Fermer le menu
 

Le FBI peut garder le secret sur le déverrouillage de l'iPhone de San Bernardino

Stéphane Moussie | | 09:14 |  26

Le FBI n’a pas à livrer de détails sur l’outil qui lui a permis de déverrouiller l’iPhone du terroriste de San Bernardino en 2016. C’est ce qu’a conclu une juge fédérale à la suite d’une action de trois médias américains voulant connaître le nom de la personne ou de l’entreprise ayant fourni l’outil, ainsi que le prix payé par la police. C’est cet outil qui a mis un terme à l’affrontement public entre Apple et le FBI autour de la confidentialité de l’iPhone.

La juge Tanya Chutkan a estimé que révéler le nom du vendeur risquerait de l’exposer à des cyberattaques contre lesquelles il ne pourrait peut-être pas se protéger. Il y a eu des rumeurs autour de Cellebrite, une entreprise spécialisée dans les logiciels d’analyse d’appareils, mais ce nom n’a jamais été confirmé.

Quant au prix de cet outil, le révéler conduirait à fixer un tarif de référence pour la technologie et aiderait les ennemis à déterminer si le FBI peut utiliser à grande échelle cet outil pour déverrouiller des appareils, a tranché la juge. Des langues s’étaient toutefois déliées sur le sujet. L’ancien directeur du FBI avait sous-entendu que le prix était autour de 1,3 million de dollars, et une sénatrice avait évoqué 900 000 $.

Source : ZDNet

Catégories: 
Tags : 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


26 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar adarion29 02/10/2017 - 09:22

Super. Maintenant Apple peut collaborer avec eux en coulisse.

avatar C1rc3@0rc 03/10/2017 - 22:23

Ce que vient de prononcer la juge Tanya Chutkan c'est que révéler le nom du vendeur risquerait de l’exposer à des cyberattaques contre lesquelles il ne pourrait peut-être pas se protéger. Il y a alors une responsabilité de l'etat (administration) de mettre en danger une personne privée.

Cela est logique et revient a proteger les sources d'un journaliste ou d'un collaborateurs des forces de l'ordre, condition sine qua non pour rendre possible le travail de la justice et des enquêteurs.

La juge a interprété les textes et la jurisprudence de maniere tres coherente. Il fallait trancher entre le droit d'information du public (Freedom of Information act) et le pouvoir délégué par le peuple a l'administratif. C'est fait.
Maintenant la balle est dans le camp du legislateur qui peut modifier la loi en consequence obligeant par exemple les administrations a notifier explicitement leurs contrats de sous traitance moyennant une période de secret pour ces cas ci.

Ce qui est intéressant dans ce jugement c'est qu'il est clairement fait mention d'un prestataire tiers,donc ni un service gouvernemental ni Apple!

Et il faut noter que ce qui a mis fin a l'action de Comey contre Apple c'est la menace d'Apple d'aller au niveau constitutionnel qui aurait alors bloqué définitivement les tentatives du FBI d'obtenir un acces administratif non restreint aux données dans les appareils informatiques dans une procedure civile normale: le cadre du Patriot Act donne ce droit a l'administration s'il est invoqué et la protection des données n'a lieu que s'il s'agit d'un appareil autonome, si les données avaient ete sur le cloud Apple etait obligé de les fournir (ce que Cook a rappelé explicitement).

avatar matthew3321 02/10/2017 - 09:36 via iGeneration pour iOS

Apple aurait ouvert les portes? 😂



avatar Billytyper2 02/10/2017 - 10:11 via iGeneration pour iOS

2 premiers commentaires … ils ne pouvaient s’en empêcher 🙄

avatar Sokö 02/10/2017 - 10:22 via iGeneration pour iOS

Tim Cook a filé la clé en douce ?

avatar Billytyper2 02/10/2017 - 10:25 via iGeneration pour iOS

+1 🤔

avatar FraggyFred 02/10/2017 - 10:57 (edité)

Salut
Comment peut on lire cette news et faire ce genre de commentaires ?
Vous n'utilisez que votre cerveau reptilien ?!?!?

Cette news dit que :
comme les y autorisent la lois, des journalistes et des juristes avaient demandé au FBI de connaitre les moyens mis en oeuvre pour obtenir certaines infos
le juge fédéral saisit de la demande considère que le FBI peut garder ces moyens secrets

avatar hirtrey 02/10/2017 - 11:06 via iGeneration pour iOS

@FraggyFred

C’est peu être toi qui a mal lu la news et les commentaires
Traduction : Si c’est Apple qui a filé les clés au FBI ( commentaire ) la juge vient de dire que le FBI n’est pas obligé de dire que c’est Apple ni le montant de la transaction ( la news )

Mais bon les théories du complot !!!

avatar alfatech 02/10/2017 - 11:44 via iGeneration pour iOS

@hirtrey

"Traduction : Si c’est Apple qui a filé les clés au FBI ( commentaire ) la juge vient de dire que le FBI n’est pas obligé de dire que c’est Apple ni le montant de la transaction ( la news )"

C’est toi et les autres au dessus qui ont tout de suite interprété la news........Pourquoi tout de suite insinuer qu’  a filé les clés? Car même si tu mets un « si » au début on sent tout de suite ce que toi et tes sbires pensez de l’info.

avatar hirtrey 02/10/2017 - 17:43 via iGeneration pour iOS (edité)

@alfatech

Tu as mal compris mon commentaire. Je réponds seulement à la personne en expliquant les premiers commentaires par rapport à la news. Et si tu avais lu ma dernière phrase, Tu aurais aussi compris que je ne crois pas que c’est apple.

