Fermer le menu
 

Les 13 000 $ les plus importants de l’histoire d’Apple

Anthony Nelzin | | 12:15 |  25

Alors que l’Apple I était un ordinateur destiné aux amateurs d’informatique, l’Apple II était conçu comme un ordinateur pour le grand public. Il fallait donc qu’il passe d’un lecteur de cassettes lent et peu fiable à un lecteur de disquettes. Steve Wozniak s’est occupé du côté matériel : son contrôleur est encore aujourd’hui considéré comme une merveille d’élégance, d’économie et d’ingéniosité. Mais il manquait à Apple un système d’exploitation.

Le contrôleur disquette de Wozniak utilisait seulement six puces, dix fois moins que les autres, et était donc plus petit et moins cher à fabriquer. Le génie de Wozniak était de se reposer sur le logiciel pour simplifier le matériel. Image Cnet.

Il a fallu attendre 35 ans pour connaître les détails de sa création, grâce à des documents récemment cédés par Paul Laughton au DigiBarn Computer Museum et étudiés par le site américain Cnet. « Ils ont fait le tour d’Apple et personne n’était capable d’écrire un DOS » raconte Bruce Damer, le co-fondateur du musée. Après avoir disqualifié CP/M, Steve Wozniak avait imaginé écrire lui-même un système, mais « Steve Jobs, incapable de donner plus d’une semaine à un projet, a déniché Shepardson Microsystems […] ils semblaient enthousiastes et intelligents, donc nous les avons engagés. » Laughton, alors ingénieur chez Shepardson, résume l’entretien : « j’ai dit que je m’y connaissais en systèmes d’exploitation, [Woz] m’a répondu "Cool, on va te laisser le faire. »

Le lecteur de disquettes Disk II est sorti quelques mois après l’Apple II.

Shepardson a livré l’Apple DOS — un gestionnaire de fichiers, une interface pour le BASIC de Woz et le BASIC AppleSoft et des utilitaires système — en seulement 35 jours. « C’était vraiment la meilleure génération de développeurs », commente Damer : Laughton n’avait rien d’autre à sa disposition que des cartes perforées, qui devaient être traitées par un mini-ordinateur pour produire une sortie sur papier qui pouvait alors être étudiée, débuguée et optimisée. Et Sherpardson n’a été payé que 13 000 $, l’équivalent de 40 000 € actuels, pour ce travail.

Fin négociateur qu’il était, Steve Jobs avait obtenu de ne pas verser de royalties pour l’utilisation de ce système — un système de rémunération qui a au contraire fait la richesse de Bill Gates. « De temps en temps, quelqu’un évoque son Apple II dans une conversation, et j’explique alors que j’ai écrit son DOS », explique Laughton : « "Waouh, est-ce que tu as gagné beaucoup ?", demandent-ils, pensant que je travaillais pour Apple. » La réponse est non : il ne gagnait alors que 35 000 $ par an — « mais je me souviens d’en avoir parlé à Wozniak, et son salaire était encore inférieur. »

Catégorie : 

Les derniers dossiers

25 Commentaires

avatar iDanny 05/04/2013 - 12:45

"que 35 k$", mais de l'époque ?
Donc "que" 108 k€ de maintenant... ouaip, un salaire de dev débutant quoi ^^

avatar inoga 05/04/2013 - 12:50

@iDanny :
Pour un truc qui a rapporté des milliards et fait avancer l'histoire...

avatar eTeks 05/04/2013 - 13:12

@inoga
Comment il aurait pu deviner ?

avatar melaure 05/04/2013 - 13:39

Je suis presque ému de revoir ces bons vieux lecteurs de disquettes que j'utilisais sur le premier Apple II europlus que j'ai eu entre les mains :D

Histoire intéressante, mais au moins il aura gagné quelque chose, pas comme celui qui a inventé le tableur ...

avatar Obidjoule 05/04/2013 - 14:41

@melaure :
Ou celle qui a fait le logo de Nike...

avatar Anonyme (non vérifié) 05/04/2013 - 15:09

Bon le logo nike c'est pas tout a fait la même histoire...
de mémoire c'était une étudiante qui à été payée 25$ us

PS, moi aussi j'ai toujours une petite larme à l’œil à la vue de ces lecteurs ;)

avatar Stanley Lubrik 05/04/2013 - 15:24

13 000 $ pour 35 jours de travail, contrairement à vous, je pense que Shepardson a été correctement payé.... Et en le rapportant à l'évolution du coût de la vie, cela devrait au moins faire dans les 35 000 $ aujourd'hui....

On ne doit pas avoir les même notions de l'argent...

avatar iSc0tty 05/04/2013 - 16:22

@melaure :
C'est quoi l'histoire du gars qui a inventé le tableur ? :)

avatar sekhmet 05/04/2013 - 16:31

Wozniak voulait donner tous les soft d'Apple . C'était une époque de passionnés qui voulaient partager leurs connaissances . Et on focalisait sur le prix du matériel , le logiciel n'était pas encore autant marchandisé . Merci Microsoft .
Le gars qui a inventé le tableur l'a donné je crois. Le gars qui a écrit tretris aussi a eu des clopinettes il le semble.

avatar boubloux 05/04/2013 - 16:39

@Stanley Lubrik :
Je dirais plus 130 mille dollar

avatar Thierry61 05/04/2013 - 16:40

Ha oui à moi aussi ça me rappelle de bons vieux souvenirs ces lecteurs ! (snif)

Le grincement que faisaient ces trucs.... :-) Evidemment, c'était quand même bien mieux que les lecteurs de K7 que l'on avait auparavant.

