Fermer le menu

Google, Facebook, Amazon et eBay forment l'Internet Association

Anthony Nelzin-... | | 16:25 |  33

Congrès US



Google, Facebook, Amazon et eBay se sont alliées pour former l'« Internet Association », un lobby qui ira défendre ses positions à Washington. Le Washington Post explique que ce groupe de pression, qui sera officiellement lancé en septembre, compte d'autres sociétés de moindre importance, pour le moment encore anonymes.



Toutes auront néanmoins en commun d'être des acteurs de l'internet, à un moment où le corps législatif américain, influencé notamment par les opérateurs de télécommunication, avance vers une régulation de cet espace. Une régulation que redoutent les acteurs de l'internet si elle porte sur les technologies plus que sur les usages : « il est inutile de réguler des technologies, elles avancent et contournent la loi. Si vous voulez réguler, régulez une idée, comme le respect de la vie privée, et les technologies seront limitées par un cadre. » disait ainsi récemment Eric Schmidt.



Les quatre grandes sociétés à la tête de ce lobby ont la plupart du temps des avis opposés sur les grands problèmes légaux autour de l'internet — impositions, droit d'auteur, vie privée… Il y a néanmoins un sur lequel elles s'entendent, le plus strict respect de la neutralité du net, pas tant d'ailleurs pour la défense des utilisateurs que pour celle de leurs propres intérêts. Aux États-Unis, l'Internet Association devrait donc directement affronter les opérateurs sur le sujet : AT&T, Verizon, mais aussi et surtout Comcast et Time Warner ont un pied dans le réseau et un pied dans les contenus et sont en faveur d'un internet facturé au service.


Les derniers dossiers

Ailleurs sur le Web


33 Commentaires

avatar LittleBigFrancois 26/07/2012 - 16:39

J'ai failli m'étouffer en lisant la dernière phrase... AT&T, Verizon, mais aussi et surtout Comcast et Time Warner sont en faveur d'un grand pas en vers le passé oui...

avatar thefolken 26/07/2012 - 16:55

Si Facebook et Google s'occupent de la neutralité du net alors on est rassuré :d (je précise que je suis utilisateur actif des services Google)

avatar ThurstonMoore 26/07/2012 - 16:57

Il est providentiel de voir, qu'en ces temps où un gouvernement essaye de mettre la main sur l'un des dernier espace de liberté sociale et économique, des entrepreneurs constituant une force de frappe assez importante avancent de concert pour éviter le drame, fût-ce uniquement pour leur propre intérêt.


avatar Batracien 26/07/2012 - 16:59

Oh tabarnak la dernière phrase!! Mais si ils s'entendent sur la neutralité du net, ça fait une moins mauvaise nouvelle...

avatar Azur83062 26/07/2012 - 17:07

Vous réagissez sur tout sauf sur cet phrase de fin "sont en faveur d'un internet facturé au service." C'est plutôt sa sui devrais vous inquiétez !!!!!!

avatar minimat 26/07/2012 - 17:16

@azur, on réagit à la prose, paramètre qui ne te chagrine pas trop apparemment.

avatar Ajioss 26/07/2012 - 17:18

Vive le retour du minitel ! v^o^v

avatar durandale21 26/07/2012 - 17:23

L'Internet a bientôt 40 ans... Il fallait réguler et légiférer avant. À une époque où la moindre virgule écrite sur un site se voit sauvegarder sur des centaines, voir des milliers de serveur, disque, mémoire etc, il est devenu illusoire de vouloir obliger qui que ce soit de respecter quelques règles que ce soit... Le net restera "neutre", les opérateurs de télécom doivent se rendre à l'évidence et réfléchir à d'autres moyen de tirer ses revenus de leurs activités...

avatar MacGyver 26/07/2012 - 17:26

La derniere phrase n'est pas grammaticalement correcte et on comprends pas si c'est ce lobby ou bien les operateurs qui sont en faveur de la facturation: "Internet Association devrait donc directement affronter les opérateurs sur le sujet [..] sont en faveur d'un internet facturé au service" moi je comprends la 2eme option mais j'attends la phrase complete pour etre sur. edit: ah si avec le ":" c'est correct et je comprend la 2eme option

avatar MacGyver 26/07/2012 - 17:28

@durandale bah c'est toujours comme ca, on a pas ecrit le code de la route quand il y avait que 1000 voitures qui se balladaient sur les chemins du monde non plus.

