Fermer le menu
 

Sous pression, Tim Cook défend la position d'Apple en Chine

Mickaël Bazoge | | 16:06 |  50

La tournée de Tim Cook en Chine se poursuit. Le patron d'Apple a été l'invité ce dimanche d'un forum sur l'internet organisé par le gouvernement chinois, ce qui a valu une remarque acide de la part d'un sénateur américain, Patrick Leahy. Ce dernier a estimé que le constructeur avait l'obligation de « promouvoir la liberté d'expression et les droits de l'homme » en Chine.

Cliquer pour agrandir

Apple respecte les lois et réglementations en vigueur dans les pays où l'entreprise a des activités. C'est le cas aussi en Chine, où la réglementation est plus autoritaire qu'ailleurs. « Quand vous êtes dans un pays et que vous y êtes partie prenante, vous êtes soumis aux lois du pays », a abondé Tim Cook durant un forum organisé là aussi en Chine par le magazine Fortune.

« Le choix, c'est soit vous participez, soit vous restez sur le bas côté et vous criez la manière dont les choses devraient être faites », a expliqué le patron d'Apple. « Mon point de vue très ferme, c'est qu'il faut être présent et participer, aller dans l'arène, parce que rien ne change quand vous êtes sur la touche ».

Photo : EPA/SHUTTERSTOCK. Cliquer pour agrandir

Quitte à avaler des couleuvres, comme la suppression d'apps qui déplaisent au pouvoir : les VPN, le New York Times ou encore Skype ont fait l'objet de censure de la part du gouvernement (lire : Chine : Tim Cook préférerait « ne pas retirer d’apps » de l’App Store).

« Mon espoir, c'est qu'avec le temps, les choses qui ont été retirées, reviendront. Je nourris beaucoup d'espoir là dedans, et beaucoup d'optimisme », poursuit-il. « Je crois fermement dans les libertés », reprend Cook. « Je sais aussi que chaque pays dans le monde décide de ses propres lois et régulations ».

Jack Ma, le créateur d'Alibaba, a aussi pris la parole à l'occasion de ce forum ; il a vanté le « système de stabilité » mis en place par l'État chinois, alors que « vous ne savez pas qui sera le prochain président des États-Unis ».

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


50 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Pomme2Poule 06/12/2017 - 16:15 via iGeneration pour iOS

Quoi qu'on dise de Tim Cook, Jack Ma semble avoir bien moins de principe. Comment on peut dire un truc pareil sans pouffer de rire en même temps… Ça pourrait presque être ironique.

avatar occam 06/12/2017 - 16:59 via iGeneration pour iOS

@Pomme2Poule

"Ça pourrait presque être ironique."

Ça pourrait l'être, en effet, mais d'une manière moins évidente pour la plupart des occidentaux. Depuis le coup de Xi Jinping, pour la première fois dans l'après-Deng, la question de la succession à la tête de la Chine reste en suspens.

avatar Olivier S 06/12/2017 - 16:17 via iGeneration pour iOS

2 poids, 2 mesures.
On joue le bras de fer avec le FBI et on respecte les lois en Chine : c’est une vue de l’esprit, je le concède



avatar stefann 06/12/2017 - 16:34 via iGeneration pour iOS

@Olivier S

Ba. Il peut jouer le bras de fer avec le FBI parce que les « les lois et régulations» du pays dont il est question le lui permettent. Si la justice avait décidé qu’Apple avait tort ils auraient obéi.

Je pense que c’est cohérent.

On obéi aux lois du pays dans lequel on est et si on est pas d’accord avec une certaine loi, on fait du lobbying en interne pour essayer de la changer. Quoiqu’il en soit, on respecte la loi tant qu’elle est en vigueur.

avatar Abd Salam 06/12/2017 - 17:15 via iGeneration pour iOS

@stefann

Non, on fait pas du lobbying ! le trafic d’influence est illégal !

avatar stefann 06/12/2017 - 17:30 via iGeneration pour iOS

@Abd Salam

En quoi lobbying et trafic d’influence sont pareil ?

avatar Abd Salam 06/12/2017 - 17:33 via iGeneration pour iOS

@stefann

Le changement de nom est rhétorique.

Grand bien leur fasse d’outrepasser le cadre démocratique sans retour de bâton !

Mais de grâce, qu’on appelle les choses par leur nom !

avatar stefann 06/12/2017 - 18:04 via iGeneration pour iOS

@Abd Salam

C’est pas faux 😅

avatar C1rc3@0rc 06/12/2017 - 21:40

@Abd Salam

Le lobying et le traffic d'influence sont deux choses différentes.
Un lobbyiste peut évidemment abuser de pratiques qui relèvent du trafic d'influence, de la corruption, de l'intimidation, etc, etre en position de conflits d’intérêts (cas de beaucoup de commissaires europeens et de professionnels de la politique),... mais ces pratiques ne sont pas du lobbying...

Le lobbying lui est legal et necessaire, et comprend entre autre la remontée et presentation d'informations directement au niveau du décisionnaire ou encore le conseil et la notification aupres des législateurs...

Dans le cas present, se pose un double probleme pour Cook car d'une part il sait ce que les USA lui imposent comme devoirs en terme de divulgations et de surveillances des utilisateurs et d'autre part il doit assurer la presence d'Apple sur la marché chinois, cela fait partie des obligations de son poste et ce sont les actionnaires et le CA qui lui impose cela.

avatar Abd Salam 06/12/2017 - 21:42 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Non, le lobbying est du trafic d’influence qui sait y mettre les formes !

avatar C1rc3@0rc 06/12/2017 - 22:34

@Abd Salam

Non, le trafic d'influence est une infraction qui releve de la corruption du fonctionnaire/responsable politique ou d'un conseiller (dans son activité legale) de ces personnes.

