Fermer le menu
 

La ligne est brouillée entre Apple et Qualcomm

Florian Innocente | | 16:30 |  53

« Il est hors de question que cette affaire se règle sans une remise à plat complète du modèle de licence que Qualcomm a adapté à cette industrie ». Interviewé par Bloomberg deux semaines avant l'annonce des nouveaux iPhone, Bruce Sewell, le vice-président des affaires juridiques d'Apple laisse clairement entendre que la Pomme ne capitulera pas sur ses revendications.

Bruce Sewell en 2016

Les nouveaux iPhone 8 sont toujours équipés de modems Qualcomm (en plus de deux d'Intel depuis l'année dernière) et l'Apple Watch LTE utilise elle-aussi une puce de ce fournisseur, la même qui équipait les iPhone 6s. Intel n'étant pas encore en mesure de proposer des modems du niveau de performances de son concurrent, Apple ne peut se permettre pour le moment de complètement changer de monture.

Les composants de l'Apple Watch S3 LTE, en bas à droite le modem de Qualcomm Cliquer pour agrandir

Pourtant elle mène la charge depuis le début de l'année contre son indispensable fournisseur, au motif que le mode de calcul des royalties à payer pour ses inventions n'a plus de sens.

Qualcomm dispose d'une masse de 130 000 brevets dont certains définissent des éléments clefs pour la communication sur réseaux mobiles. Fort de ce trésor, il fait payer à ses clients jusqu'à 5 % du prix de vente moyen de leurs téléphones. Ce qui en amène certains à lui reverser 30 $ par téléphone vendu. Plus le téléphone est cher, et ceux d'Apple le sont, plus la facture est salée.

Apple a su convaincre par le passé Qualcomm de diviser ce prix par trois (d'après les estimations de spécialistes). En échange, la Pomme ne devait pas tenter de remettre en question les brevets de son fournisseur ou d'encourager les instances de régulation nationales à enquêter sur ses pratiques. Ce qu'Apple pouvait faire en revanche, c'est répondre aux questions posées par de tels organismes.

Qualcomm accuse ainsi Apple d'avoir demandé à Samsung de faire pression sur les autorités sud-coréennes afin qu'elle déclenchent une enquête sur Qualcomm dans ce pays. Cette discussion aurait eu lieu il y a deux ans entre Tim Cook et Jay Y. Lee lors de la conférence Sun Valley dans l'Idaho où se rendent presque à chaque fois une partie des dirigeants d'Apple.

Bruce Sewell conteste cette interprétation des propos tenus entre les patrons d'Apple et de Samsung. Reste qu'après enquête, les autorités de la concurrence sud-coréennes ont infligé en décembre dernier à Qualcomm une amende de 854 millions de dollars. Apple avait été citée comme témoin, au même titre que Samsung, MediaTek ou Intel. D'autres enquêtes du même ordre sont encore ouvertes aux États-Unis et en Europe.

Apple et Qualcomm s'opposent sur leur manière de juger l'importance des modems contenus dans les smartphones. Chez Qualcomm, le vice-président en charge des technologies, Matt Grob, fait observer que tous les mois on paie « grosso modo la même chose aujourd'hui qu'il y a 20 ans alors qu'on fait transiter des millions de fois plus de données ». La preuve, selon lui, de l'ingéniosité technique mise en œuvre dans les systèmes de télécommunication modernes.

Steve Mollenkopf, le patron de Qualcomm, abonde en soulignant le caractère incontournable de son entreprise « Je ne vois pas une seule chose que vous puissiez faire sur votre téléphone qui ne soit pas permise par une invention de Qualcomm ». Et d'insister sur le fait que la mise à disposition des technologies les plus essentielle selon les règles FRAND permettent à un nouvel acteur sur le marché du smartphone de tout de suite mettre le pied à l'étrier. Même s'il s'agit d'une entreprise microscopique comme Essential, celle d'Andy Rubin, avec ses 100 employés. Leur nouveau et premier téléphone, sur le plan des communications, n'est pas moins bon que ceux de ses concurrents bien installés.

Steve Mollenkopf

Bruce Sewell offre un point de vue radicalement différent. Devant Bloomberg il montre une puce Qualcomm, de la taille d'un ongle « Cette chose est vendue 18 $ » (Qualcomm accorde des licences de fabrication à des tiers) sans compter les 5% de royalties à ajouter ensuite pour chaque iPhone vendu.