avatar Azur83062 26/07/2012 - 17:33

Effectivement le reste ne me chagrine pas ... Il s'intéresse à la "neutralité du net" uniquement pour ne pas avoir à payer d'impôts ou justifier la récupération des données personnelles .... Mais c'est vrai les vaches à lait que nous somme allons payer pour regarder une vidéo YouTube , payer pour ces posts sur Facebook (qui d'ailleurs a mis en test les post payant sous couvert de les mettre en avant) , payer pour une recherche Google .... C'est bien un internet facturé au service bravo soyons tous pour et ne réagissons uniquement que sur la prose de l'articles ... Ah oui c'est vrai c'est la faute à Steve Jobs si Apple perd de la valeur merde alors le Salaud quel idée de décédée ! Entre les ayants droits qui veule encore plus de fric alors que quand tu achète un ordi, un DD, une carte SD, un baladeur mp3 il touche de la tune sous prétexte de taxe copie privée et les Google , Facebook et autres qui veule nous avoir sous leur coupes à racheter n'importe quel entreprise novatrice qui pourrais un jour finir par leur faire concurrence (sparrow pour Google, instagram pour Facebook et j'en oublie) laissons les monopolisée l'Internet et notre portefeuille aux détriment de l'innovation et de la réel neutralité

avatar thefolken 26/07/2012 - 17:35

@azur83062 : 'Vous réagissez sur tout sauf sur cet phrase de fin "sont en faveur d'un internet facturé au service." C'est plutôt sa sui devrais vous inquiétez !!!!!!' On connaît les intentions des ayants droits et de fournisseurs de contenu, ça n'a rien de nouveau ni d'exclusif... Contrairement à cette nouvelle association.

avatar ThurstonMoore 26/07/2012 - 17:41

[quote= azur83062]"Il s'intéresse à la "neutralité du net" uniquement pour ne pas avoir à payer d'impôts"[/quote] Et alors? C'est très louable comme intention ça, ne plus refiler son beurre aux cafards du gouvernement.

avatar BLM 26/07/2012 - 17:50

Je vais encore faire mon grincheux ;-) : «Si vous voulez réguler, régulez une idée, comme le respect de la vie privée, et les technologies seront limitées par un cadre. [Erick Schmidt]» [b]Réguler:[/b] recouvrir de régule, alliage antifriction à base d'antimoine [b]•[/b] Tout autre usage est un barbarisme ayant pour origine la transcription brutale & fautive de l'anglais "to régulate" qui - selon le contexte – peut se traduire correctement par régler mais aussi par ajuster, stabiliser & autres synonymes voire par contraindre ou réglementer. Donc, la pensée d'Eric Schmidt se traduit par: «si vous voulez réglementer, réglementez une idée […]» Aux pointilleux approximatifs qui m'opposeraient que "régulation" (ou "régulateur") existe, pour asséner la preuve que "réguler" est correct, je répondrais par avance que "régulation" vient du latin [i]regulatum[/i], supin de [i]regulare[/i] (régler) , de [i]regula[/i] (la règle). Bien sur, j'attends l'objection qu'une langue évolue, voire s'enrichit (avec en filigrane l'attaque [i]ad hominem[/i] que je suis un vieux machin psychorigide arc-bouté sur son langage suranné) ; je suis prêt à toutes les audaces, tous les néologismes… quand ils sont la marque d'une maîtrise de la langue & non pas d'une expression approximative. NB: cette dernière pique n'est pas une attaque contre les rédacteurs de ce site dont nonobstant j'apprécie les articles, mais l'indication que je ne répondrai pas aux éventuelles réponses enflammées qui vont peut-être suivre. [b]Pour en venir au fond de l'article[/b], je ne suis pas rassuré de voir se poser en défenseurs de l'internet des marchands (Amazon, eBay), ou des accapareurs (Google, Facebook) qui ne travaillent pas vraiment à un internet ouvert mais prônent des ressources fermées obligeant l'internaute à passer par leurs services. Aux débuts de l'internet public, il y a plus de 15 ans, des fournisseurs d'accès (tel que AoL) ont cherché à imposer un filtre, une sorte de sas (ou de hublot) [b]… [Suite][/b]

avatar Armas 26/07/2012 - 17:52

"Une régulation que redoutent les acteurs de l'internet si elle porte sur les technologies plus que sur les usages." Tout est dit.

avatar BLM 26/07/2012 - 17:55

[b][Suite]…[/b] Aux débuts de l'internet public, il y a plus de 15 ans, des fournisseurs d'accès (tel que AoL) ont cherché à imposer un filtre, une sorte de sas (ou de hublot) par lequel on apercevait le vaste internet. Cette tentative a échoué. Et maintenant elle revient… avec succès :( Exemples avec l'accord Spotify-Facebook qui oblige à avoir un compte Facebook pour avoir un accès à de la musique, ou l'agrégation de ses services par Google. De ce point de vue, le navigateur Chrome n'est pas autre chose que le portail d'accès qu'AoL proposait en 1995, juste un poil plus subtil.