Avant de mordre, lis bien les commentaires et essayes de les comprendre ;)

avatar Moonwalker 02/10/2017 - 11:23

Grand bien lui fasse.

avatar JOHN³ 02/10/2017 - 12:03 via iGeneration pour iOS

Cette histoire c'est le plus gros coup marketing de Apple, qui est maintenant vue comme une société philanthrope...

Car à côté il y a le gros méchant Google, qui nous veut du mal.

avatar DG33 02/10/2017 - 13:31 via iGeneration pour iOS

@JOHN³
La comparaison est hâtive et abusive.
En voici une autre (plus proche de "ma" réalité) : Apple veut notre pognon et notre bonheur, Google veut nos données pour les revendre sur notre dos.

avatar C1rc3@0rc 03/10/2017 - 22:31 (edité)

«Apple veut notre pognon et notre bonheur, Google veut nos données pour les revendre sur notre dos.»

Ou Google nous fourni un ensemble de services de haute qualité et globalement en echange de l'utilisation protegée de nos profils comportementaux...
Parce que si tu regardes Google Map ou Google Earth et que tu compares Apple Map... c'est pas le meme niveau de prestation ni de realisation, pour un cout bien different (Google ne dispose pas de ta carte de credit dans son pofil, Apple si, en plus de ton adresse et numero de tel... bon ok pour l'adresse et le numero de tel, ya des chance que Google les ait.)

Quand on est assez con pour laisser des traces de doigts partout et ses informations les plus personnelles trainer partout, pourquoi une societe se priverait de les exploiter... Par contre qu'un vendeur, sous contrat, en profite pour aller aussi loin dans le profilage...

Mais bon, y a le mechant Google et le gentil Apple... Sauf que le gentil Apple ne vaut pas mieux aujourd'hui que le Microsoft des annees 90 et que maintenant que la place est libre...

avatar iPop 02/10/2017 - 12:08 via iGeneration pour iOS

Vous vous rendez compte MacGeneration qu'affirmer ou même supposer le nom de l'entreprise, c'est risquer mettre en danger toute une population d'utilisateur d'iPhone ?

avatar r e m y 02/10/2017 - 12:11 via iGeneration pour iOS

@iPop

??? Comment cela?

avatar Bigdidou 02/10/2017 - 17:52 via iGeneration pour iOS

@r e m y

« ??? Comment cela? »
Ben, c’est évident.
On va tous se précipiter pour envoyer un chèque de 900000$ et on va tous craquer les iPhones qu’on veut.
Apple est foutue, ça y est vraiment, cette fois.

avatar iPop 02/10/2017 - 23:41 via iGeneration pour iOS

@r e m y

C'est écrit dans l'article.

avatar r e m y 03/10/2017 - 07:44 via iGeneration pour iOS (edité)

@iPop

Ma question est:
En quoi citer Cellebrite met en danger qui que ce soit ?

avatar EBLIS 02/10/2017 - 13:43

Moi j'aimerais savoir qui sont "les ennemis"? ... Eux quoi...

avatar macam 02/10/2017 - 15:22

Un peu hors-sujet :
J'ai été victime hier d'une tentative de phishing : un email avec le logo de SFR reçu sur mon smartphone me disant que mon service mobile SFR allait être suspendu car ma carte était bloquée, et qu'il fallait vite aller sur le lien donné pour mettre à jour ma carte.
Ce qui est gênant dans cette affaire est que je n'ai strictement jamais utilisé mon adresse email SFR utilisée dans cette tentative (j'en avais même oublié l'existence)...
Quoiqu'il en soit ne jamais aller sur le lien d'un email pour se connecter à son compte ou donner ses coordonnées bancaires ! Tout simplement : ne jamais donner des informations personnelles demandées par email, sms ou téléphone

avatar C1rc3@0rc 03/10/2017 - 22:36

@macam

Heu SF. c'est une société scélérate qui pratique le fisching entre autre dans ses pratiques d'extorsions.

Mais sinon, oui, jamais au grand jamais, ne jamais communiquer ses coordonnées bancaires (numero de CB) sur Internet. Y a PayPal et les services d'e-cb fourni par les banques un peu responsables pour ça.

avatar Yves SG 02/10/2017 - 23:08 via iGeneration pour iOS

Certains commentaires n’ont aucun sens : je ne vois pas en quoi un (tout petit) million de dollars aurait pu convaincre Apple à la fois de s’assoir sur des principes d’indépendance gravés dans son ADN, et de prendre un tel risque en terme d’image...

avatar Sokö 03/10/2017 - 17:33 via iGeneration pour iOS

@Yves SG

"convaincre Apple à la fois de s’assoir sur des principes d’indépendance gravés dans son ADN"

Gravés dans ADN ? Allons…

avatar C1rc3@0rc 03/10/2017 - 22:43

@Yves SG

Il n'est pas question de principe moraux (depuis quand une entreprise en a ?) mais d'une question de droit.
Le FBI avait 2 options legales:
- invoquer le Patriot Act et Apple etait obligé de tout faire pour extraire les donnees de l'iPhone
- passer par une procedure sous controle d'un juge pour tenter d'imposer a Apple d'extraire les donnees.

Mais ce que voulait le FBI n'avait rien a voir, ce que voulait le FBI c'est obtenir les memes droits que dans le cadre du Patriot Act, mais sans l'invoquer, et implicitement creer une jursiprudence permettant d'imposer a tous les constructeurs de systemes informatique de fournir un moyen d'acces (backdoor) utilisable par les administration sans controle d'un juge (donc pure procedure administrative)

Apple c'est opposé avec raison a cette demande illegale.

La question n'est pas ici de savoir si un iPhone est hackable (il l'est.) mais de pouvoir exploiter legalement des donnees qui seraient aujourd'hui accessible illégalement (le piratage est illégal, meme pour le FBI)

Pages