour créer et distribuer des contenus multimédias a été remplacée ces dernières années par de nouveaux standards ouverts, tels que HTML5, WebGL et WebAssembly.

Les navigateurs prennent d'ores et déjà diverses mesures pour restreindre Flash. Google indique que seulement 17 % des utilisateurs de Chrome, qui embarque toujours le plug-in, visite un site avec Flash chaque jour. Il y a trois ans, ils étaient 80 %.

Dans un billet de blog, l’équipe de WebKit note, avec sûrement un sourire en coin, que les utilisateurs Apple naviguent sur le web sans Flash depuis un certain moment. Les appareils iOS n’ont en effet jamais pris en charge la technologie d’Adobe.

En 2010, peu après la sortie du premier iPad, Steve Jobs avait signé une rare lettre ouverte dans laquelle il expliquait ce choix. Il critiquait notamment l’aspect propriétaire de Flash, son manque de fiabilité et ses performances médiocres : « Nous leur avons régulièrement demandé de nous montrer Flash fonctionnant bien sur un appareil mobile. On ne l’a jamais vu ». Et on ne le verra jamais.

> Accéder aux commentaires

Bbox Miami+ : une offre plus riche et plus chère en préparation

| 25/07/2017 18:30 | 25

Petit à petit, Bouygues Telecom augmente sensiblement le tarif de son abonnement fixe principal. Après avoir ajouté un euro sur la facture (27,99 €) et fait payer la location de la Bbox Miami (+ 3 € par mois), le fournisseur d’accès à internet prépare une nouvelle offre plus chère, selon FrAndroid.

Baptisé Bbox Miami+, cet abonnement prévu pour fin août comprendra en plus de l’abonnement traditionnel :

  • une carte SD de 128 Go (la Bbox Miami ne dispose pas en effet de support de stockage pour le contrôle du direct et les enregistrements)
  • les appels illimités vers les mobiles en Europe
  • un bonus au choix parmi :
    • un abonnement au service de clips musicaux à la demande Playzer ;
    • un bouquet TV Bbox Jeunesse ;
    • un bouquet Start by Canal, exclusif à Bouygues Telecom jusqu’en novembre, comprenant 15 chaînes TV ainsi que CanalPlay et FOX Play ;
    • un hotspot mobile Bbox Nomad avec 20 Go.

Toujours d’après FrAndroid, l’offre coûtera 33 €/mois, plus les 3 € de location de box. On ne sait pas s'il faudra encore se contenter de la Bbox Miami originale, qui n’est pas la plus stable ni la plus rapide des box, loin de là, ou si ce sera enfin l'occasion de passer à la version 4K plus puissante annoncée de longue date.

Bouygues Telecom réfléchit depuis un moment à « poursuivre le mouvement Valeur pour améliorer l’Arpu (revenu moyen par client, ndlr) & la marge. » Dans des documents internes que nous avions pu consulter début 2016, l’opérateur réfléchissait alors à une offre « Premium » incluant un disque dur, un bonus au choix et le multi-room. Finalement, la carte SD a a priori remplacé le disque dur et le multi-room restera une option payante (6,99 €/mois). En proposant Start by Canal comme bonus, l’offre Bbox Miami+ est aussi une réponse à la concurrence qui inclut toujours plus de contenu.

> Accéder aux commentaires

Les formations pour développer sous iOS 11 se préparent

| 25/07/2017 16:30 | 6

Vous voulez découvrir le développement mobile pour les appareils iOS ? Ou vous mettre à jour pour découvrir les nouveautés de l’année, d’iOS 11 à Swift 4 en passant par Xcode 9 ? Les formations iOS 11 se préparent alors que le système n’est même pas finalisé et vous pouvez déjà en découvrir deux !

