Fermer le menu
 

La ligne est brouillée entre Apple et Qualcomm

Florian Innocente | | 16:30 |  53

« Il est hors de question que cette affaire se règle sans une remise à plat complète du modèle de licence que Qualcomm a adapté à cette industrie ». Interviewé par Bloomberg deux semaines avant l'annonce des nouveaux iPhone, Bruce Sewell, le vice-président des affaires juridiques d'Apple laisse clairement entendre que la Pomme ne capitulera pas sur ses revendications.

Bruce Sewell en 2016

Les nouveaux iPhone 8 sont toujours équipés de modems Qualcomm (en plus de deux d'Intel depuis l'année dernière) et l'Apple Watch LTE utilise elle-aussi une puce de ce fournisseur, la même qui équipait les iPhone 6s. Intel n'étant pas encore en mesure de proposer des modems du niveau de performances de son concurrent, Apple ne peut se permettre pour le moment de complètement changer de monture.

Les composants de l'Apple Watch S3 LTE, en bas à droite le modem de Qualcomm Cliquer pour agrandir

Pourtant elle mène la charge depuis le début de l'année contre son indispensable fournisseur, au motif que le mode de calcul des royalties à payer pour ses inventions n'a plus de sens.

Qualcomm dispose d'une masse de 130 000 brevets dont certains définissent des éléments clefs pour la communication sur réseaux mobiles. Fort de ce trésor, il fait payer à ses clients jusqu'à 5 % du prix de vente moyen de leurs téléphones. Ce qui en amène certains à lui reverser 30 $ par téléphone vendu. Plus le téléphone est cher, et ceux d'Apple le sont, plus la facture est salée.

Apple a su convaincre par le passé Qualcomm de diviser ce prix par trois (d'après les estimations de spécialistes). En échange, la Pomme ne devait pas tenter de remettre en question les brevets de son fournisseur ou d'encourager les instances de régulation nationales à enquêter sur ses pratiques. Ce qu'Apple pouvait faire en revanche, c'est répondre aux questions posées par de tels organismes.

Qualcomm accuse ainsi Apple d'avoir demandé à Samsung de faire pression sur les autorités sud-coréennes afin qu'elle déclenchent une enquête sur Qualcomm dans ce pays. Cette discussion aurait eu lieu il y a deux ans entre Tim Cook et Jay Y. Lee lors de la conférence Sun Valley dans l'Idaho où se rendent presque à chaque fois une partie des dirigeants d'Apple.

Bruce Sewell conteste cette interprétation des propos tenus entre les patrons d'Apple et de Samsung. Reste qu'après enquête, les autorités de la concurrence sud-coréennes ont infligé en décembre dernier à Qualcomm une amende de 854 millions de dollars. Apple avait été citée comme témoin, au même titre que Samsung, MediaTek ou Intel. D'autres enquêtes du même ordre sont encore ouvertes aux États-Unis et en Europe.

Apple et Qualcomm s'opposent sur leur manière de juger l'importance des modems contenus dans les smartphones. Chez Qualcomm, le vice-président en charge des technologies, Matt Grob, fait observer que tous les mois on paie « grosso modo la même chose aujourd'hui qu'il y a 20 ans alors qu'on fait transiter des millions de fois plus de données ». La preuve, selon lui, de l'ingéniosité technique mise en œuvre dans les systèmes de télécommunication modernes.

Steve Mollenkopf, le patron de Qualcomm, abonde en soulignant le caractère incontournable de son entreprise « Je ne vois pas une seule chose que vous puissiez faire sur votre téléphone qui ne soit pas permise par une invention de Qualcomm ». Et d'insister sur le fait que la mise à disposition des technologies les plus essentielle selon les règles FRAND permettent à un nouvel acteur sur le marché du smartphone de tout de suite mettre le pied à l'étrier. Même s'il s'agit d'une entreprise microscopique comme Essential, celle d'Andy Rubin, avec ses 100 employés. Leur nouveau et premier téléphone, sur le plan des communications, n'est pas moins bon que ceux de ses concurrents bien installés.

Steve Mollenkopf

Bruce Sewell offre un point de vue radicalement différent. Devant Bloomberg il montre une puce Qualcomm, de la taille d'un ongle « Cette chose est vendue 18 $ » (Qualcomm accorde des licences de fabrication à des tiers) sans compter les 5% de royalties à ajouter ensuite pour chaque iPhone vendu.