avatar NoNo_01 26/07/2012 - 18:34

@BLM: Même si vous ne souhaitez pas avoir réponse à votre intervention (en usant d'un ton professoral et dictatorial), permettez-moi d'objecter et de vous renvoyer à vos cours de latin... « Réguler » est bien un terme appartenant à la langue française ayant pour définition : « Assurer la régulation de (un système complexe, un processus) » (Source Antidote). L'étymologie est ainsi la suivante : « 1. Emprunt au latin tardif regulare, ‘diriger’ ; du latin classique regere, ‘diriger’. 2. De régule ; du latin médiéval regulus, ‘régule’ ; du latin classique rex, ‘roi’. » (source Antidote) Je vous encourage aussi à vous diriger vers « régulage » qui va dans le sens de votre texte, mais pas vers « réguler » qui lui ne concerne en rien l'application de régule. Je ne pense pas nécessaire de développer plus en avant, mais contrairement à vous, je reste bien évidemment ouvert à toute intervention constructive...

avatar BLM 26/07/2012 - 20:04

@NoNo_01 Votre intervention m'intéresse, elle n'est pas aussi simpliste que celles auxquelles j'ai souvent droit. • «ton professoral et dictatorial»: Professoral ? Peut-être. Sans doute parce que l'appauvrissement de ma langue avec usage de termes approximatifs me fatigue. Dictatorial ? Certainement pas. En quoi ? • Vous utilisez le dictionnaire d'Antidote. Fait par Druide informatique, une société québécoise. Quoique je trouve les néologismes québécois souvent plus inspirés que ceux de notre académie française (courriel est bien plus astucieux que l'infame mél, par exemple), Druide n'est peut-être pas le meilleur rempart contre les anglicismes. • Ceci dit, Antidote est bon. Mais le diable est dans les détails: l'exemple proposé par Antidote «réguler les naissances» qu'il serait difficile de remplacer par «régler les naissances» n'est absolument pas aussi barbare que «réguler une idée»; la signification d'un mot est non pas absolue mais contextuelle. Pour reprendre Antidote, je préférerais cependant (selon le contexte dans lequel cette phrase serait insérée) «stabiliser les naissances» (si c'est bien l'idée exprimée ici) • Antidote toujours. Il y a une erreur [chrono] logique: «Réguler: procéder au régulage» Non, c'est le régulage qui est le fait de réguler • De même, selon la logique grammaticale de notre langue, «réguler» n'est pas «assurer la régulation», c'est «régulation» qui est le fait de «rég [u] ler». C'est comme ça, sans vouloir être dictatorial. Sinon, où s'arrêter dans "l'escalade" ? Régler —> Régulation —> Régulationner (?) —> Régulationnement (?) —> Régulationnementer —> Régulationnementation —> Régulationnementationner —> Etc [b][u]D'abord[/u] le verbe, [u]ensuite[/u] le supin[/b]: regulare / regulatio. Donc, non, désolé pour Antidote, mais «réguler» N'est PAS assurer la régulation (par curiosité, si l'on suit la logique de Druide définissant le verbe à partir de son "supin", comment définir régulation ? ;-> ) [b]… [suite] [/b]

avatar BLM 26/07/2012 - 20:11

Reprise (impossible d'éditer l'intervention précédente) : pb html @NoNo_01 Votre intervention m'intéresse, elle n'est pas aussi simpliste que celles auxquelles j'ai souvent droit. • «ton professoral et dictatorial»: Professoral ? Peut-être. Sans doute parce que l'appauvrissement de ma langue avec usage de termes approximatifs me fatigue. Dictatorial ? Certainement pas. En quoi ? • Vous utilisez le dictionnaire d'Antidote. Fait par Druide informatique, une société québécoise. Quoique je trouve les néologismes québécois souvent plus inspirés que ceux de notre académie française (courriel est bien plus astucieux que l'infame mél, par exemple), Druide n'est peut-être pas le meilleur rempart contre les anglicismes. • Ceci dit, Antidote est bon. Mais le diable est dans les détails: l'exemple proposé par Antidote «réguler les naissances» qu'il serait difficile de remplacer par «régler les naissances» n'est absolument pas aussi barbare que «réguler une idée»; la signification d'un mot est non pas absolue mais contextuelle. Pour reprendre Antidote, je préférerais cependant (selon le contexte dans lequel cette phrase serait insérée) «stabiliser les naissances» (si c'est bien l'idée exprimée ici) • Antidote toujours. Il y a une erreur [chrono] logique: «Réguler: procéder au régulage» Non, c'est le régulage qui est le fait de réguler • De même, selon la logique grammaticale de notre langue, «réguler» n'est pas «assurer la régulation», c'est «régulation» qui est le fait de «rég (u) ler». C'est comme ça, sans vouloir être dictatorial. Sinon, où s'arrêter dans "l'escalade" ? Régler —> Régulation —> Régulationner (?) —> Régulationnement (?) —> Régulationnementer —> Régulationnementation —> Régulationnementationner —> Etc D'abord le verbe, ensuite le supin: regulare/regulatio. Donc, non, désolé pour Antidote, mais «réguler» N'est PAS assurer la régulation (si l'on suit la logique de Druide définissant le verbe à partir de son "supin", comment définir régulation ? ;->) [b]…Suite[/b]

