Fermer le menu

Tim Cook a rencontré le chef du gouvernement irlandais

Stéphane Moussie | | 18:07 |  8

Le CEO d'Apple a rencontré le Taoiseach (chef du gouvernement irlandais) aujourd'hui à Cork, rapporte TheJournal.ie. Les deux hommes ont discuté de l'implantation de la firme californienne dans le pays et de son possible développement.

Les bureaux d'Apple à Cork

Le centre d'Apple à Cork, le premier à avoir été érigé en dehors des États-Unis, compte aujourd'hui plus de 4 000 employés qui s'occupent de logistique et du service AppleCare. Tim Cook a exprimé sa « satisfaction immense » au sujet du travail accompli par ces employés.

Enda Kenny a fait savoir qu'il avait abordé le sujet de la fiscalité avec le patron d'Apple : « J'ai fait remarquer à Tim Cook que l'Irlande, en tant que membre de l'Union Européenne, participait aux discussions de l'OCDE sur la réponse internationale à mettre en place en matière de fiscalité. » L'OCDE a présenté l'année dernière une feuille de route contre l'optimisation fiscale, une pratique qui concerne l'Irlande en premier lieu, car le pays est utilisé par certaines multinationales, dont Apple, dans des montages visant à payer le moins d'impôt possible (lire : Le secret de polichinelle de l'optimisation fiscale d'Apple). Le Taoiseach a également démenti que le gouvernement ait passé un accord fiscal spécial avec Apple ou une autre entreprise.

8 Commentaires

avatar Francis Kuntz 31/01/2014 - 18:45

J'adore comment TC est toujours super heureux des performances de ses equipes et comment de l'autre cotes ils les enfionnent tous avec ses accords de non concurrence pour garder leur salaire artificiellement bas.

avatar Gui13 31/01/2014 - 18:53

Il est pas plutôt allé pointer pour négocier son impôt 2013?
http://venturebeat.com/2013/05/22/ireland-were-no-tax-haven-but-yes-apple-did-pay-2-tax/

avatar BestMBP 31/01/2014 - 19:00

@Francis Kuntz


Paranoïa, paranoïa
Au pays d' la paranoïa, paranoïa
On se sent tout de suite comme chez soi
Paranoïa, quand on part pour ce pays-là
Paranoïa, on est sûr qu'on n'en revient pas

:P

avatar Francis Kuntz 31/01/2014 - 21:07

Oui bien sur, et la classe action que se tape Apple et tous les grands en californie autorise par les juges c'est de la paranoia, hahaha !

avatar USB09 31/01/2014 - 20:09via iGeneration pour iPad

@BestMBP

LOL :-))

avatar Bitter Bierce 31/01/2014 - 20:42

@BestMBP
Faut pas être naïf non plus.
L'Irlande, le Luxembourg, la Suisse, l'Autriche, les Pays bas, j'en passe (RU, dont les îles anglo-normandes, en fait on peut faire une liste longue comme le bras), des noms de pays qui font rêver sur le plan fiscal.
Ce n'est pas de la paranoïa, c'est un triste constat...

avatar MixUnix 31/01/2014 - 22:57

Et on comprend par ailleurs le statut de "Bailiwick" des Iles Anglo-Normandes, propriété perso de SM la reine de GB. Elle est pauvre...ses conseillers lui croquent tout...
Le Gd Duc du Lichtenstein qui était très pauvre en 1945...idem pour son collègue du Luxembourg...
Le Prince de Monaco.. très pauvre, à une époque pas si lointaine...
Bizarre, Ah, ça a changé...vous dites...Paradis Fiscaux... AAAAAh?!!!
Et mes cousins irlandais... pour revenir au sujet, oui, ils étaient très, mais très pauvres, à cause de leur puissant voisin qui bouffait leurs patates...(pires injures... justifiées...)...
Mais depuis, ils ont compris...ils font dans la... délicatesse.. comme les ceusses autres...pas de bruit...
Nous en Eirann ?! ...mais non.....voyons, on est dans l'UE !

avatar Lennart 01/02/2014 - 06:17

Il faut dire aussi que l'Irlande, avec les Pays Bas et le Luxembourg, est un engrenage important dans le système de facturation pour tout ce que vend Apple en Europe, et de l'optimisation fiscale des énormes bénéfices réalisés en Europe.
Ces règles ne pourront être modifiées qu'a Bruxelles et le lobbying doit fonctionner à fond les manettes pour faire capoter, ou du moins réduire la portée, des décisions qui pourraient être prises.

Le 25 mai 2014 nous devrons élire nos représentants au Parlement Européen, c'est peut être l'occasion d'aller voir les candidats et d'exiger qu'une fois élu ils s'attellent à cette réforme et ne se laissent pas embobiner par les "marchands du temple".

Connexion utilisateur