Pour commencer, Maxime Britto va proposer une nouvelle formation pour iOS 11 et Swift 4. Si ce nom ne vous dit rien, ce formateur avait proposé l’an dernier l’une des meilleures formations iOS 10 et Swift 3 à destination des débutants et entièrement en français. Le nouveau cours n’est pas encore terminé, mais son concepteur présente un aperçu gratuit sur son site.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Vous devrez créer un compte pour accéder au contenu, mais vous n’aurez rien à payer et la formation est déjà assez complète, avec notamment la découverte et l’installation de Xcode 9 et quelques bases de Swift 4. Un premier projet est inclus, pour créer une calculatrice en Swift. Cet accès gratuit contient trois heures de vidéo et il prélude un cours aussi complet que l’an dernier et payant.

Le cours complet reprendra une partie de celui de l’an dernier, mais il y aura aussi du contenu supplémentaire. De nouveaux TP, des chapitres dédiés aux nouveautés d’iOS 11, comme ARKit et CoreML, ou bien encore sur le glisser/déposer de l’iPad. Tout ce contenu sera ajouté progressivement au fil des prochains mois avec un tarif qui montera également progressivement. La version payante devrait être lancée la semaine prochaine.

En attendant, le site spécialisé dans les formations en ligne Udemy propose déjà un début de formation iOS 11 et Swift 4, également en français. Le cours est vendu actuellement 10 € seulement au lieu de 200 et il n’est pas encore complet, mais de nouvelles vidéos seront ajoutées régulièrement. Le formateur, Ludovic Ollagnier, est un enseignant spécialisé dans les technologies Apple depuis près de dix ans.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

La formation compte déjà 6,5 heures de vidéo et elle s’adresse elle aussi aux débutants qui veulent se mettre au développement mobile. Dans les deux cas, le seul véritable impératif est d’avoir un Mac au minimum sous Sierra pour installer Xcode 9.

> Accéder aux commentaires

LG : mise à jour du logiciel de gestion des écrans UltraFine

| 25/07/2017 14:00 | 4

LG a récemment mis à jour le logiciel de gestion de ses moniteurs UltraFine 4K et 5K. Il n’est pas obligatoire, il n’est pas spécialement beau non plus, mais cet utilitaire permet de gérer la fonction de split screen via un menulet, et il améliore la compatibilité des moniteurs dédiés aux MacBook Pro (Thunderbolt 3). Même si Apple a participé au développement de ces écrans, ils n’en continuent pas moins de souffrir de bugs un peu pénibles et l’installation de ce Screen Manager (à récupérer ici) aidera sans nul doute à améliorer l’existant.

Cette mise à jour apporte par exemple un meilleur contrôle du son, mais d’autres soucis restent encore au rendez-vous. Petit à petit, ces vilains bugs finiront peut-être par disparaitre. Ou pas…

> Accéder aux commentaires

Aperçu du Project Nimbus qu’Adobe a fait fuiter par erreur

| 25/07/2017 11:10 | 15

Oups. Il y a quelques jours, Adobe a proposé par erreur à certains abonnés du Creative Cloud une version interne de Project Nimbus. Voici notre aperçu.

Project Nimbus, c’est cette nouvelle application de bureau présentée en novembre 2016 qui repose sur un service de stockage et de synchronisation de photos dans le nuage. Son rôle est de proposer une expérience continue avec Lightroom Mobile, mieux que ne le fait Lightroom actuellement.

Une bêta doit être disponible d’ici la fin de l’année, mais quelques utilisateurs ont récemment eu la surprise de voir le logiciel listé dans leurs applications Creative Cloud téléchargeables, sur Mac comme sur Windows. Il y a des témoignages sur un forum et sur Twitter.

L’application est frappée de la mention « Internal Only » (« à usage interne uniquement ») et a été retirée du téléchargement rapidement. Adobe nous a confirmé la bourde : « Ce matin-là, nous avons partagé par erreur Project Nimbus avec un petit groupe de clients Creative Cloud. »

Cliquer pour agrandir

Quoi qu’il en soit, c’est par ce biais que nous avons pu nous procurer des captures d’écran du logiciel. La version qui a fuité a la même interface globale que celle qui a été présentée lors de la conférence Adobe MAX. Il y a de petites différences entre les deux, comme le champ de recherche maintenant situé au centre et plus large, et des boutons qui ont changé de place.