Autrefois maître en son domaine, Qualcomm a vu poindre la concurrence d'Intel et Apple a sauté sur l'occasion de diversifier ses sources d'approvisionnement. Et tant pis si elle doit limiter artificiellement les performances des modems Qualcomm utilisés dans les iPhone qui en ont pour qu'ils ne fassent pas ouvertement mieux que les iPhone équipés par Intel.

En orange, le modem MDM9655 Snapdragon X16 de Qualcomm dans l'iPhone 8 Plus. Crédit : iFixit Cliquer pour agrandir

Ne dépendant plus entièrement de Qualcomm, Apple a décidé de contester les conditions de son contrat, explique Bruce Sewell. Pour lui, l'importance du modem dans un téléphone n'est plus ce qu'elle était il y a quelques années. Si la connexion au réseau cellulaire tombe, on peut toujours se rabattre temporairement sur le Wi-Fi.

Autre grief : le mode de calcul de Qualcomm. Sewell donne l'exemple de deux iPhone 7, l'un vendu 750 $ a 128 Go de stockage, l'autre vendu 100 $ de plus a 256 Go. Deux téléphones intrinsèquement identiques. Pourtant, Qualcomm percevra plus de royalties sur le 256 Go que sur le 128 Go et sans même que sa puce modem n'entre en jeu.

D'où la demande d'Apple d'avoir un calcul qui se base uniquement sur le coût du composant modem et non sur le prix du téléphone tout entier. D'après Sewell, Apple ne devrait pas avoir à payer plus de 4 $ par téléphone.

Matt Grob voit les choses sous un angle opposé. Que ce soit pour le son, la compression vidéo, la réalité augmentée et tous ces domaines dans lesquels Qualcomm investit aujourd'hui, la partie communication demeure cruciale « Quelle est la première chose que vous faites à votre descente d'avion ? Vous désactivez le mode avion », et d'ajouter que même cela, ce mode avion, Qualcomm en possède le brevet.

Plaisanterie à part, la situation paraît bloquée entre les deux parties. Le patron de Qualcomm se montrait philosophe il y a quelques semaines en estimant que cela se finirait par une négociation en marge des tribunaux. Ce qui n'a pas empêché son groupe de souffrir financièrement d'un blocage des paiements par Apple (lire Le bénéfice de Qualcomm plombé par Apple, BlackBerry et la Corée). Un autre acteur, peut-être Huawei, aurait suivi l'exemple d'Apple et cessé lui aussi de reverser ses royalties, c'est du moins ce qu'indiquait Qualcomm lors de ses derniers résultats.

L'épreuve de force n'est pas terminée pour Qualcomm, elle se mène sur plusieurs fronts, de Bruxelles à Cupertino en passant par la Chine.

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


53 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar charliedeux 04/10/2017 - 21:06

Sans rentrer dans les détails techniques et tests bed réalisés en réseau fermé...oui.

Mais c'est surtout qu'Intel propose ses solutions avec 6 à 9 mois de retard car eux aussi sont tributaires de Qualcomm en partie. Par contre l'xmm7360 d'Intel est de loin le moins chère du marché, moins chère que le x12 de Qualcomm équivalent et moins chère que les équivalents de Samsung et Mediatek. Quand Qualcomm propose son x20 aux industriels (lte-a cat18 1,2Gb/s), Intel rattrape tout juste le x16 avec son xmm7560. Et je te parle même pas des services associés aux dites puces. Par exemple, lorsque je travaillais sur VoLTE/ViLTE..au début seul Qualcomm nous garantissait un support dans la stack du SoC (contrairement à Samsung et Intel n'était pas encore sur le marché). Les resources humaines n'étant pas illimitées, lorsque vient le moment où il faut faire un choix sur le nombre de terminaux à supporter, tu choisis les terminaux plus simple à intégrer. Cela ce traduit de facto par un avantage concurrentiel pour le device manufacturer qui aura fait, entre gros guillemets, le bon choix.

avatar C1rc3@0rc 05/10/2017 - 01:21

@charliedeux

Merci pour cette mise au point qui remet les pendules a l'heure et empechent les fanatiques/influenceurs pro Intel de continuer a deverser leurs mensonges outranciers.