avatar pixelmaniac 26/07/2012 - 20:18

@BLM : L'ethymologie c'est bien, mais faut pas que ça nous bouffe la tête non plus. Les mots servent à communiquer, à se comprendre, co- co- di- co-, bref ok pour l'erreur de traduction, maintenant si tout le monde est d'accord qu'il veut bel et bien "réglementer" et non "réguler", pour le peu que ça change passons aux desserts.

avatar BLM 26/07/2012 - 21:02

[b]…Suite 1[/b] La régulation est le fait de régler, ce dernier mot pouvant être adapté au contexte par un synonyme: ajuster, stabiliser, réglementer, ordonner, etc Le supin est une forme verbale qui indique en général l'intention. C'est pour cela que le verbe est premier, le supin second: la «régulation» est le fait (de vouloir) «rég(u)ler». Et Antidote a tord. • le mot "français" «réguler» dans son acception exacte vient bien de «régule» (dont Antidote ne donne pas la définition), alliage antifriction. Dans sa signification barbare moderne, il nous revient en boomerang de l'anglais «to regulate», verbe fabriqué par les anglais à partir du supin regulatio, alors que le français a fabriqué «rég_ler» à partir de «regulare». • Mais (je viens de vérifier) le mot «réguler» a existé en français médiéval, construit sur le verbe latin (de cuisine, tardif) «regulare» sans abandon du phonème u (1368. Avec le sens de diriger). Au temps pour moi ? Pas vraiment: il a disparu pendant des siècles, avant de revenir en 1953 (Pourquoi?! Qu'apportait-il?) avec le sens du mot anglais… • au Journal Officiel du 22/09/2000, le mot «réguler» est admis… dans le transport aérien pour signifier «affecter les aéronefs et assurer le suivi de leur exploitation» • Vous remarquerez qu'on retrouve le sens du franco-latin médiéval «regulare» (cité ds votre étymologie) du latin (correct, antique) «regere» qui signifie «Diriger» (et pas du tout «régler») et qui a donné «régence», «rex» (celui qui dirige), etc • À noter que ds ce sens là, «réguler» pour «déterminer», «régler de façon définitive», Eric Schmidt aurait pu dire «régulez». OK. Mais «légiférez» est plus exact. • Même si j'apprécie Antidote, je ne prends pas tout pour argent comptant. On y trouve, outre les erreurs mentionnées ci-dessus, des bizarreries telle que «apocope: réduire par apocope»… ce qui est intéressant. [b]… suite[/b]

avatar BLM 26/07/2012 - 21:06

[b]… Suite 2[/b] • Outre Antidote, on trouvera d'autres dictionnaires utilisant «réguler» dans son acception barbare (comme un synonyme de «régler»). Malheureusement, là où le dictionnaire a longtemps eu pour objet de dire le bon usage, il est courant maintenant qu'il entérine les fautes de langue ! (Larousse, au feu!) Ça, c'est mon côté facho ;-) Mon intervention est-elle assez constructive cependant ? PS (je vous cite): «[…] "réguler" qui lui ne concerne en rien l'application de régule» ?? Antidote donne: «Procéder au régulage» et «régulage: dépôt de régule» Où avez vous vu qu'Antidote ne donne aucune définition en rapport avec la régule ?

avatar BLM 26/07/2012 - 21:08

Et pardon pour Pixelmaniac. Mais la réponse de NoNo_01 étant argumentée donc intéressante, il m'a semblé devoir y répondre. OK, passons aux desserts

avatar Manueel 26/07/2012 - 22:28

ThurstonMoore "Et alors? C'est très louable comme intention ça, ne plus refiler son beurre aux cafards du gouvernement." Putaing de cong. :-( Te rends-tu compte à quel point ce que tu écris est moche ? Crois-tu vraiment qu'en "exterminant les cafards" la vie serait plus belle dans les démocraties ?

avatar 12marie 26/07/2012 - 22:33

Il faut croire que la chantilly a tournée pour cause de retard et de chaleur, donc pas de dessert. Le débat été passionnant.

Pages