Par rapport à Lightroom, que Nimbus ne remplace pas mais complète, l’interface est moins chargée et il n’y a pas de segmentation en modules (bibliothèque, développement, impression…). Les outils d’édition ne sont pas tous empilés dans la colonne de droite, il y a une palette d’outils à la Photoshop qui comprend une demi-douzaine d’outils généraux :

  • outils de base (lumière, couleur, effets, détails, optique, géométrie) ;
  • recadrage ;
  • corriger ;
  • pinceau ;
  • dégradé linéaire ;
  • ...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Malware : une variante de Fruitfly traine depuis au moins cinq ans

| 25/07/2017 09:14 | 5

Fruitfly refait parler de lui. Ce malware repéré en janvier est en effet de retour via une variante découverte par Patrick Wardle, qui présentera ce logiciel malveillant plus en profondeur durant une conférence à la Black Hat Security de Las Vegas. Comme son modèle, ce malware peut récupérer des informations confidentielles sur le Mac infecté en prenant le contrôle de la webcam, en réalisant des captures d’écran et en se mettant de côté les saisies réalisées au clavier. Le logiciel collecte aussi des informations sur tous les Mac connectés à un même réseau. Selon le chercheur en sécurité de Synack, le malware traine ses guêtres depuis au moins cinq ans !

Potentiellement, les malandrins qui se cachent derrière Fruitfly et cette variante sont donc en mesure d’installer d’autres malwares sur les ordinateurs infectés, et de subtiliser des données très confidentielles comme des codes de cartes bancaires et des mots de passe de connexion. Cependant, dans les faits, le chercheur en sécurité n’a trouvé aucune preuve de ce type de larcins. Selon Wardle, ce méchant bout de code pourrait surtout être utilisé pour espionner une personne, on serait loin en tout cas d’une attaque sponsorisée par un État pour déstabiliser un pays ou une organisation.

Le malware se connecte à des serveurs dont les adresses sont présentes « en dur » dans le code. Il a pu acquérir les noms de domaine correspondants, ce qui fait dire à Wardle que ce logiciel malveillant n’est plus utilisé par ses créateurs. Durant deux jours, le chercheur a tout de même pu voir que 400 Mac étaient connectés au serveur : pendant tout ce temps, il avait la possibilité d’utiliser les compétences du logiciel pour espionner ces utilisateurs à leur insu… Les domaines associés au malware ne sont désormais plus disponibles, ce qui élimine de facto une grande partie de la menace.

Apple n’avait pas tardé à réagir lorsque la découverte de Fruitfly lui avait été notifiée : le constructeur avait mis à jour les mécanismes de sécurité de macOS. Il est probable qu’il en ira de même pour cette variante.

Mise à jour — Apple confirme que tous les Mac mis à jour, y compris ceux sous El Capitan, sont immunisés.

> Accéder aux commentaires

Gagnez plus de 10 000 licences de MacX Media Trans et Video Convertor Pro [Partenaire]

| 25/07/2017 00:55 | 0

2017 est une grosse année pour l'iPhone ! Le téléphone d'Apple a soufflé sa dixième bougie il y a quelques semaines, mais le gros morceau est encore à venir avec l'iPhone 8 attendu à la rentrée. L'éditeur Digiarty Software a décidé de mettre les petits plats dans les grands pour vous à cette occasion et vous propose de gagner des licences de deux de ses logiciels phares : MacX MediaTrans et MacX Video Converter Pro.

10 000 licences de MediaTrans offertes

Il devrait y en avoir pour tout le monde ! Digiarty Software offre 10 000 licences de son logiciel de transfert de médias MacX MediaTrans aux lecteurs d'iGeneration et de MacGeneration.

L'iPhone a beau avoir dix ans, on a plus que jamais besoin de transférer des données entre son Mac et ses terminaux iOS. Et c'est précisément dans ce domaine que MacX MediaTrans officie. Photo, musique, vidéo, sonneries, il s'occupe de tout !