Autrefois maître en son domaine, Qualcomm a vu poindre la concurrence d'Intel et Apple a sauté sur l'occasion de diversifier ses sources d'approvisionnement. Et tant pis si elle doit limiter artificiellement les performances des modems Qualcomm utilisés dans les iPhone qui en ont pour qu'ils ne fassent pas ouvertement mieux que les iPhone équipés par Intel.

En orange, le modem MDM9655 Snapdragon X16 de Qualcomm dans l'iPhone 8 Plus. Crédit : iFixit Cliquer pour agrandir

Ne dépendant plus entièrement de Qualcomm, Apple a décidé de contester les conditions de son contrat, explique Bruce Sewell. Pour lui, l'importance du modem dans un téléphone n'est plus ce qu'elle était il y a quelques années. Si la connexion au réseau cellulaire tombe, on peut toujours se rabattre temporairement sur le Wi-Fi.

Autre grief : le mode de calcul de Qualcomm. Sewell donne l'exemple de deux iPhone 7, l'un vendu 750 $ a 128 Go de stockage, l'autre vendu 100 $ de plus a 256 Go. Deux téléphones intrinsèquement identiques. Pourtant, Qualcomm percevra plus de royalties sur le 256 Go que sur le 128 Go et sans même que sa puce modem n'entre en jeu.

D'où la demande d'Apple d'avoir un calcul qui se base uniquement sur le coût du composant modem et non sur le prix du téléphone tout entier. D'après Sewell, Apple ne devrait pas avoir à payer plus de 4 $ par téléphone.

Matt Grob voit les choses sous un angle opposé. Que ce soit pour le son, la compression vidéo, la réalité augmentée et tous ces domaines dans lesquels Qualcomm investit aujourd'hui, la partie communication demeure cruciale « Quelle est la première chose que vous faites à votre descente d'avion ? Vous désactivez le mode avion », et d'ajouter que même cela, ce mode avion, Qualcomm en possède le brevet.

Plaisanterie à part, la situation paraît bloquée entre les deux parties. Le patron de Qualcomm se montrait philosophe il y a quelques semaines en estimant que cela se finirait par une négociation en marge des tribunaux. Ce qui n'a pas empêché son groupe de souffrir financièrement d'un blocage des paiements par Apple (lire Le bénéfice de Qualcomm plombé par Apple, BlackBerry et la Corée). Un autre acteur, peut-être Huawei, aurait suivi l'exemple d'Apple et cessé lui aussi de reverser ses royalties, c'est du moins ce qu'indiquait Qualcomm lors de ses derniers résultats.

L'épreuve de force n'est pas terminée pour Qualcomm, elle se mène sur plusieurs fronts, de Bruxelles à Cupertino en passant par la Chine.

Catégories: 

Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


53 Commentaires Signaler un abus dans les commentaires

avatar Crkm 04/10/2017 - 16:44

Bonjour l’équipe de macg j’ai un bug sur votre site, un article paru à 10:10 est en tête de la liste des articles parus récemment quand bien même d’autres articles sont parus par la suite merci de régler cet incident technique svp

avatar tyga tiger 04/10/2017 - 16:47 via iGeneration pour iOS

Apple allume les gens mais ne veut pas être allumée à son tour étrange comme façon de faire...🤔

Eux exigent des prix exorbitants (tout en étant constamment en augmentation ) sur leurs produits et pourquoi les autres devraient être plus raisonnables ?

avatar roccoyop 04/10/2017 - 17:31

Si tu utilises la fonction téléphone et la calculette sur ton téléphone tu payes un prix. Si ton voisin utilise les mêmes fonctions que toi, mais installe Skype, devrait-il payer son iPhone plus cher que toi ?



avatar malcolmZ07 04/10/2017 - 17:34 via iGeneration pour iOS

@tyga tiger

Pourtant j'avais vu un diagramme montrant qu'ils sont plus attaqué qu'ils attaquent (depuis 2007) ....
ils perdent... ils gagnent
Commentaire complètement biaisé

avatar tyga tiger 04/10/2017 - 19:48 via iGeneration pour iOS

@malcolmZ07

Va déjà comprendre ce j’ai écris après on en reparle 🤔

avatar C1rc3@0rc 05/10/2017 - 00:55

@tyga tiger

«Eux exigent des prix exorbitants (tout en étant constamment en augmentation ) sur leurs produits et pourquoi les autres devraient être plus raisonnables »

Tu parles du prix et des pratiques de vente au client final, grand public, et ici il est question de licence, brevet et marchés B2B. Rien de comparable a aucun niveau.