Concevoir un OS sur cartes perforées... quel sacerdoce, j'en suis admiratif. J'ai quelques vieux souvenir de TP FORTRAN tapés sur perforatrice IBM. Qu'est ce qu'on pouvait perdre comme temps avec les fautes de frappe. Fallait être Zen.

avatar Mathias10 05/04/2013 - 17:13

Il y a pire...celui qui a inventé l'aspartame ^^ il a juste gardé son petit CDI.

avatar Anonyme (non vérifié) 05/04/2013 - 18:30

Pour le tableur, je crois qu'il n'a pas déposer de brevet sur les concepts de tableur (lignes, cellules pouvant contenir des formules, etc...) et donc pas de royalties sur les tableurs qui sont sorties par la suite. Juste pour Excel, ça lui aurait rapporté un gros paquet...

avatar DG33 05/04/2013 - 19:24

"Après avoir disqualifié CP/M"
Le CP/M, n'était-ce pas ce qui faisait tourner mon Commodore 2001 PET à K7 ? Vite remplacé par un Mac 512 upgradé de suite en Plus...
Souvenir Souvenir (ou encore Pomme Pomme pour ceux qui ont connu ce log...)

avatar Danielroibert 05/04/2013 - 21:13

Le CP/M à été remplacé par MS/DOS. Le monde Apple et PC étaient déjà deux mondes parallèles.

avatar sekhmet 05/04/2013 - 22:17

mon meilleur souvenir de disquette l'Apple II GS, l'espece d'hybride Apple 2 / mac. J'ai encore jamais vu, meme aujourd'hui une telle réactivité pour l'affichage du media sur le bureau. Tu glissais la disquette, elle était là instantanément. Plus rapidement qu'un disque image sur mon macbook pro même. Impressionnant !

avatar BeePotato 06/04/2013 - 09:55

@ danielroibert : « Le monde Apple et PC étaient déjà deux mondes parallèles. »

À ceci près qu'à l'époque le monde PC n'existait pas. :)

avatar Emile Schwarz 06/04/2013 - 10:16

J’ai souvenir de disquettes 100 Mo (pas sûr de la taille) compatible 3.5" qui montait vite (à condition d’y insérer une disquette).

En parlant d’Apple IIGS: saviez-vous que le lecteur 3.5" 1.44Mo est reconnu comme tel, comme çà dans un Apple IIgs ?

avatar SMDL 06/04/2013 - 13:31

Ahhh, la disquette tutoriel, la première fois, l'odeur de l'informatique neuve avec l'animation du petit lapin vert sur fond évidemment noir, les sons mécaniques intrigants de ce fabuleux lecteur...

L'algie de nost, une vraie douleur, et dans le même temps une chaleur venue de plus de trente années lumière. Quels souvenirs !

avatar SMDL 06/04/2013 - 13:36

@smdl

Et oui, Oomu, il y a un certain romantisme, distinct des enthousiasmes hallucinés, des "étoiles dans les yeux" qui empêchent le lucide, dans le rapport entretenu avec l'informatique par certains.

Distinguo caractériel : il n'y a pas deux catégories, mais autant que "d'utilisateurs" (quel mot abîmé, faudrait voir à en trouver un autre)

Allez, bon WE.

avatar BeePotato 06/04/2013 - 16:48

@ smdl : « l'odeur de l'informatique neuve avec l'animation du petit lapin vert sur fond évidemment noir »

Ah, ce petit lapin…

Puis, pour ma part, très rapidement après le petit lapin, ça avait été une tortue. ;-)

avatar SMDL 06/04/2013 - 20:18

@BeePotato

Ce sont des choses qui peuvent toucher autant qu'un poème. Je ne dis pas que c'est fréquent, mais merde, nous sommes des êtres humains, rien que ;)

avatar elamapi 07/04/2013 - 23:57

Ce qui est juste hallucinant c'est l'importance de Wozniak. Jobs était un commercial génial, et un bon visionnaire, mais sans Wozniak pour mettre ses idée en pratique ....

avatar SMDL 08/04/2013 - 04:06

@elamapi

Oui, on décrit trop souvent Woz comme un technicien habile qui se trouvait au bon endroit au bon moment.
Certes cette dimension existe, mais elle n'est pas prépondérante. John Mc Cartney était là lui aussi dans l'exacte partie du continuum où il fallait être pour créer les Beatles avec Lennon, à une certaine kermesse.

Le couple Jobs et Woz est de cette sorte, de cette trempe. Les deux aussi important. Alchimique.

avatar Anonyme (non vérifié) 08/04/2013 - 16:54

@BeePotato "À ceci près qu'à l'époque le monde PC n'existait pas. :)"

PC = Personnal Computer.
Les ordinateurs Apple sont des PCs. Tout comme les machines sous Linux, Solaris, etc ...