Vous pouvez entre autres transférer vos photos très rapidement sur votre ordinateur, convertir des vidéos au format MKV pour votre iPhone / iPad, synchroniser des listes de lecture, ou encore créer des sonneries pour votre iPhone.

MediaTrans dispose également de fonctionnalités qui le rendent unique. Il permet de faire de votre iPhone une clé USB. Mieux encore, il permet de vous faire gagner de la place en optimisant les photos stockées sur votre iPhone. Digiarty Software annonce un gain de place pouvant atteindre 50 %. D'autre part, il est capable de convertir les films achetés sur iTunes de manière à ce qu'ils soient consultables sur des terminaux non-Apple. Pratique !

Alors, comment repartir avec une licence de MediaTrans ? C'est très simple, il suffit de s'inscrire sur cette page. L'offre est valable jusqu'au 25 juillet. Précisons qu'il s'agit d'une version entièrement fonctionnelle.

Dites-nous quel est le meilleur iPhone et repartez avec MacX Video Converter Pro

Autre concours pour gagner cette fois un...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Apple remplace certains MacBook Pro qui ont besoin d’une nouvelle batterie

| 24/07/2017 22:09 | 40

Vous avez un MacBook Pro Retina de première génération et la batterie commence à montrer des signes de faiblesse ? Dans certains cas de figure, Apple pourrait remplacer votre Mac par un modèle flambant neuf. C’est en tout cas le témoignage de plusieurs utilisateurs qui ont contacté Apple pour changer une batterie et qui sont repartis avec un MacBook Pro de 2016 ou 2017.

Pour espérer obtenir la même chose, vous devez remplir quelques conditions. Pour commencer, il doit s’agir d’un MacBook Pro Retina sorti en mi-2012 ou début 2013, les deux premières générations. Ensuite, le nombre de cycles de la batterie doit rester sous les 1 000 et le Mac doit identifier que la batterie a un problème. Pour obtenir ces informations, cliquez sur la pomme en haut à gauche, puis « À propos de ce Mac » et « Rapport système ». Dans la nouvelle fenêtre, cliquez sur alimentation à gauche et cherchez la ligne « Conditions ».

Pas de chance, ce MacBook Pro à l’autonomie pourtant défaillante a une batterie normale d’après les informations système. Cliquer pour agrandir

Même si votre Mac correspond à cette description, l’échange n’est absolument pas standard. En cas de remplacement de la batterie, Apple doit aussi remplacer le dos de l’ordinateur et le constructeur a manifestement des problèmes de stock en ce moment. Plutôt que de faire attendre ses clients, le service après vente propose parfois un échange complet, au prix de la réparation.

Sachant que faire réparer la batterie d’un MacBook Pro est facturé 209 € sur ces modèles, c’est l’opportunité d’échanger un Mac vieillissant contre une toute nouvelle génération à un prix record. Néanmoins, ce n’est pas automatique, puisque c’est une politique officieuse. Apparemment, vous aurez plus de chance en appelant Apple plutôt qu’en passant en boutique.

D’après Mac Rumors qui remonte l’information, ces problèmes de stock durent depuis le mois de mars et le constructeur estime qu’il faudra attendre la mi-septembre pour avoir à nouveau la pièce à changer en stock. C’est donc le bon moment pour tenter votre chance, le cas échéant.

> Accéder aux commentaires

macOS High Sierra disponible en bêta 4 [MàJ]

| 24/07/2017 18:59 | 21

Apple distribue une nouvelle version de développement pour macOS High Sierra, la quatrième. Le nombre de changements n'est pas aussi important que dans iOS 11 mais tout de même, il y a différentes évolutions ici ou là. Les articles à ce sujet sont tous ici. Comme toujours, une nouvelle bêta est aussi de rigueur pour Xcode 9, qui avait fait l’objet d’un article dédié.

macOS High Sierra est aussi proposée en bêta pour les testeurs inscrits au programme d’évaluation d’Apple. Il leur faut généralement patienter quelques heures, voire quelques jours, pour obtenir une nouvelle préversion après celle distribuée aux développeurs.