En premier lieu, Apple applique une politique tarifaire au client GP qui est symptomatique de la base de l'enseignement des ecoles de commerce: le prix se fixe par rapport a la capacité et volonté d'achat du client (volonté du "consse" inflechie par le marketing et ses entourloupes), donc cela n'est en rien lié au prix de revient du produit. Si le client n'achete pas d'Apple Watch a 500€, Apple baisse ses prix de moitie... Si le client n'achete pas d'iPhone a 1500€, les prochains iPhone seront en-dessous de ce plancher.

En second lieux il y a 2 choses a considerer dans l'histoire en cours:
- Qualcomm est en situation de quasi monopole parce qu'il produisent les meilleurs materiel du marché
- Qualcomm est a la fois fournisseur et concurrent d'Apple

C'est que Qualcomm est le plus gros fournisseur de processeurs ARM haut de gamme ET de GPU haut de gamme pour processeur ARM. En gros sans Qualcomm, les smartphones Android seraient (jusqu'a maintenant) complement a la rue face aux performances des iPhones.

Pour Apple attaquer Qualcomm sur ses benefices sur les puces modem, c'est penaliser la R&D sur les Snapdragon, donc prendre de l'avantage sur Android. Cela d'autant que Qualcomm indexe ses royalties sur le prix de vente GP du telephone, ce qui est un crime de lese-majeste pour Apple qui marge comme un cochon.

avatar apossium 05/10/2017 - 10:18

Quand on est en position dominante … on peut casser le bras de qui on veut … même Apple.

C'est vraiment marrant que le système de brevet et de PI se retourne contre une multinational parmi les 1eres capitalisation boursière … et qui profitent de cela !

Ce n'est à mes yeux qu'un effet de manche puisqu'ils utilisent leur moyen de communication pour influencer les médias et opinions …

Venir râler alors qu'au final c'est le client en bout de chaine qui paye … ca me fait rire !

On gros ils nous disent qu'ils n'ont pas assez de marge …

avatar Paquito06 04/10/2017 - 16:51 via iGeneration pour iOS

“Autre grief : le mode de calcul de Qualcomm. Sewell donne l'exemple de deux iPhone 7, l'un vendu 750 $ a 128 Go de stockage, l'autre vendu 100 $ de plus a 256 Go. Deux téléphones intrinsèquement identiques. Pourtant, Qualcomm percevra plus de royalties sur le 256 Go que sur le 128 Go et sans même que sa puce modem n'entre en jeu.”

Et apres on se demande pourquoi Apple fait payer la memoire ou tarde a augmenter les capacites. Apple n’est pas la premiere a se gaver ici 😋

avatar C1rc3@0rc 05/10/2017 - 01:04

Inversion de cause et d'effet!
Qualcomm indexe le niveau de ses royalties sur le tarif final de l'iPhone, c'est donc bien parce qu'Apple defini un tarif sans rapport avec le cout de la memoire que Qualcomm perçoit plus sur celui qui a la plus grosse dotation. C'est l'inverse de la taxe sur la copie privée française, basée elle sur la quentite de stockage disponible...

avatar françois bayrou 05/10/2017 - 08:57

"Apple n’est pas la premiere a se gaver ici"

Euh si, elle reste la première et de loin !

Dire qu'elle n'est pas la seule, voilà qui est plus juste :)

avatar lecureuil 04/10/2017 - 16:52 via iGeneration pour iOS

Bof le fait d’être en procès n’empêche pas de faire du business
On l’a vu avec Samsung on le voit avec Qualcomm

avatar C1rc3@0rc 05/10/2017 - 01:07

Ben Apple a pas trop le choix non plus, Qualcomm n'a pas de vrai concurrent . Apple a bien essayé de fourguer les merdes d'Intel en remplacement, mais il a fallu alors degrader artificielement les perf de tous les iPhone pour que la differences entre les iPhone equipés en Qualcomm et ceux affligés des puces Intel ne conduisent pas Apple dans une class action qui aurait ete lourde en terme de sanction.