Le fait d'informer, de proposer des modeles, solutions, strategies, mettre en avant des points de vue, situations, risques ou opportunités, meme si cela émane d'interets subjectifs, partisans et specifiques,.... ce n'est pas une infraction.
Le fait d'insister, de multiplier ces présentations et interventions ne sont pas illgales.

Par contre, si le lobbyiste dispose d'un pouvoir (economique, politique, hierarchique, social,...) qu'il utilise dans le cadre de la corruption et que le responsable contraint son action par rapport a ce cadre de corruption il s'agit de trafic d'influence.

avatar Abd Salam 06/12/2017 - 23:41 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Oui, le lobbying est une action criminelle parée de beaux atours...

L’important, c’est comment on cache en nommant les choses.

avatar C1rc3@0rc 07/12/2017 - 00:03

«Oui, le lobbying est une action criminelle parée de beaux atours...»

Comment peux tu le prouver?

avatar Abd Salam 07/12/2017 - 00:13 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Tu as parfaitement expliqué le trafic d’influence qu’est le lobbying !

C’est son caractère criminel que tu sais ne pas voir !

avatar C1rc3@0rc 07/12/2017 - 00:43

Ben relis mon commentaire, j'explique justement la distinction entre lobying et corruption. Si les deux sont disctincts, ils ne sont donc pas la meme chose, ce qui etabli que le lobbying est legal.

Donc comment peux tu prouver que le lobbying est systématiquement illegal?

avatar Abd Salam 07/12/2017 - 00:45 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Tu n’as pas prouvé que c’était différent, mais qu’on insistait sur des facettes différentes pour chacune des appellations ! facettes qui sont totalement commune aux deux appellations !

Sauf que l’un est un terme juridique de qualification pénale, l’autre appellation est de l’enjolivement rhétorique !

avatar C1rc3@0rc 07/12/2017 - 20:10

@Abd Salam

J'imagine que si je te dis que le lobbying est une pratique legale réglementée et que la corruption est une delit qualifié dans le code penal, ça ne va pas changer quoi que ce soit et que pour toi le lobyying est de la corruption?

avatar iPop 08/12/2017 - 12:41 via iGeneration pour iOS

@Olivier S

C'est juste une question de droit. Tim joue le jeu, rien de plus.
Il n'est pas diplomate, ni politicien, encore moins président : c'est pas son boulot.

avatar tromine 06/12/2017 - 16:35 via iGeneration pour iOS

En gros le patron d’Alibaba dit que la démocratie c’est nul... J’hallucine 🤯🤯🙄

avatar raf30 06/12/2017 - 17:00

Si la traduction est bonne et que ce n'était pas de l'humour, oui, tu as bien lu. Une bonne dictature, c'est tellement plus stable avec un Tim à côté préférant "être optimiste"...

avatar C1rc3@0rc 06/12/2017 - 22:08

@ tromine
Je comprends plutot son intervention dans le contexte de la presidence de Trump qui est en train de saccager les quelques avancées qu'avaient etabli Bill Clinton et Obama.
En tout premier lieu il ne faut pas oublier que Trump a gelé du jour au lendemain le projet de marché transpacifique qui etait quasi finalisé par Obama et qui a du foutre en l'air bien des projets commerciaux et industriels dans toutes la zone...

Pour un acteur commercial ou un industriel, le fait est que d'un coté avec les USA - surtout avec Trump - on ne peut pas savoir quelle strategie adopter, on peut avoir des accords et projets qui sont mis au placard du jour a landemain, un cadre legal qui fait la girouette, des manipulations politiciennes qui changent les perspectives de marché radicalement (faut imaginer ce que signifie an terme de marché une mise d'embargo sur un etat et sa levee),...

Il y a aussi l'aspect de l'investissement et des ponts entre l'indsutrie et la recherche.
En Chine, on est face un principe directeur, une planification sur des longues periodes de temps, des obligations et controles stables et previsibles, des financements assurés et des orientations qui sont tenues et conduites sous la supervision de l'Etat.

Le contexte est une dictature évidemment et qui pose des problemes moraux evidents. Mais d'un point de vue commercial, industriel et de R&D, la Chine offre une meilleure visibilité et potentiel d'investissement que des pays qui sont economiquement en faillite et ou la faiblesse de l'Etat et sa variabilité créent de l'instabilité et de l'insecurité, comme c'est typiquement le cas au USA.

Apres on peut poser la question de l’ingérence et du droit de l'autoderterminsation des peuples. Est ce que cela releve de la responsabilité des entreprises - qui sont des outils de productions et rien d'autres.

Dans tous les cas que je connais ou les entreprises se substituaient aux systemes politiques (entreprises "parternalistes", monopoles, consortium regnant sur des villes ou des regions, entreprises d'etat,...) c'etaient des modeles de dictatures en general pire que les dictatures politiques ideologiques (les seuls cas pires sont les theocraties)

avatar JOHN³ 06/12/2017 - 16:49 via iGeneration pour iOS (edité)

Et bah mes enfants... y'a encore du boulot !

avatar Gladjessca 06/12/2017 - 16:50 via iGeneration pour iOS

Vous ne pensez pas que le sénateur qui exhorte Cook de parler de respect des droits ne devrait pas balayer devant sa porte et aller lui même parler à Trump ?

avatar reborn 06/12/2017 - 16:55 via iGeneration pour iOS

@Gladjessca

Si mais que voulez vous.. c'est ça la politique 😅

avatar stefann 06/12/2017 - 17:32 via iGeneration pour iOS

@Gladjessca

Trump n’a pas de leçon à recevoir de lui. Trump est aussi élu.

Pages