Cliquer pour agrandir

[MàJ 24/07/2017 20h37] : iOS 11 bêta 4 également disponible ce soir a revu plusieurs icônes, dont celle de Contacts, avec deux personnes au lieu d’une. Apple ayant le sens du détail, elle a fait pareil sur macOS !

Cliquer pour agrandir

[MàJ 24/07/2017 21h38] : deux nouveautés pour les utilisateurs de Mac équipés d’une Touch Bar. Pour commencer, macOS High Sierra va essayer d’ignorer les accidents en ne tenant pas compte des pressions trop rapides. Il faudra maintenir le doigt plus d’une seconde et demi pour que l’action soit enregistrée. Ensuite, Apple a modifié les réglages de luminosité et de volume avec une nouvelle option plus rapide : un petit glissement à gauche ou à droite fait varier l’un ou l’autre, sans afficher la réglette complète.

> Accéder aux commentaires

Windows : Paint est mort, vive Paint 3D [màj]

| 24/07/2017 17:00 | 43

Ce bon vieux Paint, logiciel de dessin pataud emblématique de Windows depuis 1985 et la version 1.0 du système d’exploitation, va tirer sa révérence. La Fall (ou Autumn) Creators Update de Windows 10 va en effet enterrer cette vénérable application que tout un chacun, du moins les utilisateurs Windows, a expérimenté au moins une fois dans sa vie. À ses risques et périls, Paint ayant une réputation assez épouvantable… parfois fort injuste, il est ainsi possible de réaliser de véritables œuvres d’art (ou pas).

Paint 1.0 sous Windows 1.0. Cliquer pour agrandir

Est-ce à dire que Microsoft abandonne complètement Paint ? Non, pas vraiment. Le logiciel restera présent dans un coin de Windows, mais il n’est plus en développement actif. Il pourra en être retiré à un moment ou à un autre, sans qu’on sache quand. Et puis l’héritage de Paint continue de vivre dans Paint 3D, lancé dans la foulée de la Creators Update de Windows 10 disponible depuis le printemps.

Cliquer pour agrandir

Qu’on se rassure, Paint 3D est au moins aussi tarte que son prédécesseur avec ses illustrations et clip-arts en 3D. Et puis il reprend aussi des éléments puisés chez l’ancêtre.

Mise à jour — Ouf ! Ceux qui craignaient de ne plus pouvoir réaliser des horreurs chefs d’œuvre avec Paint peuvent se rassurer : le logiciel sera bientôt disponible dans le Windows Store, au téléchargement gratuit.

> Accéder aux commentaires

Back to School : le lancement européen à venir ?

| 24/07/2017 14:05 | 6

L’offre de rentrée Back to School pourrait taper à la porte de l’Europe dans les tous prochains jours. Ce serait du moins le cas pour le Royaume-Uni, croit savoir 9to5Mac, qui s’est laissé dire par une source qu’Apple est en train de peaufiner son offre outre Manche. Gageons que c’est aussi le cas pour la France.

La promotion a débuté aux États-Unis, au Canada et dans une poignée d’autres pays le 12 juillet et habituellement, il lui faut une quinzaine de jours pour traverser l’Atlantique. Elle va se prolonger jusqu’au 25 septembre. Cette année, comme l’an dernier d’ailleurs, Apple offre un produit Beats à l’achat d’un Mac ou d’un iPad Pro, sous conditions bien sûr.

> Accéder aux commentaires

Mieux qu'un hackintosh : construisez l'équivalent d'un superordinateur de 2002 pour 3000 $

| 24/07/2017 13:00 | 13

Au début des années 2000, Apple s’était lancée sur le marché des supercalculateurs. Réalisé en collaboration avec l’institut Virginia Tech, Big Mac a été l’espace de quelques mois le troisième superordinateur le plus puissant au monde. Cette machine était composée initialement de 1 100 Power Mac, qui avaient été par la suite remplacés par des Xserve.