«Par contre l'xmm7360 d'Intel est de loin le moins chère du marché»
Ce qui est normal, Intel veut prendre le marché et fait comme toujours: dumping... jusqu'a avoir asphixie les concurrents et la Intel rançonne ses clients avec des tarifs astronomiques.

avatar fte 05/10/2017 - 06:30 via iGeneration pour iOS

@C1rc3@0rc

Parfois il faut savoir fermer sa gueule. Que tu déverses des torrents de conneries à longueur de journée, c’est une chose, que tu renverses la situation avec des petits noms d’oiseau, une autre.

Tu as vraiment manqué la parfaite occasion où ne pas la ramener était approprié. Purée tu es graves. 👎🤦‍♂️



avatar mat83 04/10/2017 - 18:35 via iGeneration pour iOS

Je trouve ça normal qu’Apple veuille récupérer cet argent qui n’est pas forcément dû à Qualcomm.
Mais ce qui m’énerve une fois de plus, c’est qu’on a bien le sentiment qu’ils veulent récupérer leur fric rien que pour eux, et par pour baisser de quelques euros la facture du client ..

Qualcomm ces imposteurs.. 👎🏻
Le patron a un melon comme c’est pas permis.
Les trois quarts des brevets qu’ils détiennent sont rachetés.. Faut qu’ils arrêtent de se croire inventeurs du réseau cellulaire..

avatar malcolmZ07 04/10/2017 - 18:46 via iGeneration pour iOS

@mat83

Cest ce que je me dis , même si Apple a gain de cause , ils ne vont pas baisser leur prix 🙄

avatar xDave 04/10/2017 - 18:43 (edité)

J'imagine, peut-être à tord, que la partie Modem est la même entre un SE, un 6/6S, 7/7S, X… à quelques améliorations prêt, on s'entend.
Je rejoins Apple sur le fait que l'on ne devrait payer que la DIME pour la pièce et non pour le ratio Prix public qui dépendent de la capacité mémoire, Matériaux, écran Oled ou pas et cie.

Après, si Apple veut bien baisser le prix de 14$ + les % d'économisés sur le prochain iPhone, je suis toujours preneur

PS : bon j'ai un bug TouchBar/emoji, ça m'apprendra à ponctuer avec une tronche. ça sélectionne le paragraphe et remplace par l'emoji.
😃

PPSS : ça fait pas le bug avec une insertion via la palette clavier, donc lié au TouchBar

avatar SIMOMAX1512 04/10/2017 - 18:52 via iGeneration pour iOS

Le seul critère louable de Apple dans cette affaire c’est sur le fait de payer plus chère la licence pour un même appareil sous prétexte qu’il est vendu plus chère car plus grosse capacité mémoire.
Ils trouveront un terrain d’entente avec un prix fixe pour chaque modèles au lieu d’un pourcentage .

avatar charliedeux 04/10/2017 - 19:02

18 dollars pour le modem
Jusqu'a 5% par téléphone pour l'accès sans restriction aux portefeuilles de 130000 brevets...sachant qu'Apple a un tarif préférentiel divisé par 3 soit un maximum de 10dollars par iPhone, qu'elle aimerait encore rabaisser à 4dollars.

Difficile de dire si c'est trop chère payé ou pas. Abus de position dominante ou pas...pas simple, pas simple... Mais vu la tarification grand publique d'Apple, difficile de les plaindre. De toute façon c'est toujours nous qui finissons par payer (faut pas toucher à la sacro sainte marge à 40%)

Par contre le comportement d'Apple qui consiste à ne plus payer ses fournisseurs pour les écraser financièrement afin de les obliger après coups à accepter leur termes est scandaleux. L'action Qualcomm a perdu 25% depuis qu'Apple a cessé ses paiements et certains experts estiment qu'ils n'auront bientôt plus le choix que de ce soumettre aux conditions d'Apple par peur d'une OPA. C'est des méthodes de mafieux.

Si tout les gens qui ont achetés un iPhone à crédit chez eux cessent du jour au lendemain de payer leurs échéances avec motif que 'c'est trop chère', ils risquent de pas être content.

avatar reborn 04/10/2017 - 20:01 via iGeneration pour iOS

@charliedeux

-25% juste en perdant Apple ?

Comme quoi "toute" l'industrie pourrait s'écrouler si Apple flanche..

avatar debione 04/10/2017 - 21:17 (edité)

Euh, NOn absolument pas... Si demain Apple flanche c'est les autres marques qui vendront plus... Au pire un transfert... Après que Qualcomm vende à Apple ou à Huawei, ils s'en tapent le coquillon...