avatar comboss 04/10/2017 - 17:13 via iGeneration pour iOS

C'est l'histoire de l'allumeur allumé ! En fait il y a une justice dans ce monde aha ✌🏼

avatar malcolmZ07 04/10/2017 - 17:28 via iGeneration pour iOS

Ça risque d'être intéressant cette histoire 😁

avatar andre.mordi 04/10/2017 - 17:33 via iGeneration pour iOS

qualcomm 💩👎🏻

avatar RolandJDXI 04/10/2017 - 17:47

Je dirais juste que cette affaire me brouille l'écoute

OK, ------>

avatar XiliX 04/10/2017 - 18:07 via iGeneration pour iOS

« « Quelle est la première chose que vous faites à votre descente d'avion ? Vous désactivez le mode avion », et d'ajouter que même cela, ce mode avion, Qualcomm en possède le brevet. »

C’est ce qui s’appelle abus position dominante

avatar lmouillart 04/10/2017 - 18:37

Oui et non, c'est l'objectif même des brevets : donner un monopole temporaire à l'inventeur, en échange de la "recette de fabrication" rendue publique et disponible à tous au bout de X années.
Tout ce qui est partage, licences etc n'est qu'un business qui s'est greffé sur ce modèle.

Après effectivement pour le public, les autres entreprises l’intérêt d'avoir des recettes de fabrications triviales en échange de monopoles ultra long : 20-25 ans est loin d'être évidente ^_^.

avatar C1rc3@0rc 05/10/2017 - 01:16 (edité)

Heu non le monopole n'est pas le principe du brevet!

Le brevet protege l'invention en reconnaissant l'auteur et les principes mecanismes originaux mis en oeuvre. L'aspect commercial est secondaire.

Apres il y a un detournement du principe du brevet avec le systeme de brevet a l'americaine: le brevet «intellectuel». Il ne se base pas sur une realisation mais sur un principe ou un usage. La l'objectif n'est pas de proteger une ingenierie, mais bien d'etablir un systeme anti-concurrentiel, puisque quelque soit la realisation (donc le produit de l'ingenierie) le detenteur du brevet peut - et va systematiquement - bloquer son usage ou le soumettre a royalties... Apple comme Qualcomm utilisent ses 2 types de brevets.

avatar Rom 1 04/10/2017 - 18:28

Sans entrer dans le vif du sujet, force est de constater que les modems Qualcomm sont pour l'instant plus performants que les Intel. C'est d'ailleurs navrant de se coltiner ces derniers dans nos iPhone européens...

avatar fte 04/10/2017 - 18:41 via iGeneration pour iOS

@Rom 1

Force de constater ? Constater quoi et sr quels critères?

La performance ne se mesure pas qu’à l’aune de la vitesse de transmission maximale. Il serait intéressant de considérer la courbe de consommation en fonction de cette vitesse, la puissance d’émission, la stabilité à faible niveau de signal, les temps de latence, etc. Il n’est pas certain qu’un modem domine tous ces critères. Pas certain du tout.

avatar charliedeux 04/10/2017 - 19:05

Parlant en connaissance de cause, je peux t'assurer qu'à date, aucun modem Intel n'égale ceux de qualcomm.

avatar fte 04/10/2017 - 19:15 via iGeneration pour iOS

@charliedeux

Source ? Datasheets or it didn’t happen.

avatar charliedeux 04/10/2017 - 19:47

Ah tu en demande trop héhé... je n'en ai guère et même dans le cas contraire, tu te doutes bien que c'est pas le genre de détails que je peux fournir sur un forum publique...

Je suis consultant pour un groupe télécom (entre autres) et un ancien de la R&D de ce même groupe. L'écart est réel et de ce que j'entends, il y a même un gouffre sur la LTE-B.

Of course you can believe that it didn't happen.

avatar fte 04/10/2017 - 20:01 via iGeneration pour iOS

@charliedeux

"L'écart est réel"

Soit. Dans tous les secteurs ? Débit, sensibilité, efficacité énergétique, latence, niveaux d’émissions, coûts, etc ? Domination totale et absolue ?

Je ne dis pas que c’est impossible note bien.

Le fait est que je n’en sais rien.

Je suppose que ce serait plus pertinent de se demander si l’avance de l’un par rapport à l’autre se traduit vraiment en un avantage pour l’utilisateur considérant les usages et l’infrastructure actuelle et celle qui sera déployée ces quelques prochaines années. Dans le cas contraire, avance monstrueuse ou non, ça se résume à celui qui a la plus grosse.

Pages