Ce superordinateur avait coûté 5,2 millions de dollars et était capable de monter jusqu’à 12,25 téraflops de puissance. L’un des intérêts de ce système, c’est qu’il n’était pas très cher par rapport à la concurrence. Le superordinateur de NEC, le plus puissant de l’époque, avait nécessité un investissement de 400 millions de dollars pour 35,86 téraflops.

Avec le temps qui passe, surtout dans les nouvelles technologies, tout cela apparait comme bien peu de choses en 2017. En effet, vous pouvez construire chez vous votre propre superordinateur, lequel sera plus puissant (50 teraflops), prendra nettement moins de place et vous coûtera moins cher qu’un bon Mac Pro.

System X alias Big Mac - Photo : Christopher Bowns

Spécialisé dans l’apprentissage profond, Carlos E. Perez a conçu une station de 50 téraflops pour à peine 3 000 $. Celle-ci est constituée des éléments suivants :

Au total, il en a pour 3 122 $, soit 62 $ le téraflops. Le tout fonctionne sous Ubuntu. Carlos E. Perez explique avoir également regardé du côté de Nvidia, mais certains types de calculs (FP16 / FP64) ne sont pas pris en charge sur les cartes grand public du constructeur. Résultat, il faut migrer vers des cartes professionnelles qui sont autrement plus onéreuses.

...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Promos : câbles Lightning à partir de 6,79 €

| 24/07/2017 09:24 | 20

Un jour ou l’autre, les câbles disparaitront et personne ne le remarquera. En attendant, il faut bien vivre avec, et ne pas oublier de s’équiper car on ne sait jamais, ces accessoires se perdent bien vite. Amazon propose des ventes flash pour des câbles Lightning/USB d’une longueur de 3 mètres. Il s’agit d’un lot de trois câbles proposé à 8,49 € au lieu de 19,99 €, plutôt intéressant… même si ces câbles ne sont pas certifiés MFi malheureusement.

Cliquer pour agrandir

Toujours dans le registre de la câblerie, Amazon commercialise aussi ce modèle Nazzamo Lightning/USB de 3 mètres en fibre de nylon. Plus durable que le plastique des câbles Apple donc, le tout pour 6,79 € (une remise de 15%).

> Accéder aux commentaires

DockCase : un étui qui fait dock, ou l'inverse

| 24/07/2017 09:11 | 8

Un étui pour MacBook, c’est utile. Un dock pour ce même MacBook, c’est bien pratique. Pourquoi ne pas combiner les deux ? C’est ce que propose le DockCase, un étui/dock destiné aux MacBook Pro 13’’ et 15’’. L’accessoire servira tout d’abord de housse de transport avec sa finition en microfibre et en cuir. Mais l’intérêt c’est surtout ce dock USB-C intégré qui comprend 9 ports : un lecteur de cartes SD et microSD, trois ports USB 3.0, un port USB 3.1 (5 Gbps), un USB-C, une sortie HDMI, un port Ethernet.

Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir
Cliquer pour agrandir

Pour utiliser ce dock, il suffit de sortir l’ordinateur de son étui évidemment, puis de le brancher sur le second port USB-C présent sur la tranche de la housse. Le DockCase s’annonce donc intéressant, mais le hic c’est qu’il s’agit d’une part d’un projet Kickstarter… et d’autre part, que ce projet n’a pas encore débuté ! Après plusieurs déconvenues essuyées par le passé sur Kickstarter (produits pas au niveau de leur présentation ou qui ne sortent jamais), la méfiance est de mise. On restera tout de même à l’affût, puisque le prix “Early Bird” sera de 69 $ seulement.

> Accéder aux commentaires

Les coulisses de la naissance et de la disparition du FireWire

| 23/07/2017 16:00 | 54

Au mois de janvier prochain, cela fera 10 ans qu'Apple a entamé l'abandon du FireWire, un connecteur à grande vitesse qu'elle a mis au point et qui fut au cœur de ses produits avant que certaines de ses décisions n'en scellent le sort funeste.