Rien ne s'écroulerait si Apple tombait...

avatar bonnepoire 05/10/2017 - 16:09

Non, on le voit avec les pc qui ne se vendent plus. Apple crée en engouement et un désir qui n’est que très rarement un besoin. Si Apple disparaît, le marché sera ralenti. D’autant plus que le marché est poussé par Apple et que les concurrents s’en inspirent toujours. Il suffit de voir les pubs des concurrents.
Apple est une locomotive, ne t’en déplaise. Le marché serait bien morne sans eux. Les pc seraient encore noirs et laids, Windows serait en 8.6 😂

avatar françois bayrou 05/10/2017 - 09:02

+1000

avatar bonnepoire 05/10/2017 - 15:37

La méthode de calcul de Q n’est pas moins mafieuse. Payer le prix d’un brevet en fonction du prix de l’appareil est scandaleux et mérite bien qu’Apple monte au créneau.
Apple peut se permettre ce genre de manœuvre et les autres n’attendent pas mieux.

Attentions aux rageux, je n’ai jamais dit que Apple ne devait pas payer!!!

avatar LeGrosJeanLou 04/10/2017 - 19:54

Au moins ici Apple travaille pour tous les constructeurs et pas uniquement pour elle. Parce que si Apple arrive à négocier un prix fixe les autres pourront en faire autant.

Sinon je trouve ça assez fou ce tarif au pourcentage. Je vois pas pourquoi le même modem devrait coûter 3 fois plus cher selon qu'il est vendu avec un téléphone NoName ou un téléphone super cher. Et pourquoi pas indexer le prix du forfait sur le prix du téléphone tant qu'on y est ?

Complètement délirant.

avatar charliedeux 04/10/2017 - 20:07

Surtout que cette dime en pourcentage, Qualcomm la récolte même sur les téléphones dépourvus de ses modems. C'est d'ailleurs dans ce cas qu'elle est la plus élevée.

Personne n'est blanc comme neige dans cette histoire.

avatar Ginger bread 04/10/2017 - 20:22 via iGeneration pour iOS

Curieux que la royaltie soit sur le telephone et non sur le produit Qualcom. Apple semble avoir raison

avatar poco 04/10/2017 - 21:17 (edité)

C'est marrant comme Apple aime faire cracher les autres au bassinet mais comme elle rechigne à payer ici les redevances de brevets, ici ses impôts etc…

avatar Malum 04/10/2017 - 21:49

1 Apple est le premier contributeur mondial en impôts et son taux final est de 19 % ce qui est au-delà de la moyenne des entreprises françaises du CAC 40
2 Apple bénéficie des règles qu’elle n’a pas inventées tout comme tout bon Français qui récupère 66 % lorsqu’il fait un don ce qui, pour moi, est amoral car il fait supporter son don en majorité aux autres, ou le crédit d’impôts en changeant ses fenêtres ou en isolant son toit
3 cet article permettra peut-être de faire découvrir à nos amis que le prix des composants n’est pas le seul coût d’un iPhone eux aux raisonnements bruts de décoffrage.

avatar byte_order 05/10/2017 - 08:19

> Apple bénéficie des règles qu’elle n’a pas inventées

Bah tiens, vous pensez bien, c'est le gouvernement Irlandais tout seul à sa propre et unique initiative qui est venu sonner chez Apple à Cupertino pour leur dire "hey, les gars, on vous propose de pouvoir évader vos bénéfices et donc vos impôts hors de l'UE si vous venez vous installer chez nous, il suffira d'ouvrir une entreprise irlandaise mais dont la totalité de la gouvernance sera faite depuis les USA et vous n'aurez plus qu'à transférer les fonds sans aucune justificatif economique vers cette coquille vide et hop" ?

Merci d'indiquer où et quand cette "règle" a été "inventée" avant que Apple l'obtienne. Puisque selon vous cela existait déjà avant, cela doit forcément être public et l'on doit trouver des sources facilement pour le prouver.

Ou alors Apple, comme d'autres entreprises multinationales, tordent le bras aux états pour obtenir ce qu'elles veulent. Les gouvernements lâches de ces états cèdent au chantage. Ni l'un ni l'autre n'est innocent, tous les 2 sont complices dans cette corruption.

avatar Mike Mac 04/10/2017 - 23:41

Et alors que je change d'iPhone dont l'impôt sur les bénéfices est détourné (au lieu de faire des dons, changer mes fenêtres et isoler mon toit), l'Etat français réduit mon APL, augmente ma CSG, et amenuise ma couverture santé (augmentation du forfait hospitalier, d'avantage de médicaments non remboursés)....