Michael Johas Teener a été à l'avant-poste de sa création, d'abord en dehors d'Apple puis dans ses murs. Il a récemment raconté à Ars Technica les grandes étapes de la vie de cette technologie, depuis sa naissance jusqu'à sa disparition.

Le FireWire, ou norme IEEE-1394, a été employé par Apple à partir de janvier 1999 dans les Power Mac G3 blanc-bleu puis, la même année, avec l'iMac DV. Le principal argument de vente pour ce dernier était le montage vidéo à portée de tous grâce à iMovie et des caméscopes DV de plus en plus abordables.

Il faut remonter une douzaine d'années plus tôt, en 1986-87, pour retrouver les origines de cette norme. Michael Johas Teener était alors un architecte système chez National Semiconductor, où il assistait les gens du marketing pour la communication sur les produits de l'entreprise.

À cette époque, dit-il, des discussions existaient sur la possibilité de créer un bus de communication de données qui pourrait fédérer l'industrie, au lieu d'assister à la bataille de projets concurrents et incompatibles.

Une seule norme pour tout et tous

Un autre ingénieur, David James, chez HP, s'était montré intéressé à cette évocation d'un port série capable de remplacer le port parallèle SCSI, alors très populaire mais contraignant et encombrant. James voulait en outre que cette future connectique serve aussi pour de petits périphériques tels que des lecteurs de disquettes, souris et claviers. L'USB n'était pas encore né et selon qu'on était sur Mac ou PC, il fallait utiliser des connecteurs ressemblants mais incompatibles, Apple Desktop Bus (ADB) pour les uns et PS/2 pour les autres.

En 1988, Michael Johas Teener fut embauché par Apple, suivi par David James. Apple cherchait un successeur au vénérable ADB apte à véhiculer aussi de l'audio et le tout à une vitesse quatre fois supérieure (50 Mb/s) à celle du protocole naissant alors imaginé par le duo. Une solution aurait été d'aller vers la fibre optique — Apple planchait dessus — mais cela induisait des coûts trop élevés.

Teener et James réussirent à mettre au point un système qui garantissait un débit constant des données et sans mauvaise surprise dans la latence, des critères importants pour un usage en musique et vidéo. Deux ingénieurs, Roger Van Brunt et Florin Oprescu furent affectés à la création du format physique de cette norme. IBM, qui cherchait un remplaçant...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Irlande : la sénatrice Lienemann veut que la France réclame une part des 13 milliards d’euros

| 21/07/2017 23:15 | 77

Le gouvernement irlandais ne semble pas pressé de collecter les 13 milliards d’euros que lui doit Apple, et les gouvernements européens ne semblent pas pressés de demander leur part. Une situation jugée « inacceptable » par la sénatrice socialiste Marie-Noëlle Lienemann, qui demande au gouvernement « s’il compte ré-examiner les démarches que la France devrait engager pour faire valoir ses droits dans l’affaire Apple en Irlande. »

Marie-Noëlle Lienemann. Image Thomas Bresson (CC BY 3.0).
Marie-Noëlle Lienemann. Image Thomas Bresson (CC BY 3.0).

Après trois ans d’enquête, la Commission européenne a conclu en août 2016 que l’Irlande avait accordé à Apple « un traitement fiscal préférentiel illégal », et lui avait demandé de recouvrer l’impôt impayé sur une période de dix ans, soit 13 milliards d’euros. Plusieurs ministres européens des Finances s’étaient alors dits prêts à réclamer leur part, une partie des sommes déclarées en Irlande provenant du continent.

Michel Sapin, ministre français de l’Économie et des Finances d’alors, avait tenu des propos similaires, avant de se raviser. À l’issue d’une réunion des ministres européens des Finances à Bratislava, il s’était contenté de déclarer que le gouvernement ne demandait « que l’application de la loi française sur ce qui est dû en France. » Des propos qui avaient (déjà) irrité Marie-Noëlle Lienemann :

Madame Lienemann estime inacceptable que, alors que nos concitoye...

> Lire la suite et accéder aux commentaires

Pages