Merci Apple et consorts !

Et quel crétin consumériste je fais !

avatar Malum 05/10/2017 - 07:50

Quel rapport ?
Et bienvenue dans le raisonnement simpliste et sans aucun rapport avec la globalité de la vente d’un produit.
Les produits Apple étant plus chers que ses concurrents la vente d’un de ses produits rapporte à l’état le plus de différentiel de TVA. Apple avec ses Apple Store fait travailler lors de leurs créations les entreprises locales qui dégagent un CA et un bénéfice associé, entreprises qui se déplacent et usent du carburant lourdement taxé et rémunèrent des employés qui dépensent leur paye, règlent des charges sociales et des impôts. Chaque store entant un magasin paye des impôts locaux tout comme l’activité, les salariés. Apple fait travailler en Europe des milliers de sous-traitants et des centaines de milliers de personnes.

Puisque vous déduisez de vos impôts 66% de vos dons et que vous réclamez une réduction et ou une prime pour l’isolation du toit et le changement de vos fenêtres vous faites comme Apple et si Apple en est condamnable vous l’êtes tout autant. Avec vos réductions d’impôts et vos primes vous privez l’état de recettes au détriment des plus pauvres.

avatar byte_order 05/10/2017 - 08:10 (edité)

> Apple avec ses Apple Store fait travailler lors de leurs créations
> les entreprises locales qui dégagent un CA et un bénéfice associé,

Oui, comme n'importe quelle autre entreprise qui s'installe dans un territoire. J'vois pas en quoi cela justifie le moindre traitement préférentiel pour Apple et pas pour les autres, du coup.

avatar Malum 05/10/2017 - 07:54

Ce n’est pas qu’Apple qui considère que le pourcentage au prix de vente est inique. Mercedes aussi. Qualcomm reçoit 2 milliards de $ de la part d’Apple et voit son CA exploser avec la vente des appareils utilisant sa technologie avec l’augmentation vertigineuse des ventes sans pour autant apporter de progrès significatifs. C’est une rente exponentielle indécente.

avatar byte_order 05/10/2017 - 08:41

Depuis quand pendant la durée de brevet son détenteur doit continuer à y apporter des progrès significatifs pour pouvoir justifier de royalties dessus !?

C'est l'apparition de solutions concurrentes qui sont censées réguler les éventuelles explosions de royalties.

Pourquoi la concurrence n'a pas chercher plus tôt à concurrencer Qualcomm ?
Pourquoi Apple, après tant d'année à intégrer leurs technologies dans leurs iPhones se réveille que maintenant ? Pourquoi Apple ne s'est pas elle même lancé plus tôt dans la conception de puces de communication, sans quoi aucun idevices mobiles n'est vraiment mobiles (et non, y'a pas du wifi partout, loin de là, sinon ils auraient déjà eu le "courage" de virer le modem GSM en affirmant que c'était dépassé...).

Quoi ? Abus de monopole via des brevets ? Et Apple était où ces derniers années pour défendre cette idée que les brevets entravent la concurrence et l'innovation !?! Et surtout de quel côté ils étaient ?!

Par ailleurs, cela ne légalise pas de ne pas payer votre fournisseur selon les conditions contractuels que vous avez signer. Personne n'a forcé Apple à signer ce contrat, hein. Ils l'ont fait parce qu'ils savaient que même avec ces conditions contractuelles, ils tirerait une jolie marge sur chaque iPhone, malgré ces $18.
Ils auraient pu attendre de voir émerger un concurrent de Qualcomm meilleur marché avant de se lancer sur le marché des smartphones, hein.
Etrangement, ils ont jugés que le time to market primait sur le coût des royalties de Qualcomm.

Apple ne conçoit pas autant de technos embarquées qu'ils aiment le faire croire, dans un iphone une bonne part des composants assemblés sont conçus, brevetés ou fabriqués par des fournisseurs. Normal que ceux-ci en tirent un bénéfice et, abus de monopole aidant, pas étonnant que certains en abusent.

Il n'y a jamais qu'un seul loup dans une bergerie.

avatar Le docteur 05/10/2017 - 09:33 (edité)

A chaque fois que je vois une info sur Qualcomm, je repense à Eudora (abandonnée en 2006, puis en 2011 pour sa version Open Source). J'aimais bien : un nom grec en prime ("la bonne porte").

Pages